Navigation – Plan du site
Dossier

Écrire au philosophe. Expressions de la libido sciendi chez les correspondantes de Victor Cousin

Letters to the Philosopher. Feminine Expression of Libido Sciendi in Victor Cousin’s Correspondance
Briefe an den Philosophen. Ausdrücke der libido sciendi bei den Korrespondentinnen von Victor Cousin
Nathalie Richard
p. 39-57

Résumés

La correspondance de Victor Cousin (1792-1867) conservée à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne contient les lettres que cent-dix femmes écrivirent au philosophe. Ces documents fournissent une information inédite sur la libido sciendi féminine au XIXe siècle. Plus précisément, ils renseignent sur un désir de philosophie partagé par des femmes de la bourgeoisie et de l’aristocratie sur lequel l’historiographie est encore très lacunaire. Ces lettres montrent comment ces femmes jouèrent des contraintes inhérentes à leur condition sociale et intellectuelle pour se créer, au sens propre et figuré, un espace à elles, où il était possible de lire, de pratiquer et de discuter de la philosophie. N’ayant pas été formées à l’ordre systématique des programmes de philosophie des lycées publics masculins, elles prirent connaissance de la philosophie cousinienne par leurs lectures, dans les conversations et à travers la presse et elles s‘en créèrent leur propre version, en lien avec leurs préoccupations. Ce faisant, elles entrèrent souvent dans l’œuvre en lisant les travaux que Cousin avait consacrés à des femmes, telles la sœur de Blaise Pascal et des figures aristocratiques du XVIIe siècle, avant d’aborder ses écrits plus théoriques. Cousin lui-même avait bien conscience de l’importance des femmes dans son lectorat et répondait à ses correspondantes, mais il maintenait que l’exercice de la philosophie était réservé aux hommes, ouvrant ainsi parfois sur des malentendus profonds.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La philosophie au miroir de la vie
Conversations philosophiques
Spiritualité chrétienne et philosophie
Passions philosophiques

Aperçu du début du texte

«  Vous n’avez pas un disciple plus fervent que moi, ou qui, j’ose le dire, comprenne mieux vos sublimes leçons. Je recherche, j’adore la vérité, et cependant je suis une femme.  » Par ces mots débutait, en 1828, une relation épistolaire entre Caroline Angebert et Victor Cousin, dont les cours de philosophie venaient de reprendre à la Sorbonne. L’épouse d’un commissaire de la Marine en poste à Dunkerque correspondit avec le philosophe parisien pendant plusieurs années. L’incipit de sa première lettre manifestait toutes les contradictions d’une libido sciendi vécue au féminin  : le désir ardemment exprimé de savoir et les contraintes d’une condition qui interdisait de décliner au féminin le mot de disciple  ; l’ambition d’être soi-même une chercheuse et le respect d’un cadre épistolaire socialement et culturellement légitime pour une femme de ce temps.

La correspondance générale de Victor Cousin, conservée dans les archives de la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne rassembl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Richard, « Écrire au philosophe. Expressions de la libido sciendi chez les correspondantes de Victor Cousin », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 39-57.

Référence électronique

Nathalie Richard, « Écrire au philosophe. Expressions de la libido sciendi chez les correspondantes de Victor Cousin », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5938 ; DOI : 10.4000/rh19.5938

Haut de page

Auteur

Nathalie Richard

Nathalie Richard est professeure à Le Mans
Université et chercheuse à l’UMR TEMOS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page