Navigation – Plan du site
Dossier

Pour une archéologie de la détention. Le château-prison de Gaillon (1812-1925)

An archeology of detention. The castle-prison of Gaillon (1812-1925)
Eine Archäologie der Inhaftierung. Das Gefängnisschloss von Gaillon (1812–1925)
Marc Renneville
p. 85-101

Résumés

L’essor de l’archéologie des lieux de peine est récent et fragile. Il rencontre fréquemment des enjeux de mémoire conflictuelle lorsqu’il s’agit d’aborder le XIXe siècle. L’archéologie constitue pourtant une ressource utile pour compléter la documentation de l’histoire de la justice. Cet article propose un exemple de complémentarité sur le cas du site du château de Gaillon dans l’Eure, devenu prison au XIXe siècle. Ce site est en effet particulièrement complexe à comprendre dans l’évolution de ses fonctions, et les fouilles archéologiques menées depuis une dizaine d’années aide à saisir la différenciation des espaces dévolus aux différentes populations pénales (hommes, femmes, mineurs).

Haut de page

Dédicace

À Christian Carlier, qui m’a ouvert les portes de l’histoire pénitentiaire
À Jean-Claude Vimont, qui m’a donné le chemin de Gaillon

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

« Vouer le crime à l’industrie ». Du château épiscopal à la maison centrale de force et de correction (1812-1901)
La mémoire des murs
« Le produit de leurs sueurs » (la maison d’éducation correctionnelle, 1820-1864)
Le jardin de la folie criminelle : le quartier des condamnés aliénés et épileptiques (1876-1906)
« Le pire entre le pire » : la colonie correctionnelle (1908-1921)

Aperçu du début du texte

Il existe dans tous les lieux d’exécution des peines un écart sensible entre la normativité réglementaire et sa transposition sur le terrain. Peu pratiquée jusqu’à une date récente, la fouille des lieux d’enfermement tend à se développer par le rapprochement de l’archéologie préventive et les terrains relevant de l’histoire contemporaine. Ces chantiers apportent une connaissance des espaces et des usages des lieux très complémentaire de la documentation de l’historien ; ce dernier étant plus familier de l’analyse des sources textuelles et de l’iconographie que des relevés de graffiti ou des dégagements de fondations recouvertes de végétation. Associée aux sources classiques de l’histoire, l’archéologie des lieux de détention permet de mieux comprendre l’appropriation effective des espaces et le vécu des individus, qu’ils soient gardiens ou détenus. Les similitudes entre l’émergence de ce nouveau terrain de l’archéologie pénitentiaire contemporaine et celui aujourd’hui plus avancé de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Renneville, « Pour une archéologie de la détention. Le château-prison de Gaillon (1812-1925) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 85-101.

Référence électronique

Marc Renneville, « Pour une archéologie de la détention. Le château-prison de Gaillon (1812-1925) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6450 ; DOI : 10.4000/rh19.6450

Haut de page

Auteur

Marc Renneville

Marc Renneville est directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page