Navigation – Plan du site
Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Les travailleurs mauriciens engagés : un aperçu de l’historiographie

Vijayalakshmi Teelock
Traduction de Laurent Bury
p. 145-147

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Au XIXsiècle, dans l’océan Indien, la migration des travailleurs sous contrat (aussi appelés engagés) était la principale forme de mouvement de la main-d’œuvre. Près de deux millions de personnes quittèrent l’Inde pour aller travailler dans les plantations de l’océan Indien, du Pacifique et de l’Atlantique. L’historiographie de l’engagisme se caractérisa d’abord, pour l’essentiel, par des vues d’ensemble et des études concentrées sur le système, dues surtout à des chercheurs occidentaux comme Cumpston et Tinker. En Inde, un groupe d’historiens indiens travailla entre les années 1950 et 1970 sur l’histoire de l’engagisme en s’appuyant presque entièrement sur des sources secondaires. Certains étaient animés par un fort patriotisme et par la conviction que l’Inde, en tant que puissance régionale, avait une certaine responsabilité envers les Indiens d’outre-mer.

Outre ces premières études focalisées sur les mécanismes de recrutement des travailleurs engagés, le cadre juridique, la stru...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vijayalakshmi Teelock, « Les travailleurs mauriciens engagés : un aperçu de l’historiographie », Revue d'histoire du XIXe siècle, 56 | 2018, 145-147.

Référence électronique

Vijayalakshmi Teelock, « Les travailleurs mauriciens engagés : un aperçu de l’historiographie », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5578 ; DOI : 10.4000/rh19.5578

Haut de page

Auteur

Vijayalakshmi Teelock

Vijayalakshmi Teelock est professeure d’histoire à l’Université de l’île Maurice, directrice du Centre de Recherche sur l’Esclavage et l’Engagisme

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page