Navigation – Plan du site
Varia

Migrations internationales et prostituées étrangères à Bruxelles au milieu du XIXe siècle

International Migrations and Foreign Prostitutes in Brussels in the Mid-nineteenth Century
Internationale Migration und ausländische Prostituierte in Brüssel in der Mitte des 19. Jahrhunderts
Lola Gonzalez-Quijano
p. 153-170

Résumés

À la fin du XIXe siècle, tant les mouvements abolitionnistes que la presse à sensation tonnent contre la “traite des blanches”, c’est-à-dire le trafic de femmes et la prostitution forcée auxquels s’adonneraient, à l’échelle nationale et internationale, les maisons de tolérance et autres établissements de prostitution officiellement autorisés. Cependant, si l’argumentaire abolitionniste, tout comme la constitution de la prostitution des mineures en tant que problème public, ont fait l’objet d’un certain nombre d’études, la réalité des parcours migratoires et prostitutionnels est encore largement méconnue. À partir d’un recensement des prostituées étrangères à Bruxelles en 1842, cet article met au jour l’importance des femmes étrangères mineures au sein du système officiel dès sa mise en place par les autorités municipales, et ce que cette situation dévoile des parcours migratoires féminins.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les étrangères dans le système réglementariste bruxellois
Des mobilités professionnelles afin de satisfaire la clientèle
Les étrangères : des mineures plus facilement exploitables
Migrer pour se prostituer : « traite des blanches » ou agentivité des prostituées ?
Précarité ouvrière et entrée précoce dans la prostitution
Endettement des prostituées et circulations entre les établissements

Aperçu du début du texte

En 1880 éclate l’affaire dite des « petites Anglaises » : la presse britannique se scandalise de la présence, dans des maisons de débauche bruxelloises, de mineures originaires d’Angleterre contraintes à la prostitution. Selon la presse à scandale et les mouvements abolitionnistes anglais et belges militant pour la fermeture des maisons closes, un vaste réseau d’échange de « chair humaine » aurait lieu entre les deux pays : des proxénètes et de sordides maisons de placement tromperaient de la manière la plus abjecte de jeunes femmes naïves et sans ressources afin de pallier les difficultés de recrutement de la prostitution légale.

Le dernier tiers du XIXe siècle se caractérise par une évolution des sensibilités vis-à-vis de l’exploitation sexuelle des mineures, qui débouche sur des mesures législatives à l’échelle nationale à la Belle Époque et à des décisions internationales dans le cadre de la Société des Nations après la Première Guerre mondiale. Mais la réalité de la « traite des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lola Gonzalez-Quijano, « Migrations internationales et prostituées étrangères à Bruxelles au milieu du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 153-170.

Référence électronique

Lola Gonzalez-Quijano, « Migrations internationales et prostituées étrangères à Bruxelles au milieu du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6003 ; DOI : 10.4000/rh19.6003

Haut de page

Auteur

Lola Gonzalez-Quijano

Lola Gonzalez-Quijano est post-doctorante au Centre de Recherches Historiques (Equipe LaDéHiS) de l’EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page