Navigation – Plan du site
Dossier

Travailler à l’INRAP : une historienne chez les archéologues

Entretien avec Colette Castrucci
Working at the l’INRAP : A historian among archeologue. Interview with Colette Castrucci
Im INRAP arbeiten: eine Historikerin unter Archäologen. Interview mit Colette Castrucci
Colette Castrucci
p. 147-158

Résumés

Les études d’archive sont devenues, depuis une trentaine d’années, un des éléments indispensables à la compréhension d’un site archéologique, leur apportant un contexte politique, administratif, économique, religieux ou géographique.
Le recours aux documents d’archive pour les fouilles concernant le XIXe siècle se justifie d’autant plus que l’histoire matérielle de ce passé récent est mal connue et manque de points de comparaison. Si la recherche en archive pour cette période ne requiert pas une méthodologie particulière pas plus que n’en demande la fouille, elle constitue une recherche spécifique pour l’historien. À partir de différents chantiers qu’elle a été amenée à étudier, Colette Castrucci, ingénieur chargée de recherche à l’INRAP, nous fait part de son expérience, mettant en évidence le dialogue instauré entre l’archéologue et l’historien.

Haut de page

Notes de la rédaction

Entretien mené par Manuel Charpy et Stéphanie Sauget avec Colette Castrucci, docteure en histoire moderne, au service de l’Association pour les Fouilles Archéologiques (AFAN), devenue Institut national de la recherche archéologique préventive (INRAP) en 2002, rencontrée en janvier 2017 à l’occasion d’un atelier d’étude sur le thème « Histoire et archéologie : que faire du xixe siècle ? », atelier préparatoire à l’élaboration de ce numéro.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

RH19 : Colette Castrucci, comment aimez-vous que l’on vous présente ? Comme une historienne ou comme une archéologue ? Selon vous la distinction historienne/archéologue fait-elle sens ?

Ayant soutenu une thèse en histoire, je suis historienne avant tout. Néanmoins, travaillant pour les archéologues depuis plus de vingt ans, j’ai appris à comprendre ce qu’ils recherchent et ce qui, dans les textes ou l’iconographie, peut faire sens pour eux.

La recherche des traces du passé que les historiens et les archéologues ont en commun – dans le sous-sol pour l’archéologue, dans les textes pour l’historien – et qui est la base de leur travail, poursuit le même objectif : celui de restituer l’histoire. Toutefois dans le détail du quotidien, les deux métiers sont différents. L’archéologue a un savoir-faire bien spécifique : il sait lire un terrain archéologique, interpréter une stratigraphie, faire des liens entre différentes strates. Son travail est par ailleurs très physique et demande une bonne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Castrucci, « Travailler à l’INRAP : une historienne chez les archéologues », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 147-158.

Référence électronique

Colette Castrucci, « Travailler à l’INRAP : une historienne chez les archéologues », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6485 ; DOI : 10.4000/rh19.6485

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page