Navigation – Plan du site
Varia

« Bandits » recherchés aux confins algéro-tunisiens

“Bandits” Wanted on the Algerian-Tunisian Border„Banditen“. Gesucht an der algerisch-tunesischen Grenze
Antonin Plarier
p. 171-189

Résumés

Le banditisme à la frontière algéro-tunisienne est mis en lumière à la veille de la conquête coloniale de la Tunisie en 1881. Au-delà des raisons circonstancielles qui amènent à la mise en valeur de ce phénomène, les pratiques de banditisme sont bien réelles et visibles à l’échelle locale notamment dans la tribu des Beni Salah. L’exacerbation de pratiques parfois anciennes et relevant du banditisme s’explique par un contexte colonial bien précis. Le territoire analysé est en effet grevé de grandes concessions forestières attribuées aux bénéfices d’aristocrates ou de grandes fortunes françaises du Second Empire qui en convoitent les produits. À cela s’ajoute la mise en place de centres de colonisation qui captent les terres les plus fertiles de la tribu. Mettant en cause l’autorité coloniale, ces actes de banditisme sont promptement réprimés par l’administration qui se heurte pourtant à des difficultés en la matière du fait de l’hostilité que les colonisés manifestent envers elle. Parvenant à cibler, malgré tout, les « bandits » et leur milieu, l’autorité coloniale écrase brutalement cette forme de contestation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’activité des bandes à la frontière
Le banditisme : une réponse collective à la dépossession
Misères de la répression : mise en internement, éxil et suicide

Aperçu du début du texte

Depuis de longues années, les Beni Salah […] sont exploités par une bande de brigands qui, originaires de la tribu, ont dû se réfugier en Tunisie, à la suite de nombreux méfaits. Ces indigènes, profitant du peu de distance qui sépare les Ouchtetas, où ils ont reçu asile, de leur tribu d’origine dans laquelle ils ont conservé des relations grâce à leurs familles, viennent presque journellement perpétrer des vols ou autres attentats qui sont de nature à compromettre la sécurité publique.

La dénonciation de l’activité d’une bande par l’administrateur de la commune mixte de Zerizer située dans l’Est algérien s’inscrit dans le cadre d’une campagne politique en cours, en Algérie comme en métropole, au tout début de la décennie 1880 et ayant pour toile de fond la conquête coloniale de la Tunisie. La frontière entre l’Algérie coloniale et la Régence de Tunis est ainsi présentée comme un espace où l’insécurité régnerait en maître et justifierait ainsi les projets de conquête. Celle-ci, imparf...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonin Plarier, « « Bandits » recherchés aux confins algéro-tunisiens », Revue d'histoire du XIXe siècle, 57 | 2018, 171-189.

Référence électronique

Antonin Plarier, « « Bandits » recherchés aux confins algéro-tunisiens », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6089 ; DOI : 10.4000/rh19.6089

Haut de page

Auteur

Antonin Plarier

Antonin Plarier est doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’Histoire Sociale) et ATER à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page