Navigation – Plan du site
Dossier

La valeur du « bain royal » (fandroana). Échanges tributaires et souveraineté dans le Royaume de Madagascar au xixe siècle

The Value of Royal Bath (Fandroana). Sovereignty and Tributary Economy in the Kingdom of Madagascar in the 19th Century
Die Bedeutung des Fandroana („königliches Bad“). Souveränität und Volkswirtschaft im Königreich Madagaskar im 19. Jahrhundert
Samuel F. Sanchez
p. 71-94

Résumés

Cet article envisage le lien profond qui unit la monarchie malgache et la société à travers un fait social total, le fandroana ou rite du bain. Le fandroana est plus qu’un rituel de nouvel an. C’est un moment d’échanges symboliques et matériels ainsi que de transactions politiques mettant en scène le lien renouvelé entre les collectivités et le souverain. À travers de nouvelles sources, issues notamment des archives de la comptabilité publique du Royaume de Madagascar, il s’agira de jeter un nouveau regard, à la fois qualitatif et quantitatif, sur les représentations émiques du pouvoir et l’organisation interne de ce royaume qui fut un des plus bureaucratique du xixe siècle africain.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Rites et organisation de la cérémonie du bain
Historicité et ancrage géographique du fandroana
La personne royale et son peuple
L’économie tributaire du fandroana
Circulation et redistribution dans le royaume
Préséance et tribut d’argent : hasina et isan’aina
Le royaume concentrique
L’argent du fandroana
Une cartographie tributaire
Anormalité économique et thésaurisation

Aperçu du début du texte

« Le souverain hérite du pouvoir, le peuple hérite du service »
Ny andriana mandova fanjakana, ny vahoaka mandova fanompoana

La cérémonie du fandroana (littéralement « bain ») est un des rituels les plus connus et marquants de l’organisation de la royauté sacrée d’Imerina, à Madagascar. Ce rituel a été décrit à de nombreuses reprises, depuis le début du xixe siècle, par des étrangers souvent impressionnés par les fastes qui l’entouraient et l’importance de ce fait social total, incarnant le renouveau cosmologique annuel des sociétés malgaches. Cet article envisage, à partir des sources de la comptabilité publique malgache, comment ce rituel met en scène l’ensemble des structures de souveraineté du Royaume de Madagascar au xixe siècle.

Le fandroana est affilié dans ses pratiques aux « fêtes de l’eau » d’Asie du Sud-Est, associant des célébrations de nouvel an à des ablutions royales autour de l’équinoxe de mars. La cérémonie a officiellement disparu avec la monarchie merina lors de l’an...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel F. Sanchez, « La valeur du « bain royal » (fandroana). Échanges tributaires et souveraineté dans le Royaume de Madagascar au xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 59 | 2019, 71-94.

Référence électronique

Samuel F. Sanchez, « La valeur du « bain royal » (fandroana). Échanges tributaires et souveraineté dans le Royaume de Madagascar au xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6582

Haut de page

Auteur

Samuel F. Sanchez

Samuel F. Sanchez est maître de conférences à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et membre de l’Institut des mondes africains

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page