Navigation – Plan du site
Dossier

L’estime et la vertu

Culture scientifique et identité bourgeoise dans la France provinciale au XIXe siècle
Esteem and Virtue. Scientific Culture and Bourgeois Identity in Nineteenth-century Provincial France
Ansehen und Tugend. Wissenschaftskultur und bürgerliche Identität in der französischen Provinz des 19. Jahrhunderts
François Ploux
p. 21-38

Résumés

Les hommes du XIXe siècle étaient convaincus que les personnes de mérite qui voulaient bien consacrer leurs loisirs à des travaux scientifiques pouvaient tirer des profits d’estime de ce type d’activité. En particulier parce que la pratique d’une science était une manière de rendre publiques les qualités morales qui y étaient investies  : le goût du travail, de l’effort, le sacrifice de soi… Par conséquent le désir de s’affirmer dans l’espace public constituait, pour la libido sciendi des amateurs de science, un très puissant stimulant. Les sociétés d’études historiques ou scientifiques, qui recrutaient leurs membres dans la bourgeoisie du diplôme et dans la noblesse, jouèrent, en province, un rôle essentiel dans les dispositifs locaux de conversion du mérite scientifique en estime publique. Mais la notoriété que conférait ce type d’activité était, sauf exception, locale. Faute de pouvoir rivaliser avec la science parisienne, la science provinciale se définissait comme une science des territoires locaux. Elle consistait dans la production d’un savoir local, destiné à un public local. Tout le travail des amateurs de science affiliés aux sociétés d’émulation consistait en fait à faire exister un espace de communication scientifique local capable d’offrir aux bourgeois de province la possibilité d’accéder à la notoriété, de sortir du néant auquel l’hypercentralisation parisienne semblait les condamner.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Sociabilité savante et honorabilité bourgeoise
Une république bourgeoise des sciences
Une sociabilité d’intégration
Une notoriété locale
Une science du local
Le local par défaut
Exister sur la scène locale
Le concours académique  : une mise en scène du mérite
La quête des honneurs
Une gloire partagée
Un rite de consécration

Aperçu du début du texte

Les hommes du XIXe siècle avaient une conscience aiguë des bénéfices d’estime que ne pouvait manquer de procurer, bien au-delà du cercle restreint des seuls initiés, une activité scientifique portant sur un domaine quelconque de la connaissance. Si, par exemple, les inspecteurs d’Académie exigeaient des maîtres d’école qu’ils publient des petites monographies communales, c’est parce qu’ils voyaient là un moyen pour les enseignants de se démarquer des agriculteurs dépourvus d’instruction. Et de manifester publiquement leur supériorité intellectuelle. La réalisation d’une monographie de village – type de production scientifique adaptée à ces «  notables  » de faible envergure – devait apporter une contribution décisive à la consolidation de leur autorité sociale. Les évêques le savaient bien qui, pour ne pas laisser les maîtres laïcs investir seuls le terrain des études locales, demandaient aux curés de consacrer leurs moments de loisir à écrire l’histoire de leur paroisse. La conquêt...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ploux, « L’estime et la vertu », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 21-38.

Référence électronique

François Ploux, « L’estime et la vertu », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5930 ; DOI : 10.4000/rh19.5930

Haut de page

Auteur

François Ploux

François Ploux est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bretagne-Sud, Lorient et chercheur à l’UMR TEMOS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page