Navigation – Plan du site
Dossier

Les éconduits de la Science  : les demandes de missions lointaines rejetées par le ministère de l’Instruction publique (1842-1900)

Turned away by Science : Applications for Overseas Missions Rejected by the Ministère de l’Instruction Publique (1842-1900)
Von der Wissenschaft abgewiesen : Die vom Ministerium abgelehnten Anträge auf Überseeeinsätze (1842-1900)
Stéphanie Soubrier
p. 75-90

Résumés

Entre 1840 et 1900, le ministère de l’Instruction publique a refusé 652 demandes de missions scientifiques et littéraires. Parmi celles-ci, 292 concernent des demandes de missions outre-mer. Leur analyse permet de tracer les contours du groupe très hétérogène que forment les demandeurs de mission et de mettre en évidence les ressorts individuels de ce désir de science au loin. Les lettres des demandeurs révèlent notamment l’importance de la figure du savant explorateur, popularisée par la presse, et l’attrait pour les voyages lointains. Les documents produits par la commission des missions et des voyages scientifiques et littéraires (lettres de refus, demandes de renseignements, rapports) permettent quant à eux d’étudier la manière dont cette institution participe à la redéfinition des frontières de la science légitime, ainsi que les stratégies mises en œuvre par les pétitionnaires pour emporter l’assentiment de la commission.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Portrait statistique des demandeurs de missions
«  Amour de la science  » et «  goût des voyages  »  : la figure du savant explorateur
La commission des missions  : instance de légitimation scientifique

Aperçu du début du texte

Les nombreuses demandes de missions scientifiques et littéraires reçues par le ministère de l’Instruction publique au XIXe siècle, qui sont conservées dans la série F17 des archives nationales, ressemblent parfois à s’y méprendre à des lettres d’amour  : le botaniste Louis Crié y professe «  l’amour le plus désintéressé de la science  », tandis qu’Edmond Durighello, fils d’un vice-consul de France en Syrie, se dit «  épris des fouilles  » et atteint par la passion de l’archéologie, «  bien plus puissante que toutes les autres passions  ». Ces lettres reflètent l’apparition, au sein de la société française du XIXe siècle, d’un «  désir nouveau de savoir  », qui se manifeste notamment par l’essor des publications vulgarisatrices, la multiplication des sociétés savantes et l’engouement pour les pratiques scientifiques amateures. Les dossiers reçus par le ministère de l’Instruction publique fournissent des données supplémentaires pour saisir l’ampleur et les ressorts de cette nouvelle l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Soubrier, « Les éconduits de la Science  : les demandes de missions lointaines rejetées par le ministère de l’Instruction publique (1842-1900) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 75-90.

Référence électronique

Stéphanie Soubrier, « Les éconduits de la Science  : les demandes de missions lointaines rejetées par le ministère de l’Instruction publique (1842-1900) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5962 ; DOI : 10.4000/rh19.5962

Haut de page

Auteur

Stéphanie Soubrier

Stéphanie Soubrier est doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d’histoire du XIXe siècle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page