Navigation – Plan du site
Dossier

Agriculture et « amélioration » dans l’Inde des débuts de l’ère coloniale : une préhistoire du développement

Agriculture and ‘Improvement’ in Early Colonial India: A Pre-History of Development
Landwirtschaft und „Verbesserung“ im frühen kolonialen Indien: eine Vorgeschichte der Entwicklung
David Arnold
Traduction de Laurent Bury
p. 89-112

Résumés

On associe souvent la doctrine de l’« amélioration » avec l’instauration – et l’échec présumé – du Règlement Permanent du Bengale en 1793. Bien que reconnu comme crucial pour la politique agraire britannique en Inde, son impact et son importance plus larges n’ont pas été suffisamment étudiés. Le goût esthétique, le jugement moral et l’enthousiasme botanique se combinèrent à des critères plus strictement économiques pour imposer l’idée d’amélioration qui se prolongea jusqu’au milieu du XIXe siècle. Le désir d’amélioration reflétait aussi l’insatisfaction face à la pauvreté apparente de l’Inde et à un environnement matériel déficient ; il contribua à stimuler la collecte de données, ainsi que d’ambitieux projets de transformation agraire. Victime des limites propres aux premières tentatives visant à transformer l’Inde rurale, l’amélioration connut plusieurs faux départs. Elle préfigure néanmoins certaines conceptions ultérieures du développement, par ses présupposés négatifs sur le pays, et dans sa recherche d’agents externes de changement. Cet article réévalue l’importance de l’amélioration dans la première moitié du XIXe siècle en Inde, surtout telle qu’illustrée dans les récits de voyage de cette époque et à travers les objectifs et les activités de l’Agricultural and Horticultural Society of India.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’introduction de l’« amélioration »
Le discours de la pénurie
L’Inde en ruines
L’Agricultural and Horticultural Society
Progrès de l’amélioration

Aperçu du début du texte

L’introduction de l’« amélioration »

Il y a quarante ans, dans un essai pionnier sur l’économie politique des débuts de l’ère coloniale en Inde, Ranajit Guha examinait les échanges intellectuels qui avaient débouché sur la création du Règlement permanent (Permanent settlement) au Bengale en 1793, sous l’administration de lord Cornwallis. Cet accord avait établi sur le sol indien un attachement whig à la propriété privée et fondait une « règle de propriété » qui allait durer dans cette province jusqu’à la fin de l’époque coloniale. Au cœur des débats étudiés par Guha figurait la certitude que la propriété terrienne était la véritable source de « prospérité, bonheur et richesse », sa valeur étant augmentée par les propriétaires « améliorateurs » et leurs locataires. Les idéaux du capitalisme progressiste, exprimés à travers la notion d’amélioration agricole (qui transcendait la vision plus étroitement mercantile de la Compagnie des Indes orientales avant sa récente acquisition de l’est...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Arnold, « Agriculture et « amélioration » dans l’Inde des débuts de l’ère coloniale : une préhistoire du développement », Revue d'histoire du XIXe siècle, 56 | 2018, 89-112.

Référence électronique

David Arnold, « Agriculture et « amélioration » dans l’Inde des débuts de l’ère coloniale : une préhistoire du développement », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5478 ; DOI : 10.4000/rh19.5478

Haut de page

Auteur

David Arnold

David Arnold est professeur émérite d’histoire globale et asiatique à l’université de Warwick (UK)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page