Navigation – Plan du site
Dossier

Extension du domaine de la libido sciendi : la popularisation de l’astronomie à Toulouse (1840-1905)

Expanding the Field of Libido Sciendi : the Popularization of Astronomy in Toulouse (1840-1905)
Die Ausdehnung der libido sciendi-Zone : Die Popularisierung der Astronomie in Toulouse (1840-1905)
Jérôme Lamy
p. 59-74

Résumés

Les passions savantes organisent des formes d’investissement très variées. Pour analyser la libido sciendi populaire, difficile à saisir dans ses expressions concrètes, l’article envisage trois grandes transformations dans la manifestation et l’appréhension des passions savantes astronomiques à Toulouse. Des années 1840 aux années 1870, l’investissement passionnel est d’abord porté par l’astronome Frédéric Petit sur le modèle d’une stricte division entre savants et profanes. Avec le régime républicain, l’ouverture au public est ponctuellement plus large, même si elle reste très cadrée. Enfin, pendant la même période, les amateurs d’astronomie tentent de mettre en œuvre leurs propres pratiques, sans toutefois parvenir à se détacher totalement de l’observatoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’astronomie pour «  les gens du monde  » : un théâtre pour la science mondaine
De la curiosité savante aux pratiques amateurs

Aperçu du début du texte

Les émotions ne sont pas disjointes des opérations de connaissance. La pratique scientifique est tout entière traversée par des élans, des affects, des pulsions qui orientent le regard, délimitent les intérêts, organisent la pensée, structurent l’implication physique. Les «  passions cognitives  » renvoient à cette mobilisation sensible des façons de faire de la recherche menant à une certaine forme d’attachement aux objets interrogés ou aux questions posées. Ces affects n’appartiennent pas au seul registre de la psychologie  ; elles sont de part en part sociales et politiques. La grammaire des émotions savantes structure autant qu’elle est structurée par les forces socio-historiques en jeu dans le rapport à la science et dans les règles du champ académique (notamment en termes d’accès aux institutions, aux revues savantes…).

Au XIXe siècle, les savoirs sont mobilisés non seulement dans le déploiement de la révolution industrielle, mais également dans de nombreuses formes de publicis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Extension du domaine de la libido sciendi : la popularisation de l’astronomie à Toulouse (1840-1905) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 59-74.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Extension du domaine de la libido sciendi : la popularisation de l’astronomie à Toulouse (1840-1905) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5946 ; DOI : 10.4000/rh19.5946

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Jérôme Lamy est chargé de recherche CNRS au CERTOP (Université de Toulouse Jean Jaurès)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page