Navigation – Plan du site
Varia

Science et séduction du nouveau corps athlétique : à l’origine du sport en France

Science and seduction of the new athletic body: at the origin of sport in France
Wissenschaft und Verführung des neuen athletischen Körpers: über den Ursprung des Sports in Frankreich
Thierry Arnal
p. 189-206

Résumés

Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles les représentations du corps de l’athlète se confondent avec la figure de l’hercule, homme fort et exceptionnellement musclé. Cette représentation de la virilité évolue au milieu du XIXe siècle lorsque la figure du sportif d’outre-manche s’impose comme un modèle d’efficacité et de résistance à l’effort. Peu à peu, l’énergie supplante la force. Dans cette vision plus dynamique des qualités athlétiques les contours externes du corps n’apparaissent plus comme les seuls critères de son efficacité. On s’intéresse désormais à l’état des organes internes. Leur équilibre, que les scientifiques tentent de scruter de plus en plus précisément, devient l’indice le plus sûr d’un corps efficace souvent comparé à un moteur thermique. Enfin, lorsque le rôle des nerfs dans la production des performances physiques est à son tour envisagé, les qualités d’adresse, de coordination et de souplesse deviennent aussi importantes que celles de résistance ou de force. La nouvelle définition de l’efficacité corporelle qui, vers la fin du XIXe siècle, accompagne et favorise l’apparition des sports, valide alors une grande variété de morphotypes athlétiques toujours circonscrite, cependant, aux strictes frontières de la masculinité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Contours externes
Équilibres internes
Ressorts profonds

Aperçu du début du texte

Pour les journalistes du temps, la victoire que remporte le français Georges Carpentier face à l’américain Klaus, en 1912, est celle d’un boxeur « scientifique, fin, élégant » dont le style contraste « avec la fougue de son adversaire » qui, la tête en avant, se bat en force. Cette victoire est aussi le triomphe d’un morphotype : Carpentier est « mince et pourtant robuste, souple et pourtant musclé. [… Il est un] éphèbe harmonieux de type apollinien ». À l’inverse, Klaus est un colosse « très musclé, très robuste », c’est un « rude frappeur [en même temps qu’un] invraisemblable encaisseur ». L’opposition de style n’a, ici, rien d’exceptionnel. Elle est fréquente sur les rings. Déjà, en 1910, le premier champion du monde noir américain, Jack Johnson, avait, grâce aux mêmes qualités, terrassé le géant blanc James J. Jeffries : à la « force colossale » de son adversaire, Johnson avait opposé une boxe « des plus scientifiques » faite de puissance, de vitesse et de précision. Au-delà du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Arnal, « Science et séduction du nouveau corps athlétique : à l’origine du sport en France », Revue d'histoire du XIXe siècle, 56 | 2018, 189-206.

Référence électronique

Thierry Arnal, « Science et séduction du nouveau corps athlétique : à l’origine du sport en France », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5627 ; DOI : 10.4000/rh19.5627

Haut de page

Auteur

Thierry Arnal

Thierry Arnal est maître de conférences à l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page