Navigation – Plan du site
Document

Bakel, 1891 : anatomie d’une crise médiatique

Bakel, 1891: anatomy of a photographic crisis
Bakel, 1891: Anatomie einer fotografischen Krise
Daniel Foliard
p. 189-206

Résumés

L’Illustration publie en avril 1891 des gravures d’après photographies montrant des cadavres décapités lors d’exécutions sommaires. Joannès Barbier, un photographe présent à Bakel, sur le fleuve Sénégal, a été témoin de la scène. Les troupes françaises semblent impliquées dans les atrocités. Cet article analyse la production de ces photographies, leur circulation et la transformation de leur sens à mesure qu’elles sont reçues par des publics différents, en France et sur place. L’examen de ce scandale photographique, et plus largement de l’image des violences coloniales, permet de mieux saisir les transformations des seuils de tolérance et l’évolution des sensibilités à l’âge de l’expansion coloniale. Cette étude de cas est aussi une démonstration de l’intérêt d’aborder la documentation photographique liée aux guerres de conquête et de pacification avec une méthodologie adaptée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Arrière-plan
Trajectoires des images en France
Hors-champ : photographie, violence et conquête coloniale

Aperçu du début du texte

« J’ai sous les yeux cinq photographies accusatrices prises dans la brousse de Bakel, aux frontières du Sénégal et du Soudan. L’une est une exposition de têtes coupées, sous la garde d’un jeune nègre. Les quatre autres représentent des cadavres noirs amoncelés, effroyablement roidis dans la convulsion suprême […] Pourquoi ces cadavres mutilés, pourquoi ces têtes coupées ? Pourquoi ces hommes tués avec les mains liées derrière le dos ? Qu’on réponde si l’on peut, et qu’on ose dire l’histoire de ce massacre ».
Georges Clemenceau, « Pour quelques anthropophages », La Justice, n° 5189, 31 mars 1894.

Quand Clemenceau écrit ces lignes dénonciatrices dans un article acerbe contre les prétentions civilisatrices de la France, les faits sont déjà loin. Les photographies, qu’il contemple sans pouvoir les montrer au lecteur de la Justice, qui n’est pas un illustré, ont été prises en janvier 1891 sur la rive du fleuve Sénégal, à Bakel. Elles sont l’un des reflets les plus troublants de ce que l’ex...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Foliard, « Bakel, 1891 : anatomie d’une crise médiatique », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 189-206.

Référence électronique

Daniel Foliard, « Bakel, 1891 : anatomie d’une crise médiatique », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6494 ; DOI : 10.4000/rh19.6494

Haut de page

Auteur

Daniel Foliard

Daniel Foliard est maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page