Navigation – Plan du site
Dossier

La souveraineté de Witu au xixe siècle. De la refondation à la colonisation d’une cité-État sur la côte est-africaine

Clélia Coret
p. 49-69

Résumés

Cet article analyse les manières dont s’exercent et s’affirment des souverainetés en tension sur la côte est-africaine (ou swahili) au xixe siècle. Quand l’hégémonique sultanat omanais de Zanzibar menace l’indépendance des cités-États côtières, l’une des réponses adoptées par ces dernières est la refondation d’une cité à Witu (dans l’actuel Kenya) en 1862. Dès lors, se pose la question de l’exercice de l’autorité de son souverain sur un territoire qu’il ne contrôlait pas auparavant. Comment s’est-elle manifestée? Quels attributs anciens de la souveraineté des cités swahili les autorités de Witu ont-elles cherché à réinvestir ? La construction d’une agglomération, entourée d’une enceinte, où vit une communauté urbaine et musulmane forme le territoire (mji) sur lequel la souveraineté de la cité s’exerce de façon complète. Au-delà de l’enceinte, celle-ci se révèle fluctuante, en constante négociation avec les populations qui habitent aux abords de la cité. De plus, à travers des alliances avec Witu et Zanzibar, les velléités coloniales allemandes et britanniques viennent complexifier les pratiques et les discours sur la souveraineté. Il s’agira ainsi de mesurer les écarts entre la souveraineté réelle et la souveraineté fantasmée chez les autorités africaines et les Européens, notamment à travers les traités signés à Witu en 1885. Le croisement entre des récits de voyageurs européens et des archives diplomatiques allemandes conservées à Zanzibar permet d’étudier l’entrelacement des prétentions souveraines et de repérer l’utilisation d’attributs de la souveraineté plus ou moins nouveaux sur la côte est-africaine.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Refonder pour résister : la cité-état de Witu face au sultanat de Zanzibar (1812-1885)
Le sultanat de Zanzibar et la cité de Pate
La refondation d’une cité à Witu : entre les murs
Au-delà de l’enceinte de la cité
La souveraineté de Witu et la présence européenne
Les actes de vente de Witu et le protectorat allemand (1885)
Quelles frontières pour Witu ?
De nouveaux attributs de la souveraineté ?

Aperçu du début du texte

« Nous renonçons à toutes nos prétentions ainsi qu’à tous nos droits de souveraineté regardant le pays désigné ». Tels sont les termes de l’acte de 1885 par lequel le sultan de la cité-État de Witu (actuel Kenya) vend des terres à l’explorateur allemand Clemens Denhardt. Que représentent ces « droits de souveraineté » ? La formule est suffisamment imprécise pour que les deux parties y glissent chacune leur propre sens, et la suite de l’acte de vente n’apporte aucun complément, alors que la présence européenne se fait de plus en plus impérieuse en cette fin de siècle.

Dans une formule restée célèbre, le chancelier Bismarck se moquait des traités – ces « morceaux de papiers avec un certain nombre de croix dessus » – signés entre des aventuriers européens et des chefs africains. La conférence de Berlin (15 novembre 1884-26 février 1885), cherchant à prévenir les litiges entre les États colonisateurs, les incitait pourtant à signer de tels traités avec les pouvoirs locaux afin de dégager...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clélia Coret, « La souveraineté de Witu au xixe siècle. De la refondation à la colonisation d’une cité-État sur la côte est-africaine », Revue d'histoire du XIXe siècle, 59 | 2019, 49-69.

Référence électronique

Clélia Coret, « La souveraineté de Witu au xixe siècle. De la refondation à la colonisation d’une cité-État sur la côte est-africaine », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6573

Haut de page

Auteur

Clélia Coret

Clélia Coret est post-doctorante au LabEx HASTEC, au sein du Centre Alexandre-Koyré

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page