Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59DossierLes Jours du Makhzen : levée d’im...

Dossier

Les Jours du Makhzen : levée d’impôt et relations communautaires dans les oasis du Touat (Sud algérien), 1700-1850

The Jours du Makhzen: Tax-Collection and Community Relations in the Oases of Tuwat (Southern Algeria), 1700-1850
Steuereinzug und Gemeinschaftsbeziehungen in den Touat-Oasen (Süd Algerien), 1700-1850
Ismail Warscheid
p. 31-48

Résumés

À partir d’une série de recueils de fatwas inédits, compilés entre 1700 et 1850 et provenant des oasis du Touat dans l’extrême Sud de l’actuelle Algérie, cet article propose une réflexion sur les modes de gouvernance et d’exercice de pouvoir dans les zones rurales du Maghreb précolonial, souvent envisagées comme des espaces « sans État » dont l’histoire politique se résume aux cycles de conflits et d’alliances entre groupes « tribaux » et dont l’histoire institutionnelle est essentiellement celle du règne de la coutume. Afin de questionner ce modèle, nous étudions l’impact du passage des colonnes expéditionnaires envoyées par les sultans du Maroc pour collecter l’impôt sur le tissu relationnel à l’intérieur des villages de la région. Comment les oasiens réagissent-ils face aux exigences fiscales d’un souverain lointain dont les agents font soudainement irruption dans un système d’administration communautaire, dominé par une oligarchie de notables autochtones largement autonomes ? L’enjeu est de comprendre les logiques internes d’un ordre socio-politique qui, un demi-siècle plus tard, est soumis à l’épreuve de la conquête coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Isabelle Surun, ainsi que les deux évaluateurs anonymes, pour leurs remarques (...)
  • 2 Jürgen Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, Munich, Beck, 2 (...)
  • 3 La littérature est vaste. Retenons ici en particulier les travaux de Khaled Fahmi, Ali Yaycioglu, B (...)
  • 4 Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux de (...)
  • 5 Etty Terem, Old Texts, New Practices, Islamic Reform in Modern Morocco, Palo Alto, Stanford Univers (...)

1L’essor récent d’une « histoire mondiale » du xixe siècle s’est traduit par un profond renouveau de la recherche sur les transformations politiques et institutionnelles des sociétés musulmanes à l’âge des impérialismes1. Remettant en question l’expansion européenne et la mise en dépendance coloniale comme l’unique trame d’analyse du siècle, les historien(ne)s issus de ce courant plaident pour un décentrement du regard. Leurs travaux insistent sur le caractère évolutif et polymorphe de la métamorphose du monde, selon l’expression de Jürgen Osterhammel, qui ne saurait être réduite au seul récit de l’Occident parti à la conquête des autres2. Les historiens de l’Égypte khédivale et de l’Empire ottoman ont ainsi pu montrer à quel point la construction d’une modernité étatique relève de l’imbrication de dynamiques internes et externes3. De même, une nouvelle génération de chercheurs s’attelle à repenser l’instauration de l’ordre colonial au Maghreb en tenant compte tant de l’importance des « legs des temps modernes4 » que de la capacité d’adaptation dont font preuve les institutions et les élites locales5.

2De cette mise en exergue de continuités sociales, culturelles et politiques longtemps sous-estimées, voire ignorées, découle en même temps une difficulté majeure pour saisir les changements du xixe siècle. Au moins pour ce qui est du Maghreb, notre connaissance des systèmes sociopolitiques confrontés à la conquête coloniale et de leur genèse aux xviie et xviiie siècles, demeure très inégale. Il est vrai que pour certains pays, comme la Tunisie ou le Maroc, nous disposons désormais d’une historiographie importante. En revanche, dans la mesure où nombre de travaux sur la question sont étroitement liés à la construction de l’État-nation postcolonial, leurs approches et présupposés mériteraient eux-mêmes d’être soumis aux débats et questionnements qui animent la recherche de nos jours, à commencer par leur tendance à inscrire leur champ d’enquête fermement dans le cadre des divisions étatiques du xxe siècle.

  • 6 Pour reprendre le titre d’un texte récent de Jean-François Bayart, « La cité bureaucratique en Afri (...)

3Les conséquences épistémologiques de cette situation sont particulièrement visibles dans les rares études portant sur les campagnes maghrébines et le Sahara. Souvent l’œuvre d’anthropologues plutôt que d’historiens, elles sont encore pour la plupart tributaires d’un modèle d’appréhension du social et du politique qui a été développé par les savants et administrateurs de la période coloniale. La tribu, la confrérie, le marabout ou la chefferie : tels sont les maîtres-mots à travers lesquels l’espace rural au Maghreb précolonial est le plus souvent saisi, sans que ces concepts aient fait l’objet d’un réexamen critique tenant compte des contextes politiques et intellectuels de leur élaboration. Dans cette vision des choses, l’espace rural se définit surtout par des manques et des absences : il s’agit de sociétés « sans État », « sans écriture », « sans ordre public », dont l’histoire politique se résume aux cycles de conflits et d’alliances entre groupes « tribaux » et dont l’histoire institutionnelle est essentiellement celle du règne de la « coutume ». En fin de compte, ce n’est que la conquête coloniale qui, pour le meilleur ou le pire, a su combler ces manques en intégrant le monde rural dans la « cité bureaucratique » de l’État6.

  • 7 Nous songeons en particulier au genre des recueils de fatwa (nawāzil) sur lesquels s’appuie égaleme (...)
  • 8 Ghislain Lydon, On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange i (...)

4Pourtant, les sources ne manquent pas pour questionner ce modèle. Aux temps modernes, l’intérieur du Maghreb et le Sahara se distinguent d’autres zones rurales des terres de l’Islam par l’existence de milieux lettrés qui nous ont légué une riche littérature, en particulier dans le domaine du droit et de la jurisprudence7. En même temps, la diffusion à grande échelle de l’institution du notariat (tawthīq) s’accompagne de la constitution de fonds d’archives privées dont certains commencent à être accessibles pour la recherche. S’appuyant sur ce type de documentation, Ghislaine Lydon a pu démontrer – à propos du commerce transsaharien au xixe siècle – l’existence d’un « ordre économique et social » facilitant les échanges à grande distance, qui reposait sur la collaboration étroite entre communautés de juristes musulmans à travers le grand désert8. Il est alors intéressant de noter que le système étudié par Lydon s’est mis en place au cours des xviie et xviiisiècles, lorsque les sociétés nomades et oasiennes de l’Ouest saharien ont commencé à se doter de traditions savantes et d’institutions juridiques islamiques.

5Ainsi, l’ouvrage pionnier de l’historienne américaine nous encourage à avancer deux propositions que notre contribution souhaite développer à partir d’une étude de cas. Premièrement, pour comprendre le long processus de transformation des systèmes sociopolitiques au Maghreb et au Sahara au cours du xixe siècle, il est nécessaire de s’investir aussi dans un travail de reconstitution de ce qui le précède. Cela implique une réévaluation de fond en comble des schèmes et modèles interprétatifs en usage jusqu’à présent à partir du dépouillement de sources provenant des sociétés concernées. L’enquête devrait, deuxièmement, poser avec plus de rigueur la question des modes de gouvernement et d’exercice de pouvoir dans les espaces ruraux. Il ne s’agit pas de nier l’éloignement des oasis sahariennes, ou des régions montagnardes de l’Atlas, des villes comme Fès, Alger ou Tunis et de leurs alentours où se concentrent les appareils de l’État. Mais les sources littéraires musulmanes laissent fortement penser qu’il ne s’agit aucunement de deux mondes séparés l’un de l’autre. Les rapports entre les centres étatiques et les zones de l’intérieur doivent plutôt être envisagés comme l’articulation complexe de réseaux relationnels qui varient à la fois en fonction de la distance, des conditions locales et des conjonctures historiques. De la même manière, l’ordre communautaire dans les villages et campements nomades de l’intérieur maghrébin ne se présente pas uniquement comme une affaire de régulations coutumières et de luttes factionnelles. Il se nourrit aussi de schèmes culturels et normatifs provenant d’une culture cosmopolite, celle de l’islam, selon des modalités qui, il est vrai, diffèrent de celles de l’espace urbain.

  • 9 Sur ces corpus et l’érudition musulmane dans la région, voir Ismail Warscheid, Droit musulman et so (...)

6Comment ces deux réalités, le rapport aux centres étatiques et la gestion communautaire, interagissent dans le contexte d’une société oasienne du Sahara, tel est l’objet principal de cet article. En nous fondant sur une série de recueils de jurisprudence (nawāzil) compilés entre 1700 et 1850 dans les oasis du Touat dans l’extrême Sud de l’Algérie9, nous étudierons l’impact de ce que les sources arabes nomment les Jours du Makhzen (ayyām al-makhzin), c’est-à-dire le passage de colonnes expéditionnaires envoyées par le Sultan du Maroc, sur le tissu relationnel au sein des villages de la région au tournant des xviiie et xixe siècles. Comment les oasiens réagissent-ils aux exigences fiscales d’un souverain lointain dont les agents font soudainement irruption dans un système d’administration communautaire, dominé par une oligarchie de notables autochtones largement autonomes ? En répondant à cette question, nous essaierons de mettre le principe casuistique des recueils de jurisprudence, portant en majorité sur des « cas d’espèce » (nāzila, pl. nawāzil), au profit d’une approche « micro » : il s’agit de s’interroger sur les manières dont la collecte d’impôt affecte les rapports interpersonnels tels qu’ils apparaissent dans les litiges documentés, en particulier en ce qui concerne la circulation de la propriété à l’intérieur des communautés. L’enjeu est de comprendre les logiques internes d’un ordre sociopolitique qui, un demi-siècle plus tard, est soumis à l’épreuve de la conquête coloniale.

L’ambiguïté du pouvoir

  • 10 Jocelyne Dakhlia, L’Oubli de la cité : la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid t (...)
  • 11 Ibid., p. 227.
  • 12 Ibid.

7Pendant son enquête sur les formes de mémoire communautaire dans les oasis du Djérid du Sud tunisien, Jocelyne Dakhlia s’est trouvée, à un moment, confrontée à ce qu’elle décrira plus tard comme « une contradiction permanente et structurelle qui, loin de lui être propre, pourrait caractériser l’ensemble des régions qui, au Maghreb, sont distantes des centres du pouvoir10 ». Lorsqu’il s’agissait de penser le rapport de leurs ancêtres avec l’État ottoman, ses interlocuteurs revendiquaient à haute voix leur autonomie, voire leur supériorité, à l’égard d’un pouvoir lointain et faible, en même temps qu’ils faisaient de l’action répressive de ce pouvoir un motif central de leurs récits : « La fable de la liberté serait ainsi constamment démentie par le rappel mezza voce d’un rapport de sujétion assez peu idyllique11. » Cette « absence et présence de l’administration centrale12 » dans les campagnes du Maghreb précolonial se traduirait par une alternance entre scènes de négociation inter pares où l’État courtise les populations locales, en particulier leurs notables, et scènes d’affrontement, lorsqu’il entend faire valoir ses revendications, fiscales pour l’essentiel.

  • 13 Sur cette institution, voir notamment, Jocelyne Dakhlia, « Dans la mouvance du prince : la symboliq (...)
  • 14 Ces mécanismes d’alliance ont été principalement étudiés pour le Maroc et la Tunisie aux xviiie et (...)
  • 15 Nicolas Michel, Une économie de subsistances : le Maroc précolonial, Le Caire, Institut français d’ (...)
  • 16 La notion est discutée par Antoine Follain et Gilbert Larguier, « L’État moderne et l’impôt dans de (...)

8Ce contraste devient particulièrement saisissant, dès lors que l’on se penche sur l’institution des tournées de collecte d’impôt13 (maalla, arka). Depuis l’époque de l’Empire almohade (1121-1269), l’arrivée de colonnes expéditionnaires chargées d’approvisionner en ressources l’appareil étatique, le Makhzen, des divers pouvoirs dynastiques se succédant au Maghreb constitue partout en milieu rural le moment central de la rencontre entre le souverain et ses sujets où leur interdépendance se manifeste, où alliances et liens avec la notabilité locale se réactualisent14. Toutefois, ce sont de lourdes ponctions que les agents du Makhzen opèrent sur les ressources des communautés locales soumises aux aléas d’une économie de subsistance fragile15. Il s’agit donc aussi d’un moment de crise communautaire où l’affirmation de l’autorité étatique est inséparable de l’action violente déployée pour affronter les résistances locales, se traduisant par des pillages, des perquisitions et des combats armés. À vrai dire, nous ne sommes pas loin de ce que, dans le contexte français de l’Ancien Régime, Yves-Marie Bercé a décrit comme « un terrorisme fiscal institutionnalisé16 ».

  • 17 Rahal Boubrik, « Les fuqahâ’ du prince et le prince des fuqahâ’. Discours politique des hommes de r (...)
  • 18 Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.
  • 19 Comme le résume un jurisconsulte saharien du xviiie siècle. Voir Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz (...)

9Il existe, en effet, une profonde ambiguïté dans la perception des pouvoirs étatiques par les populations rurales du Maghreb moderne entre le xviie et le xixe siècles : d’un côté, les sources internes à notre disposition même si elles émanent des élites savantes, alliées potentielles de l’État, ne suggèrent pas moins l’existence d’un large consensus autour d’une vision légaliste du pouvoir : on reconnaît la nécessité de prêter allégeance à la figure d’un souverain monarchique que le discours lettré musulman nomme l’imām. Les fondements théologiques de cette représentation ont déjà été mis en lumière17. Mais, d’un autre côté, il convient d’insister sur le fait que, contrairement à la vision héritée de l’historiographie coloniale d’une dichotomie entre régions obéissant au souverain (bilād al-makhzin) et celles qui défient son autorité (bilād al-sība), les habitants de zones éloignées des centres étatiques ont également conçu leurs structures politiques dans le cadre de cette théorie de souveraineté18. Même s’il peine à faire entendre sa voix localement, l’imām reste « notre maître » (mawlānā), qu’il s’agisse du sultan ottoman ou de son homologue de la dynastie alaouite qui gouverne le Maroc depuis 1666, et c’est seulement en cas de son « absence que la communauté des musulmans (jamāa) [entendons les notables locaux] prend sa place (qāma bi-maqāmihi)19 ».

  • 20 Le terme « fatwa » désigne une consultation portant sur un point spécifique de la charia ou de son (...)
  • 21 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwā (...)

10Partant, nous butons sur un paradoxe similaire à celui que Jocelyne Dakhlia a rencontré dans le Sud tunisien. Les mêmes sources qui véhiculent le discours légaliste de la nécessaire allégeance à l’imām qualifient ouvertement l’action de l’État lors de la levée d’impôt comme une injustice, comme une forme d’arbitraire (ulm). Elles vont jusqu’à établir un parallèle explicite avec les pillages perpétrés par des Bédouins, l’autre force politique qui agite les campagnes maghrébines depuis le xiie siècle. De même, si les juristes musulmans de l’époque exhortent dans leurs fatwas20 les populations à se plier aux exigences fiscales de l’imām, l’argument avancé n’est guère celui du devoir de fidélité à l’égard du souverain légitime, mais la crainte des conséquences néfastes d’un refus qui mettrait en danger le bien commun (malaa) de la communauté et qui provoquerait « des clivages énormes » (fitan aīma), comme l’écrit un jurisconsulte saharien du xviiie siècle21. Cette position reflète le principe général de préférer la « tyrannie » à « l’anarchie », qui s’est imposé dans la pensée politique de l’Islam sunnite au cours du Moyen Âge. Mais son articulation jurisprudentielle dans les recueils de fatwas nous renvoie à des processus concrets de négociation et de confrontation, à l’intérieur desquelles le corps des jurisconsultes musulmans intervient comme acteur de régulation normative. Cela est d’autant plus vrai lorsque ceux qui émettent les fatwas appartiennent eux-mêmes aux communautés soumises à l’épreuve fiscale. Dès lors, leurs écrits deviennent une source de premier ordre pour étudier les dynamiques ambivalentes de la rencontre entre l’État précolonial et les populations rurales.

L’espace politique au Sahara précolonial

  • 22 Nous employons ce terme pour désigner l’espace désertique s’étendant de nos jours sur les territoir (...)
  • 23 Pierre Bonte, L’Émirat de l’Adrar mauritanien : harîm, compétition et protection dans une société t (...)
  • 24 Voir notamment les travaux de Pierre Bonte, Sophie Caratini, Mariella Villasante-Beauvais, etc.
  • 25 Rahal Boubrik, Entre Dieu et la tribu : homme de religion et pouvoir politique en Mauritanie, Rabat (...)
  • 26 Par exemple, Judith Scheele, “Councils Without Customs, Qadis without States: Property and Communit (...)

11L’Ouest saharien22 des temps modernes se présente comme un espace politique polymorphe, travaillé par l’imbrication de différents modes d’exercice de pouvoir. Pendant longtemps, la tendance a été de l’envisager comme un vaste « laboratoire tribal », selon le mot de Pierre Bonte23, c’est-à-dire de se concentrer sur l’étude des rapports internes entre lignages24. L’attrait de l’anthropologie des années 1960 et 1970 se retrouve aussi, par ailleurs, dans les études consacrées au rôle des élites religieuses, abordé principalement à travers le paradigme du saint médiateur qui fournit aux groupes sociaux une sorte d’espace de négociation neutre25. L’organisation politique en milieu oasien, quant à elle, a fait l’objet d’une série d’études historiques mettant l’accent sur les interactions entre structures lignagères et institutions communautaires dans le maintien de l’ordre public et dans la gestion collective des ressources naturelles, à commencer par l’eau26. Les deux courants ont en commun la conception de l’espace saharien comme une partie du monde où « l’État » n’existe que sous forme de confédérations de groupes nomades centrées autour d’un pouvoir dynastique, dits « émirats », se développant dans l’actuelle Mauritanie entre le xviie et le xixsiècle, ou d’éphémères « cités utopiques » fondées par les leaders de mouvements djihadistes qui se multiplient dans la région à partir du xviie siècle.

  • 27 Il s’agit d’un espace s’étendant de l’Oued Noun au Maroc jusqu’à la vallée du Sénégal, du littoral (...)
  • 28 al-Shaykh Muammad al-Māmī b. al-Bukhārī al-Bārikī, Kitāb al-Bādiya wa nuū ukhrā, Rabat, Publicat (...)
  • 29 Abdel Wedoud Ould Cheikh, « Théologie du désordre. Islam, ordre et désordre au Sahara », L’Année du (...)

12Il est vrai que, si l’on fait abstraction des marges sahariennes du Maroc et de l’Algérie, la plus grande partie de la région échappe à l’emprise directe des deux acteurs impériaux du temps que sont l’Empire ottoman et les sultans marocains. De fait, au sein des milieux lettrés sahariens, la question de savoir comment remédier à « l’absence du souverain » (ghiyāb al-imām) à l’échelle locale a été ardemment débattue, en particulier dans l’espace habité par les nomades parlant le dialecte arabe du assaniyya27, que le jurisconsulte Muhammad al-Māmī (m. 1865) décrit dans un traité doctrinal comme un pays sans souverain légitime (bilād al-sāiba), comme un entre-deux anarchique (bilād al-fitrā), séparant le Sultanat du Maroc des États musulmans de l’Afrique de l’Ouest28. La solution majoritairement retenue par les jurisconsultes sahariens est alors celle qui reconnaît aux big men locaux le droit d’exercer les prérogatives du souverain légitime, telles que l’investiture de juges musulmans (ī, pl. quāt), validant ainsi les deux principales formes de pouvoir politique dans la région : l’autocratie de « l’homme fort » (mutaghallib) et l’oligarchie des conseils de notables communautaires (jamā‘a29).

  • 30 Louis Mougin, « Les premiers sultans sa’dides et le Sahara », Revue de l’Occident musulman et de la (...)
  • 31 Michel Abitbol, « Jihād et nécessité : le Maroc et la conquête française du Soudan occidental et de (...)

13D’autres sources littéraires suggèrent cependant une image plus complexe des rapports qu’entretiennent les populations nomades et oasiennes avec les entités impériales du Nord. Alors que la présence des Ottomans au Sahara avant 1850 demeure un sujet de recherche quasiment inexploré, différents travaux ont mis en exergue le fait que, à partir de la conquête de l’Empire Songhay (1464-1591) dans la boucle du Niger par le sultan marocain Amad Manūr30 (r. 1578-1603), les dynasties saadienne (1554-1636) et alaouite ont essayé de peser dans les jeux politiques locaux, voire d’imposer leur autorité sur certaines régions. Au moins jusqu’au début du xixe siècle, le sultanat du Maroc poursuit ses intérêts au même titre que les leaders bédouins ou l’élite religieuse musulmane, en envoyant des corps expéditionnaires, qui poussent jusqu’à la vallée du fleuve Sénégal, et en nouant des liens avec des notabilités locales. C’est aussi pour cette raison qu’au moment de la conquête coloniale au début du xxe siècle, la cour marocaine est sollicitée par des délégations de notables sahélo-sahariens implorant Mawlāy Abd al-Azīz (r. 1894-1908) d’intervenir au nom de ces anciens liens31. Il n’empêche : dans l’immensité du grand désert, les troupes du sultan marocain ne sont qu’un acteur parmi d’autres, de même que la politique d’alliances vise, en premier lieu, à courtiser des élites largement autonomes dont l’appui est indispensable pour la levée de l’impôt.

Le Touat au début du xixe siècle

  • 32 Sur la région, voir, entre autres, Rachid Bellil, Les Oasis du Gourara, Sahara algérien, Paris/Louv (...)

14Où placer l’archipel oasien du Touat dans ce paysage ? La région affecte à l’époque le profil d’une société d’agriculteurs, en partie berbérophones, et de marchands engagés dans le négoce caravanier. Vivant dans des ksour, des villages fortifiés, ses habitants cultivent des champs céréaliers, des potagers, et, surtout, des plantations de palmiers dattiers qui sont alimentées par un système hydraulique basé sur des canaux d’irrigation souterrains, les foggara-s32. En même temps, de nombreux oasiens passent leur vie comme commerçants circulant entre l’Afrique subsaharienne et le Maghreb. Autrement dit, la possession et l’exploitation de la terre, ainsi que l’échange de biens et d’esclaves transitant vers les marchés de la Méditerranée musulmane, s’inscrivent au cœur des relations sociales au même titre que les rapports, à la fois conflictuels et complémentaires, avec les nomades voisins comme les Touaregs du Hoggar. À l’intérieur des ksour, prévalent des formes d’auto-administration communautaire où un régime oligarchique centré autour de l’institution des conseils de notables (jamā‘a) alterne avec la formation de pouvoirs individuels, exercés par « ceux qui détiennent l’autorité » (āib al-jāh), comme disent les sources locales.

Source : Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne : la justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux xviie-xixe siècles, Leyde, Brill, 2017, p. 273.

  • 33 Élise Voguet, « Tlemcen-Touat-Tombouctou : un réseau transsaharien de diffusion du malikisme (fin v (...)
  • 34 Elias Saad, Social History of Timbuktu: The Role of Muslim Scholars and Notables, 1400-1900, Londre (...)
  • 35 Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.

15Toute accumulation de pouvoir est donc par définition fragile. Elle se dispute à travers un jeu d’alliances et de rivalités entre notables oasiens, principalement issus de familles se revendiquant descendants du prophète de l’Islam (shurafā). Les fluctuations dans l’exercice du pouvoir contrastent avec la remarquable stabilité et continuité que nous observons dans les milieux religieux. Depuis le xve siècle, les oasis constituent l’un des grands foyers de l’érudition musulmane dans l’aire saharienne33. L’essor de traditions lettrées portées par un collectif de savants issus d’un réseau de familles « maraboutiques » (mrābīn) s’accompagne de la formation d’une juridiction islamique au niveau régional sous forme de tribunaux de cadi (juges musulmans) et de conseils de mufti (jurisconsultes). Un système similaire à celui étudié par Elias Saad pour le cas de Tombouctou se met progressivement en place : en s’appuyant sur l’institution judiciaire et la diffusion du savoir religieux (‘ilm), un « patriacate of wealth, learning and descent34 » s’attèle à élaborer un ordre public local qui sert de contrepoids aux compétitions lignagères. Cette action régulatrice est rendue possible par l’intégration des fonctions juridictionnelles islamiques dans le tissu institutionnel et relationnel communautaire : tandis que les membres des familles « maraboutiques » assument les offices de cadi et de mufti, les notables « séculiers » se chargent des aspects matériels de la pratique judiciaire35.

Le Touat et le sultanat du Maroc

  • 36 Louis Mougin, « Les premiers sultans sa’dides et le Sahara », art. cit., p. 184 ; Larbi Mezzine, Le (...)
  • 37 Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine : au Sahara de 1504 à 1902, au Maro (...)

16Telles sont les grandes lignes de l’organisation politique dans les oasis, avec laquelle les troupes du Makhzen marocain sont amenées à composer. De fait, entre le xvie siècle et le début du xixe siècle, le Touat est particulièrement exposé aux ambitions sahariennes des sultans du Maroc. Les Saadiens conquièrent les oasis en 1584, à la veille de leur invasion au Sahel. De même, le fondateur de la dynastie alaouite, Mawlāy Mḥammad b. al-Sharīf (1636-1664), s’empare de l’archipel oasien en 164336. Une fois installés au pouvoir, les Alaouites envoient des agents, des id-s, pour organiser le prélèvement de l’impôt lors des tournées fiscales. Les différentes chroniques locales réunies et traduites par le militaire français Alfred Georges Paul Martin dans les premières années de la colonisation après 1900 affirment que ces expéditions débutent déjà sous les Saadiens, mais qu’elles ne deviennent régulières que sous les Alaouites avec un rythme presque annuel jusqu’à la première moitié du xixe siècle37. Ce n’est qu’à la suite des bouleversements déclenchés par la conquête française du Nord algérien après 1830 que les liens commencent à se relâcher, même si des échanges épistolaires avec les élites locales sont maintenus et que, plus tard, Hassan Ier (r. 1857-1894) tente de réaffirmer son autorité sur la région.

  • 38 Abdelhamid Henia, Le Ǧrīd : ses rapports avec le beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, Université de (...)

17Les campagnes fiscales que les sources jurisprudentielles appellent les Jours du Makhzen (ayyām al-makhzin) s’étendent sur plusieurs mois pendant lesquels les troupes marocaines parcourent les différents ksour en fixant pour chaque communauté un certain montant à verser. Le prélèvement de l’impôt à l’échelle locale se fait d’une manière semblable à celle qui est analysée par Abdelhamid Hénia pour le cas du Jérid dans la Tunisie ottomane : la collectivité villageoise se charge à travers l’institution de la jamā‘a de réunir auprès de ses membres le montant de l’impôt qui lui est fixé38. Les redevances sont mesurées en unités de mithqāl, poids de poudre d’or, même si elles portent probablement en premier lieu sur des produits agricoles, notamment les dattes, et se déclinent en différents types, dont le plus emblématique est appelé iyāfa « prestation d’hospitalité ». L’extrait d’un récit de voyage d’un lettré local à propos d’une expédition en 1767 permet d’illustrer ce processus :

  • 39 ‘Abd Allāh b. Amad al-Fulānī, Rila, ms. privé, fonds Abdallah Ismaili, Adrar, Wilaya d’Adrar, f.  (...)

Cette année le Makhzen est venu au Touat. Il s’est installé au Gourara et leur a imposé des prestations d’hospitalité. Il a chargé chaque district de verser cent prestations la valeur de chacune ayant été fixée à 24 mithqāl : six ont été imposées à al-Mabrouk, quatre aux ksour de l’Erg39.

18Il s’ensuit une liste précisant les contributions des différentes agglomérations oasiennes du Touat.

19L’action du Makhzen dans la région repose sur des alliances avec les notabilités locales qui sont facilitées par l’existence de plusieurs familles de notables partageant la même généalogie chérifienne que les sultans alaouites. Ces derniers ne manquent pas d’entretenir leur réseau relationnel par l’envoi de cadeaux et de gratifications, comme l’illustre le passage suivant d’une lettre envoyée en 1830 par le Makhzen à un cadi local, lui-même issu d’un groupe de shurafā alaouites :

  • 40 Ibid., p. 135-141 ; Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine, op. cit., p. 1 (...)

Si rien ne s’y oppose, tu recevras de nous, toi cadhi, avec la bénédiction divine, une certaine somme (d’argent) que tu répartiras entre tes frères, les Chorfa âlouyites, et des présents que tu déposeras de notre part dans les sanctuaires et les mausolées de ton pays ; tu es notre mandataire40.

20Cette politique clientéliste s’avère d’une importance fondamentale pour le déroulement des campagnes fiscales. Lors de ces opérations, les agents du Makhzen coopèrent en effet étroitement avec l’oligarchie ksourienne. En particulier, les cadis sont invités à prêter concours au corps expéditionnaire. Dans une lettre datée de 1823, le nouveau sultan Mawlāy ‘Abd al-Raḥmān (r. 1822-1859) donne des instructions à un juge du nom de Mawlāy Aḥmad quant à la manière dont il convient de procéder :

  • 41 ‘Abd Allāh b. Amad al-Fulānī, Rila, op. cit., p. 132.

N’apporte aucune négligence à l’établissement de l’assiette de l’impôt, mesure les eaux qui ont peut-être diminué, et, dans ce cas, ne recense que ce que tu trouveras et non ce qui existait antérieurement41.

21Le juge s’exécute. C’est qu’il en a l’habitude. En 1796, sous le règne de Mawlāy Sulaymān (r. 1792-1822), il s’est adressé à la jamā‘a de Tamentit, l’ancien chef-lieu des oasis du Touat, afin d’exposer la procédure à suivre pour le versement de l’impôt :

  • 42 Il s’agit du grand cadi du Touat (ī al-jamā‘a) ‘Abd al-aqq al-Bakrī (m. 1796), résidant à Tamen (...)
  • 43 Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine, op. cit., p. 105.

Remettez à notre fils Sidi Mohammed ben Abdallah, qui se présentera à vous avec les serviteurs de notre seigneur […] ce dont vous êtes redevables […] Nous lui avons prescrit, pour le cas où vous lui verseriez cela, d’attribuer à chaque moudden [muezzin], à chaque imam, à chaque pédagogue de votre pays une somme de trois metkals ; si ces paiements sont faits, notre confrère, le cadhi Abdelhak42, apposera sa signature au bas de cette lettre, pour acquit, avant que notre fils ne nous la rapporte43.

  • 44 Il s’agit de Muammad al-Bakrī (m. 1720), l’une des grandes figures de l’érudition oasienne au xvii(...)
  • 45 Muammad al-Zajlāwī, Nawāzil, ms. privé, fonds khizāna Lemtarfa, Wilaya d’Adrar, f. 33.

22Le rôle actif des magistrats dans le recouvrement de l’impôt est corroboré par les recueils de jurisprudence. Plusieurs litiges portent sur des ventes forcées de propriétés, foncières ou autres, réalisées par les cadis oasiens, afin de garantir le paiement des taxes imposées aux collectivités ksouriennes. Nous y reviendrons. Ce qu’il nous importe ici de souligner, c’est que ces ventes sont formellement autorisées par les juristes locaux au nom de l’intérêt public. Dans les Nawāzil de Muḥammad al-‘Ālim al-Zajlāwī (fl. 1750) nous lisons : « C’est la pratique des juristes et des cadis du Touat comme Sayyid al-Bakrī44 que les ventes forcées en raison des exigences du souverain sont contraignantes puisqu’elles sont commandées par des considérations de bien commun (malaa) et de la protection contre le mal45 ». En cas de refus, la répression pouvait en effet être redoutable. La chronique d’un certain Sidi Bahaia, résumée par Alfred Georges Paul Martin, relate, par exemple, l’écrasement d’une révolte en 1711 dans le Gourara :

  • 46 Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine, op. cit., p. 79-80.

Mais bientôt arrive du Gharb [du Maroc] le caïd El-Ghazi Abou-Hafra, envoyé par le sultan au cours de Mohammed-Saffar ; El-Ghazi joint aux troupes qu’il a amenées tous les contingents du Gourara et poursuit dans l’Aougrout les insurgés ; il parvient à les enfermer dans le ksar d’Akbour, les réduit par la famine et les emmène enchaînés à Timimoun, où il les fait décapiter : 400 têtes sont exposées sur les remparts de la kasba chérifienne de Timmimoun. […] Il détruit le ksar de Taoursit, et ruine ses palmeraies ; il détruit aussi le ksar d’Akbour, le ksar d’Amlal et le ksar Teharoun aux Oulad-Saïd, et il rase la palmeraie d’Oudghagh46 […].

  • 47 Muammad al-Zajlāwī, Nawāzil, ms. cit., f. 32.

23Face à ces violences, les jurisconsultes oasiens font valoir la maxime juridique selon laquelle il convient de choisir, entre deux maux le moindre (irtikāban li-akhaff al-ararayn). Mieux vaut « déclarer exécutoires les ventes forcées qui ont été réalisées, afin de rassembler le montant de l’impôt dû au Makhzen, même dans des cas où il s’agit de redevances injustes et illégales47 (al-maghārim al-ulmiyya) », que d’exposer la communauté au « mal » (fasād) ou à la « discorde » (fitna). Partant, les ventes forcées permettent d’observer de quelle manière l’oligarchie oasienne mobilise l’institution judiciaire pour imposer son interprétation des intérêts du collectif :

  • 48 Ibid.

Quelqu’un l’a [al-Zajlāwī] interrogé à propos d’un homme qui a été incapable de s’acquitter de ses obligations à l’égard du souverain, c’est-à-dire de ce que la communauté villageoise lui avait imparti comme contribution. Par conséquent, le cadi […] a donné l’ordre de procéder à la vente d’un jardin de palmiers appartenant à cette personne, afin de couvrir la somme due. Les experts judiciaires (urrāf), les témoins notaires du village (shuhūd al-balad), ainsi que les notables (ayānuhā) se sont alors mis à établir la valeur [du jardin] d’une manière équitable et sans lui porter préjudice au profit d’un tiers. Ensuite, celui-ci a acquis l’objet en conformité avec ce que le juge mentionné avait ordonné48.

  • 49 Michael J. Braddick et John Walter, “Introduction. Grids of Power: Order, Hierarchy and Subordinati (...)

24Les campagnes fiscales mettent ainsi en interaction trois principaux acteurs : les agents du Sultan marocain, les notables locaux, religieux ou « profanes », et les différentes communautés ksouriennes dont les membres portent le poids de l’impôt. L’interaction entre l’État et les élites locales dans les sociétés rurales maghrébines a fait l’objet de quelques recherches d’envergure mettant en lumière la fonction médiatrice des notables communautaires, notamment pour le cas tunisien. La question reste toutefois de savoir quelles dynamiques se développent à l’intérieur des communautés lorsque « hommes de religion » et « hommes forts » s’adressent aux groupes lignagers et aux individus pour exiger leurs contributions. Comment s’opère concrètement cette médiation assumée par les élites qui, par ailleurs, semble être un trait commun des sociétés prémodernes49, et quelles réactions provoque-t-elle au niveau communautaire ?

Les ksouriens face à l’impôt

  • 50 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. privé, fonds khizāna Badriane, Wilaya d’Adrar, f. 165-166.
  • 51 Ibid., f. 166-167.
  • 52 Ibid., f. 55-56.

25Les cas d’espèce documentés dans les recueils de fatwas laissent apparaître que les expéditions fiscales ont un impact considérable sur la circulation de la propriété à l’intérieur des ksour. De façon immédiate, ce sont les pillages et les réquisitions lors des Jours du Makhzen qui sèment la terreur auprès des oasiens et suscitent différentes stratégies pour y faire face. Une consultation d’un jurisconsulte du Gourara, Abd al-Rahmān al-Jantūrī (m. 1747) nous relate, par exemple, comment à l’arrivée d’un caïd envoyé par le sultan Mawlāy Abd Allāh (r. 1727-1757), les femmes d’un village cachent leurs objets de valeur dans une cave50. D’autres cherchent la protection d’un lieu saint en déposant leurs biens dans un sanctuaire local51, voire s’enfuient simplement, une stratégie que l’on observe, par ailleurs, aussi dans d’autres régions du Maghreb. Enfin, certains ksouriens tentent de dissimuler leurs richesses. Nous apprenons le cas d’un homme qui affranchit un esclave, mais, plus tard, souhaite revenir sur sa décision en affirmant qu’il aurait agi « uniquement par crainte du pouvoir des agents du Makhzen52 ».

  • 53 Muammad al-Balbālī, ‘Abd al-‘Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwā (...)
  • 54 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 166-167.

26À l’inverse, il semble bien que l’arrivée de la colonne expéditionnaire offre aussi des possibilités d’enrichissement pour ceux qui peuvent compter sur son appui. Un cas d’espèce portant sur une affaire de dette à la fin du xviiie siècle nous décrit le créancier comme un homme « jouissant d’une grande influence lors des tournées fiscales [littéralement au temps du Makhzen (fī waqt al-makhzin)] qui spolie les gens injustement 53(bi-ulm) ». De manière moins dramatique, les nawāzil font état d’exemptions d’impôt accordées à des individus et des groupes lignagers par les agents de la arka, ce qui provoque de vifs débats au sein des jurisconsultes locaux54. Ou bien certains « hommes forts » locaux essaient de saisir l’occasion pour consolider leur autorité au sein de leurs communautés :

  • 55 Muammad al-Zajlāwī, Nawāzil, ms. cit., f. 52.

Quelle est votre réponse à propos d’une communauté (jamā‘a) à laquelle sont imposés les impôts du Makhzen (al-waīf al-makhzanī) et qu’ils doivent acquitter sous forme de paiement anticipé ? Leur cheikh, celui qui préside à leurs affaires, achète alors leur dette et verse la somme demandée à leur place lorsque celle-ci est exigée […], par peur que le mal et la perte ne s’abattent sur le village55 […].

  • 56 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwā (...)

27Dans ce cas d’espèce, l’argument de l’impératif de la préservation du bien commun est donc mis au profit d’une démarche qui s’apparente à l’acquisition d’une sorte de rente fiscale par le cheikh du village. L’exemple laisse ainsi entrevoir que les décisions de l’oligarchie communautaire, appuyées par les jugements et fatwas des juristes, de respecter les exigences du Makhzen doivent être envisagées dans le cadre de dynamiques plus larges de stratégies individuelles de notables. Loin de mettre uniquement en jeu l’autorité du système communautaire, le passage de la arka déclenche un processus de redistribution des ressources, voire de règlement de comptes. Observons le cas suivant : un homme reçoit en dépôt une pièce de velours. Lorsqu’un émissaire du propriétaire vient pour récupérer l’objet, il lui explique que « le Makhzen l’a pris de sa maison », mais qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter étant donné que « […] les agents n’emportent pas [ce genre d’objets] dans leur pays d’origine mais les déposent chez untel56 […] ». Cependant, il s’avère que, dans le sillage du départ du corps expéditionnaire, quelques notables du ksour avaient confisqué la pièce à cette personne et refusent maintenant de la rendre.

  • 57 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 69-70.
  • 58 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwā (...)

28Les biens de personnes placées sous tutelle ou parties à l’étranger semblent particulièrement exposés à ce genre de manœuvres, comme l’illustre une demande de consultation soumise à plusieurs jurisconsultes de Fès, probablement par la personne lésée elle-même : « Un homme du Touat habite à Meknès au Maroc […]. Les gens de son village d’origine mettent la main sur ses propriétés foncières en vendant une partie lors du prélèvement des impôts du Makhzen. Est-ce qu’une telle vente est obligatoire pour lui57 ? » Si, en l’espèce, les muftis marocains sollicités se prononcent plutôt contre la validité de la vente, leurs collègues du Touat ont tendance à légitimer ce type de transaction, même dans des cas où il y aurait des raisons de douter de leur légalité. Dans un litige opposant deux groupes lignagers, les Awlād al-ājj Abī’l-Qāsim et les Awlād Alī b. Abd al-Rahmān al-Wangālī, sur les ventes de terres effectuées lors de la collecte de l’impôt, le cadi défend sa décision d’avoir maintenu les transactions en dépit de leur caractère vicié en estimant que le mal qui en résulte est bien moindre que le « mal du meurtre et de tout ce qui y mène58 ».

  • 59 En milieu saharien, la propriété des palmiers est en effet distinguée de celle de la terre.
  • 60 Voir, par exemple, Geneviève Bedoucha, L’Eau, l’amie du puissant : une communauté oasienne du Sud t (...)
  • 61 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 116.

29De tels conflits provoqués par les transactions décidées à l’échelle communautaire reflètent une compétition âpre pour le contrôle du foncier agricole, c’est-à-dire de la principale source de revenu dans les oasis : les terres, l’eau et les palmiers59. Dans les sociétés oasiennes du Maghreb saharien, les formes de propriété privée (milk) prédominent tout en restant intimement liées aux structures lignagères60. Si la discussion de ce système complexe dépasse le cadre de cet article, on peut retenir ici que les communautés oasiennes sont travaillées par une dialectique entre un régime de propriété individuelle et des modes d’exploitation collectifs à travers différents types de contrats d’association. Les conséquences en sont une tendance au morcellement des propriétés et une imbrication de droits sur un même espace. Lorsque, sous la pression de la colonne expéditionnaire du Makhzen, la communauté se mobilise pour réunir le montant exigé moyennant des ventes forcées, l’action est susceptible de reconfigurer non seulement les relations de propriété comme dans les exemples que nous avons passés en revue, mais aussi les arrangements à l’intérieur des différents groupes d’associés, ce qui aboutit à de nombreux litiges soumis aux tribunaux de cadi oasiens. Un cas particulièrement saisissant porte sur un groupe d’exploitants d’un canal d’irrigation souterrain (foggara61). Afin de payer les redevances exigées par le Makhzen, ceux-ci sont obligés de vendre des parts d’eau à un autre groupe d’associés qui, à leur tour, répartissent leur acquisition entre « leurs frères ». Plus tard, lorsque les acheteurs quittent la région en direction du Maroc, ils laissent sur place un mandataire (wakīl). Celui-ci ne tarde pas à se confronter aux propriétaires originels qui réclament les parts qui avaient été vendues au moment du passage de la arka.

  • 62 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwā (...)
  • 63 Ibid., f. 65.
  • 64 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 116.
  • 65 Giovanni Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviiie siècle, Par (...)

30Cet exemple nous permet de verser un dernier élément au dossier. La perspective jurisprudentielle des nawāzil reflète notamment les conséquences à long terme de ces transactions « conclues sous pression » (maghū62). Ce sont souvent les personnes absentes lors du passage du corps expéditionnaire, qui, à leur retour, remettent en question l’action de leurs mandataires sur place, ou bien les héritiers qui s’affrontent des années plus tard sur des propriétés cédées par leurs ascendants au moment de la levée d’impôt. Par exemple, les héritiers d’une femme qui avait chargé un homme de transmettre une somme à « l’agent du sultan » portent plainte, vingt ans plus tard, contre les descendants de cet homme et exigent la présentation d’un acte notarié attestant que la livraison a bien eu lieu à l’époque63. Les Jours du Makhzen deviennent ainsi un élément parmi d’autres dans la négociation des hiérarchies entre familles, voire à l’intérieur des groupes de parenté, comme dans le cas d’une personne qui, ayant exercé la tutelle pour son frère, exige à la mort de ce dernier que les héritiers lui remboursent ce qu’il avait acquitté comme impôt64. Effectivement, ces affaires portées devant les instances de juridiction islamique illustrent le fait que la mobilisation de la solidarité communautaire face aux exigences fiscales est intimement liée aux vicissitudes de ce que Giovanni Levi nommait la « politique de la vie quotidienne65 ».

*

31La taille modeste de cet article nous interdit de conclure sur les relations liant les oasis du Touat au sultanat du Maroc aux xviiie et xixe siècles. Nous espérons néanmoins avoir montré que la dichotomie entre bilād al-makhzin et bilād al-sība à laquelle l’ethnographie coloniale nous a habitués ne permet pas de rendre compte des interactions entre communautés locales et agents d’État telles qu’elles s’observent dans les recueils de fatwas. Il s’agit d’une région qui est certainement très exposée aux politiques d’expansion des Saadiens et Alaouites au Sahara et qui se reconnaît dans le patronage symbolique du sultan marocain en tant qu’imām. Mais, d’un autre côté, les sources locales laissent peu de doutes sur le fait que l’appareil étatique du Makhzen est perçu comme un élément allogène dont l’action constitue une menace potentielle pour le bien commun des communautés locales. Cette ambiguïté que nous avons évoquée au début de cet article nous paraît consubstantielle de l’implantation de l’État impérial, marocain ou ottoman, dans les réseaux relationnels des sociétés rurales maghrébines. La question n’est pas tellement de savoir dans quelle mesure ces régions se soumettent à l’autorité d’un souverain lointain, mais plutôt de restituer les dynamiques que les manifestations du pouvoir de ce souverain déclenchent au sein de l’espace communautaire. Si le passage de la colonne expéditionnaire en constitue la principale illustration, les documents jurisprudentiels examinés suggèrent qu’en fin de compte, la rencontre avec les agents du Makhzen finit par être absorbée par des rapports de force locaux sur lesquels elle a toutefois un impact considérable.

  • 66 Julia A. Clancy-Smith, Rebel and Saint: Muslim Notables, Populist Protest, Colonial Encounters (Alg (...)

32Que pourrons-nous retenir de ces observations pour le débat historiographique esquissé en introduction ? Il nous semble qu’elles illustrent pertinemment l’existence, dans les campagnes du Maghreb moderne, de régimes de gouvernance au sein desquels les modèles institutionnels et normatifs de l’Islam dialoguent avec une culture locale du politique. Les modalités de ce dialogue ainsi que les institutions et structures qu’il engendre restent encore mal connues. Pourtant, c’est à travers elles que les populations rurales s’expriment et s’organisent lors de l’instauration de l’ordre colonial, comme l’a montré Julia Clancy-Smith pour le Sud-Est algérien66. De ce fait, leur étude participe pleinement au projet de repenser l’histoire politique du xixe siècle africain sous l’angle d’une historicité plurielle que poursuit ce dossier. Mais l’exemple des oasis du Touat nous invite aussi, de façon plus globale, à reconsidérer l’interaction entre régions dites « périphériques » et centres impériaux, en explorant la diversité des schèmes d’intégration territoriale et politique perceptible dans les sources en langues arabe, berbère ou ottomane. En fin de compte, cela revient à poser les jalons pour une histoire de « l’étaticité » (stateness) dans l’intérieur maghrébin précolonial qui s’émanciperait enfin de l’héritage épistémologique du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Isabelle Surun, ainsi que les deux évaluateurs anonymes, pour leurs remarques et critiques précieuses.

2 Jürgen Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, Munich, Beck, 2009.

3 La littérature est vaste. Retenons ici en particulier les travaux de Khaled Fahmi, Ali Yaycioglu, Beshara Doumani, Olivier Bouquet, Peter Gran, Will Hanley, Mostafa Minawi, Martha Mundy, Iris Agmon, etc.

4 Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter », L’Année du Maghreb, n° 10, 2014, p. 233‑254.

5 Etty Terem, Old Texts, New Practices, Islamic Reform in Modern Morocco, Palo Alto, Stanford University Press, 2014. Voir aussi le numéro spécial : Etty Terem et James McDougall (eds.), “Towards a Local History of Maghribi Modernity”, Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 60, 2017/1 ; Camille Lefebvre et M’hamed Oualdi (dir.), « Temporalités du moment colonial », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 72, 2017/4.

6 Pour reprendre le titre d’un texte récent de Jean-François Bayart, « La cité bureaucratique en Afrique subsaharienne », in Béatrice Hibou (dir.), La Bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013, p. 291-313.

7 Nous songeons en particulier au genre des recueils de fatwa (nawāzil) sur lesquels s’appuie également cette étude. Voir Ismail Warscheid, « Une tradition jurisprudentielle africaine : les collections de nawāzil de l’Ouest saharien (xviie-xxe siècles) », in Catherine Coquery-Vidrovitch, Nathalie Kouamé, Éric Meyer, Anne Viguier (dir.), L’Encyclopédie des historiographies (Afriques, Amériques, Asies), Paris, Presses de l’Inalco, à paraître.

8 Ghislain Lydon, On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 276.

9 Sur ces corpus et l’érudition musulmane dans la région, voir Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne : la justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux xviie-xixsiècles, Leyde, Brill, 2017, en particulier les chapitres 1 et 2.

10 Jocelyne Dakhlia, L’Oubli de la cité : la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien, Paris, La Découverte, 1990, p. 226.

11 Ibid., p. 227.

12 Ibid.

13 Sur cette institution, voir notamment, Jocelyne Dakhlia, « Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 43, 1988/3, p. 735-760 ; Abderrahman El Moudden, « État et société rurale à travers la harka au Maroc du xixe siècle », The Maghreb Review, vol. 8, 1983/5-6, p. 141-145 ; Daniel Nordman, « Les expéditions de Moulay Hassan, essai statistique », Hesperis Tamuda, vol. 81, 1980, p. 123-152.

14 Ces mécanismes d’alliance ont été principalement étudiés pour le Maroc et la Tunisie aux xviiie et xixe siècles. Voir Rahma Bourqia, Al-dawlat wa-al-sula wa-al-muǧtama‘: dirāsat fī al-ābit wa-al-mutaawwil fī ‘alāqāt al-dawlat bi-al-qabā’il fī al-Maġrib, Beyrouth, Dār al-alī‘a li-l-ibā‘a wa-al-našr, 1991 ; Khelifa Chater, Insurrection et répression dans la Tunisie du xixe siècle, la mehalla de Zarrouk au Sahel (1864), Tunis, Université de Tunis, 1978 ; Abdelhamid Hénia, Le Ǧrīd : ses rapports avec le beylik de Tunis : 1676-1840, Tunis, Université de Tunis, 1980 ; Id., « L’exercice du pouvoir dans et sur les communautés locales en Tunisie aux xviiie et xixe siècles », Mélanges de l’École française de Rome, vol. 115, 2003/1, p. 581-595 ; Abderrahman El Moudden, Al-bawādī al-maġribiyyat qabl al-isti‘mār: qabāil Īnāwin wa al-Mazan bayn al-qarn al-sādis ‘ašar wa al-tāsi‘ ‘ašar, Rabat, Publications de la Faculté des lettres, 1995.

15 Nicolas Michel, Une économie de subsistances : le Maroc précolonial, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1997.

16 La notion est discutée par Antoine Follain et Gilbert Larguier, « L’État moderne et l’impôt dans des campagnes : rapport introductif », in Antoine Follain et Gilbert Larguier (dir.), L’Impôt des campagnes : fragile fondement de l’État dit moderne (xve-xviiie siècle), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 29-32.

17 Rahal Boubrik, « Les fuqahâ’ du prince et le prince des fuqahâ’. Discours politique des hommes de religion au pays maure (Mauritanie, xviie-xixe siècle) », Afrique et histoire, vol. 7, 2009/1, p. 153-172 ; Abdel Wedoud Ould Cheikh, « Théologie du désordre : Islam, ordre et désordre au Sahara », L’année du Maghreb, vol. 7, 2011/1-2, p. 61-77 ; Houari Touati, « Le prince et la bête : enquête sur une métaphore pastorale », Studia Islamica, n° 83, 1996, p. 101-119.

18 Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.

19 Comme le résume un jurisconsulte saharien du xviiie siècle. Voir Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sāil fī-mā waqa‘a fī Tuwāt min al-qaāyā wa’l-masā’il, ms. privé, fonds khizāna Lemtarfa, Wilaya d’Adrar, f. 641.

20 Le terme « fatwa » désigne une consultation portant sur un point spécifique de la charia ou de son application. La fatwa relève d’une logique dialectique, c’est-à-dire qu’elle répond toujours à une demande explicite (istiftā’) formulée par un questionneur (mustaftī). L’identité de ce questionneur est variable : bien que l’émission de fatwas vise en premier lieu, dès ses débuts au viiie siècle, à encadrer l’action des juges musulmans, nombreux furent les souverains et dignitaires politiques à s’adresser aux muftis pour légitimer leurs décisions d’un point de vue religieux. Cf. Wael Hallaq, “From Fatwas to Furū: Growth and Change in Islamic Substantive Law”, Islamic Law and Society, vol. 1, 1994/1, p. 29-65; Muhammad Khalid Masud, Brinkley Messick, David S. Powers (eds.), Islamic Legal Interpretation: Muftis and Their Fatwas, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1996.

21 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwāt min al-qaāyā wa’l-masā’il, ms. cit., f. 152.

22 Nous employons ce terme pour désigner l’espace désertique s’étendant de nos jours sur les territoires de l’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Maroc.

23 Pierre Bonte, L’Émirat de l’Adrar mauritanien : harîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne, Paris, Karthala, 2008, p. 411.

24 Voir notamment les travaux de Pierre Bonte, Sophie Caratini, Mariella Villasante-Beauvais, etc.

25 Rahal Boubrik, Entre Dieu et la tribu : homme de religion et pouvoir politique en Mauritanie, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines Université Mohammed V Agdal, 2011 ; Charles Stewart, Islam and Social Order in Mauritania: A Case Study from the 19th Century, Oxford, Clarendon Press, 1973.

26 Par exemple, Judith Scheele, “Councils Without Customs, Qadis without States: Property and Community in the Algerian Touat”, Islamic Law and Society, vol. 17, 2010/3-4, p. 350-374.

27 Il s’agit d’un espace s’étendant de l’Oued Noun au Maroc jusqu’à la vallée du Sénégal, du littoral atlantique jusqu’à l’Azaouad au nord de l’actuel Mali. Cf. Khalīl al-Nawī, Bilād Shinqī al-manāra wa’l-ribā. ‘Ar li’l-ayāt al-‘ilmiyya wa’l-ishā‘ al-thaqāfī wa’l-jihād al-dīnī min khilāl al-jāmi‘āt al-badawiya al-mutanaqila (al-maāir), Tunis, al-Munaẓẓama al-‘arabiyya li-tarbiya wa’l-thaqāfa wa’l-‘ulūm, 1978, p. 24-56.

28 al-Shaykh Muammad al-Māmī b. al-Bukhārī al-Bārikī, Kitāb al-Bādiya wa nuū ukhrā, Rabat, Publications du Centre d’études sahariennes, 2014, p. 177. Sur le Kitāb al-Bādiya, voir Ismail Warscheid, « Le livre du désert : la vision du monde d’un lettré musulman de l’Ouest saharien au xix siècle », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 73, 2018/2, p. 359-384.

29 Abdel Wedoud Ould Cheikh, « Théologie du désordre. Islam, ordre et désordre au Sahara », L’Année du Maghreb, 2017, p. 61-77.

30 Louis Mougin, « Les premiers sultans sa’dides et le Sahara », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 19, 1975, p. 169-187.

31 Michel Abitbol, « Jihād et nécessité : le Maroc et la conquête française du Soudan occidental et de la Mauritanie », Studia Islamica, n° 63, 1986, p. 159-177.

32 Sur la région, voir, entre autres, Rachid Bellil, Les Oasis du Gourara, Sahara algérien, Paris/Louvain, Éditions Peeters, 1999-2000, 3 vol. ; Jean Bisson, Le Gourara : étude de géographie humaine, Alger, Institut des recherches sahariennes, 1957 ; Nadir Marouf, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad, 1980 ; Judith Scheele, « L’énigme de la faggâra : commerce, crédit et agriculture dans le Touat algérien », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 67, 2012/2, p. 471-493.

33 Élise Voguet, « Tlemcen-Touat-Tombouctou : un réseau transsaharien de diffusion du malikisme (fin viiie/xive siècle-xie/xviie siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 141, 2017, p. 259-279 ; Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.

34 Elias Saad, Social History of Timbuktu: The Role of Muslim Scholars and Notables, 1400-1900, Londres/New York, Cambridge University Press, 1983, p. 20.

35 Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.

36 Louis Mougin, « Les premiers sultans sa’dides et le Sahara », art. cit., p. 184 ; Larbi Mezzine, Le Tafilalt : contribution à l’histoire du Maroc aux xviie et xviiie siècles, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 1987, en particulier p. 315-320.

37 Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine : au Sahara de 1504 à 1902, au Maroc de 1894 à 1912, Paris, Librairie Félix Alcan, 1923. Sur l’ouvrage de Martin : Ismail Warscheid, « Comment écrire un passé qui ne soit ni colonial ni classique ? Le cas du Tuwāt algérien », in François Pouillon, Jean-Claude Vatin (dir.), Après l’Orientalisme. L’Orient créé par l’Orient, Paris, Karthala, 2011, p. 213-226.

38 Abdelhamid Henia, Le Ǧrīd : ses rapports avec le beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, Université de Tunis, 1980. Le travail récent d’Ali Yacioglu sur le cas des Balkans et de l’Anatolie suggère qu’il s’agit là d’un système qui se généralise également dans les terres centrales de l’Empire ottoman à partir du xviiie siècle ; Ali Yaycioglu, Partners of the Empire: The Crisis of the Ottoman Order in the Age of Revolutions, Stanford, Stanford University Press, 2016, 117-156.

39 ‘Abd Allāh b. Amad al-Fulānī, Rila, ms. privé, fonds Abdallah Ismaili, Adrar, Wilaya d’Adrar, f. 3-4.

40 Ibid., p. 135-141 ; Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine, op. cit., p. 149.

41 ‘Abd Allāh b. Amad al-Fulānī, Rila, op. cit., p. 132.

42 Il s’agit du grand cadi du Touat (ī al-jamā‘a) ‘Abd al-aqq al-Bakrī (m. 1796), résidant à Tamentit ; Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.

43 Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine, op. cit., p. 105.

44 Il s’agit de Muammad al-Bakrī (m. 1720), l’une des grandes figures de l’érudition oasienne au xviie-xviii; Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne, op. cit.

45 Muammad al-Zajlāwī, Nawāzil, ms. privé, fonds khizāna Lemtarfa, Wilaya d’Adrar, f. 33.

46 Alfred Georges Paul Martin, Quatre siècles d’histoire marocaine, op. cit., p. 79-80.

47 Muammad al-Zajlāwī, Nawāzil, ms. cit., f. 32.

48 Ibid.

49 Michael J. Braddick et John Walter, “Introduction. Grids of Power: Order, Hierarchy and Subordination in Early Modern Society”, in Michael J. Braddick et John Walter (eds.), Negotiating Power in Early Modern Society: Order, Hierarchy and Subordination in Britain and Ireland, Cambridge, Cambridge, University Press, 2001, p. 1-42.

50 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. privé, fonds khizāna Badriane, Wilaya d’Adrar, f. 165-166.

51 Ibid., f. 166-167.

52 Ibid., f. 55-56.

53 Muammad al-Balbālī, ‘Abd al-‘Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwāt min al-qaāyā wa’l-masā’il, ms. cit., f. 403-404.

54 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 166-167.

55 Muammad al-Zajlāwī, Nawāzil, ms. cit., f. 52.

56 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwāt min al-qaāyā wa’l-masā’il, ms. cit., f. 216.

57 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 69-70.

58 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwāt min al-qaāyā wa’l-masā’il, ms. cit., f. 152-153.

59 En milieu saharien, la propriété des palmiers est en effet distinguée de celle de la terre.

60 Voir, par exemple, Geneviève Bedoucha, L’Eau, l’amie du puissant : une communauté oasienne du Sud tunisien, Paris, Archives contemporaines, 1987.

61 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 116.

62 Muammad al-Balbālī, Abd al-Azīz al-Balbālī, al-Ghunyat al-muqtaid al-sā’il fī-mā waqa‘a fī Tuwāt min al-qaāyā wa’l-masā’il, ms. cit., f. 33.

63 Ibid., f. 65.

64 ‘Abd al-Ramān al-Jantūrī, Nawāzil, ms. cit., f. 116.

65 Giovanni Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1989 [1re éd.1985], p. 9.

66 Julia A. Clancy-Smith, Rebel and Saint: Muslim Notables, Populist Protest, Colonial Encounters (Algeria and Tunisia, 1800-1904), Berkeley, University of California Press, 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Ismail Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne : la justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux xviie-xixe siècles, Leyde, Brill, 2017, p. 273.
URL http://journals.openedition.org/rh19/docannexe/image/6561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ismail Warscheid, « Les Jours du Makhzen : levée d’impôt et relations communautaires dans les oasis du Touat (Sud algérien), 1700-1850 »Revue d'histoire du XIXe siècle, 59 | 2019, 31-48.

Référence électronique

Ismail Warscheid, « Les Jours du Makhzen : levée d’impôt et relations communautaires dans les oasis du Touat (Sud algérien), 1700-1850 »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6561

Haut de page

Auteur

Ismail Warscheid

Ismail Warscheid est chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), Section Arabe

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search