Navigation – Plan du site
Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Aux origines du confessionnalisme libanais

Andrew Arsan
p. 165-167

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

En 1860, un violent conflit confessionnel éclate entre les habitants druzes et chrétiens du Mont Liban. Ces affrontements découlent de la « crise de représentation » qui s’est ouverte en 1840 avec l’exil de Bachir Chehab, la figure dominante de l’ancien régime libanais, et le remaniement du gouvernement de la montagne, soumise pour la première fois au pouvoir central ottoman. Les décennies suivantes sont troubles, et marquées par une succession de frondes paysannes et d’heurts interconfessionnels.

Maronites et grecs catholiques, en pleine ascension démographique et économique, exigent l’abolition des privilèges des muqata’jis, ou fermiers fiscaux, de la montagne, chrétiens ainsi que druzes ; évoquant les réformes ottomanes des Tanzimat, qui prônent l’égalité entre communautés, ils revendiquent la représentation du peuple chrétien au gouvernement. Les Druzes, cependant, se replient sur eux-mêmes. Durant les affrontements de 1860, les paysans de la communauté soutiennent leurs shaykhs,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrew Arsan, « Aux origines du confessionnalisme libanais », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 165-167.

Référence électronique

Andrew Arsan, « Aux origines du confessionnalisme libanais », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6332 ; DOI : 10.4000/rh19.6332

Haut de page

Auteur

Andrew Arsan

Andrew Arsan est senior lecturer en histoire du Proche-Orient à l’université de Cambridge (Grande-Bretagne).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page