Navigation – Plan du site
Dossier

Droits autochtones, droits de la Couronne britannique, et droits de la compagnie à charte au Matabeleland à la fin du xixe siècle

The Rights of Indigenous Africans, the Rights of the British Crown, and the Rights of the Chartered Company in late 19th Century Matabeleland
Die Rechte der indigenen Völker Afrikas, der britischen Krone und der Chartered Company in Matabeleland zum Ende des 19. Jahrhunderts
Edward Cavanagh
Traduction de Laurent Bury
p. 121-141

Résumés

Cet article est consacré aux processus qui ont permis aux pouvoirs impériaux de déposséder les entités politiques africaines de leur souveraineté et de leurs droits de propriété à la fin du xixe siècle. Il propose à cet effet une étude de cas sur le Matabeleland (pays des Ndebele) en analysant une série de revendications sur la Zambézie (devenue ensuite la Rhodésie du Sud, puis le Zimbabwe actuel) présentées par la Couronne britannique, par la British South Africa Company et par des groupes de colons. La pensée juridique fut mobilisée, de façon sélective et pernicieuse, contre Lobengula, « le roi des Ndebele », à cette époque. Voyant sa personnalité juridique et sa capacité contractuelle contestées, le pouvoir de Lobengula fut confisqué par la concession et par la conquête mises en œuvre par la compagnie. Illustrant les usages de la pensée juridique coloniale pour justifier le déploiement de ces modes d’appropriation en Afrique australe à l’époque, cet article se termine par l’examen des recours à la pensée juridique britannique utilisée pour légitimer a posteriori ces techniques d’appropriation, bien après le démantèlement de l’État ndebele.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Couronnes, colonisateurs et communautés : vu du Matabeleland
Concession, compagnie et contrat : vu de Londres

Aperçu du début du texte

Au Matabeleland, entre les fleuves Zambèze et Limpopo en Afrique du Sud-Est, individus, compagnies, communautés et souverains se sont retrouvés pris, à la fin du xixe siècle, dans des revendications enchevêtrées. Cecil John Rhodes était l’un des nombreux spéculateurs étrangers qui manifestaient de l’intérêt pour cette région du monde en envoyant vers l’intérieur des terres des « chasseurs de concessions ». On rencontrait sur tout le continent africain des hommes de ce genre, qui cherchaient à persuader les souverains africains d’accorder, dans le cadre de « concessions », des droits de prospection et parfois d’exploitation des minerais sur un territoire et pour une période limités. Ces concessions étaient rémunérées en argent liquide et en marchandises appréciées par les communautés locales, en général des armes, mais parfois aussi des produits de consommation importés. Comme le montre cet article, la British South Africa Company (BSAC) entra en possession de concessions de ce type ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edward Cavanagh, « Droits autochtones, droits de la Couronne britannique, et droits de la compagnie à charte au Matabeleland à la fin du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 59 | 2019, 121-141.

Référence électronique

Edward Cavanagh, « Droits autochtones, droits de la Couronne britannique, et droits de la compagnie à charte au Matabeleland à la fin du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6597

Haut de page

Auteur

Edward Cavanagh

Edward Cavanagh est chercheur à l’École de gouvernement Blavatnik, Université d’Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page