Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Le XIXe siècle vu d’ailleursLe bicentenaire de Peterloo, entr...

Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Le bicentenaire de Peterloo, entre mémoire et histoire

Fabrice Bensimon
p. 145-147

Texte intégral

1Lundi 16 août 1819, quelque 60 000 personnes se rassemblent sur St Peter’s Field, à Manchester. Elles réclament des réformes démocratiques : le suffrage universel, une représentation équitable, le secret du scrutin ou encore l’élection annuelle du Parlement. Le grand orateur Henry Hunt est venu de Londres, dans le cadre d’une campagne pour la démocratie menée depuis la fin des guerres napoléoniennes. À sa demande insistante, les manifestants ne sont pas armés, ne serait-ce que de bâtons pour se défendre. À peine le meeting a-t-il commencé qu’une milice locale composée de volontaires, la yeomanry, charge, suivie par les hussards. Dix minutes après, sans que la poudre eût parlé, le rassemblement est dispersé. Quinze personnes ont été tuées et près de 700 blessées, sabrées ou piétinées par les chevaux ; dans les heures qui suivent, trois autres victimes s’ajoutent au bilan macabre. Quatre ans après le carnage de Waterloo, auquel avaient pris part tant des victimes que des bourreaux du 16 août, le massacre devient « Peterloo ».

2Des mémoires conflictuelles se construisent immédiatement. Les tories voient alors dans l’événement la légitime répression d’un mouvement séditieux. Les libéraux se l’approprient et construisent en 1853, sur les lieux du massacre, un temple à la gloire du libre-échange. Les radicaux, surtout, s’inscrivent dans l’héritage de Peterloo : les chartistes le commémorent et font ériger en 1842 un monument en mémoire de Henry Hunt. Jusqu’aux années 1880, les « vétérans » de Peterloo sont à l’honneur dans les mobilisations démocratiques. Alors que le suffrage masculin ne devient universel qu’en 1918, Peterloo reste, jusqu’au centenaire de l’événement, un enjeu de mémoire, et pas seulement un objet d’histoire.

  • 1 Edward P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Le Seuil, 2012 [1963].
  • 2 Philip Lawson, “Reassessing Peterloo”, History Today, vol. 38, 1988/3.
  • 3 Michael Bush, The Casualties of Peterloo, Londres, Carnegie, 2007.
  • 4 Jacqueline Riding, Peterloo. The Story of the Manchester Massacre, Londres, Head of Zeus, 2018.
  • 5 Robert Poole, Peterloo. The English Uprising, Oxford, Oxford University Press, 2019. Voir aussi le (...)
  • 6 Linda Colley, Britons. Forging the Nation, 1707-1837, New Haven (Mass.), Yale University Press, 199 (...)
  • 7 Terry Wyke, “Remembering the Manchester Massacre”, Manchester Region History Review, vol. 23, 2012, (...)

3Cette histoire a évolué. Edward P. Thompson fut sans doute le premier à formuler aussi clairement son caractère de « guerre de classe », dans son livre célèbre1. La répression est ordonnée par des notables, et la grande majorité des manifestants sont issus des classes populaires ; un tiers des victimes sont des tisserands à bras, les soutiers de l’industrie cotonnière textile qui se développe à Manchester et dans sa région. À l’opposé, l’historien conservateur Philip Lawson a soutenu que la foule était armée, transformant le carnage en un affrontement, une thèse à laquelle les travaux contemporains tordent le cou2. L’historiographie féministe a souligné le rôle des organisations féminines pour la réforme et, lors du massacre, la surmortalité des femmes, particulièrement ciblées par la milice3. À l’occasion du bicentenaire, deux nouvelles histoires de Peterloo sont parues. Celle de Jacqueline Riding, conseillère du film de Mike Leigh, est solide4. La plus riche est néanmoins celle de Robert Poole, qui s’appuie sur un dépouillement systématique de l’ensemble des sources disponibles5. Peterloo fut incroyablement documenté : fait rare pour une réunion de province, la presse nationale était présente, et près de 400 témoignages directs nous sont parvenus. Nous disposons des noms, professions et adresses de 700 victimes, de la nature et de la gravité de leurs blessures, ainsi que d’informations sur des centaines d’autres participants. De très nombreux rapports d’informateurs éclairent l’agitation radicale qui entoure l’événement. Poole mobilise ces sources en cherchant à intégrer deux lectures de l’événement : celle des radicaux, reprise et développée par Thompson ; celle des loyalistes, défenseurs de l’ordre et de la patrie, contre le jacobinisme et le radicalisme, proposée par l’historienne Linda Colley dans un livre également influent6. D’autres historiens, comme Terry Wyke ou Joe Cozens, explorent l’ombre portée par Peterloo dans la longue durée7. D’autres aspects de l’événement, par exemple sa dimension impériale à laquelle s’intéresse Catherine Hall, ou encore ses ramifications européennes, sont encore à explorer.

  • 8 Robert Poole et Eva Schlunke, Peterloo: Witnesses to a Massacre, Londres, New Internationalist, 201 (...)
  • 9 “Peterloo Fills BBC Schedules”, The Times, 3 août 2019.

4Bicentenaire oblige, Peterloo a été décliné sous de nombreux supports. Le film en costumes tourné par le cinéaste Mike Leigh, originaire de Manchester, n’a pas rencontré un grand succès auprès de la critique et du public, mais il représente une reconstitution très documentée, un film pour historiens en quelque sorte (Peterloo, 2018). Un roman graphique est également paru, où chaque propos est référencé8. Plusieurs expositions ont été organisées à Manchester et dans ses environs. À partir des listes de victimes, les sociétés d’histoire locale ont établi des filiations familiales entre les participants au rassemblement et leurs descendants contemporains. Certains d’entre eux ont pris la parole lors de la commémoration, le 16 août 2019, quand quelques centaines de personnes se sont réunies sous la pluie. Alors que la ville avait escamoté les traces du massacre, un mémorial créé par l’artiste Jeremy Deller a été érigé… et fustigé parce que pour l’instant inaccessible aux personnes handicapées. In fine, néanmoins, le bicentenaire s’est avéré peu polémique. Le Times conservateur a certes fustigé le traitement « marxiste » de l’événement par la BBC : Peterloo aurait été un massacre isolé, auquel on a donné une « importance historique sans fondement9 ». Une vision rejetée à Manchester, ville de tradition travailliste, où Peterloo est revisité à l’aune des questions contemporaines : le rôle néfaste des banquiers ou la gentrification de la ville pour certains, une démocratie britannique malade pour d’autres, ou encore le Brexit pour Mike Leigh. Peterloo, deux siècles après : le combat continue.

Haut de page

Notes

1 Edward P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Le Seuil, 2012 [1963].

2 Philip Lawson, “Reassessing Peterloo”, History Today, vol. 38, 1988/3.

3 Michael Bush, The Casualties of Peterloo, Londres, Carnegie, 2007.

4 Jacqueline Riding, Peterloo. The Story of the Manchester Massacre, Londres, Head of Zeus, 2018.

5 Robert Poole, Peterloo. The English Uprising, Oxford, Oxford University Press, 2019. Voir aussi le riche numéro de revue qu’il a édité : “Return to Peterloo”, Manchester Region History Review, vol. 23, 2012.

6 Linda Colley, Britons. Forging the Nation, 1707-1837, New Haven (Mass.), Yale University Press, 1992.

7 Terry Wyke, “Remembering the Manchester Massacre”, Manchester Region History Review, vol. 23, 2012, p. 111-131 ; Joe Cozens, “The Making of the Peterloo Martyrs, 1819 to the Present”, in Keith Laybourn et Quentin Outram (eds.), A History of Secular Martyrdom in the British and Irish Isles: From Peterloo to the Present, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2018, p. 31-58.

8 Robert Poole et Eva Schlunke, Peterloo: Witnesses to a Massacre, Londres, New Internationalist, 2019.

9 “Peterloo Fills BBC Schedules”, The Times, 3 août 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Le bicentenaire de Peterloo, entre mémoire et histoire »Revue d'histoire du XIXe siècle, 59 | 2019, 145-147.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Le bicentenaire de Peterloo, entre mémoire et histoire »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6609 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6609

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Fabrice Bensimon est professeur de civilisation britannique à Sorbonne-Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search