Navigation – Plan du site
Varia

La parenthèse médico-pédagogique : une tentative éphémère d’assistance de l’enfant aliéné à la fin du xixe siècle

The medical-pedagogical parenthesis: an ephemeral attempt to assist the alienated child at the end of the 19th century
Die medizinisch-pädagogische Episode: ein kurzlebiger Versuch, geistig retardierten Kindern am Ende des 19. Jahrhunderts zu helfen
Adèle Barrandon
p. 229-248

Résumés

À la fin du XIXe siècle, le médecin aliéniste Désiré Magloire Bourneville est convaincu de l’éducabilité et de la possibilité d’amélioration des enfants dits aliénés. Il réussit pour la première fois en France à créer deux établissements leur étant entièrement dédiés et appelés « asiles-écoles ». Ces enfants, pour la plupart « idiots » ou épileptiques, étaient jusque-alors mélangés aux adultes. Si l’œuvre de ce médecin est connue, on s’est peu posé la question de la diffusion de ce nouveau modèle et de sa pérennité. Tout en rappelant le caractère innovant du traitement médico-pédagogique qui y est dispensé, cet article insiste sur l’impact réel qu’a pu représenter, en France, ce modèle et cherche à comprendre les raisons de son échec.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le traitement médico-pédagogique : humaniser l’enfant idiot
Des étapes bien définies vers l’autonomie
L’importance de l’éducation : s’éloigner de l’asile, s’approcher de l’école
Un traitement enfermé dans les limites classiques de l’asile
Des soins bien ancrés dans les pratiques asilaires
L’enfermement, à l’encontre des objectifs médico-pédagogiques de retour à la société
La difficile diffusion du traitement médico-pédagogique
Un modèle peu suivi
Du traitement médico-pédagogique à l’éducation spécialisée, du médecin au psychopédagogue : un déplacement de l’assistance

Aperçu du début du texte

« Que nous manque-t-il ici, et qu’avons-nous à envier aux enfants du dehors ? Grâce aux soins infatigables de M. le Dr Bourneville, le temps que nous passons à Bicêtre est loin d’être perdu : on nous apprend un métier, qui plus tard nous permettra de vivre, on fait ou on continue notre éducation et notre instruction ; on nous conduit à toutes les fêtes avoisinantes, et les grands jardins de Paris nous voient souvent dans leurs bosquets. »

Cet extrait de discours est prononcé à la section des enfants idiots et épileptiques de Bicêtre par un jeune interné à l’occasion, le 23 août 1887, de la visite du ministre de l’Intérieur. Très certainement préparé par l’équipe du docteur Bourneville, il loue les bienfaits du traitement médico-pédagogique et s’adresse directement au ministre qu’il s’agit de convaincre de l’urgence de terminer la construction d’une nouvelle section entièrement destinée aux jeunes garçons.

Au début du xixe siècle, la plupart des aliénistes français ne font pas mention ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adèle Barrandon, « La parenthèse médico-pédagogique : une tentative éphémère d’assistance de l’enfant aliéné à la fin du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 58 | 2019, 229-248.

Référence électronique

Adèle Barrandon, « La parenthèse médico-pédagogique : une tentative éphémère d’assistance de l’enfant aliéné à la fin du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 58 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6500 ; DOI : 10.4000/rh19.6500

Haut de page

Auteur

Adèle Barrandon

Adèle Barrandon est lauréate du prix d’Histoire du xixe siècle attribué au meilleur master soutenu en 2015-2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page