Navigation – Plan du site
Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Histoire et mémoire du long XIXe siècle en Roumanie

Silvia Marton
p. 130-134

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Comment gère-t-on la mémoire du long XIXe siècle en Roumanie ? Et surtout comment écrit-on son histoire ? Comment écrit-on l’histoire de 1918 ? Ce sont des questions d’une grande actualité en cette année du centenaire. En 1918, par l’incorporation de provinces roumanophones, sur les ruines des empires austro-hongrois et russe, la Roumanie double de superficie et de population. Depuis, la mémoire et le récit officiels mettent en avant non la rupture qu’a représentée la guerre, mais la continuité : l’union de 1918 est considérée comme l’achèvement du projet national, poursuivi au moins depuis 1848, à savoir l’unification sur des critères ethniques de tous les Roumains au sein d’un seul État.

Aujourd’hui encore, une certaine tradition retient les moments forts du XIXe siècle uniquement sous le signe de ce déterminisme national, 1918 étant vue comme l’aboutissement de la revendication des droits historiques à un État territorial. Dans un pays où l’histoire est encore majoritairement défi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Marton, « Histoire et mémoire du long XIXe siècle en Roumanie », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 130-134.

Référence électronique

Silvia Marton, « Histoire et mémoire du long XIXe siècle en Roumanie », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6079 ; DOI : 10.4000/rh19.6079

Haut de page

Auteur

Silvia Marton

Silvia Marton est professeure associée à l’université de Bucarest (Roumanie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page