Navigation – Plan du site
Dossier

La tombe de Jeanne (1877 -  ). Histoire et archéologie

Jeanne’s Grace (1877- …) History and archeology
Das Grab von Jeanne (1788–…). Geschichte und Archäologie
Bruno Bertherat
p. 21-40

Résumés

L’étude de la tombe de Jeanne Moyaux, une petite fille inhumée dans une concession perpétuelle du cimetière municipal de Bagneux (au sud de Paris) en 1877, encore visible aujourd’hui, permet de poser la question de l’apport de l’archéologie à la réflexion historique. Après avoir présenté un panorama des sources historiques et archéologiques, l’historien tentera de décrire le temps figé du souvenir, matérialisé par la tombe, puis l’usure du temps qu’elle ne peut empêcher. Si l’approche archéologique peut paraître paradoxale ici, car une fouille est impossible, elle fournit des outils méthodologiques qui, combinés avec ceux d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, permettent de penser une histoire globale de la tombe de Jeanne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des « catacombes manuscrites » aux « archives du sol »
Une « capsule de temps »
L’usure du temps

Aperçu du début du texte

La tombe de Jeanne est encore visible aujourd’hui au cimetière communal de Bagneux (Hauts-de-Seine, ancien département de la Seine), même si le nom qu’elle porte est quasi effacé depuis longtemps. Elle est devenue vestige. Spécialistes du passé et bien souvent des choses mortes, les historiens et les archéologues connaissent les tombes. Alors que l’archéologie du funéraire récent se développe depuis quelques années, l’article présenté ici tente de montrer l’importance de son utilisation dans la réflexion historique à partir de l’étude en cours d’une sépulture. Celle-ci contient le cadavre de Jeanne Moyaux, petite victime de quatre ans d’un célèbre fait-divers criminel survenu en 1877. Jetée vivante dans un puits par son père, Victor Moyaux, à Bagneux où habitait son grand-père maternel et où elle avait un peu vécu, l’enfant mourut à l’hôpital Cochin à Paris, puis fut exposée à la Morgue sur l’île de la Cité pour y être identifiée avant d’être inhumée dans le terrain commun du cimeti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Bertherat, « La tombe de Jeanne (1877 -  ). Histoire et archéologie », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 21-40.

Référence électronique

Bruno Bertherat, « La tombe de Jeanne (1877 -  ). Histoire et archéologie », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6426 ; DOI : 10.4000/rh19.6426

Haut de page

Auteur

Bruno Bertherat

Bruno Bertherat est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Avignon et membre du Centre Norbert Elias (UMR 8562).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page