Navigation – Plan du site
Dossier

Les leçons archéologiques du Grand marais lugubre (États-Unis) : communautés dissidentes d’hier et praxis transformatrice d’aujourd’hui

Radical Communities of the Past, Transformative Praxis Today: Archaeological Perspective from the Great Dismal Swamp, USA
Archäologische Lektionen des „Great Dismal Swamp“ (USA): Radikale Gemeinschaften der Vergangenheit und heutige transformative Praxis
Daniel O. Sayers
Traduction de Ophélie Siméon
p. 125-146

Résumés

Cet essai porte sur l’archéologie des Marrons afro-américains et des Amérindiens qui se sont établis dans le Grand marais lugubre (Great Dismal Swamp) de Virginie et de Caroline du Nord (États-Unis) entre 1607 et 1863. Il s’agissait de communautés de résistance par excellence et nos recherches archéologiques ont permis de trouver de nombreuses informations et une culture matérielle liée à leurs communautés et à leur monde social. À partir de ces traces, nous pouvons identifier des manières de résister à travers les générations et de défier les tyrannies de l’esclavage capitaliste et de la suprématie blanche qui définissaient alors le monde au-delà du marais. Par conséquent, les chercheurs comme les activistes de gauche ont l’occasion de réfléchir, d’évaluer de manière critique et d’informer leurs propres pratiques en examinant la vie et l’économie politique de ces radicaux du marais.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Praxis archéologique et archéologie du Grand marais lugubre
L’archéologie de la rébellion avant la période de l’antebellum
La praxis des Marrons et des Amérindiens
Paysage, public et espace
Le contrôle de son travail
Peuples du passé
En guise de conclusion

Aperçu du début du texte

En tant que chercheur en archéologie historique aux États-Unis, je me suis efforcé, depuis deux décennies, d’allier à mes recherches une perspective marxiste et une forme d’activisme. Le développement de cette perspective et de cette praxis est bien évidemment pour moi un processus en constante évolution, et qui repose entièrement sur l’idée que les peuples du passé, les processus historiques et la connaissance que l’on en possède ont une importance capitale pour notre avenir collectif, et ce à l’échelle mondiale.

Cet essai interroge donc principalement les usages de la recherche archéologique. L’analyse se fera au prisme de deux groupes contestataires : les Marrons afro-américains et les Amérindiens qui se sont établis dans le Grand marais lugubre (Great Dismal Swamp) de Virginie et de Caroline du Nord entre 1607 et 1863. Ces populations ont établi un mode d’existence communautaire dissident ; par leur action et leur existence même, elles opposaient une critique collective à l’oppre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel O. Sayers, « Les leçons archéologiques du Grand marais lugubre (États-Unis) : communautés dissidentes d’hier et praxis transformatrice d’aujourd’hui », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 125-146.

Référence électronique

Daniel O. Sayers, « Les leçons archéologiques du Grand marais lugubre (États-Unis) : communautés dissidentes d’hier et praxis transformatrice d’aujourd’hui », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6470 ; DOI : 10.4000/rh19.6470

Haut de page

Auteur

Daniel O. Sayers

Daniel O. Sayers est Associate Professor au Département d’Anthropologie de l’American University, Washington (États-Unis).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page