Navigation – Plan du site
Varia

« Traités comme des pigeons ». Pratiques commerciales et marché estudiantin à Oxford à l’époque victorienne

Business Practices and the Student Market in Nineteenth-Century Oxford
Geschäftspraktiken und Studentenmarkt in Oxford während der Viktorianischen Ära
Sabine Chaouche
p. 209-227

Résumés

Cet article examine la relation entre les commerçants d’Oxford et les étudiants en Licence, en particulier la façon dont les marchands attirèrent ces consommateurs inexpérimentés et les poussèrent à consommer. Fondé sur un ensemble d’archives, il analyse les pratiques et les stratégies commerciales qui furent développées à l’époque victorienne. Si les dépenses excessives et les habitudes consuméristes des étudiants reflétaient leur extravagance et prodigalité, elles étaient cependant en partie le résultat de nouvelles méthodes capitalistes agressives telles que la « vente à domicile » (touting) et la « relance » (dunning), ainsi que de facilités de paiement standardisées comme le crédit à la consommation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Consommation, émulation et compétition
Mesures de protection et tentatives pour réguler le marché estudiantin
Facilités de paiement et endettement

Aperçu du début du texte

Les freshers sont « traités comme des pigeons » : tel était le sentiment d’un jeune diplômé sur la manière dont les collèges se conduisaient à l’égard des nouveaux arrivants venus étudier à Oxford. Dans son article du 22 novembre 1865 paru dans Punch, il suggérait que les étudiants étaient victimes de pratiques éhontées visant uniquement à leur extorquer de l’argent : trop de nourriture était intentionnellement servie dans les halls, le surplus étant donné aux serviteurs après les repas, et par conséquent surfacturé. De fait, les étudiants payaient indirectement le salaire des serviteurs travaillant dans les collèges, ces derniers n’étant pas ou que peu rémunérés. Ce témoignage traduit de façon implicite et brutale l’importance du marché estudiantin à Oxford, notamment son potentiel lucratif, le nombre d’inscrits ayant doublé entre 1800 et 1860 et étant pour une très grande majorité d’entre eux issus d’un milieu aisé, et donc virtuellement de bons futurs « clients ». Ainsi, la venue...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Chaouche, « « Traités comme des pigeons ». Pratiques commerciales et marché estudiantin à Oxford à l’époque victorienne », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 209-227.

Référence électronique

Sabine Chaouche, « « Traités comme des pigeons ». Pratiques commerciales et marché estudiantin à Oxford à l’époque victorienne », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6411 ; DOI : 10.4000/rh19.6411

Haut de page

Auteur

Sabine Chaouche

Sabine Chaouche est professeure d’histoire culturelle et Doyenne associée, Sunway University, Malaisie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page