Navigation – Plan du site
Dossier

Le récit à l’épreuve de l’archéologie : les champs de bataille et refuges du xixe siècle en pays tusian (Burkina Faso)

The history and the test of archeology: battlefields and refuges of the 19th century in Tusian area (Burkina Faso)
Die Erzählung im Test der Archäologie: die Schlachtfelder und Zufluchtsorte des 19. Jahrhunderts in der Region „Tusian“ (Burkina Faso)
Pon Jean-Baptiste Coulibaly
p. 59-84

Résumés

Situé dans la partie occidentale du Burkina Faso, le pays tusian a une histoire peu connue. L’essentiel des sources disponibles concerne le contexte politique et social du XIXe siècle. Les sources primaires que sont la tradition orale et les preuves matérielles n’existent que dans des recueils ethnographiques de la période coloniale. En s’appuyant sur les traces écrites et orales existantes, cet article tente de revisiter l’histoire mouvementée du pays tusian à travers une étude des champs de bataille et des refuges liés aux conflits qui ont marqué cette zone au XIXe siècle. Ainsi, les Tusian et leurs alliés ont mis à profit des composantes naturelles (falaises, grottes et abris, collines) pour faire face aux guerres et pillages fréquents que leur imposèrent les chefs guerriers et esclavagistes du XIXe siècle. Les anciens sites d’extraction du minerai de fer ont laissé d’impressionnantes cavités qui ont servi de refuges lors des intrusions guerrières et des pillages du XIXe siècle. Cette recherche qui est une phase prospective a permis d’identifier des sources matérielles pour l’histoire du XIXe siècle de la zone. Les principales limites l’absence de fouilles archéologiques du fait de la résistance des personnes ressources à parler de certains sites qui recouvrent un caractère secret pour des raisons cultuelles et ou défensives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les tusian et leurs alliés dans le contexte des guerres du xixe siècle
Les empreintes de l’histoire : abris et refuges en pays tusian
L’abri dit cachette de Samori
Les abris sous roche de Boribana
Les grottes-refuges de Sonfara
La colline refuge de Mbié
Les anciennes mines de fer et les ateliers souterrains

Aperçu du début du texte

« Il y a donc des milliers d’années, le pays toussian actuel était habité mais on ne saura probablement jamais par qui au juste ». Cette phrase du révérend père Hébert souligne bien les limites des sources de l’ethnologue dans l’écriture de l’histoire de cet espace géoculturel. Toute chose qui ne saurait laisser indifférent une personne habitée par la conviction que « l’histoire se fait avec des documents écrits, sans doute. Quand il y en a. Mais elle peut se faire, elle doit se faire, sans documents écrits s’il n’en existe point ». C’est à ce titre que l’histoire des conflits du xixe siècle dans l’espace du pays tusian est une aventure passionnante, un défi à relever pour l’archéologue que nous sommes.

Les Tusian (Toussian) constituent une des sociétés de type villageois de l’Ouest du Burkina Faso. Chaque village possède ses institutions propres, et évolue dans une certaine indépendance vis-à-vis des autres. Par « pays tusian », on désigne un espace aujourd’hui habité par différents...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pon Jean-Baptiste Coulibaly, « Le récit à l’épreuve de l’archéologie : les champs de bataille et refuges du xixe siècle en pays tusian (Burkina Faso) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 59-84.

Référence électronique

Pon Jean-Baptiste Coulibaly, « Le récit à l’épreuve de l’archéologie : les champs de bataille et refuges du xixe siècle en pays tusian (Burkina Faso) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6441 ; DOI : 10.4000/rh19.6441

Haut de page

Auteur

Pon Jean-Baptiste Coulibaly

Pon Jean-Baptiste Coulibaly est enseignant au Département d’Histoire et Archéologie de l’Université Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page