Navigation – Plan du site
Lectures

Nadine Najman (dir.), 1870-1872 dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes. La guerre, la défaite française et l’occupation allemande à travers les récits de témoins directs

Olivier Berger
p. 229-231
Référence(s) :

Nadine Najman (dir.), 1870-1872 dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes. La guerre, la défaite française et l’occupation allemande à travers les récits de témoins directs, Paris, L’Harmattan, coll. Mémoires du xixe siècle, 2019, 229 p., 24 euros.

Texte intégral

  • 1 Il ne faut pas oublier le colloque franco-allemand (tenu en 1984 et 1985), publié sous la direction (...)
  • 2 Emma Lowndes (dir.), Récits de femmes pendant la guerre franco-prussienne (1870-1871), Paris, L’Har (...)

1Le présent ouvrage s’inscrit dans la continuité de l’intérêt renouvelé pour la guerre franco-prussienne de 1870, depuis les travaux novateurs de Stéphane Audoin-Rouzeau, François Roth, Jean-François Lecaillon, Pierre Milza, Armel Dirou et Guillaume Parisot, pour ne citer que les principaux, des plus anciens aux plus actuels1. Il s’agit de l’édition, par une femme de lettres, de deux récits de guerre croisés, en partie inédits, d’un citadin rémois et d’un campagnard des environs, tous deux petits notables, en tout cas membres à part entière des élites locales, familiarisés avec la culture de l’écrit. L’Harmattan a déjà proposé plusieurs livres consistants sur cette guerre, dont le plus récent était une édition critique de témoignages de femmes sur le siège de Paris2. Dans les actualités scientifiques, outre un colloque organisé à Strasbourg et Belfort en 2011, un musée de la Guerre a ouvert ses portes à Gravelotte en 2014 (accompagné d’un colloque édité en 2016 sous la direction de Jean-François Chanet et alii), une exposition s’est tenue au musée de l’Armée en 2017, avec des conférences, abordant différents aspects du conflit, y compris les questions mémorielles, prouvant ainsi que le sujet intéresse. C’est pourquoi des livres de témoignages sont publiés, comme celui-ci, d’un intérêt régional (à l’instar du livre de Jean-Louis Clade, Chronique d’une guerre oubliée. La guerre de 1870-1871 en Franche-Comté, Bière, Cabédita, 2015), concernant essentiellement la Marne, mais encore, dans une moindre mesure, ses deux départements limitrophes.

2Le premier témoignage est celui d’Eugène Dupont (1859-1941), artisan, écrivain et peintre. Enfant lors de la guerre, il a composé dans les années 1920 une étude de l’occupation de Reims à l’aide d’archives comme de témoignages oraux, insérée dans une monographie plus large sur l’histoire de Reims. Il est aussi l’auteur de chroniques intitulées La Vie rémoise. Le second témoignage, issu d’un manuscrit inédit, vient de Césaldy Lépagnol (1828-1894), conseiller municipal et agriculteur à Bourgogne (commune de l’arrondissement de Reims, devenue Bourgogne-Fresne en 2016), attentif à tous les détails de la vie rurale. Il a pris des notes durant de nombreuses années, avant de recueillir différentes archives pour composer une histoire locale.

3Dans la tradition des érudits du xixe siècle, les auteurs mêlent rigueur, anecdotes, grande histoire et impressions subjectives, car ils ont conscience de l’importance des événements qui se jouent. Ils sentent le devoir de témoigner, ils consignent tout ce qui se passe du point de vue de la vie quotidienne, mais sans s’y limiter. On découvre ici l’apparition des termes « Boche » ou « Alboche », le rôle de la rumeur, la diffusion des informations à différentes échelles, nationales, régionales et locales, les liens que les notables perçoivent entre les enjeux nationaux et les événements vécus au plus près du terrain. On notera les échos qu’avaient la Commune ou les sorties du siège de Paris, jusqu’à la région rémoise. Le poids des réquisitions apparaît dans les récits, les épidémies de variole ou l’épizootie de peste bovine aggravent la situation des civils, quand les soldats français sont sur les fronts s’ils ne sont pas déjà prisonniers en Allemagne. Les deux témoignages édités montrent l’implication très importante de la société civile, en route vers la guerre totale, mais déjà dans une guerre « totalisante », selon l’expression pertinente de Jean-François Lecaillon.

4Cet ouvrage est utile dans la mesure où les témoignages sur la guerre de 1870 dans les campagnes sont rares. Néanmoins, il manque une bibliographie avec des références universitaires pour donner un peu plus de profondeur à ce livre. Quelques erreurs sont à noter dans la présentation, comme l’idée que l’Empire était affaibli lors de la déclaration des hostilités du fait de l’impopularité de Napoléon III (p. 16), alors qu’il était en fait renforcé au sortir du plébiscite du 8 mai 1870, grâce au soutien très fort des populations des campagnes, l’un des piliers du régime, même si les grandes villes étaient devenues de plus en plus favorables aux opposants républicains, au fil des élections législatives. Une autre erreur tient à l’interprétation de l’attitude de Bazaine (p. 86-87), qui a capitulé, rappelons-le, en raison de l’impossibilité de poursuivre la lutte avec une armée en mauvais état sanitaire, affamée et démoralisée. Une autre confusion concerne les légitimistes et les orléanistes (p. 112).

5Il aurait été préférable que l’auteur pousse un peu plus loin l’analyse, en élargissant ses explications, trop peu nombreuses, et en mettant davantage en perspective les expériences d’occupation relatées ici avec ce qui se passe dans d’autres régions, puisque une trentaine de départements ont été occupés par les armées prusso-allemandes.

6Il faut encourager l’édition de témoignages de guerre comme celui-ci, utiles à l’histoire régionale – avec l’index des noms et des lieux – mais encore à l’histoire nationale sur cet objet d’études. Les chercheurs français et allemands trouveront dans ce livre de la matière brute sur un conflit devenu objet d’une histoire commune, tandis que le lecteur non spécialiste y découvrira un certain nombre de choses. De nombreux thèmes pourront intéresser l’histoire des représentations : les questions de l’odeur des Allemands (thème étudié par Juliette Courmont pour la Grande Guerre, en 2010), la comparaison avec le cochon ou les sauterelles, ou encore les questions de l’alcool, de la nourriture et des excréments des soldats.

Haut de page

Notes

1 Il ne faut pas oublier le colloque franco-allemand (tenu en 1984 et 1985), publié sous la direction de Philippe Levillain et Rainer Riemenschneider (dir.), La Guerre de 1870-1871 et ses conséquences, Bonn, Bouvier Verlag, 1990. À noter l’existence des actes d’un colloque : Robert Belot (dir), 1870, De la guerre à la paix, Strasbourg-Belfort, 2011, Paris, Hermann, 2013. Un colloque du musée de l’Armée, tenu en mars 2010, intitulé « 1870-1871 : retour sur une guerre oubliée », n’a pas été édité.

2 Emma Lowndes (dir.), Récits de femmes pendant la guerre franco-prussienne (1870-1871), Paris, L’Harmattan, 2013 ; Marie-Chantal Lhote-Birot et Pierre Lhote (dir.), Auguste Vonderheyden. Mon évasion du camp de Mayence durant la guerre de 1870, Paris, L’Harmattan, 2013 ; Francine Fellrath-Bacart et Ingo Fellrath (dir.), La Guerre de 1870-1871 en Touraine, un nouvel éclairage, Paris, L’Harmattan, 2011 ; Agnès de Lingua De Saint Blanquat et Roger Parmentier (dir.), Napoléon Peyrat, Journal du siège de Paris par les Allemands, 1870. Le pasteur de Saint-Germain-en-Laye face au siège de Paris par les Prussiens, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Christian Lebrument, La Guerre de 1870 et la Commune, vie quotidienne à Colombes, Paris, L’Harmattan, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Berger, « Nadine Najman (dir.), 1870-1872 dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes. La guerre, la défaite française et l’occupation allemande à travers les récits de témoins directs », Revue d'histoire du XIXe siècle, 59 | 2019, 229-231.

Référence électronique

Olivier Berger, « Nadine Najman (dir.), 1870-1872 dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes. La guerre, la défaite française et l’occupation allemande à travers les récits de témoins directs », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 11 janvier 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6691

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page