Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle60Rubrique « Revues en lutte »« Revues en lutte »

Rubrique « Revues en lutte »

« Revues en lutte »

Georges Ribeill, Mathilde Rossigneux-Meheust, François Jarrige, Michèle Riot-Sarcey, Mike Sanders et Gabriel Rosenman
p. 9-72

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Au mois de janvier 2020, comme 150 autres revues de sciences humaines et sociales, la Revue d’histoire du xixe siècle s’est impliquée dans le mouvement de protestation contre la réforme des retraites et les projets gouvernementaux menaçant de détruire le système des retraites et le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. La réforme des retraites, controversée de l’hiver dernier et mise en sommeil depuis, a été présentée au nom de l’égalité, alors qu’elle conduirait manifestement à une paupérisation accrue pour beaucoup. Parallèlement, le même gouvernement annonçait une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Or, ce projet, tel qu’il est connu par les trois pré-rapports rendus publics, accentuera encore le poids de l’évaluation individuelle et quantitative des recherches, la dévalorisation des engagements collectifs des chercheurs et chercheuses au profit d’une mise concurrence de tous contre tous, portée par une numérisation accélérée et ses fausses promesses de démocratisation des savoirs et de sciences ouvertes. Le Président-Directeur Général du CNRS, Antoine Petit, en a d’ailleurs révélé les enjeux dans une interview éloquente qu’il a donnée au journal Les Échos du 26 novembre 2019 : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale ».

2Pleinement engagée dans les mobilisations contre ces deux réformes, la rédaction de la Revue d’histoire du xixe siècle avait alors décidé d’ajouter à ce numéro une exceptionnelle rubrique « En lutte ». Même si depuis cette époque qui parait déjà lointaine d’autres urgences se sont imposées, si la pandémie de Covid-19 semble avoir rebattu les cartes dans tous les domaines, imposant d’autres questions dans l’espace public, interrompant la plupart de nos activités, notre revue a choisi de maintenir ses engagements et projets initiaux et de publier cette rubrique. Il importe en effet de préparer l’après-pandémie, et de rester vigilants face à des projets qui subsistent dans les marges et risquent de ressurgir à la faveur des bouleversements en cours sous des formes encore plus violentes.

3Cette rubrique réunissant des textes de nature diverse, s’inscrit dans la suite de cette mobilisation. Elle rassemble une série de documents et de textes touchant l’histoire des solidarités ouvrières et la genèse des systèmes de retraite. Ces textes n’ont pas fait l’objet de la double expertise habituelle et ne relèvent pas toujours du registre académique. Mais nous remercions les auteurs de s’être prêté à l’exercice en dépit du contexte et des urgences. Nos activités en tant que comité de rédaction nous montrent qu’à l’inverse des projets et injonctions gouvernementales, la coopération, l’échange, l’écoute, et la discussion sont des vecteurs fondamentaux d’intelligence, bien plus que la concurrence entre tous. La vie et le travail d’un comité de rédaction consiste par ailleurs à faire primer l’intelligence collective sur la performance individuelle, l’engagement dans la cité sur le carriérisme étroit.

4Si la Revue d’histoire du xixe siècle n’est pas politique dans son objet essentiel et si son domaine peut paraître éloigné des enjeux les plus contemporains, son histoire – comme celle de la Société de 1848 qui la porte – a toujours été modelée par une certaine conception de la recherche égalitaire et émancipatrice. Nous continuons d’une certaine manière à défendre cette tradition quarante-huitarde, malgré les renouvellements générationnels et les mutations du monde. Par ailleurs, nous sommes collectivement convaincus de la nécessité de penser les dynamiques historiques de plus longue durée. Nous sommes également persuadés que les configurations, problèmes et enjeux du passé peuvent nous aider à éclairer les dominations à l’œuvre aujourd’hui et les enjeux du présent. C’est pourquoi les auteur.e.s et textes réunis ici proposent une série d’éclairages dix-neuviémistes sur la question des retraites, sur les luttes sociales et les logiques d’entraide ouvrières, autant de balises et d’analyses qui, nous l’espérons, aideront les lecteurs et lectrices à réfléchir et penser ce qui arrive.

Sommaire de la rubrique :

  1. Sciences en danger, revues en lutte, par le collectif des revues en lutte

  2. Document : Des retraites pour « protéger la société ». Discours du représentant Rouveure à l’assemblée législative, séance du 13 novembre 1849

  3. Document : Une retraite pour les institutrices « libres » ! Réclamation d’une enseignante de 1871

  4. Document : La CGT contre les « retraites ouvrières et paysannes » (Affiche, Grandjouan, 1912)

  5. Aux origines des retraites des cheminots. Des initiatives patronales intéressées, par Georges Ribeill

  6. Solidarités ouvrières dans les hospices d’indigents au second xixe siècle : la naissance d’un pouvoir gris ? par Mathilde Rossigneux-Meheust

  7. L’invention des « soupes communistes » au xixe siècle, par François Jarrige

  8. Aux sources des caisses de grève interprofessionnelles, par Gabriel Rosenman

  9. Sortir de l’entre soi. Résurgences utopiques, par Michèle Riot-Sarcey

  10. Royaume-Uni : universités en révolte, par Michael Sanders

Édito des revues en lutte. Sciences en danger, revues en lutte

  • 1 À la date du 11 février 2020, un mois après le début du mouvement, 125 revues ont rejoint le mouvem (...)

Par le collectif des revues en lutte1

Cet éditorial a été rédigé en février 2020 par l’équipe qui anime la mobilisation des « Revues en lutte ». Les membres du comité de rédaction de la Revue d’histoire du xixe siècle n’adhèrent pas forcément à toutes les formulations, mais souscrivent à l’esprit général de ce texte.

  • 2 Les rapports sont signés par trois groupes de travail et consacrés au « Financement de la recherche (...)

5Depuis le début de l’année 2020, plus d’une centaine de revues académiques se déclarent les unes « en lutte », les autres « en grève ». Prenant part au mouvement social en cours, leurs comités de rédaction protestent à la fois contre le projet visant les retraites, contre la réforme de l’assurance chômage adoptée à l’automne 2019 et contre les propositions contenues dans les rapports pour la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)2. Par son ampleur et par sa forme – la grève et le vote de motions qui incitent les comités de rédaction à sortir de leur réserve habituelle –, cette mobilisation est historiquement inédite. La dynamique collective qu’elle suscite, par-delà les disciplines, les écoles et les conditions d’exercice de chacune des revues, témoigne du sentiment de révolte que provoquent ces réformes. Pour l’enseignement supérieur et la recherche, la réforme des retraites telle qu’envisagée actuellement par le gouvernement conduira à l’accroissement général des inégalités (entre hommes et femmes, entre titulaires et précaires, etc.) et à l’appauvrissement futur de toutes et tous, fonctionnaires, contractuel·le·s ou précaires. La réforme de l’assurance chômage augmentera, elle aussi, la vulnérabilité déjà difficilement supportable du très grand nombre des travailleur·se·s précaires sur lesquel·le·s repose massivement la vie des universités et des laboratoires : ils et elles représentent d’ores et déjà plus d’un quart des effectifs d’enseignant·e·s, et encore bien davantage parmi les personnels administratifs et techniques. La LPPR, enfin, ne fera qu’aggraver le manque de moyens, de postes et de stabilité, et approfondir les inégalités qui minent l’enseignement supérieur et la recherche, et que deux décennies de « réformes » massivement contestées n’ont cessé d’amplifier.

Une crise organisée du service public de la recherche et des universités

6Depuis bientôt trente ans, les gouvernements successifs contribuent à l’effritement du modèle social français, au lent rognage de la fonction publique, à la dénonciation des « privilèges » gagnés dans les luttes sociales du xxe siècle, à l’affaiblissement des principes de redistribution destinés à réguler les disparités socio-économiques et géographiques. Dans l’université et la recherche, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite « loi Pécresse » (LRU, 2007) a été la pierre angulaire d’un double mouvement, apparemment contradictoire : le désengagement budgétaire de l’État conformément à une logique néolibérale et le pilotage stratégique autoritaire de la recherche par ce même État. La logique de la loi tient à ce que l’autonomie (budgétaire) proclamée masque en réalité la dérégulation des statuts, la mise en concurrence de tou·te·s contre tou·te·s et la dépendance accrue de la recherche aux intérêts économiques et industriels, remettant finalement en cause l’autonomie véritable de la recherche. Cette politique menée avec opiniâtreté au mépris des mises en garde et des revendications de la communauté des chercheur·e·s a multiplié les agences d’évaluation et de financement supposées indépendantes, prônant une culture de la « performance », du « résultat » et de l’« excellence », tout en réduisant les crédits propres des laboratoires au profit d’une distribution ciblée des moyens, largement définie par les aléas conjoncturels (sinon les modes), ainsi que par les hiérarchies et les situations préétablies. En privilégiant un financement par projets, elle a renforcé l’inégalité de dotations entre chercheurs·ses et a conduit à un immense gaspillage d’énergie et d’argent public : combien d’heures perdues à évaluer ou à rédiger des projets pour obtenir d’hypothétiques financements, alors que ce temps aurait pu être consacré à la recherche ou à l’enseignement ?

7C’est peu dire, au reste, que les « gouvernants » nourrissent une obsession morbide pour les classements internationaux, dont la raison d’être est la promotion du modèle anglo-saxon d’une université qui doit être gérée comme une entreprise, c’est-à-dire fonctionnant sur ses fonds propres (alimentés par des frais d’inscription appelés à augmenter), quitte à rogner sur le budget de fonctionnement et la qualité de l’encadrement. Depuis la LRU, la supposée mauvaise place des universités françaises dans ces classements est ainsi régulièrement invoquée pour tancer les chercheur·e·s et poursuivre contre leur volonté la « libéralisation » de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or ces injonctions se déploient dans un contexte de forte austérité budgétaire : rapporté au nombre d’étudiant·e·s, le budget de l’enseignement supérieur a ainsi chuté de plus de 10 % depuis 2010 ; et malgré les promesses, répétées depuis vingt ans par les différents gouvernements, de porter à 1 % du PIB l’effort budgétaire consacré à la recherche publique, celui-ci stagne toujours à 0,8 % (soit un manque de 6 milliards d’euros, une somme inférieure au crédit impôt recherche, cette niche fiscale concédée aux grands groupes industriels et de service). Dans ces conditions, les chercheur·euse·s et universitaires en France sont soumis·es à un régime qui mêle surtravail, dégradation des conditions de travail et des conditions de vie. Ils et elles sont de plus en plus précaires, et le restent de plus en plus longtemps, l’âge moyen du recrutement s’élevant à 35 ans. Les politiques austéritaires conduisent aussi à une réduction drastique de leurs revenus : alors que, en trente ans, les titulaires ont vu leur pouvoir d’achat chuter de 30 %, marquant ainsi un net décrochage avec le secteur privé, les travailleur·se·s précaires connaissent une grande vulnérabilité, enchaînent contrats courts et périodes d’incertitude, et cumulent des vacations d’enseignements dont le montant se situe désormais en dessous du SMIC horaire. Toutes et tous sont également de plus en plus évalué·e·s suivant des critères strictement comptables qui se limitent à dénombrer leurs publications, les contrats obtenus ou les brevets déposés, sans jamais interroger l’apport réel des connaissances produites. Ces différentes logiques font la part belle aux « entrepreneur·euse·s de carrière », au détriment d’une recherche fondamentale, collective et véritablement autonome.

8Les mesures annoncées dans le cadre de la LPPR poursuivent avec obstination les transformations néolibérales engagées depuis le début des années 2000, dans le sillage de l’agenda de Lisbonne élaboré par le Conseil européen, et entendent les radicaliser. Empruntés au registre managérial, les mots d’ordre sont récurrents : compétitivité, financement par projet, concentration inégalitaire des moyens, austérité budgétaire, précarité des emplois, évaluation permanente et mise en concurrence des individus, des laboratoires, des établissements, etc. Comme l’explique sans détour le « PDG » du CNRS Antoine Petit en novembre 2019, il s’agit d’engager une réforme « inégalitaire et darwinienne » : la concurrence généralisée et la concentration des ressources sur une minorité d’établissements et d’individus jugés plus « performants » selon des critères gestionnaires deviennent les principes cardinaux du gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de « défis sociétaux » très perméables aux priorités de l’action gouvernementale. De nombreuses enquêtes démontrent pourtant les effets délétères de telles politiques sur l’originalité des savoirs produits et sur la qualité des formations dispensées aux jeunes générations : « effet Mathieu » – processus par lequel les plus favorisés augmentent leurs avantages –, standardisation de la recherche, bureaucratisation, affaiblissement de l’autonomie académique, appauvrissement de la diversité disciplinaire, etc.

9Toute cette politique méprise ce que les chercheurs et chercheuses savent par expérience : dans toutes les disciplines, l’activité scientifique nécessite du temps et une disponibilité intellectuelle incompatible avec l’angoisse d’une précarité parfois radicale et avec la fragmentation croissante des tâches ; elle s’exerce d’autant mieux que les équipes sont soudées alors que la compétition entre les pairs, désormais exacerbée, menace les collectifs ; et elle requiert une distance critique que la dépendance envers les hiérarchies administratives entrave. Ainsi, la communauté des chercheur·e·s réclame avec force à la fois un engagement budgétaire à la hauteur des enjeux (a minima, en atteignant l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique) et une distribution équitable des moyens à des personnels titulaires dont le statut de fonctionnaire demeure la condition de l’indépendance et de la sincérité des résultats.

Revues scientifiques : une économie de la connaissance efficace

  • 3 Yves Gingras, Les Dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris, (...)

10Dans ce contexte, nos revues scientifiques occupent une place singulière et paradoxale. Lieux d’un intense travail collectif de production et supports efficaces de diffusion des savoirs, elles tendent à être instrumentalisées et mises au service de la vision néo-managériale dominante de la recherche. L’évaluation des chercheur·e·s, des laboratoires et des universités repose en effet désormais en grande partie sur un décompte des articles publiés dans nos revues, selon des calculs bibliométriques dont la faiblesse et les effets pervers sur le plan scientifique ont été largement documentés3. Là n’est pas le moindre paradoxe des réformes en cours : alors qu’elles placent plus que jamais les revues au cœur de ce système de la recherche gouverné par « l’excellence » bibliométrique, elles conduisent non seulement à fragiliser leur fonctionnement, mais aussi à dénaturer le travail de production scientifique qui s’y déploie.

11C’est pourquoi, en perturbant ou en interrompant notre activité, en refusant de nous tenir à distance de ce qui se joue dans la communauté scientifique comme dans le monde social, nous souhaitons mettre en avant aussi bien ce qui fait les revues que celles et ceux qui les font. Car notre travail collectif, intellectuel et éditorial, qui permet la production et le partage des savoirs, est directement menacé par les projets de loi actuels, qui fragilisent toujours plus le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

12L’existence de nos revues relève d’une économie de la connaissance efficace. Ce sont aussi des scientifiques, dont une partie conséquente sont des agents publics, qui évaluent les textes, les discutent, les acceptent ou non en fonction d’expertises approfondies, font des suggestions à leurs auteurs ou leurs autrices pour rendre ces textes plus pertinents, plus complets, plus exigeants dans leur démonstration, et qui, au terme de ce long processus de relectures, de discussions et de réécritures, de délibérations collectives et d’allers-retours avec les auteur·rice·s, publient et diffusent, sous forme d’articles scientifiques, les travaux qui sont à même de contribuer à la connaissance collective. Ces textes bénéficient, en outre, du travail minutieux de vérification formelle, de mise en forme et de mise en ligne, réalisé, quand ce n’est pas par les chercheur·e·s, par des professionnel·le·s formé·e·s aux métiers de la documentation, de l’édition et/ou du numérique, dans le cadre de statuts variés, plus ou moins précaires – du fonctionnariat au CDD, en passant par le micro-entrepreneuriat. Enfin, ce sont surtout les bibliothèques universitaires, organismes publics, qui achètent les revues à l’unité ou en bouquets via des plateformes numériques. Cette offre en ligne, gratuite pour les étudiant·e·s, les enseignant·e·s et les chercheur·e·s, et même tout un chacun quand il s’agit de revues en accès libre sur Internet, permet une large diffusion des dernières avancées scientifiques hors du champ universitaire : grâce au travail patient et collectif mené au sein de revues savantes, les enseignant·e·s ainsi que les journalistes, les associations, les élu·e·s, les citoyen·ne·s bénéficient ainsi d’un apport substantiel et régulier de connaissances fiables et renouvelées.

13Or, si cette économie de la connaissance assure l’enrichissement du savoir, elle rapporte toutefois peu en termes financiers. Elle est en effet adossée à une infrastructure invisible, celle du service public de la recherche.

14C’est ce service public qui garantit des personnels formés, qualifiés et stables de secrétariat de rédaction.

15C’est ce service public qui offre des réseaux ou des maisons d’édition, pour la numérisation, l’archivage ou la promotion des articles.

16C’est ce service public qui permet l’existence de revues scientifiques numériques de qualité en accès ouvert et entièrement gratuites.

17C’est ce service public, enfin, qui, malgré la lente dégradation des conditions de travail des statutaires et la précarisation des jeunes enseignant·e·s et chercheur·e·s, continue de nous offrir le temps nécessaire pour siéger dans les comités de rédaction, pour concevoir les dossiers, lire, évaluer et discuter les articles proposés.

18Pourtant, in fine, les revenus produits par les revues ne servent pas à rémunérer les scientifiques qui les font vivre, ou encore les travailleurs et travailleuses qui les fabriquent. Ces quelques revenus reviennent en effet aux sociétés qui éditent, et plus encore qui diffusent ces revues au sein d’un secteur éditorial très fragile – sauf à avoir recours à des dispositifs d’accès ouvert, que quelques revues ont initié ces dernières années et qui demandent à être renforcés et soutenus financièrement par les pouvoirs publics pour diffuser encore plus largement les savoirs scientifiques.

19La LPPR, telle qu’annoncée, promet de saper les fondements de cette triple économie financière, scientifique et humaine, des revues. Elle frappe de plein fouet les personnels dits de soutien à la recherche, qui sont justement ceux qui permettent aux revues d’exister en tant qu’objets, en tant que produits manufacturés (même en ligne, même dans l’espace virtuel, un article est repris selon des normes typo-bibliographiques précises, mis en page et monté). Elle précarise ces personnels, substituant à l’emploi pérenne des contrats dits « de chantier », qui obligeront nos revues à épuiser leurs forces pour solliciter, via de lourds dossiers de demande, le droit de bénéficier de quelques heures du contrat de travail d’une personne spécialisée dans l’édition. C’est là poursuivre une politique cynique de diminution drastique des emplois des personnels invisibles de la chaîne éditoriale (éditeur·rice·s, secrétaires de rédaction, les chargé·e·s d’édition, traducteur·rice·s, graphistes, développeur·euse·s, personnels des imprimeurs et des plateformes de publication numérique, etc.). En effet, parmi ces dernier·e·s les rares d’entre eux et elles qui bénéficient d’un CDI ou du statut de fonctionnaire, sont généralement en sous-effectif et débordé·e·s car le flux de parution des revues fait que la demande est constante ; tandis que celles et ceux qui doivent jongler entre des CDD mal payés, sont également contraint·e·s de travailler bien plus que les heures effectivement rémunérées, alternant périodes de chômage et embauches au sein d’équipes auxquelles ils et elles n’ont guère le temps de s’intégrer. Les conséquences de ce système nous sont déjà connues et évoquent ce qui a été mis au jour dans le cas, notamment, de France-Télécom ou de l’hôpital public : surcharge de travail, détérioration des conditions de travail et des statuts générant souffrance, incertitude permanente, perte de sens et gaspillage des savoir-faire.

20Enfin, privilégiant une recherche par projets assortie à des contrats limités dans le temps, diminuant drastiquement les recrutements de chercheur·e·s titulaires, la LPPR fragilise de façon dramatique les jeunes des chercheur·e·s en quête de poste, contraint·e·s de multiplier les CDD post-doctoraux pour vivre, ou de quitter la France où on leur propose les postes qui manquent ici, voire de quitter la recherche pour un autre métier. Or, ce sont elles et eux qui contribuent massivement à la production d’articles scientifiques et au renouvellement des connaissances.

Défendre l’autonomie de la recherche

21Comme on l’a vu, le travail de nos revues est un patient travail de discussion, et même, osons le mot malgré ses usages actuels, d’évaluation sur des critères partagés. Mais, n’en déplaise à celles et ceux qui y verraient les outils par excellence de la sélection « inégalitaire et darwinienne », nos revues ne sont pas des agences de notation destinées à établir le ranking des chercheur·euse·s, à classer les « talents » ou à mesurer les « performances ». Car le processus d’évaluation est collégial, arbitré par la délibération dans des collectifs qui visent à produire la connaissance la plus précise, la plus robuste, la mieux démontrée. Nos revues ne sont pas des instances d’élimination qui mettraient en œuvre des critères d’« excellence » fixés par une bureaucratie quelconque, mais des lieux de réflexion et d’appréciation, qui visent à définir ce qui, au regard de leurs projets intellectuels, « fait science ». Qu’elles soient généralistes, spécialisées ou interdisciplinaires, elles contribuent à informer la communauté scientifique, et bien au-delà, des recherches en cours, mais aussi à poser de nouvelles questions, à proposer des analyses ou des interprétations inédites, à lancer des controverses. Dans le vaste écosystème des revues académiques, chaque comité de rédaction travaille à élaborer une ligne éditoriale qui nourrit l’identité de la revue et ne saurait être réduite à une conception homogène de la scientificité. Ainsi, fondé sur des pratiques collectives et sur une conception coopérative et cumulative de la recherche scientifique, l’esprit qui anime nos revues est à l’opposé d’une mise en concurrence et d’une illusoire évaluation individuelle des chercheur·e·s.

22La coexistence de revues différentes est à ce titre indispensable : la pluralité et l’émulation sont les conditions du débat et de la confrontation, nécessaires aux progrès et à la validation des savoirs. La science s’élabore sur la contradiction, la multiplicité des approches et des écoles que, précisément, la concentration des moyens remet en cause. Ainsi, les revues scientifiques sont des instances de production et de diffusion d’une connaissance certifiée collectivement. Les articles et les dossiers qu’elles publient sont le fruit de travaux originaux : en sciences humaines et sociales, des mois de recherche dans des archives ou sur des terrains empiriques peuvent tenir en 50 000 précieux signes. Ce processus d’évaluation, de délibération collective et d’échanges entre les comités de rédactions et les auteur·rice·s occupe de longs mois de travail, de sorte que rares sont les articles publiés dans leur version initiale. Auteur.rice.s, évaluateur·rice·s, membres du comité de rédaction, secrétaires de rédaction contribuent ainsi ensemble à la fabrication d’un savoir fiable et accessible et cette procédure s’applique démocratiquement à tous et toutes les chercheur·e·s : aucune position institutionnelle ne permet d’y déroger. Lieux de transmission, de traduction et de production des idées et des recherches, espaces de rencontres et de débats, nos revues continuent de garantir un savoir scientifiquement solide et intellectuellement libre, à l’abri des intérêts privés. Elles contribuent à rendre la science meilleure.

23Le monde de la recherche est déjà structuré par une très forte concurrence. Si l’on souhaite renforcer la qualité et la diversité de la production scientifique, ce n’est donc pas de darwinisme social dont nous avons besoin, mais plutôt d’espaces de travail stables, de « milieux » structurés sans lesquels les prises de risque, les coopérations et les débats indispensables à la production et à la consolidation de la connaissance ne peuvent se produire. En imposant des réformes structurelles permanentes, un pilotage vertical et par projets, l’accélération de procédures qui ne se conçoivent plus que dans le court terme, l’accroissement de la précarité des travailleur·se·s et des collectifs de travail, le train de réformes dans lequel s’inscrit la LPPR ne fait que déstabiliser et appauvrir le fragile écosystème des revues.

24Se mettre en grève, se mobiliser auprès des personnels en lutte, faire paraître un numéro blanc ou contribuer, par la publication de textes collectifs ou de récits anonymes, au mouvement social en cours : par ces actes inédits, et devant le constat de la dégradation du service public de la recherche, les revues expriment leur colère et leur inquiétude. Elles montrent d’un coup l’envers du décor et tout ce qui rend possible la production et la diffusion d’un savoir à la fois indépendant (notamment des mannes industrielles), fiable (car discuté par des scientifiques de haut niveau) et neuf (c’est ce savoir qui est à la base des futurs manuels universitaires, puis scolaires). Nos revues ne doivent leur existence qu’au service public de la recherche. Parce que le service public en général, et celui de la recherche en particulier, sont menacés, nous, collectif des revues en lutte, nous opposons aux projets de réforme en cours avec la plus grande fermeté. Nous refusons la casse des formes de collaboration et d’émulation solidaire qui font la force et l’honneur du modèle français de la recherche.

Des retraites pour « protéger la société ». Discours du représentant Rouveure à l’assemblée législative, séance du 13 novembre 1849

25Alors que la question sociale surgit au cœur des enjeux politiques en 1848, de nombreux projets de lois sont déposés pour instituer des caisses de retraite, dans la continuité des débats de la monarchie de Juillet. Citons ceux de Waldeck-Rousseau et Rouveure en juin 1848, Taillefer et Bertin en juillet, Rouveure encore en décembre 1848. Beaucoup de ces projets présentés après les journées de Juin visent d’abord à résorber les tensions sociales en offrant des secours aux travailleurs, mais aucun n’aboutit réellement alors que les débats sont l’occasion de rejouer les conflits antérieurs et de débattre de la place et du rôle des ouvriers dans la société. Lorsque l’Assemblée législative prend le relais de la Constituante en 1849, une commission est désignée pour examiner à nouveau la question, elle présente un rapport en octobre 1849. Le président de la République, Louis Napoléon Bonaparte, confie alors au gouvernement le soin de mettre en chantier deux projets, l’un sur les sociétés de secours mutuels, l’autre sur les retraites. Les débats sont vifs à l’assemblée et la question des retraites fait l’objet d’une vaste controverse dont rend en parti compte l’extrait du discours de Rouveure présenté ci-dessous.

26Pierre Marcelin Rouveure est né en 1807 à Annonay (Ardèche). D’abord ouvrier, il devient mégissier et une figure locale puisqu’il est élu maire de la ville en 1836 et devient membre de la Chambre de commerce. En 1848, il est également élu représentant à la Constituante puis à la Législative où il siège parmi la droite modérée. Il a fait fortune dans le travail des peaux et se présente comme un porte-parole des ouvriers et de leurs intérêts. Pour lui, les retraites s’inscrivent dans les logiques paternalistes, elles doivent atténuer les tensions au sein de la société alors que la question de la « tranquillité » et de « l’ordre » revient comme une obsession dans son discours. Mais Rouveure insiste aussi sur les difficultés rencontrées par les travailleurs aux salaires trop faibles pour cotiser à une caisse et il demande que des cotisations obligatoires soient imposées aux patrons, malgré les objections des libéraux.

27Le 16 novembre 1849, le ministre Rouher dépose finalement un projet de loi sur la Caisse de retraites qui fait l’objet de nombreuses modifications. Après maints conflits entre orléanistes et bonapartistes, socialistes et libéraux, où se dessinent des représentations très différentes du rôle des retraites, la loi est finalement votée le 18 juin 1850. Cette loi portant création de la Caisse de retraites pour la vieillesse constitue l’une des premières formes d’intervention de l’État dans le domaine de l’assurance. Elle doit permettre de pallier les insuffisances des sociétés de secours mutuels en matière de vieillesse, alors que beaucoup avaient fait faillite à cause de leur incapacité à verser des retraites. Instituée sous la garantie de l’État, la Caisse de retraites pour la vieillesse est gérée par la Caisse des dépôts et consignations. Par l’intermédiaire de son vaste réseau de préposés, celle-ci reçoit les versements et les transforme en rentes sur l’État. L’intervention de l’État se réduit pourtant à cette seule dimension alors que les projets de primes, sous forme de subventions budgétaires, ont disparu du texte final.

*

28« Deux systèmes sont en présence, l’un qui veut la retenue obligatoire pour les ouvriers et les patrons ; l’autre qui veut la liberté sans restriction. À mon avis, ils ne sont bons ni l’un ni l’autre. Le premier est d’une application très difficile et pourrait produire plus de mal que de bien. Le deuxième est insuffisant pour améliorer le sort des travailleurs et assurer la tranquillité à notre pays.

29Entre ces deux systèmes, il y en a un troisième que je vais soumettre à l’appréciation de l’Assemblée, et qui me parait préférable aux deux autres sous tous les rapports.

30Avant de le développer, permettez-moi de vous soumettre les réflexions que m’ont suggérées les deux systèmes qui vous sont soumis.

31D’abord, je dois déclarer à l’Assemblée que, dans ma conviction profonde, la caisse de retraite, telle qu’elle est organisée par la commission, ne sera pas fréquentée par les ouvriers pauvres, et que, malgré leur bonne volonté, il y a impossibilité pour eux d’y faire des versements. Aussi ne demandais-je aucun avantage pour cette institution.

32Il est vrai que beaucoup de travailleurs demandent la création de caisses de retraite, mais cette création n’est nullement celle proposée par votre commission. Ceux qui la demandent avec le plus de vivacité veulent une caisse de retraite dotée par l’État. Or, comme l’État est dans l’impuissance de la doter, soyez assuré que votre projet ne les satisfera pas.

33Messieurs, en Angleterre aussi, on avait cru qu’en accordant quelques avantages aux caisses de retraite, elles seraient fréquentées par les ouvriers. L’expérience a démontré qu’on s’était complètement trompé. Quant à moi, qui crois connaître la classe ouvrière, je n’en suis nullement surpris. Jamais on ne fera comprendre à des hommes n’ayant très souvent que le strict nécessaire qu’ils doivent se priver pendant trente ou quarante ans, pour se créer une pension de retraite dont ils ne sont pas certains d’entrer en jouissance.

34Sans être prophète, voulez-vous que je vous dise ce que nous répondrons nos ouvriers quand nous les engagerons à faire des versements aux caisses de retraite ?

35Ils nous diront : À cinquante-cinq ou soixante ans nous aurons cessé de vivre ; il est inutile que nous nous privions, nous et nos familles, du nécessaire en vue d’une pension dont nous ne jouirons jamais. Ce projet a en outre un grand inconvénient, c’est de laisser entre les mains de l’État des sommes considérables. Je n’en dirai pas davantage sur ce sujet. […]

36Maintenant qu’il est démontré que les ouvriers ne déposeront pas, qu’ils ne peuvent pas déposer aux caisses de retraite, je vais vous donner connaissance du système qui me parait préférable et qui doit avoir pour conséquence immédiate d’améliorer le sort des travailleurs et d’assurer la tranquillité à notre pays. Voici les bases principales sur lesquelles il repose : Contribution obligatoire pour les maîtres ou patrons, quand les ouvriers feront partie d’une société de secours établie suivant les formes prescrites par un règlement d’administration publique ; Liberté complète pour les ouvriers de faire ou ne pas faire partie de ces sociétés ; Protection et surveillance de l’État.

37Voilà, messieurs, les trois principes sur lesquels repose le projet que je soumets à votre appréciation. La grande, la seule objection qu’on a faite à ce projet porte sur la contribution imposée aux patrons. Eh bien, permettez-moi de l’examiner de suite et de démontrer qu’elle n’offre aucune difficulté sérieuse dans sa perception ; qu’elle ne peut nuire à la production nationale, et que les patrons n’ont aucun intérêt à ne pas l’acquitter. M. Buffet a dit qu’il était convaincu que le concours pécuniaire, forcé, du patron, serait pour l’ouvrier un bienfait mensonger ; qu’il était convaincu que la contribution forcée du patron serait nécessairement reprise sur le salaire de l’ouvrier, quand bien même le patron ne le voudrait pas. Voilà la seule, l’unique objection qui soit applicable à mon système.

38Permettez-moi d’y répondre. Pour ma part, je ne saurais accepter comme faits acquis les résultats absolus prévus par M. Buffet. Je ne crois pas, qu’avec une faible contribution comme celle réclamée par mon amendement, les patrons soient forcés de la reprendre sur le salaire des ouvriers : mais cela serait-il vrai qu’il faudrait se demander si l’intérêt des ouvriers, celui des patrons, celui de la société tout entière, n’exigent pas qu’il en soit ainsi. Pour moi, il n’y a pas de doute. Tous les grands intérêts qui se trouvent engagés dans cette question l’exigent impérieusement. Par conséquent, la discussion n’est pas de savoir qui payera la contribution imposée aux patrons, mais de se rendre compte s’il est avantageux pour les ouvriers, et utile pour notre pays, qu’il en soit ainsi. Voilà dans quels termes la question doit être posée et résolue. En effet, que vous importe que la contribution soit payée par les ouvriers ou par les patrons ? Cela ne doit nullement vous préoccuper ; ce qui doit vous préoccuper, c’est l’amélioration du sort des classes laborieuses, la prospérité et la tranquillité de notre pays. C’est donc sur ce point que j’appelle l’attention de l’Assemblée, c’est sur ce point seulement que doit porter la discussion.

39Examinons maintenant si les sacrifices imposés aux maîtres ou aux patrons sont trop considérables et s’ils peuvent apporter quelques perturbations dans les productions nationales. Quant à moi, je ne le pense pas, car cette contribution acquittée par les patrons ne sera, en définitive, nullement supportée par eux. Il se peut que, les premières années, ils en supportent une portion ; mais lorsqu’ils feront leur inventaire, s’ils reconnaissent qu’ils sont en perte, soyez certains qu’ils ne manqueront pas de faire l’une des trois choses suivantes : La première, vendre la marchandise fabriquée plus cher ; la deuxième, acheter les matières premières à meilleur marché ; et enfin, la troisième, économiser sur les frais de fabrication ou baisser le salaire des ouvriers.

40Quant aux deux premières hypothèses, nous n’avons pas à nous en préoccuper, elles sont dans les oscillations naturelles des opérations commerciales. La troisième est beaucoup plus grave ; toutefois il ne faut pas s’en exagérer la portée : elle ne peut, je le répète, jeter une grande perturbation dans notre économie manufacturière, ni obliger les patrons à calculer sur cette modique contribution de 2 cent, par journée de travail, pour opérer une réduction dans le salaire des ouvriers. Cette dernière hypothèse devrait-elle se réaliser, que l’Assemblée ne devrait pas hésiter à adopter ma proposition, puisqu’elle doit avoir pour résultat l’amélioration du sort des travailleurs en les engageant à l’économie et à la prévoyance, et assurer la tranquillité à notre malheureux pays. Je fais appel à tous les fabricants ou manufacturiers qui siègent dans cette Assemblée, et je leur demande si cette légère augmentation de 2 cent, par journée de travail sur le salaire des ouvriers peut apporter une grande perturbation dans leur production. Pour ma part, je calcule que cette contribution doit m’atteindre pour une somme d’environ mille francs par an. Eh bien, je déclare que, si les améliorations du sort des travailleurs et la tranquillité du pays doivent se réaliser, je m’estimerai trop heureux d’avoir obtenu ce résultat pour une aussi modique somme. Bailleurs, il faut le répéter, parce que c’est la vérité, ce ne seront pas les patrons qui supporteront cette contribution, ce seront les consommateurs. Les patrons n’auraient réellement à se plaindre que dans le cas où leurs concurrents seraient dans une position plus avantageuse qu’eux. Dès l’instant que la mesure est générale et que, par l’égalité des charges, le prix de revient des marchandises fabriquées est le même pour tous, ils n’ont aucune plainte légitime à formuler. Au contraire, avant peu, ils ne tarderont pas à reconnaître qu’en remplissant un devoir d’humanité, ils ont encore fait une bonne spéculation, en contribuant à moraliser les travailleurs et à assurer la paix dans la cité. Dans tous les pays, et ici je suis d’accord avec M. le rapporteur, on a remarqué que rarement on avait arrêté dans les émeutes des ouvriers porteurs de livrets de caisses d’épargne ou faisant partie des sociétés de secours mutuels, il ressort de ces observations qu’aussitôt que l’homme possède le moindre capital ou a la certitude d’être secouru en cas de maladie ou d’infirmité, il s’attache au maintien de l’ordre.

41Si on reconnaît les bons résultats produits par ces institutions, il faut de l’exception faire la règle. Pour y atteindre, il faut offrir au prolétaire des avantages assez considérables pour que son imagination en soit tout d’abord frappée et qu’il s’empresse de solliciter de faire partie de ces sociétés. Si l’Assemblée me le permet, par expérience, je puis vous citer un fait remarquable qui a eu lieu à Annonay, lors des événements de février. Dans cette ville essentiellement industrielle la tranquillité publique fut troublée par quelques étrangers et une partie de la population ouvrière. Les désordres ayant été pendant une nuit d’une nature fort grave, et la garde nationale n’ayant pas été assez forte pour les réprimer, le maire fit appel le lendemain à tous les citoyens, et notamment aux deux sociétés de secours mutuels et de prévoyance existant à cette époque dans cette ville. Cet appel fut entendu : les membres de ces sociétés rendirent les plus grands services et furent les plus fermes appuis de l’ordre public.

42Ces faits démontrent combien, sous ce rapport seulement, ces institutions peuvent être utiles à la société. La plus grande préoccupation des ouvriers, celle qui les inquiète le plus, est de songer qu’en cas de maladie, vieillesse ou infirmités, ils seront sans ressources pour vivre et nourrir leur famille, qu’ils seront forcés d’aller mourir à l’hôpital. Cette dernière appréhension est extrême. Si les législateurs parviennent par un moyen quelconque à faire cesser les craintes qui les obsèdent et à les intéresser à la prospérité des finances de l’État, ils auront beaucoup fait pour le maintien de l’ordre social. Par l’adoption d’une proposition semblable à celle que je soumets à l’appréciation de l’Assemblée, il me semble qu’on aurait satisfait aux préoccupations qui agitent maintenant tous les esprits. Par le placement en rentes sur l’État de leurs capitaux, les ouvriers seraient intéressés au maintien de la tranquillité publique, et par la contribution des patrons, les appréhensions qui assiègent actuellement leur esprit, n’existeraient plus ou seraient grandement diminuées, puisque, avec une faible cotisation, ils pourraient se mettre à l’abri des tristes éventualités qui menacent actuellement leur avenir. Ce projet apporterait une telle amélioration dans leur situation morale et matérielle, la prospérité des caisses de secours mutuels serait tellement liée avec celle des patrons et des finances de l’État, que je n’ai nul doute qu’ils ne devinssent les plus fermes appuis de l’ordre social et qu’ils ne gardassent un souvenir de reconnaissance envers la société.

43Mais ne seraient-ils nullement pénétrés de ces sentiments, que leur intérêt, le règlement sévère qu’on pourrait faire et surtout le déshonneur qu’ils ressentent d’être chassés de ces sociétés, obligeraient les plus turbulents à tenir une conduite régulière, à respecter la tranquillité publique. D’un autre côté, si je juge des patrons par mes sentiments et par leur intérêt bien entendu, j’aime à croire qu’ils payeront de grand cœur la contribution qui leur sera imposée. Ils comprendront parfaitement que, leurs intérêts étant intimement liés à ceux des travailleurs, ils doivent faire des sacrifices pour améliorer le sort des artisans de leur fortune et de la prospérité publique. Ainsi, sous tous les rapports, l’adoption de cette proposition doit, avant peu d’années, donner sécurité à la société et changer complètement les habitudes des classes laborieuses ».

Une retraite pour les institutrices « libres » ! Réclamation d’une enseignante de 1871

44Présentées par le gouvernement comme les « grandes gagnantes » de la récente réforme des retraites, les femmes sont en réalité les perdantes de ce nouveau système. Les femmes subissent majoritairement le temps partiel imposé et sont très représentées au sein des professions des services publics (santé, enseignement…) où les salaires de début de carrière sont peu élevés et où les primes sont rares. Pour cette raison, si cette réforme était appliquée, les femmes, tout particulièrement celles des classes populaires, verraient baisser le montant de leur pension du fait du calcul désormais opéré sur la base de l’ensemble de la carrière (et non plus sur les vingt-cinq dernières années pour les salariés du privé, ou sur les six derniers mois pour les fonctionnaires). De même, la suppression des droits des mères en termes de trimestre et la possibilité d’attribuer au conjoint la majoration de 5 % pour tout enfant sont aussi des décisions susceptibles d’être préjudiciables à nombre de femmes4.

45Au xixe siècle, soit bien avant la mise en place du système de retraite par répartition, les femmes étaient déjà les grandes perdantes des premières caisses de retraite mises en place au sein de différentes professions. Les sociétés de secours mutuels, organisations d’entraide des travailleurs face aux maladies, aux accidents du travail et à la vieillesse, excluaient bien souvent les femmes notamment parce que les soins liés aux grossesses étaient perçus comme très coûteux. Des sociétés de secours mutuels mixtes émergent, tout particulièrement dans la seconde partie du xixe siècle, comme par exemple les sociétés de secours mutuels d’instituteurs et institutrices qui tendent à se développer dans les années 1860-1870. Cependant, leurs statuts excluaient généralement les femmes des instances de décisions.

46En 1871, dans le contexte où la jeune IIIe République vient de réprimer l’insurrection de la Commune de Paris, une institutrice nommée Mme Dubuisson décide d’écrire au Ministre de l’Instruction publique pour réclamer une caisse de retraite pour les institutrices laïques dites « libres » (c’est-à-dire exerçant dans des établissements privés). Parce qu’isolées, une grande majorité d’entre elles se retrouvait sans ressource une fois advenue la vieillesse. Pour lutter contre cet isolement, Mme Dubuisson préconise la création d’une association de secours mutuels d’institutrices laïques et libres propre à tisser un réseau de solidarité féminin.

*

47[…] « Vous savez aussi bien que moi, Monsieur le Ministre, combien est précaire la position de l’Enseignement laïque libre […]. Pendant deux ans que j’ai habité Caen, comme sous-maîtresse, j’ai vu mourir deux maîtresses de pension : l’une paralysée continuait de donner des leçons dans son lit à quelques élèves que la pitié lui envoyait, et n’évitant l’hospice que grâce aux collectes et aux soins d’anciennes élèves ; l’autre, transplantée par la pitié des inspecteurs dans un petit poste de campagne à l’âge où les vieux arbres ne reprennent plus racine, y mourut bien vite… Mon ancienne maîtresse elle-même, avec sa soixantaine et plus de quarante années d’exercice est condamnée à finir ses jours dans un milieu commun qui n’est ni celui de son intelligence, ni de ses habitudes, parce qu’elle ne peut fournir qu’une malheureuse pension de 400 frs. Je sais bien que chacun doit combattre à son poste et y mourir même au besoin ; mais après tout, c’est triste, peu encourageant pour les jeunes, et la société, il me semble, doit une aide plus efficace à celles qui lui consacrent leur jeunesse, leur santé et les joies de la famille.

48Monsieur le Ministre, il faudrait une association, des caisses de retraite… mais comment s’y prendre pour arriver à faire fructifier cette pensée ? Provoquer des réunions, c’est difficile, j’y ai beaucoup réfléchi il faut compter avec la difficulté des déplacements et pourtant, comme on l’a dit, l’isolement nous tue ! […] Monsieur le Ministre, je résume par une prière, ce que j’ai pu seulement indiquer ici : voici les vacances, je vous en prie, provoquez une réunion d’Institutrices, soit à Paris, soit à Versailles ; j’en suis persuadée beaucoup s’y rendront, et là, sous votre présidence toutes les questions pourraient être agitées et la marche à suivre indiquée… Oh si, sous vos auspices, l’enseignement laïque pouvait prendre la consistance de l’association, j’en suis persuadée, vous auriez conquis le plus beau de vos titres à la reconnaissance publique ! […] »

La CGT contre les « retraites ouvrières et paysannes » (Affiche, Grandjouan, 1912)

  • 5 Cf. Gilles Candar, Guy Dreux (dir.), Une loi pour les retraites. Débats socialistes et syndicaliste (...)

49Au début du xxe siècle, la question des retraites ouvrières reste une préoccupation relativement nouvelle même si le devenir des travailleurs âgés retient de plus en plus l’attention alors que l’espérance de vie s’allonge. Dès 1879, Martin Nadaud avait proposé une loi sur les retraites, mais sans lendemain. À l’orée du xxe siècle, certains bénéficient déjà de retraites à l’image des fonctionnaires, des mineurs, ou des cheminots. Une loi du 14 juillet 1905 pose le principe de l’assistance obligatoire pour les indigents de plus de 70 ans, selon une logique qui demeure caritative. La loi du 5 avril 1910 créé finalement les « Retraites ouvrières et paysannes ». Il s’agit du premier système de retraite par capitalisation obligatoire pour les salariés agricoles et non agricoles, qui visait à garantir une pension de 40 % du salaire à 60 ans. Ce projet est soutenu par les radicaux comme Léon Bourgeois et Paul Guieysse. Elle résulte d’un compromis longuement négocié. La droite libérale dénonce des charges inacceptables pour le pays et, de façon classique, met en garde contre des pensions qui seraient supposés encourager la paresse. Pourtant, ce projet ne pesait en rien sur la bourgeoisie puisqu’il reposait sur l’épargne obligatoire des travailleurs via des retenus sur leurs salaires. De plus, la loi sera appliquée de façon laxiste envers les patrons qui ne versent aucune cotisation, la cour de cassation annulera même son caractère obligatoire. Par la suite, de nombreux travailleurs resteront exclus de tout droit à la retraite : les « Retraites ouvrières et paysannes » toucheront 3 millions de personnes sur les 8 millions de salariés et les 40 millions de français. La cagnotte des retraites sera par ailleurs fortement impactée par les dépréciations monétaires de 1910 et de l’après-guerre dues à la politique inflationniste du gouvernement. L’adoption de cette loi provoque aussi de vives oppositions et une grande méfiance de la part des syndicats dont rend compte cette affiche de 1912 publiée par la CGT. Le syndicat insiste sur la faiblesse des pensions, dénonce la persistance des inégalités et conteste la limite fixée à 65 ans, alors que beaucoup d’ouvriers meurent avant cet âge et n’en profiteront donc pas5.

Aux origines des retraites des cheminots. Des initiatives patronales intéressées

  • 6 Plus largement, voir Georges Ribeill, Des faveurs patronales au privilège corporatif. Histoire du r (...)

50Fondé sur deux lois de 1909 et de 1911, le régime particulier des retraites des cheminots a fait l’objet de nombreux débats et critiques depuis cette époque. Souvent réformé jusqu’à sa suppression récemment voulue, ce système de retraite fut longtemps perçu et vécu comme faisant partie intégrante du « statut » spécifique des agents de la SNCF dits du « cadre permanent », par opposition à ses agents contractuels. Dans ce bref texte, on retracera les origines de ce régime particulier, les acteurs qui l’ont promu, les débats qui ont accompagné sa naissance6.

Les premières initiatives

51Lors de son assemblée générale du 31 janvier 1850, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Rouen annonce à ses actionnaires la création d’une caisse de retraites : « Pénétrés de la nécessité de resserrer les liens qui attachent vos employés à votre entreprise, nous nous sommes depuis longtemps préoccupés des avantages qui résulteraient pour eux et pour nous de la création d’une caisse de secours, de prévoyance et de retraite ». Un prélèvement de 3 % sur les traitements est complété par une allocation annuelle d’un montant égal : « Vous ne considérerez pas comme excessive cette rémunération offerte par la Compagnie à ses employés en vue de l’amélioration de leur avenir ».

  • 7 Sur le rôle de la Caisse des Dépôts vis-à-vis de la CNRV et son évolution, cf. Roger Priouret, La C (...)
  • 8 Une loi ultérieure du 1er juin 1853 ramènera à 4,5 % le taux d’intérêt.

52Quelques mois plus tard, la loi du 18 juin 1850 crée une Caisse de retraites ou rentes viagères pour la vieillesse (CRV) placée sous la garantie de l’État et administrée par la Caisse des Dépôts et Consignations, devenue en 1886 la Caisse nationale des retraites pour la vieillesse (CNRV7). Quiconque peut y effectuer des versements périodiques, leur cumul formant un capital rémunéré à 5 %, soit un taux attractif, supérieur à l’intérêt des fonds publics8 ; à chaque déposant, est remis un livret sur lequel sont inscrits ses versements et les rentes viagères correspondantes. Conçue à l’origine comme un système de protection individuelle destiné aux ouvriers, cette Caisse se met au service des entreprises qui offrent à leur personnel de compléter ou de payer elles-mêmes des cotisations.

  • 9 Enquête sur les moyens d’assurer la régularité et la sûreté de l’exploitation sur les chemins de fe (...)

53La loi du 9 juin 1853, qui crée le régime général et uniforme de retraite des fonctionnaires, a constitué une référence auprès de compagnies encore hésitantes à octroyer des retraites à leurs employés. C’est ce qui ressort d’une enquête officielle sur les moyens qu’elles mobilisent pour mieux garantir la sécurité de l’exploitation, enquête déclenchée à la suite de graves accidents ferroviaires survenus en 1853. Aux côtés des signaux et des règlements, y contribuent aussi les caisses de secours et de retraites, comme le rappelle son rapporteur : « Vous avez pensé, Monsieur le Ministre, que, si la sûreté de la circulation reposait, pour la plus grande partie, sur le personnel des compagnies, il fallait que ce personnel pût se consacrer sans préoccupation à l’accomplissement de ses devoirs ; qu’il eût la certitude lorsque l’âge ou les infirmités l’auraient rendu impropre au service, de ne pas passer, sans transition, d’une position sortable à la misère ; qu’il participât, dans une certaine mesure, à la prospérité des compagnies au service desquelles il mettait son zèle et son intelligence9 ». Et d’apporter une réponse positive : « La commission a reconnu, avec satisfaction, que les compagnies partageaient votre manière de voir à cet égard […]. Toutes, sans exception, s’appuient sur la Caisse des retraites pour la vieillesse fondée par l’État ».

Un long apprentissage

  • 10 Georges Ribeill, La Révolution ferroviaire. La formation des compagnies de chemins de fer en France (...)

54Au sein des compagnies, avec le commissionnement s’ébauche en fait un statut officieux et rudimentaire que les compagnies réservent aux seuls agents dont les qualifications professionnelles sont acquises par leur expérience sur le tas, inexistantes sur le marché du travail. Pour les employés des compagnies, ce commissionnement ou classement signifie un traitement fixé à l’année et non pas un salaire à la journée, un grade déterminé dans un tableau hiérarchisé des métiers et carrières, et implicitement, la garantie de l’emploi10.

  • 11 Paul Soulier, Les Institutions de retraites des compagnies de chemins de fer, Paris, Guillaumin, 19 (...)

55À la suite de la Compagnie de l’Ouest, celle du Nord, du Midi, du PLM, et de l’Est suivirent l’exemple, s’engageant dans un processus permanent d’ajustements sociaux et financiers11 : « Les débuts furent timides : le personnel était peu nombreux, la participation facultative et les pensions relativement peu élevées ; les compagnies prirent un rapide développement du jour où l’affiliation devint obligatoire pour le personnel classé ou commissionné. En même temps, les conditions des règlements primitifs furent notablement améliorées : la limite d’âge pour la mise à la retraite fut abaissée, le montant de la pension calculée d’après les traitements des dernières années de service et des pensions accordées aux agents atteints d’infirmités prématurées ou de blessures, ainsi qu’aux veuves ou orphelins de agents retraités ou décédés en service.

56Reconnaissant la capacité d’épargne limitée de leurs agents aux « appointements faibles », les compagnies doivent financer les futures pensions. Ce dont on avise par exemple les actionnaires de la Compagnie du Nord à l’assemblée générale du 30 avril 1855 : « Dans les premières années de notre exploitation, les cadres de notre personnel ont éprouvé une certaine mobilité, qui tenait soit aux circonstances, soit à la difficulté de ne faire d’abord, pour tous les emplois, que des choix qui pussent devenir définitifs. Aujourd’hui, la Compagnie du Nord a près de dix années d’existence ; elle a reçu d’un grand nombre de ses agents, et dans des temps plus ou moins difficiles, un concours zélé, intelligent et dévoué. Il est de bonne administration, il est juste de resserrer de plus en plus les liens qui les attachent à notre entreprise, en leur assurant la modeste ressource d’une pension pour l’époque où la ressource de leurs revenus, la faculté de travailler leur feront défaut ». Mais la prudence en matière de charges financières futures lui commandait de faire de la CRV le pivot de son système de pensions, « basé sur ce principe incontestable d’économie, que l’employé doit être son propre assureur ». Côté personnel donc, retenue de 3 % obligatoire pour les employés appointés au mois, facultative pour les ouvriers. Côté compagnie, versement « après 25 ans de service pour les employés de bureau, après 20 ans seulement pour ceux du service actif, d’une rente viagère égale à celle qui serait liquidée, à partir de 50 ans, par la CRV ».

  • 12 Enquête…, op. cit., p. xlii.
  • 13 Centre d’archives de la SNCF, Le Mans, Albert Jacqmin, Étude sur les conditions d’existence du pers (...)

57Paru en 1858, le rapport final de l’enquête sur la sécurité de l’exploitation félicitait les compagnies « empressées d’entrer dans la voie que leur a ouverte le Gouvernement par la création de la CRV et de faire profiter leurs employés des bienfaits qui y sont attachés »12. Très vite, régime de retraites et âge limite d’embauche vont s’articuler13. Alors que déjà les compagnies évitent de recruter des agents trop âgés, considérés comme « inaptes aux habitudes d’ordre et de régularité absolue » qu’implique l’exploitation ferroviaire, l’anticipation des charges futures des caisses allait renforcer « la stricte obligation de ne pas admettre des hommes déjà âgés, qui réclameraient le bénéfice d’une retraite sans en avoir subi les charges » : Toutes les compagnies vont donc fixer une limite d’âge au-delà de laquelle nul ne peut être admis à un emploi donnant droit à retraite. À la Compagnie de l’Est, cette limite a été fixée à 35 ans : presque toutes les compagnies ont le même chiffre ; la Compagnie d’Orléans a récemment adopté le chiffre de 32 ans », indique en 1880 Albert Jacqmin.

Des régimes très variés

  • 14 Jean-Pierre Amalric, « Une institution patronale au xixe siècle : la participation des employés aux (...)
  • 15 Jean-Baptiste Duroselle, Les Débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1951, (...)

58Les régimes sont très variés, adossés ou non à la CRV. La Compagnie d’Orléans a conçu en 1845 un régime singulier qui associe participation des agents aux bénéfices et alimentation unilatérale d’un fonds de retraite, sans cotisation donc des intéressés. En 1854, un tiers des bénéfices prélevés alimentent des livrets de retraite, et en 1865 c’est leur totalité14. Les administrateurs catholiques, Denys Benoist d’Azy et son neveu Augustin Cochin, ont appliqué dans ses institutions internes des principes relevant de la Société d’économie charitable dont ils sont des militants15.

59Fondée en septembre 1853, la caisse de retraites de la Compagnie de l’Est vise les agents dans le traitement n’aurait pas dépassé 3 000 francs pendant la durée de leur carrière : retraite de 300 francs pour les agents dans le traitement serait resté inférieur à 1 500 francs, et du cinquième du traitement moyen des cinq dernières années pour les autres employés. Nul recours à la CRV, considérant comme un « inconvénient assez sérieux » le système obligeant l’agent à faire une « double démarche pour toucher sa pension ».

60Les autres grandes compagnies ont instauré un système dual : versement par les employés à la CRV de x % de leurs traitements, abondé par un prélèvement de la Compagnie sur ses bénéfices d’un montant égal. En revanche, les paramètres qui régissent le calcul des versements, les modalités d’accès à la retraite ou les barèmes des pensions versées diffèrent selon les compagnies. Par exemple : la retenue mensuelle est de 3 % au Nord, à l’Ouest et au Paris-Lyon, de 4 % au Midi ; le droit à la liquidation de la pension est ouvert à partir de 50 ans d’âge au moins (Paris-Lyon, Nord, femmes au Midi), ou de 55 ans (hommes au Midi), ou de 60 ans (Ouest), et suppose au moins 25 ans d’ancienneté au service de la compagnie (Est, Midi), ou 25 ans précisément dans le service sédentaire (Paris-Lyon, Nord) ou 20 ans dans le service actif (Paris-Lyon, Nord), l’Ouest se distinguant en n’exigeant aucune ancienneté minimum… Les actifs s’opposent aux sédentaires, cols blancs, manches de lustrine et ronds-de-cuir des bureaux, employés échappant aux servitudes d’un service public exigeant continuité, sécurité, exactitude et discipline sur le terrain, valeurs attendues des hiérarchies des agents opérationnels, depuis les aiguilleurs, lampistes, receveurs, chefs de gare jusqu’aux chefs d’arrondissement de l’Exploitation, depuis les visiteurs, mécaniciens et chauffeurs aux chefs des dépôts de la Traction, ou des cantonniers, garde-disques et garde-barrières employés à la Voie jusqu’à leurs chefs.

Le « bon calcul » des compagnies reconnues

  • 16 Auguste Perdonnet, Notions générales sur les chemins de fer, Paris, Lacroix et Baudry, 1859, p. 172
  • 17 Ibid., 1859, p. 169.

61En 1859, cette extrême diversité est critiquée par un dirigeant influent et administrateur de la Compagnie de l’Est, Auguste Perdonnet, qui ne livre toutefois pas ses arguments16 : « Il est fâcheux que les compagnies n’aient pu s’entendre jusqu’à ce jour pour rédiger un règlement uniforme […]. Nous faisons des vœux pour qu’elles parviennent à établir une règle commune. » Mais il dresse néanmoins un bilan global très positif du régime de retraites octroyé, reconnaissant le « bon calcul » des compagnies17 : « En se montrant ainsi humaines et généreuses, les compagnies ne remplissent pas seulement un devoir, elles font aussi un bon calcul, car c’est pour elles le meilleur moyen d’obtenir des employés un dévouement qu’ils refuseraient à des compagnies avares et égoïstes. »

  • 18 Albert Jacqmin, Étude sur les conditions d’existence du personnel des chemins de fer, Manuscrit 188 (...)

62Ce dévouement des agents à leur compagnie mais aussi leur attachement ne furent bien compris qu’après cette première période de tâtonnements extrêmes, comme le révèle Albert Jacqmin, ingénieur attaché à la Compagnie de l’Est18. Dans le régime fondé en 1853, pour avoir droit à la retraite, il fallait être âgé de 55 ans au moins et avoir accompli 25 années de service à partir du 1er janvier 1853 ; les premières retraites n’auraient donc été accordées qu’en 1878. Le nouveau règlement institué en 1862 fixe à 2 % la retenue sur le traitement des agents que complète une allocation égale de la compagnie ; le capital ainsi obtenu, transformé en rente viagère, constituait une pension liquidable à tout agent quittant la compagnie pour un quelconque motif ; d’un montant au minimum de la moitié du traitement le plus élevé pour les agents subalternes et du tiers pour les autres emplois. Dès la mise en place de ce nouveau régime, « il se produisit alors un fait absolument inattendu et qui vînt déconcerter toutes les prévisions : le personnel acquit presque subitement une stabilité qu’il n’avait jamais eue auparavant. »

  • 19 Albert Jacqmin, Les Caisses de retraite dans les administrations de chemins de fer. Dieppe, Paul Le (...)

63Fidèle comme son père à l’école d’Économie sociale de Le Play attachée aux conditions de stabilité sociale des ménages, en 1881, Albert Jacqmin y voyait une vérification concrète 19 : « Nulle part, il n’a été admis que le paiement pur et simple d’un salaire convenu suffisait à éteindre l’obligation de l’administration vis-à-vis de l’agent : il a été reconnu qu’il y avait plus à faire ». Et en manifestant donc une « véritable sollicitude », les compagnies avaient été récompensées : « leur personnel a pris une stabilité qui est, en résumé, la meilleure réponse à opposer à leurs détracteurs ».

64Depuis leur création, la diversité des régimes demeure constante, sans que l’on puisse d’ailleurs dégager un régime plus nettement favorable que les autres. En 1883, si le personnel commissionné est toujours privilégié, les ouvriers à la journée peuvent bénéficier du régime de retraite au Nord et au Midi. Un seul réseau déroge à la règle commune des 55 ans d’âge et 25 ans de service, c’est le Nord, qui n’exige que 50 ans, et 25 ou 20 ans d’emploi selon le service, sédentaire ou actif. Ces conditions étant réalisées, l’agent peut demander sa mise à la retraite (État), ou doit être admis à faire valoir ses droits par la Compagnie (Nord), ou est mis d’office à la retraite ; la retraite d’office anticipée est possible aussi à l’Est et au PLM après 20 ou 15 ans de service… Les agents réformés ou démissionnaires ou révoqués sont remboursés des retenues en capital, avec intérêts (Nord, PO) ou sans intérêts (État, Midi, PLM). La pension est réversible sur la tête de la veuve pour moitié sur tous les réseaux, sauf au Nord (1/3). Encore faut-il que le mariage ait eu lieu il y a plus de 2 ans (Est, Ouest), de 3 ans (État), de 5 ans (PO, PLM, Midi) ou de 6 ans (Nord). Les enfants mineurs n’ont des droits qu’à l’État et à l’Est, le PO leur accordant des secours variables.

Lutter contre l’arbitraire et les abus

  • 20 Les Compagnies s’entendaient pour refuser d’embaucher leurs transfuges ou les agents révoqués.

65Ces régimes pouvaient contenir des clauses d’application arbitraire et/ou abusive. Les difficultés de récupération des cotisations des agents démissionnaires, réformés, révoqués, vont alimenter notamment une bataille de longue durée, au nom des principes juridiques fondant le contrat de louage, tels que fixés par le Code civil et confortés par une certaine jurisprudence. Il est certain que par ces clauses, les Compagnies entendaient pénaliser tous ceux qui, de la démission volontaire à la révocation punitive, quittaient ou perdaient leur emploi dans les chemins de fer20. Des tout-puissants services de contentieux des compagnies, il résulta un combat inégal et une jurisprudence très défavorable s’agissant des agents démissionnaires, congédiés pour inaptitude ou révoqués pour infraction à un règlement disciplinaire.

66Et ce n’est qu’après de nombreuses tentatives de parlementaires attachés à la défense des agents qu’en vertu de la loi du 27 décembre 1890, les compagnies allaient devoir soumettre à l’homologation ministérielle les statuts et règlements de leurs caisses de retraites et de secours.

67À l’heure de la naissance des premiers syndicats de cheminots, de l’affermissement d’une véritable gauche socialiste parlementaire très hostile aux compagnies privées, le combat pour un meilleur régime des retraites se poursuit donc. Le grand combat politique et syndical fut celui de l’uniformisation de tous ces régimes, obtenu par la loi du 21 juillet 1909, consacrant l’avènement d’un régime légal uniforme, étendu quasiment à tous les agents, « employés et ouvriers », de tous les grands réseaux de chemins de fer, puis par la loi du 28 décembre 1911 instituant la rétroactivité du régime légal de 1909.

Un « privilège » corporatif partagé dans d’autres services publics

  • 21 Office du Travail, Les Caisses patronales de retraites des établissements industriels, Paris, Impri (...)

68En 1896, une enquête générale de l’Office du Travail21 fait ressortir le « privilège » de la corporation du rail, selon la représentation extérieure qui va peu à peu s’imposer pour caractériser ce régime de retraite, comme celui des gaziers. Le taux du personnel bénéficiant d’un régime de retraite s’élève en effet à 73 % dans le secteur des chemins de fer contre 4 % seulement dans les industries privées ! S’il est de 100 % chez les mineurs, c’est grâce à la toute récente loi sur les retraites des mineurs votée en 1895.

  • 22 Léon Sénéchal, Des institutions patronales des grandes compagnies françaises de chemin de fer, thès (...)

69En 1904, un juriste indépendant dressait le bilan positif des institutions sociales promues par les compagnies22 : « Pour arriver à un attachement si difficile d’un personnel aussi nombreux, les compagnies, plutôt que d’élever au-delà de la moyenne le traitement effectif de leurs agents, comme le demandaient et les qualités et les services exigés de son personnel, se sont ingéniées à multiplier l’assistance patronale sous toutes ses formes ». Et de souligner la part revenant à cette garantie sociale à long terme qu’était une pension de retraite : « Les Compagnies se sont préoccupées de maintenir dans leur personnel la stabilité indispensable à la bonne exécution du service, en assurant à leurs agents des pensions de retraite pour le moment où, après une carrière bien remplie, l’âge, la fatigue ou les infirmités les obligent à abandonner leur emploi ».

70Bien d’autres entreprises privées concessionnaires d’un service public – l’image de la Compagnie générale des Omnibus, ou de la Compagnie parisienne du Gaz – avaient créé elles aussi des caisses de retraites, pour ces mêmes motifs que les compagnies de chemins de fer : continuité du service et stabilité du personnel facilitées par la « paix sociale » que ces avantages octroyés étaient censés assurer, sous le couvert d’une généreuse philanthropie.

Georges Ribeill, sociologue et historien

Solidarités ouvrières dans les hospices d’indigents du second xixe siècle : la naissance d’un pouvoir gris ?

  • 23 Ce texte émane d’une enquête plus vaste sur les premières générations de Parisiens vieillissant en (...)
  • 24 Georg Simmel, Les Pauvres [1907], Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 48-49.

71Bien avant ce que les sociologues ont qualifié de « pouvoir gris », les vieux Parisiens des hospices gratuits, très majoritairement ouvriers, forment dans le second xixe siècle des groupes d’intérêt très soudés. Ils pétitionnent et existent en tant que groupe militant23. Dès le Second Empire, la construction de groupes d’administrés, défendant des intérêts partagés, au nom de tous et devant les pouvoirs qui organisent leurs existences, invite à reconsidérer la place des vieux assistés dans leur environnement politique, tout comme celle de l’hospice dans le monde qui l’entoure. À l’inverse des combats d’hier et d’aujourd’hui pour la création et la défense des retraites, menés principalement par des acteurs du monde du travail, l’histoire des prises de position et des associations politiques à l’hospice invite à penser ensemble l’émergence d’une proposition d’assistance à la vieillesse et celle de la capacité politique des personnes âgées. Sans remettre en cause la conception désenchantée de Georg Simmel sur l’assistance comme instrument de maintien de la cohésion sociale – venant redoubler la stratification à l’œuvre dans l’espace social –, lire et écouter les voix de l’hospice au xixe siècle conduit à revenir sur la place des premières générations assistées en institution dans l’élaboration de leurs conditions d’existence24.

  • 25 Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence [1968], Paris, Fayard, 1984, p.  (...)

72À l’instar du rôle de la chambrée, des cercles de jeux et des associations analysés par Maurice Agulhon comme antichambres majeures de la politisation du Midi au premier xixe siècle ou encore du rôle des tavernes et des pubs dans la formation de la classe ouvrière anglaise, les hospices d’indigents constituent un espace d’intenses sociabilités, à l’origine d’une conception commune du droit des assistés25. C’est en effet dans les établissements les plus rigoureux en termes de discipline et dans ceux qui abritent les assistés les moins dotés économiquement, socialement et familialement que des regroupements se constituent dès la fin des années 1850. Ils prennent tour à tour la forme de sociétés de secours mutuels, d’associations ou de groupe de libres penseurs, et se reconfigurent dans les années 1880.

Du mutualisme à la Libre Pensée

  • 26 Il y a au 1er janvier 1976 à Ivry 944 résidentes : cette petite société regroupe donc 8,5 % de la p (...)

73Des sociétés de secours mutuels assurent depuis le milieu du xixe siècle un rôle structurant dans deux grands établissements masculins, Bicêtre (1858) et les Incurables-Hommes (1864). Il regroupe alors plus de 3 000 résidents. La réunion des deux établissements, Incurables Hommes et Femmes, à Ivry en 1869, fait sensiblement évoluer la situation – même si la société ne se féminise officiellement qu’en 1905. Un courrier du directeur d’Ivry daté du 12 février 1876 suggère qu’une association féminine parallèle a existé à partir de l’unification des deux établissements. Il mentionne une société composée de 80 femmes dans laquelle chacune donne 50 centimes le jour où l’une d’elle vient à mourir26. Alors que négocier dans une relation de face-à-face est une pratique relativement partagée entre les sexes, le regroupement ne fait partie du répertoire d’action féminin que de manière marginale. Soit que les capacités d’épargne des femmes soient inconciliables avec le versement d’une somme mensuelle, soit que ces dernières comptent sur d’autres formes d’entraide, familiale par exemple, le mutualisme du second xixe siècle est à l’hospice, comme dans le reste du territoire, une stratégie d’hommes, renvoyant les femmes à leur infra-citoyenneté.

  • 27 AAP, Bicêtre L24, Journal quotidien de la société de secours mutuels des administrés de l’hospice d (...)
  • 28 AAP, Bicêtre 4M7, journal du trésorier de la société de secours mutuels des administrés de Bicêtre (...)

74Seule la société de Secours Mutuels des administrés de l’hospice de Bicêtre a laissé des archives sur son fonctionnement et son intense activité27. Chaque sociétaire s’engage à payer 30 centimes par mois (qui s’ajoutent au droit d’entrée de 2 francs avant 70 ans et de 3 francs après), à rendre des comptes précis sur leur parcours de soin (ne pas mentir sur le temps passé à l’infirmerie, ne pas quitter les salles de convalescence après un séjour à l’infirmerie, sous peine d’amende) et à accompagner le convoi funèbre des sociétaires décédés quand le comité directeur le leur demande. Car, et c’est l’essentiel, la raison d’être de ces sociétés est de procurer certains avantages aux vieillards. Ceux de Bicêtre toucheront grâce à elle une indemnité de 20 centimes par jour d’infirmerie, ce qui limite les pertes liées à ces périodes de chômage. Ils recevront également la visite des membres de la Société. Au cœur de ce dispositif, « l’association rend les derniers devoirs à chacun de ses membres » en payant pour eux le service funèbre le moins coûteux, mais qui a tout de même le mérite de les faire échapper à la dissection. Cette association, moins vigoureuse au tournant du xixe siècle que sous le Second Empire, regroupe un quart des administrés de Bicêtre jusqu’aux années 1880 (jusqu’à 457 membres en 1875), puis un dixième au début du xxe siècle (198 membres en 1900 28). La forte diminution du nombre de membres est à l’image de celle du mutualisme en France. Elle peut aussi s’expliquer par les contraintes qui pèsent sur les sociétaires, rendues moins supportables dans une société et des établissements d’assistance moins autoritaires, ou encore par le relèvement des tarifs qui intervient dans les années 1890.

  • 29 AAP, Bicêtre 4M7.
  • 30 William H. Sewell, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, (...)
  • 31 Yves Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise, Tome 2, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 197 (...)

75Que ces sociétés de secours mutuels donnent du poids politique aux administrés de Bicêtre et d’Ivry ne fait pas de doute. Loin des représentations habituelles, les activités ordinaires du groupe sont riches : les comptes mensuels révèlent ainsi l’existence de transactions qui supposent des receveurs et des donneurs, des échanges, des circulations entre les dortoirs, et probablement des négociations29. Avec son propre système de régulation, d’amendes et d’exclusions, la société de Bicêtre est non seulement un lieu d’échanges intenses, mais aussi une communauté politique contrôlée et gérée par les administrés. Et c’est de ces établissements que partent le plus de pétitions collectives adressées au conseil municipal de Paris à partir des années 1880. Les thèmes dont ces sociétés sont porteuses, en particulier la solidarité devant les funérailles, sont aussi ceux qui trouvent un écho plus large à la fin du xixe siècle. La dimension politique de ces organisations est bien connue. William H. Sewell les définit comme des « versions post-révolutionnaires des confréries d’Ancien Régime » avec de fortes capacités d’innovation et de mobilisation30. Parce que les sociétés proposent un lieu de rencontre, mais surtout parce qu’elles peuvent abriter des organisations syndicales clandestines, un lien existe entre l’essor du mutualisme et la naissance du syndicalisme au premier xixe siècle31. La très forte composante ouvrière dans les hospices gratuits donne aussi à penser qu’avant de fonder une société de secours mutuels, les résidents ont déjà fait l’expérience de ce type d’organisations. L’hypothèse que les vieillards importent à l’hospice la culture des corporations ouvrières étudiées par Sewell, ou une pratique de mutualisation des revendications, semble confirmée par l’origine des sociétaires de Bicêtre.

  • 32 Jacqueline Lalouette, Les Mouvements de Libre Pensée en France pendant la Troisième République (187 (...)
  • 33 Claire Barillé, Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens dans le second xixe (...)

76Le déclin progressif de la société de secours mutuels de Bicêtre coïncide avec l’émergence de nouvelles associations, davantage tournées vers la Libre Pensée. Les archives de trois hospices gratuits permettent d’attester de la formation d’un groupe d’assistés réunis entre libres penseurs : la fondation Brézin réservée aux vieux ouvriers du fer, et les hospices d’Ivry et Bicêtre. Les sociétés de Libre Pensée se sont développées dans les années 1860-1870 dans les hospices parisiens pour plusieurs raisons. La place centrale des enterrements dans les solidarités mises en place par les sociétés de secours mutuels et celle de la planification de la mort dans les sociétés de Libre Pensée autorisent à penser que les premières ont favorisé l’émergence des secondes. L’approche de la mort, les conditions de cohabitation et l’origine populaire des vieux de Brézin, d’Ivry et de Bicêtre font d’eux des postulants conformes à ce que l’on sait des groupes de Libre Pensée32. Mais on ne peut comprendre la formation et la viabilité de ces groupes au sein de trois établissements sans tenir compte de la bienveillance des directeurs d’hospice et plus généralement de l’Assistance publique. Les directeurs de l’Assistance publique sont, à partir de 1880, des hommes de gauche favorables à la Libre Pensée33. S’il ne faut pas assimiler Libre Pensée et franc-maçonnerie, il est évident que les fonctions importantes qu’un Gustave Mesureur (directeur de 1902 à 1920) occupe à la Loge La Justice de la Grande Loge de France le disposent favorablement à ces regroupements de vieux libres penseurs.

  • 34 AAP, 9L110.

77Quelle est la finalité politique de ces réunions ? Il s’agit d’abord pour les vieux assistés de faire corps pour être entendus par l’administration. Ils se regroupent pour s’assurer le droit à un enterrement civil – alors que l’administration propose systématiquement une cérémonie religieuse dans le cas où rien n’est décidé auparavant. À la mort de l’archiviste de Brézin, la direction de l’établissement découvre, dans ses papiers personnels, une vingtaine d’écrits rédigés sous forme de testament par des administrés de Brézin34. Les signataires y désignent un membre de leur famille ou un ami comme légataire universel. À charge pour celui-ci de veiller à respecter la volonté du défunt. Cet exemple illustre bien les formes infra-institutionnelles, voire clandestines, de solidarités. Ces sociétés ont aussi un rôle d’information pour les familles, notamment quand l’administration est défaillante sur ce point. De tels groupes contribuent enfin à affermir et rendre visible la position de certains pensionnaires dans les affrontements qui président, accompagnent et suivent la politique de laïcisation des établissements hospitaliers. Le Rappel, dont la ligne anticléricale est bien connue, accompagne les libres penseurs de la fondation Brézin dans leur rejet de la surveillance religieuse (qui s’exerce encore sur cet établissement qui n’a pas été laïcisé). Dès lors, les vieillards libres penseurs prennent une place dans les enjeux politiques qui se jouent en France et se rejouent dans les espaces hospitaliers, faisant de la condition d’assisté une expérience de la citoyenneté.

« Ces vieillards demandent l’égalité pour tous35 »

  • 35 Cette phrase est de Jules Coutant, dit Coutant d’Ivry, député socialiste (« révolutionnaire » puis (...)
  • 36 Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève. France, 1871-1890 [1974], Tome 3, Paris, Éditions de l’EHES (...)

78Peut-être parce que la politique n’a pas bonne presse et risque de biaiser le succès de leurs revendications, une affiliation idéologique n’est que tardivement exprimée dans ces mouvements d’assistés – c’est l’explication avancée par Michelle Perrot pour expliquer le rejet de ce vocabulaire dans les discours des ouvriers en grève dans les deux premières décennies de la République36. Le début du xxe siècle est en effet le temps d’une radicalisation des positions défendues par des vieillards indigents, citoyens assistés mais anciens ouvriers engagés. Cette radicalisation tient autant à la possibilité nouvelle qu’ils ont de s’associer (loi 1901) qu’au durcissement du débat politique de la fin du xixe siècle.

79Cette mutation s’observe d’abord dans la dimension politique que s’assignent les associations de vieillards. La société de Libre Pensée est refondée en 1905 pour devenir « Groupe de la Libre pensée Socialiste des hospitalisés des deux sexes de l’hospice d’Ivry ». Dans le préambule de leurs statuts, ces vieillards définissent ainsi le sens de leur action :

  • 37 AAP, 9L 67.

Le groupe doit combattre pour la République sociale basée sur la science du vrai et du juste ; combattre tous les mauvais préjugés du faux mensonge, de l’hypocrisie que renferment tous les dogmes religieux. Le groupe admettra dans son sein tous les vrais libres penseurs républicains socialistes.37

  • 38 AAP, 9L66.

80Alors que les statuts déclinent une nouvelle version des droits et des devoirs que proposait cinquante ans plus tôt la société de secours mutuels, la signification que les vieillards donnent à leur action n’est plus du tout la même. Il s’agit désormais d’un regroupement mixte, mais surtout d’un groupe qui se pense comme tel, plus seulement une convergence d’intérêt mais une filiation idéologique partagée. Les hospitalisés d’Ivry placent avant tout leur appartenance au monde ouvrier, et plus généralement au monde du travail, ainsi que la précarité des revenus de leur entourage, au cœur de leurs motivations pour unir leurs ressources face à la maladie et à la mort. L’appartenance de classe se manifeste par exemple autour d’un événement fortement médiatisé, celui de la catastrophe de Courrières. En mars 1906, deux hospitalisés d’Ivry écrivent à leur directeur pour que le financement de l’un des « régals » annuels soit reversé aux sinistrés, car, écrivent-ils « nous pouvons nous dispenser de manger des gâteaux quand tant de malheureux vont être dans une misère profonde38 ». La fierté prolétaire jointe à la rhétorique socialiste mais républicaine ne font toutefois pas de ces vieux libres penseurs des révolutionnaires. Et l’entière approbation que leur initiative reçoit du radical Mesureur va dans ce sens. L’ensemble de ces engagements signalent, qu’à l’instar du syndicalisme ouvrier, les regroupements de vieillards se sont politisés.

  • 39 Edmond Lepelletier, « Un philanthrope », Echo de Paris, 23 octobre 1900. Il n’est bien entendu pas (...)
  • 40 9L117.

81La manifestation d’un sentiment d’appartenance, soit par une participation plus directe à des réunions politiques, soit par la lecture d’une presse engagée, est un second indice de la politisation à l’hospice. Le 19 mars 1904, le directeur général de l’Assistance publique décide que les administrés de l’hospice d’Ivry faisant partie de la Société « Le Bloc » sont à titre exceptionnel autorisés à rentrer à 11 heures du soir les jours de réunion de ladite société, c’est-à-dire les 1er et 3e mardis de chaque mois. Par ailleurs, plusieurs articles de presse caractérisent les pensionnaires de la fondation Brézin par leurs opinions politiques. La mention répétée de l’existence d’une communauté de libres penseurs ainsi que les remarques pleines d’ironie comme celles d’Edmond Lepelletier quand ils attribuent aux vieux ouvriers du fer de lire des « bons journaux recommandés par le général André : la Petite République, L’Aurore, La Lanterne, Le Radical, Le Père Peinard », contribuent à situer politiquement les vieillards de Brézin39. À Lenoir-Jousseran, une société républicaine de conférences populaires vient aussi parfois proposer ses services40.

  • 41 Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés, 20 novembr (...)
  • 42 Qu’on songe au Jean Misère de Pottier (« Je fus bon ouvrier tailleur. / Vieux, que suis-je ? une lo (...)

82Enfin, dernier signe d’une évolution politique des vieillards parisiens, les solidarités débordent des murs de l’hospice et des alliances entre établissements voient le jour. Ainsi, selon une terminologie post-révolutionnaire, voire jacobine, les groupes « la Solidarité » de Bicêtre et les « Égaux » d’Ivry associent leurs forces et signent une pétition pour obtenir le droit à une sépulture gratuite. Ils récoltent 1 600 signatures en 190841. Portée devant l’Assemblée nationale par le député socialiste de la Seine Jules Coutant, cette pétition n’est plus un élan de fraternité isolée et les socialistes du conseil municipal de Paris sont les premiers à reconnaître les droits des assistés. Car si la vieillesse et l’hospice ne sont pas des causes valorisées par l’imaginaire socialiste42, c’est auprès des élus de gauche que les vieillards trouvent les relais les plus combatifs. Sans aller jusqu’à faire de l’hospice une terre socialiste, les réunions d’assistés se retrouvent de plus en plus derrière ces idées et cette aspiration à l’égalité.

  • 43 Jacques Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politiqu (...)

83Des sociétés de secours mutuels aux sociétés de Libre Pensée, les associations font entrer de plain-pied les vieillards dans un contrat social résolument républicain, loin du monde charitable. Elles se muent progressivement en unions politiques de plus en plus tournées vers une réflexion sociale, voire socialiste. Ces regroupements d’assistés qui mutualisent leurs ressources montrent que l’hospice fait figure dès les années 1850 de seconde chance pour les classes populaires qui n’ont pas eu les moyens d’épargner. En ce sens, l’institutionnalisation de la fin de vie correspond à une promotion que le travail n’avait pas offerte à ces « prolétaires mal protégés »43.

  • 44 Ibid., p. 306-307.
  • 45 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil 1991, p. 323-324.

84Les associations de vieux assistés sont à comprendre comme le produit d’un double rapport à l’institution. D’une part, elles n’ont de sens que dans la relation institutionnelle, puisque c’est l’existence d’un interlocuteur et d’une domination institutionnels qui donnent à ces vieux ouvriers l’opportunité de porter et de défendre un discours collectif. D’autre part, c’est le cadre pensé par l’institution, à savoir celui d’une fin de vie collective dans des lieux semi-ouverts, qui constitue pour les vieux indigents un tremplin vers l’accès à une citoyenneté active. La reconnaissance de ces mouvements solidaristes ne peut s’envisager hors d’une Troisième République dont la politique sociale est en partie portée par les médecins qui défendent les mêmes libertés pour les sociétés de secours mutuels que pour les syndicats44. Dans cette fin de siècle où se modifient les rapports sociaux entre marginaux et classes populaires et ouvrières légitimes, les vieillards sans ressources quittent définitivement les « groupes à risques jugés irrécupérables » pour devenir les assistés légitimes d’une République qui a déclaré 100 ans plus tôt que l’assistance constituait une dette sacrée45.

La naissance du « pouvoir gris » ?

  • 46 Jean-Philippe Viriot Durandal, Le Pouvoir gris, op. cit.

85La notion de « pouvoir gris » a été théorisée par Jean-Philippe Viriot Durandal pour décrire comment, depuis les années 1980, les retraités se sont mobilisés pour défendre leurs droits sociaux46. Si le répertoire d’actions (manifestation, procès, vote-sanction, constitution de lobbies) n’a rien de commun avec ceux des vieux pauvres du xixe siècle, et si le poids démographique des retraités des années 1980 n’est pas comparable avec celui des assistés en institution, peut-on malgré tout analyser l’émergence d’une parole publique des vieillards parisiens en institution à la fin du xixe siècle comme les prémices d’un « pouvoir gris » ? Que dire de la capacité des vieillards assistés à obtenir ce qu’ils réclament ?

  • 47 « Mouvement social à l’hospice d’Ivry », Le Rappel, 5 octobre 1892.
  • 48 Jean-Gabriel Contamin, Contribution à une sociologie des usages pluriels des formes de mobilisation (...)

86Un article du Rappel estime que les plaintes des vieillards « ne rencontrent pas toujours auprès des élus de Paris l’appui qui leur est dû, puisque ces derniers, malheureusement, ont intérêt à être au mieux avec le directeur de l’Assistance publique pour faire admettre dans les hospices leurs protégés47 ». Les pétitions de vieillards resteraient lettres mortes. L’étude de la réception de ces pétitions ne permet ni d’aller dans ce sens, ni de conclure à l’efficacité de cette démarche. Peu de changements majeurs ont pour origine l’expression d’une revendication venue des assistés. Malgré une belle victoire, celle de la rémunération de la corvée d’épluchage, les changements règlementaires sont rares. Seules les attentes les plus ponctuelles et les moins coûteuses pour l’Assistance publique ont gain de cause, comme celles qui concernent les transports – dont le financement revient à d’autres services publics. Faute de sources pour suivre pas à pas le cheminement des requêtes, il est impossible de savoir si ces issues, heureuses ou malheureuses, tiennent à la force de conviction des vieillards, des élus, ou simplement à la faisabilité des doléances formulées. Les chercheurs qui ont travaillé sur les pétitions soulignent l’importance qu’il y a à penser les usages que font leur signataires (mais aussi les représentants de la nation) et à replacer ce type d’action parmi les autres formes de mobilisation. Ils invitent enfin, et peut-être surtout, à faire le lien entre registre d’action et ressources sociales et culturelles48. Cette démarche invite à ne pas considérer l’échec ou la réussite du mouvement pétitionnaire à l’aune des réponses apportées par les élus, mais au regard du sens qu’a cette démarche pour les assistés et pour ceux qui s’en font l’écho. Que révèlent ces pétitions de l’évolution de la place des personnes âgées assistées dans l’espace public ?

  • 49 Christine Fauré, « Doléances, déclarations et pétitions, trois formes de la parole publique des fem (...)

87Elles donnent d’abord à voir des vieux indigents s’émanciper de la tutelle de l’Assistance publique et se constituer une identité politique. Même lorsque les vieillards ne sont pas écoutés, ils s’autorisent à faire appel aux hommes politiques pour défendre leur droit – alors même que certains d’entre eux peinent à arriver au bureau de vote. Que cette forme de mobilisation émerge avec la Troisième République invite à voir dans l’adresse aux élus une des modalités de la participation politique que s’autorisent les vieillards assistés. S’ils apprennent à user du terrain démocratique avec des arguments de plus en plus politiques, il faut préciser que l’émergence d’un « pouvoir gris » n’est le fait que d’une frange active et masculine de la population assistée. L’absence de pétition collective à l’hospice de la Salpêtrière et la très discrète apparition de noms féminins à partir de 1900 dans les établissements mixtes sont en effet remarquables. L’intégration des femmes à l’association mixte de Libre Pensée des deux sexes d’Ivry se fait en mode mineur puisqu’elles y sont trois fois moins nombreuses que les hommes. On est d’autant plus surpris que les femmes soient, depuis la Révolution, pionnières dans l’usage de ce mode pacifique de contestation, il s’agit du seul droit politique dont elles disposent49. On peut avancer deux types d’explications. Les vieilles de la Salpêtrière ne sont pas un enjeu électoral et la présence des élus dans leurs murs est rare et consiste souvent à promouvoir la modernité de l’assistance républicaine. Leur absence de la sphère politique est donc imposée par le fonctionnement des institutions républicaines qui ne jouent pas pour elles le rôle de porte-voix.

88En dépit des réserves que l’on peut émettre sur la notion de « pouvoir gris » appliquée sans nuance à tous les assistés de l’Assistance publique, ces pétitions font résonner hors les murs les attentes des vieux. L’écoute dont ont bénéficié leurs revendications tient aussi à la place que leur ont accordée les élus. L’usage que font les conseillers municipaux parisiens des pétitions de vieillards a en effet autant élevé la vieillesse assistée en combat de la gauche républicaine, que rendu visible la vie d’hospice dans les sphères politique et médiatique. Cette rencontre réussie entre assistés et monde politique au tournant des xixe et xxe siècles s’explique par la reconnaissance de la légitimité morale, matérielle et politique des réclamations des vieillards. Le nombre des signataires est un premier critère mis en avant pour soumettre une pétition au débat du conseil municipal. Les 1 600 signatures du texte qui arrive à l’Assemblée nationale en 1908 pour réclamer le droit à une sépulture gratuite sont brandies dans le débat pour insister sur l’ampleur de l’émotion suscitée par cette injustice. La multiplication des soutiens extérieurs à l’hospice, notamment dans la presse, est aussi un élément important qui a contribué au crédit donné à cette mobilisation.

  • 50 AAP, 2impr/150, rapport n° 136, in Rapports et documents du conseil municipal de Paris, Année 1906, (...)

89Enfin, la reconnaissance du poids politique des vieux résidents doit beaucoup à la pénétration de l’idéal républicain en matière d’assistance. Pour défendre la suppression de l’uniforme, Henri Rousselle en appelle en décembre 1906, aux valeurs démocratiques : « vous obéirez ainsi à un sentiment de dignité que tout le monde appréciera. De plus, vous éprouverez vous-mêmes, en prenant cette détermination, la satisfaction d’avoir accompli une œuvre démocratique en faisant disparaître une véritable injustice sociale50 ». Les permanences des démonstrations quant au bien-fondé des requêtes inscrivent ce mouvement contestataire sous le haut-patronage démocratique. À l’exception de la question du travail des assistés, on ne trouve pas sous la Troisième République de positions politiques allant à l’encontre de l’intérêt des vieillards. Le mouvement pétitionnaire n’est jamais interprété comme de l’insubordination. C’est d’ailleurs à cette période que l’administration de l’Assistance publique décide de réserver aux présidents ou administrateurs des sociétés de secours mutuels quelques places parmi les membres de la commission des hospices et parmi les administrateurs des bureaux de bienfaisance.

90Parler de « pouvoir gris » s’avère donc pertinent pour décrire les premières manifestations identitaires d’un groupe au nom de l’âge et des expériences partagées de la domination, mais peu approprié pour qualifier le pouvoir réel et la base sociale à l’origine du nouveau rapport de force entre les assistés et l’Assistance publique. Inscrit au programme des tournées électorales et des séances du conseil municipal, l’hospice sort néanmoins de l’ombre dans laquelle les chroniqueurs l’avaient plongé. Les vieux parisiens, les plus pauvres mais aussi les plus organisés, intègrent à la fin du xixe siècle la vie politique locale sous la Troisième République en prenant place à la table des négociations chargées d’infléchir leurs conditions d’existence.

Mathilde Rossigneux-Meheust, historienne

L’invention des « soupes communistes » au xixe siècle

  • 51 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève : France, 1871-1890, Paris, Le Seuil, 1984.
  • 52 Ce texte est la version sensiblement réduite d’une publication antérieure : François Jarrige, « L’i (...)

91L’expérience du grand mouvement social de l’hiver 2019-2020 contre la réforme des retraites a montré la persistance d’un vaste réseau de solidarités au sein des mondes du travail. La multiplication des caisses de grève et le grand nombre de collectes organisées en soutien aux cheminots et aux agents de la RATP le prouvent. Pourtant, elle a également révélé la difficulté croissante à faire durer les grèves en ce début du xxie siècle. Alors qu’elle n’a cessé d’augmenter jusqu’aux années 1930, la durée moyenne des grèves a chuté après 1945 et n’a cessé de se réduire depuis. La dépendance croissante vis-à-vis du salariat, dans une société de plus en plus urbaine et marchande, la séparation avec le monde rural et le consumérisme rendent plus difficile que jamais de se libérer du travail et de ses contraintes. Les crédits et l’accès à la propriété ont en effet fragilisé et rendu plus difficile la vie hors du rythme de l’usine et de l’entreprise. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi et à la fin du xixe siècle, au temps de la « jeunesse de la grève » explorée jadis par Michelle Perrot51, les ouvriers avaient les moyens de tenir la grève en organisant de multiples formes de solidarités pratiques. Grâce notamment à leur lien avec la campagne et le monde paysan, ils parvenaient à mettre en place des stratégies de subsistance pour compenser la perte des salaires. En revenant sur l’essor et le développement des « soupes communistes » avant la Grande Guerre, ce texte propose d’explorer les capacités de résistance ouvrière au tournant des xixe et xxe siècles52.

  • 53 Stéphane Sirot, La Grève en France. Une histoire sociale (xixe-xxe siècles), Paris, Odile Jacob, 20 (...)

92La période qui suit l’autorisation des grèves puis des syndicats voit l’invention d’un riche répertoire d’action protestataire, à l’image des « exodes d’enfant » ou des « soupes communistes », afin de soutenir la solidarité et permettre la poursuite du mouvement. Si l’histoire des grèves a beaucoup été étudiée, et si les informations abondent sur la manière dont les grévistes mènent leurs mouvements, elles se font plus rares lorsqu’il s’agit d’évoquer leur mode de vie au quotidien, alors même que le devenir du conflit dépend directement de la capacité des acteurs à « survivre » pendant la grève53. Dans les deux premiers tiers du xixe siècle, lorsque les grèves sont interdites, peu nombreuses et de courte durée, la pluriactivité et l’enracinement de la main-d’œuvre dans le monde rural offrent aux travailleurs la possibilité de s’appuyer sur les ressources des activités agricoles pour trouver des revenus de substitution. Mais la situation change à la fin du xixe siècle avec le développement de l’usine, l’allongement de la durée des conflits et la séparation croissante entre la ville et les champs. Le besoin de développer de nouvelles pratiques, facilitées par la naissance des organisations syndicales et socialistes, se fait sentir.

  • 54 Stéphane Sirot est celui qui s’est le plus intéressé à ce type de pratique, cf. « La pauvreté comme (...)

93La question de l’approvisionnement alimentaire est particulièrement centrale : faut-il manger chez soi ou sur le lieu du conflit ? Faut-il manger en famille ou avec les camarades ? Comment s’alimenter au meilleur coût ? À partir de la fin du xixe siècle, la grève devient de plus en plus, comme l’écrit Stéphane Sirot, « une parenthèse de pauvreté […] et la recherche de palliatifs au salaire suspendu occupe un temps important de la journée des grévistes54 ». La nécessité de vivre impose la construction de solidarités pour renforcer la cohésion du groupe. Les caisses de grève servent notamment à organiser des distributions alimentaires, peu à peu appelées « soupes communistes ». Si leur existence n’est pas un gage de succès, ces repas de grèves permettent néanmoins de prolonger les mobilisations, de retarder les défections, de transmettre des messages et des mots d’ordre.

Comment tenir ? Racine d’une pratique et nouvel idiome gréviste

  • 55 Voir la brochure de l’un des promoteurs de cette pratique, ancien magistrat, administrateur de la c (...)
  • 56 Leo Devillers, « Des fourneaux de l’Impératrice aux fourneaux de la Maréchale : deux décennies d’en (...)

94Avant la légalisation des grèves et des syndicats, les conflits sont la plupart du temps de courte durée et ne nécessitent pas l’organisation pérenne de systèmes de distribution alimentaire. Mais avec la banalisation des pratiques grévistes à la fin du siècle, les conflits s’allongent et mobilisent de plus en plus d’acteurs. Le développement des repas grévistes s’enracine par ailleurs dans une série de pratiques antérieures, notamment les « fourneaux économiques » et les « soupes populaires » organisés localement par les pouvoirs publics et les milieux philanthropiques. Les premiers apparaissent dès la fin du xviiie siècle mais leur nombre augmente au milieu du xixe siècle afin d’affronter les crises de subsistances et atténuer les troubles sociaux. D’abord réservé aux franges les plus pauvres – indigents et vieillards – ce type d’organisation se développe à destination du monde ouvrier parisien au cours des années 185055. Ces « fourneaux » ou « soupes populaires » sont ouverts pendant l’hiver de décembre à mai et servent plusieurs millions de portions56.

  • 57 Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848, Paris, La Découverte, 20 (...)
  • 58 Émilien Constant, « Les conflits sociaux dans le département du Var sous le Second Empire », Actes (...)
  • 59 Le Temps du 8 mai 1880, cité par Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève, op. cit., t. II, p. 542.
  • 60 Michelle Perrot, Les Ouvriers en Grève, op. cit., tome II, chap. 6
  • 61 Stéphane Sirot, « La pauvreté comme une parenthèse », art. cité.

95Avant la fin du siècle, l’organisation des repas de grève reste une pratique exceptionnelle. À Paris, lors des vastes grèves de l’été 1840, une cuisine populaire est installée près des Halles par les tailleurs en lutte, grâce notamment à l’aide financière apportée par les tailleurs du reste du pays ou d’Angleterre57. En 1869, dans le Var, des bouchonniers en grève organisent également une cuisine commune qui sert jusqu’à trois cents repas par jour58. En 1880, des « fourneaux économiques », ou cuisine collective, sont mis sur pied par des femmes de grévistes à Reims en vue d’offrir des repas à bon marché59. Pourtant c’est surtout après cette date que la pratique s’étend. Michelle Perrot a montré qu’avant 1890, 23 % des grèves bénéficient de secours, avec de fortes variations professionnelles (les chapeliers sont les plus secourus alors que les terrassiers le sont le moins) et régionales (le Midi compte plus de grèves secourues que le Nord, effet sans doute de la « sociabilité méridionale » et de ses traditions des métiers)60. Selon Stéphane Sirot, 10 % des conflits font l’objet de secours dans le bâtiment parisien entre 1898 et 191361. Même si ces secours, qu’ils soient en nature ou financier, ne remplacent jamais totalement la rémunération, ils jouent un rôle décisif. L’organisation de distributions alimentaires ou de cantines pour les grévistes est l’une de formes prises pour secourir les grévistes.

  • 62 Stéphanie Vachez, La Grève de janvier-mai 1901 dans le bassin minier de Blanzy-Montceau les Mines, (...)

96L’expression « soupe communiste », par laquelle on désigne d’abord une soupe « communautaire », émerge autour de 1904-1905. Auparavant, on parlait plus volontiers de popote (langage militaire) ou de soupe populaire (idiome de la charité). En 1901, lors de la grande grève des mineurs de Montceau-les-Mines, la presse évoque les « soupes populaires » alors que les grévistes préfèrent parler de la « soupe à la carmagnole62 ». Cette grève de Montceau, en 1901, a contribué à populariser l’organisation des repas grévistes. La presse et les intellectuels, frappés par l’ampleur et la virulence du conflit des « gueules noires », s’intéressent à ces événements montcelliens et en rendent abondamment compte. L’Illustration multiplie les articles, les photos et les dessins. Les orateurs socialistes comme Édouard Vaillant soutiennent les grévistes. Mais à cette date, le langage reste encore incertain, les travailleurs reprennent le nom du fameux chant révolutionnaire anonyme et très populaire, la Carmagnole, créée en 1792 lors de la chute de la monarchie et popularisé comme hymne des sans-culottes. Cette chanson plus radicale et plus sociale que la Marseillaise réapparaît souvent au xixe siècle. La désignation de ce type de pratique, et les mots pour la qualifier, renvoient à des luttes sémantiques qui sont aussi des luttes politiques. Contre le langage charitable des « soupes populaires », les ouvriers inventent une rhétorique subversive témoignant d’une quête d’autonomie.

  • 63 L’évolution des usages et significations du mot « communisme » mérite d’être approfondie, il y a un (...)
  • 64 « Les marmites communistes », L’Humanité, mardi 15 août 1905.

97L’apparition et l’usage de l’expression « soupe communiste » après 1904 répond à la même logique. Dans des journaux populaires comme Le Petit Parisien ou L’Ouest Eclair, les premières occurrences datent de 1905, avec une forte croissance entre 1906 et 191263. L’usage de l’expression « soupe communiste » par les acteurs témoigne d’une mutation de l’idiome revendicatif à la veille de la Grande Guerre. Il doit aussi être réinscrit dans le contexte de l’unification socialiste de 1905, et l’apparition en 1904 du journal l’Humanité qui va contribuer à la populariser en exaltant dans ses colonnes la geste gréviste. Un article non signé de 1905 affirme d’ailleurs que « toute cette organisation a frappé beaucoup les camarades étrangers […] Un métallurgiste allemand […] donnait les soupes communistes comme un symbole de l’entrain et de l’esprit de solidarité des ouvriers français64 ».

  • 65 Paul Lafargue, « Les profiteurs du crime », L’Humanité, n° 1511, 6 juin 1908.
  • 66 Paul Lafargue, « La confédération du travail et le Parti Socialiste », L’Humanité, lundi 5 août 190 (...)
  • 67 Georges Yvetot, « Solidarité », dans Sébastien Faure (dir.), Encyclopédie anarchiste, tome IV, [Par (...)

98La signification des soupes communistes et leur fonction font rapidement l’objet de vifs débats. Pour Paul Lafargue, « les repas pris en commun entretenaient l’enthousiasme » tout en garantissant la présence des grévistes puisqu’il fallait faire « apposer sur sa carte de grève le timbre quotidien du Syndicat65 ». Lafargue semble s’être particulièrement intéressé à cette pratique gréviste, dans un article de 1907, il affirmait déjà que « les soupes communistes et les exodes d’enfants » représentent « deux nouveaux procédés de lutte… qui exaltent la solidarité ouvrière66 ». Les observateurs insistent souvent sur le rôle éducatif de ces soupes, à l’image de l’anarchiste Georges Yvetot, lui-même familier de ce type de pratique, qui se souvient, dans les années 1930, de la grande grève des travailleurs de la chaussure à Fougères en 1907 : « Les enfants […] profitaient […] de l’enseignement et de la propagande par le fait qu’était la belle initiative de l’organisation des soupes communistes […]. Avec cela, les grévistes ne mourraient pas de faim. […] On mangeait bien et on mangeait bon, et surtout on mangeait chaud. Tout cela était appréciable pour tenir jusqu’au bout67 ».

Lieux protestataires, lieux alimentaires

  • 68 Ernest Poisson, « Les repas communistes », L’Humanité, 6 janvier 1907.

99S’il est difficile d’évaluer de façon précise l’ampleur de cette pratique et si les situations sont très variables, il ne fait aucun doute qu’elle devient massive à la veille de la Grande Guerre. Il faudrait suivre en détail par quels canaux elle s’est diffusée, le rôle respectif des militants et propagandistes socialistes, ou celui de la presse. Lors de la « soupe à la carmagnole » organisée à Montceau en 1901, on sait que Maxence Roldes, ardent militant qui sillonne le pays pour encourager les mouvements grévistes, joue un rôle décisif place. Lors de la grève de Fougères, en 1906-1907, L’Humanité signale que les travailleurs avaient repris cette pratique utilisée auparavant à Laval, le secrétaire de la bourse du travail de cette ville ayant servi d’intermédiaire68.

  • 69 « Des secours de grève », La Revue socialiste, n° 264, décembre 1906, p. 728-729
  • 70 Stéphanie Vachez, La Grève de janvier-mai 1901, mémoire cité.
  • 71 André Bourgeois, « Quatre jours à Montceau-les-Mines (Notes de voyage) », Pages libres, art. cité, (...)
  • 72 Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux. Grèves dans le fer lorrain en 19 (...)
  • 73 Arch. nat., F7 13867. 1906-1911 : « Grève des mégissiers de Graulhet (Tarn), 6 décembre 1909-28 avr (...)

100Il existe des situations très variables selon les métiers et les territoires. Les typographes parisiens expliquent par exemple en 1906 qu’ils ne veulent pas des soupes communistes qu’ils jugent contraires à leur aspiration à la respectabilité : « À Paris et en général dans les grandes villes françaises les mœurs ouvrières ne sont guère disposées à ce genre de vie en commun ; les femmes en particulier ne s’en accommoderaient pas […] cependant le système des soupes communistes présenterait de grands avantages dans les cas de grève d’une maison dans une localité petite ou moyenne69 ». Selon cette analyse, les « soupes communistes » sont d’abord adaptées aux petites villes de province, ce qui peut en partie expliquer le manque d’intérêt de l’historiographie souvent centrée sur Paris. Il est vrai que les exemples les plus spectaculaires ont lieu dans les zones de mono-industrie, ou dans les bassins industriels situés dans le monde rural. Lors de la grève de Blanzy-Montceau, en Saône-et-Loire, plus de 20 000 portions sont distribuées chaque jour70. Les mineurs – ou ouvriers de fond – étaient les mieux payés et « jouissaient de quelque aisance », d’autant qu’ils possédaient pour la plupart leur maison et un jardin « d’où ils tirent légumes et fruits, des lapins, une douzaine de poules, sept ou huit canards71 ». Selon leur propre témoignage, ils pouvaient tenir plusieurs mois sans paie. En revanche, les « ouvriers du jour », ceux qui s’occupent des machines et des transports en surface, sont moins payés et la grève menace de les plonger dans « la misère la plus absolue ». C’est pour eux que sont lancées les soupes communistes. À Longwy, en 1905, les soupes communistes sont présentées comme une arme capitale de la lutte, elles sont très nombreuses et dynamiques72. Il en va de même en 1910 lors de la grève des mégissiers de Graulhet (Tarn) durant laquelle 3 500 portions journalières sont distribuées aux grévistes73.

  • 74 La Petite République du 12 janvier 1907, article de l’envoyé spécial P. Demartre, cité par Claude G (...)
  • 75 Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux, op. cit.
  • 76 L’Action syndicale. Journal hebdomadaire des travailleurs du Pas de Calais et du Nord, 31 mars 1907
  • 77 Joseph Pinard, « Syndicalistes, socialistes et catholiques sociaux à Besançon au début du xxe siècl (...)

101Le plus souvent la soupe est installée dans les locaux ou la cour de la Bourse du travail, comme à Fougères en 190774. Il arrive aussi qu’un particulier prête un local. À Longwy, en 1905, les soupes sont installées « sur un pâquis ou sur un terrain prêté par un cultivateur », parfois elles sont aménagées dans « un hangar désaffecté ou dans une cabane édifiée rapidement75 ». La construction de tels lieux permet à la fois d’occuper le temps tout en montrant la virtuosité et l’habileté des travailleurs. Lors de la longue grève victorieuse des terrassiers des carrières de Draveil et Vigneux, en 1908, on sert plus de 700 repas par jour au café Ranque. Il arrive aussi que les soupes soient organisées dans des bâtiments prêtés par les municipalités, dans des boulangeries ou autres coopératives socialistes, parfois dans les bâtiments même de l’usine occupée ou dans les jardins, voire dans la rue lorsque la mairie refuse de fournir un local. À Nantes en 1907, face à l’interdiction de la mairie, « les ouvriers décidèrent de passer outre, choisirent une rue et commencèrent à y installer une tente76 ». Le commissaire de police la tolère et près de 2 000 rations sont rapidement distribuées. En avril-mai 1907, à Besançon, le préfet et le maire refusent d’offrir un local aux ouvriers papetiers en grève, finalement c’est le doyen de l’œuvre de patronage local qui accepte d’ouvrir ses portes et le patronage se transforme en « soupe communiste », ce qui témoigne des alliances qui peuvent se nouer entre catholicisme social et syndicats77. Souvent, face à la foule des grévistes, les soupes peuvent aussi être réparties dans plusieurs endroits, à Montceau en 1901 chacune des 33 sections du syndicat des mineurs ouvre ainsi sa propre « soupe ».

  • 78 « Nous sommes décidés à défendre nos drapeaux rouges, qui flottent à l’entrée de notre soupe commun (...)

102Les bâtiments où sont organisées les soupes deviennent des espaces symboliques, pavoisés de drapeaux et d’inscriptions qui disent les revendications, comme à Argenteuil en 190978. Les récits et images de grève donnent à voir le bon ordre et le sens de la lutte. À Montceau-les-Mines, la cuisine de la première section est installée dans une cour derrière la maison du syndicat qui donne sur la « rue de la cantine ». L’entrée est surmontée d’un « grand drapeau rouge » et une « grande bande de toile rouge » accrochée au mur porte l’inscription : « Cuisine – Première section. Soupe à la carmagnole ». À l’intérieur, on trouve des petits drapeaux tricolores et des affiches indiquant les consignes à respecter. La cuisine elle-même est une modeste baraque composée de planches et de vieilles toiles avec un guichet aménagé pour les distributions.

Organiser la solidarité, collecter les denrées

  • 79 Cité par Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux, op. cit.
  • 80 Stéphanie Vachez, La Grève de 1901, mémoire cité.

103Une fois le lieu trouvé, il faut remplir les marmites. La description des soupes communistes est souvent liée à des appels à souscription, la mise en scène du quotidien des travailleurs et des souffrances qu’ils endurent permet de stimuler la sympathie et le soutien de l’opinion. Fréquemment, le comité de grève sert de banque où les commerçants locaux peuvent venir se faire rembourser. L’approvisionnement passe soit par l’achat de denrées auprès des commerçants locaux, soit par l’obtention de dons en nature. La soupe communiste est l’occasion de mettre à l’épreuve les solidarités locales. En Lorraine en 1905, la presse signale que « moitié de gré, moitié de force, les habitants du pays fournissent des vivres [aux grévistes] et même quelque argent79 ». Dans les villes industrielles qui demeurent proches du monde rural, des collecteurs de denrées quadrillent les campagnes alentours – où ils conservent souvent de nombreuses relations – avec une voiture à bras. À Montceau, le collecteur nommé Mathias obtient du pain, des pommes de terre et des légumes comme des poireaux et des choux. On donne également du bois pour la cuisson, même si le vol de bois dans les forêts semble aussi une pratique fréquente80.

  • 81 Jean Jacques Meusy (dir.), La Bellevilloise : une page de l’histoire de la coopération et du mouvem (...)
  • 82 Tyler Stovall, Paris and the Spirit of 1919: Consumer Struggles, Transnationalism, and Revolution, (...)

104Mais ces dons étaient en général insuffisants, les grévistes devaient aussi se fournir chez les commerçants pratiquant des prix bas. À Paris, en 1907-1908 la coopérative La Bellevilloise aide en vendant les denrées à prix coûtant81. Les collecteurs cherchent leurs fournitures chez le commerçant auquel ils donnent un bon qui lui permet ensuite de se faire rembourser au siège du syndicat. Contre l’image quelque peu idyllique véhiculée par la presse, les relations avec les commerçants peuvent aussi être tendues. Lors des grandes grèves de 1919 en banlieue parisienne, dans un contexte marqué par la question de la vie chère, de nombreuses soupes communistes sont organisées à Saint-Denis. Les quêteurs y sont mal reçus, voire insultés, ce qui pousse le comité de grève à faire « afficher tous les noms des commerçants qui refuseront de verser leur obole » et à organiser le boycott de leurs magasins. À la suite de cette décision, « beaucoup ont eu honte de leur geste et sont venus ce matin apporter leur obole en nature ou en espèce82 ».

  • 83 La Bataille syndicaliste, 14 mai 1913, cité par M. Guibert, « La présence des femmes dans les profe (...)
  • 84 Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, 2012, p. 117.
  • 85 Madeleine Guilbert, Les Femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Paris, CNRS, 1966, p. 240.
  • 86 Le Libertaire, 17 février 1907, p. 3.
  • 87 Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la “Bell (...)

105La répartition sexuée des tâches mérite également d’être explorée. En 1911, La Bataille syndicaliste rapporte comment des ouvrières récoltaient de l’argent pour les soupes communistes en allant chanter dans les cours, les restaurants et sur les chantiers83. Les soupes communistes étaient parfois organisées lors de conflits féminins, comme celui des ouvrières du textile à Vizille (Isère) en 1905, durant une centaine de jours84, des blanchisseuses de Chaville en mars 1911, ou des ouvrières des raffineries de sucre de Lebaudy en 1913. Madeleine Guilbert affirmait d’ailleurs que ce sont « les femmes qui ont assuré le succès des soupes communistes en assumant le travail de préparation des aliments85 ». De nombreux témoignages mentionnent en effet le rôle central des femmes, façon évidente de les renvoyer à leur identité de mère nourricière. Le Libertaire, à propos de la grève de Fougères, explique que « [p]endant 89 jours, de braves femmes, les pieds dans la neige ou dans la boue, la tête au-dessus des marmites du matin au soir, eurent les yeux en pleurs par la fumée du bois vert pour faire la soupe communiste, si bonne il est vrai, mais si chèrement payée par tous86 ». Même dans ce contexte conflictuel propice à la subversion des normes habituelles, les femmes échappent difficilement à leur rôle traditionnel. S’il arrive souvent que les hommes se retrouvent derrière les fourneaux pour préparer les repas et diriger les opérations, ce sont les femmes qui sont chargées des tâches d’épluchage. Dans les nombreuses cartes postales de grève montrant des scènes de soupe communiste, ce sont souvent les hommes qui posent près des marmites, comme sur la carte postale de la grève des terrassiers de Rouen de 191087. La presse évoque souvent le rôle de tel ou tel cuisinier prenant en charge l’organisation des cuisines, mais dans ce cas il s’agit d’abord d’exalter la capacité d’organisation des hommes face à des femmes reléguées au rôle d’auxiliaires.

  • 88 La Presse, mercredi 21 septembre 1910.

106Symboles de la solidarité ouvrière célébrée par les représentants du mouvement ouvrier, les soupes communistes peuvent aussi devenir des lieux de tension et de rivalité où se donnent à voir les tiraillements qui traversent le groupe. Lors de la grève des briquetiers à Paris, en 1910, deux « renards » sont ainsi retenus et « houspillés », un jaune nommé Legadek est arrêté par les grévistes et conduit dans un local où « on le garda là toute la journée, l’employant à des corvées, lui faisant éplucher les pommes de terre, laver la vaisselle, le frappant sous le prétexte qu’il n’allait pas assez vite ou pour tout autre raison88 ».

  • 89 Cité par Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux, op. cit, p. 215.

107Que mangent les grévistes, en quelle quantité, à quel moment de la journée ? Là encore, les situations varient selon les endroits et les observateurs qui écrivent. En fonction de la couleur politique, la soupe communiste sera soit une « maigre pitance » soit un repas qui « vaut maints bouillons servis dans les restaurants ou tables d’hôte89 ». En général, et en dépit de ce que pourraient laisser penser les nombreuses cartes postales de grève célébrant la communion et le repas pris en commun mêlant enfants, hommes et femmes, il semble qu’une grande partie des ouvriers venaient chercher le repas avant de repartir chez eux. Par manque de place sans doute, mais aussi par goût et habitude, les ouvriers préférant souvent manger chez eux, en famille. Les repas collectifs où les femmes, les enfants et les hommes sont présents, restent l’exception.

  • 90 Cité par Stéphanie Vachez, La Grève de janvier-mai 1901, mémoire cité.
  • 91 Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, op. cit., p. 117.

108Le plus souvent, le contenu de l’assiette est simple et la soupe maigre. En février 1901, à Montceau, les repas sont constitués d’une soupe à la viande le midi et d’un rata de pommes de terre le soir. Après quelques semaines de conflit, il est décidé que la viande ne sera plus servie que le jeudi et le dimanche afin d’économiser les finances du syndicat90. A Vizille en revanche, selon la militante syndicale Lucie Baud, « à midi on donnait à chacun 300 grammes de viande, 300 grammes de pain et une portion de légumes91 ».

  • 92 Cité par John Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la “crise de la vie (...)
  • 93 Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la patrie et la Révolution. Paris 1914-1919, Besançon, Annales lit (...)

109Si la Première Guerre mondiale marque une rupture, elle n’interrompt pas pour autant le développement de cette pratique. Parfois, comme au Havre, la remise du matériel des soupes communistes à l’armée en août 1914 suscite d’ailleurs les protestations de ceux qui s’opposent à l’Union sacrée92. L’expression « soupe communiste » subsiste parfois durant la Grande Guerre pour décrire d’autres pratiques : le parti socialiste en organise par exemple pour venir en aide aux familles de ses militants partis au front93. Si les soupes communistes s’inventent avant 1914, la pratique continue de se répandre entre les deux guerres, mais leur signification se transforme peu à peu et les répertoires d’action se déplacent au fur et à mesure des mutations industrielles et de l’évolution des pratiques de consommation des milieux populaires. Il semble y avoir peu de soupes communistes dans les années 1930, peut-être sont-elles simplement moins médiatisées ? Par ailleurs, la disparition de cette pratique dans les années 1950 montre sans doute un certain mieux-être ouvrier, ou du moins un accès plus facile à de nouvelles ressources alimentaires à l’heure de la consommation de masse naissante.

François Jarrige, historien

Aux sources des caisses de grève interprofessionnelles

110Le récent mouvement de grève contre la réforme des retraites a permis aux caisses de grève d’acquérir une ampleur inédite. En quelques semaines, plus de 350 cagnottes en ligne ont ainsi vu le jour, totalisant près de 80 000 donateurs et 5,7 millions d’euros de dons94. Pour la première fois dans le cadre d’une grève interprofessionnelle en France, le recours aux caisses de grève s’est imposé comme une évidence, pour les grévistes et leurs organisations comme pour leurs soutiens. Cet usage intensif de la solidarité financière a soulevé plusieurs questions stratégiques : donner de l’argent aux secteurs en grève reconductible est-il synonyme de faire grève « par procuration » ? Est-ce compatible avec une volonté d’extension de la grève ? Comment concilier le caractère interprofessionnel du mouvement avec le périmètre professionnel de la plupart des caisses (dans les gares, dépôts, écoles) ?

  • 95 Cité dans Jacques Rancière, Alain Faure, La Parole ouvrière, Paris, La Fabrique, 2011 [1976], p. 12 (...)

111Malgré leur actualité brûlante, ces questions sont pourtant anciennes. L’origine des caisses de grève en France remonte en effet aux sociétés de secours mutuels des années 1820 et 1830, et elles ont d’emblée fait l’objet de discussions sur la délimitation de leur périmètre professionnel. Le projet d’une caisse de grève interprofessionnelle est explicitement formulé dès 1833 par le cordonnier Efrahem, militant ouvrier sous la Monarchie de Juillet : « il serait bien d’abord de former des associations par corps d’état ; d’établir une correspondance entre ces associations, au moyen de députations déléguées par chacune d’elles ; […] enfin une caisse centrale d’épargnes et de secours, où seraient mis en réserve les fonds nécessaires pour soutenir les ouvriers qui feraient grève95 ». Malgré sa remarquable précision organisationnelle, ce projet semble toutefois être rapidement tombé dans l’oubli et n’avoir pas trouvé de traduction pratique avant plusieurs décennies. À l’image de cet appel inaugural, c’est toute l’histoire des caisses de grève en France qui se caractérise par une trajectoire intermittente, alternant les heures de gloire et les longues périodes d’oubli au sein du répertoire d’action ouvrier et syndical.

112Pour éclairer cette apparente discontinuité, on se propose de remonter aux sources des caisses de grève interprofessionnelles : il s’agira de mettre en perspective deux expériences fondatrices, pourtant éloignées de 150 ans, et d’interroger la surprenante « continuité souterraine96 » qui les relie. D’une part, ce qui constitue sans doute la première expérience de caisse de grève interprofessionnelle en France : la « Caisse fédérative de prévoyance, dite des cinq centimes » fondée en 1865, étudiée au travers de sources imprimées inédites. D’autre part, la « caisse de solidarité financière97 » lancée au printemps 2016 par le syndicat Info’Com CGT98, étudiée à partir d’entretiens avec ses animateurs et de diverses sources numériques.

Les mutations de la solidarité ouvrière

  • 99 Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève. Tome 2 : France 1871-1890, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001
  • 100 Nicolas Delalande, La Lutte et l’entraide. L’âge des solidarités ouvrières, Paris, Seuil, 2019.
  • 101 Stéphane Sirot, Le Syndicalisme, la politique et la grève, Nancy, Éditions Arbre bleu, 2011, p. 180
  • 102 Jacques Capdevielle, La Grève du Joint français, Paris, Presses de la fondation nationale des scien (...)

113Parmi les rares travaux de sciences sociales qui ont pris pour objet des expériences de caisses de grève, certains éclairent remarquablement leurs mutations successives. Il faut tout d’abord mentionner l’ouvrage séminal de Michelle Perrot : son analyse des « secours de grève » organisés entre 1871 et 1890 a mis en lumière l’origine majoritairement locale et ouvrière des dons, ainsi que la prévalence des liens de solidarité internes aux différentes corporations avant que ceux-ci ne soient supplantés par l’influence grandissante des jeunes syndicats99. Ces pistes sont largement confirmées par le livre récent de Nicolas Delalande, portant sur la solidarité financière organisée par l’Association Internationale des Travailleurs pour soutenir les grèves100. Il démontre l’existence d’un cycle de réciprocité reliant les chambres syndicales grâce à la pratique du prêt. Mais ce cycle est rompu par la massification des grèves à la fin du xixe siècle, suscitant des besoins de financement qui dépassent les ressources du mouvement syndical et engendrent un basculement vers le registre du don. Selon Stéphane Sirot, la provenance de ces dons se diversifie et s’élargit par « cercles concentriques » jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, parallèlement au processus l’intégration des ouvriers dans la société101. Enfin, l’ouvrage de Jacques Capdevielle est l’un des seuls à aborder un exemple de caisse de grève après la Seconde Guerre mondiale : cette rareté témoigne d’une certaine éclipse avant leur retour partiel durant les années 1970. Il analyse l’origine professionnelle et géographique des dons en solidarité avec la grève du Joint Français en 1972, mettant en évidence la forte solidarité locale et la centralité des syndicats dans la collecte des fonds102.

  • 103 On passe ainsi de 4054 Journées Individuelles Non Travaillées pour 1 000 salariés en 1976, à 69 en (...)

114Ces travaux dessinent trois grands moments dans l’histoire des caisses de grève en France. Le second xixe siècle, tout d’abord, caractérisé par des solidarités corporatives et un cycle de réciprocité. Le premier xxe siècle, ensuite, théâtre d’un basculement vers le don unilatéral grâce à l’élargissement du périmètre de la solidarité : c’est l’âge d’or des souscriptions dans la presse ouvrière et socialiste. Et enfin la période ouverte par l’Après-Guerre, pendant laquelle les caisses de grève ne refont surface qu’occasionnellement et sous le contrôle des organisations syndicales : elles disparaissent presque du répertoire d’action de la CGT et connaissent un processus d’institutionnalisation à la CFDT, menant à la création de la Caisse Nationale d’Action Syndicale en 1973. Si aucun ouvrage de référence n’aborde la suite de cette histoire, c’est sans doute parce que les caisses de grève ont connu leur plus longue éclipse entre la fin des années 1970 et celle des années 2000. La crise économique et l’offensive idéologique néo-libérale d’une part, la forte baisse de l’activité gréviste103 et le « recentrage » de la CFDT de l’autre, en ont fait un phénomène rare et presque invisible. Ce n’est qu’à la fin des années 2000 qu’elles émergent de nouveau, accompagnant l’allongement dans la durée de certaines grèves dures. C’est surtout le cas là où la pratique gréviste est la plus intensive (la SNCF, La Poste, l’hôtellerie…), conséquence de la posture d’inflexibilité assumée par les directions d’entreprises et de la généralisation du remplacement systématique des grévistes. La caisse d’Info’Com CGT s’inscrit dans ce contexte et en constitue même l’expérience majeure.

La découverte d’une continuité souterraine

115Les deux caisses étudiées se situent donc aux extrémités temporelles de cette périodisation. Ce parti-pris méthodologique découle de l’extrême rareté des caisses de grève interprofessionnelles dans l’histoire sociale française : il semble s’agir des seuls exemples connus, en dehors des rares caisses syndicales (comme la CNAS-CFDT) dont la fonction de « service aux adhérents104 » repose sur une logique institutionnelle très différente. Cette comparaison s’explique aussi par le fait que chacune d’entre elles s’inscrit dans un moment de transition décisif, et presque symétrique, pour le mouvement ouvrier. Fondée en 1865, la « Caisse des cinq centimes » des typographes parisiens est inséparable d’une intense période d’innovation politique – de la fondation de l’AIT à l’irruption de la Commune de Paris – dans le cadre d’une montée en puissance des grèves et d’un basculement vers la forme syndicale. Celle d’Info’Com CGT, datant de 2016, correspond plutôt à un certain regain du syndicalisme radical et des luttes sociales – mouvements contre la Loi Travail et contre la réforme des retraites – dans une période pourtant dominée par le recul du mouvement ouvrier, l’offensive idéologique contre ses moyens de lutte traditionnels et la bureaucratisation aiguë du syndicalisme. Ces deux expériences s’inscrivent donc dans un contexte combinant une accumulation d’expériences militantes et un encadrement syndical relativement faible, terreau potentiellement favorable pour l’innovation militante.

  • 105 Dirigeant historique de la CSTP et du mouvement socialiste français.
  • 106 Voir le communiqué de presse d’Info’Com CGT du 16 mai 2019 : « Le doyen des syndicats empêché d’int (...)
  • 107 Entretien avec Romain Altmann, secrétaire général d’Info’Com CGT, le 22 janvier 2019.
  • 108 « Je ne le savais même pas. C’est intéressant ! […] Sans le savoir, on a renoué avec des traditions (...)

116Mais cette mise en miroir est surtout motivée par la découverte, au cours de l’enquête, de ce qu’on pourrait appeler une hérédité organisationnelle : un lien inattendu de filiation militante entre ces deux expériences. On a en effet une surprenante impression de raccourci temporel en découvrant que le syndicat Info’Com CGT n’est autre que le nouveau nom de la vénérable Chambre Syndicale Typographique Parisienne (CSTP), acteur central de la « Caisse des cinq centimes ». Cette homologie de structure soulève plusieurs questions. Pourrait-elle être fortuite ? La découverte des archives de la « Caisse des cinq centimes » dans un carton à peine identifiable, au fond de la cave obscure du local d’Info’Com CGT, semble écarter cette hypothèse et témoigner par elle-même d’un lien de continuité souterraine entre ces deux expériences. Ces conditions de conservation et de relégation interrogent la continuité organisationnelle qui relie les deux expériences : s’agit-il d’une tradition militante transmise pendant 150 ans, ou au contraire d’une expérience oubliée dans la mémoire collective de la CSTP ? Malgré son changement de nom en 2006, Info’Com CGT revendique avec force son inscription dans une tradition militante ancestrale : des portraits de Jean Allemane105 et des antiques cylindres de presse parsèment son local, et le syndicat s’est récemment défini comme « l’héritier du syndicat des typographes né en 1839106 ». Même la forte volonté de renouvellement affichée par ses dirigeants semble plonger ses racines dans la tradition : « Quand tu regardes tout ce qu’on fait, on ne fait que revenir à nos origines, mais en les mettant au goût du jour107 ». Pourtant, si Romain Altmann, secrétaire d’Info’Com CGT, m’a appris l’origine typographique de son syndicat lors d’un entretien, c’est moi, en revanche, qui lui ai fait découvrir les pratiques de solidarité financière des typographes du xixe siècle108. Le lancement d’une cagnotte en ligne en 2016 ne semble donc pas correspondre à une réactualisation consciente de cet épisode de la tradition syndicale typographique. Enfin, ne faut-il pas également rechercher les racines de cette continuité souterraine dans certaines dispositions professionnelles propres aux typographes, et qui les porteraient vers la solidarité interprofessionnelle ? La maîtrise de l’écrit et des moyens de communication leur a en effet permis de jouer un rôle décisif durant toute l’histoire du mouvement ouvrier.

  • 109 Michèle Riot-Sarcey, op. cit., p. 302.

117Toutes ces pistes justifient la mise en miroir des deux expériences, malgré leur éloignement temporel. Cette démarche permet en effet d’interroger l’apparente discontinuité qui semble caractériser la pratique militante des caisses de grève interprofessionnelles. Pour ce faire, nous comparerons, de part et d’autre des 150 ans qui les séparent, les modalités de leur décloisonnement professionnel, la centralité qu’elles accordent à la transparence financière, ainsi que les racines professionnelles et individuelles de l’innovation militante qu’elles incarnent. En partant de la pratique actuelle des caisses de grève interprofessionnelles pour en rechercher les origines dans le passé oublié de la « Caisse des cinq centimes », notre démarche s’inspire de la belle invitation formulée par Michèle Riot-Sarcey : « Des mots, toujours les mêmes, que l’actualité ravive sous d’autres couleurs, se font entendre à nouveau, mais autrement. […] Il nous faut remonter le temps et revenir à l’origine pour retrouver l’actualité d’une pratique, d’une expérience, afin d’en découvrir la pertinence »109. Rapprocher ces deux caisses témoigne en effet de la volonté d’exhumer une expérience enfouie, de partir en quête d’un possible non advenu pour éclairer le présent : c’est faire l’hypothèse que la caisse d’Info’Com CGT pourrait correspondre à la résurgence d’une pratique interrompue pendant les 150 ans d’histoire - et d’institutionnalisation - du mouvement syndical.

La caisse d’Info’Com CGT : une réinvention des caisses de grève

118Comme l’explique sa Charte110, la caisse d’Info’Com CGT se conçoit comme « un outil permettant à davantage de travailleurs de cesser le travail plus longtemps » : il s’agit de « soutenir des grèves locales et [de] préparer le prochain mouvement social ». Depuis son lancement, cette caisse a aidé financièrement la plupart des grèves longues organisées sur le territoire. Et pendant l’hiver 2019, avec trois millions d’euros donnés par 39 000 donateurs, et reversés à 119 grèves locales et 39 000 grévistes, elle est devenue l’une des principales expériences de caisse de grève dans l’histoire sociale française.

Solidarité et transparence financières à l’heure du numérique

119Le succès de cette initiative doit beaucoup à sa forme numérique : il s’agit en effet d’une véritable réinvention de la caisse de grève à l’ère d’Internet. En combinant la facilité d’utilisation (quelques clics suffisent pour faire un don) et la promotion massive de leur démarche sur les réseaux sociaux, les initiateurs de cette caisse ont réussi à toucher un public plus large que les traditionnelles collectes au piquet de grève. Leur usage détourné du site LePotCommun.fr (originellement dédié à des collectes amicales et non militantes) a depuis été massivement imité : dès le printemps 2018, avec l’ouverture d’une « cagnotte pour les cheminots en grève » sur le site concurrent Leetchi.fr (totalisant plus d’un million d’euros), et surtout lors de la grève de l’hiver 2019, avec l’ouverture de centaines de cagnottes en ligne sur les sites les plus divers. Désormais, l’ouverture d’une caisse de grève en ligne fait partie du répertoire d’action des grévistes de tous secteurs. La caisse d’Info’Com CGT a aussi redéfini la fonction d’une caisse de grève : alors qu’elle sert traditionnellement d’intermédiaire entre les donateurs et les grévistes, en reversant directement à ces derniers l’argent collecté, celle d’Info’Com CGT intervient en amont, en reversant l’argent collecté à des caisses locales plutôt qu’à des grévistes.

120Cette nouvelle fonction participe du puissant impératif de transparence qui pèse sur les gestionnaires de la caisse. Ils ont en effet été amenés, dès sa création, à formaliser des règles de fonctionnement et à faire signer une Charte à tous les représentants des grévistes souhaitant en bénéficier : celle-ci précise notamment qu’« Info’Com-CGT s’engage à publier, auprès des donateur.trices et sur son site Internet, les noms des structures récipiendaires des fonds, les montants versés pour chaque entité ainsi que les critères retenus en assemblée générale entre l’organisation ou ses représentants et les grévistes concernés ». Transformant ensuite cet impératif de transparence financière en instrument de communication, les gestionnaires de la caisse ont régulièrement mis à jour, sur leur site internet, les informations concernant les dons récoltés et les sommes reversées aux grévistes. Ils ont également édité une brochure de bilan à destination des donateurs, et même créé un site internet dédié111. Cette centralité accordée à la transparence financière s’explique notamment par les circonstances particulières qui ont entouré le lancement de la caisse, au printemps 2016. Quelques mois auparavant éclatait en effet « l’affaire Lepaon » : la destitution du secrétaire général de la CGT pour des faits assimilables à de la corruption. Comme l’explique Romain Altmann, dans ce contexte « il était hors de question qu’il y ait la moindre suspicion sur l’utilisation de l’argent, ou sa répartition. […] On a mis un point d’honneur à ce que la gestion de cette caisse de grève soit exemplaire de A à Z112 ».

Un décloisonnement profondément politique

  • 113 Il s’agit de la CGT Goodyear et de SUD Poste 92.
  • 114 Entretien du 22 janvier 2019.
  • 115 Regroupement de syndicats locaux et collectifs divers dénonçant l’inaction des confédérations syndi (...)
  • 116 https://www.notrecgt.fr/
  • 117 Entretien du 22 janvier 2019.

121Le succès inédit de cette expérience s’explique également par son caractère d’ouverture. Alors que la quasi-totalité des caisses de grève obéit à un périmètre strictement délimité (caisses réservées aux adhérents, comme à la CFDT, ou correspondant à une équipe de travail, une entreprise ou un secteur professionnel), Info’Com CGT a d’emblée voulu donner à sa caisse un champ d’intervention à la fois interprofessionnel et intersyndical. À rebours d’un cloisonnement professionnel habituel dans le mouvement ouvrier, cette caisse a effectué des versements à des grévistes de nombreux secteurs (SNCF, RATP, Hôtellerie, La Poste, Opéra, Géodis…), ainsi qu’à des regroupements interprofessionnels locaux. Malgré les pressions de l’appareil confédéral de la CGT, les initiateurs de cette caisse ont aussi voulu dépasser les frontières syndicales : comme le précise sa Charte, elle est « cogérée avec d’autres structures syndicales »113 et « n’est pas réservée aux adhérents de la CGT ou d’une autre organisation ». Ce décloisonnement représente même l’enjeu central pour les responsables de la caisse, car il leur permet d’affirmer une orientation politique : « au-delà de ta solidarité financière, ce que tu apportes c’est un message qui vise à construire des grèves reconductibles dans tous les secteurs114 ». L’animation de cette caisse semble procurer à Info’Com CGT un capital symbolique valorisable dans les luttes d’orientation internes au champ syndical : ce syndicat joue en effet un rôle-clé dans l’animation du « Front Social115 » et fait partie des signataires de la motion oppositionnelle lors du dernier congrès confédéral de la CGT116. Ces activités sont reliées par un fil conducteur : la critique des bureaucraties syndicales, que Romain Altmann exprime clairement en condamnant le « centralisme dans la CGT » ou en accusant l’appareil d’être « grippé117 ».

Les racines d’une innovation

  • 118 Doug McAdam, John D. McCarthy et Mayer Zald, Comparative Perspectives on social Movements. Politica (...)

122Pour comprendre l’émergence et les particularités de la caisse d’Info’Com CGT, il faut également interroger des dimensions plus structurelles, comme les dispositions de ses dirigeants ou les dynamiques propres à ce secteur. Initiateur de la caisse, Romain Altmann est né en 1977 d’un père patron d’imprimerie et d’une mère militante au PCF et à la CGT. Embauché à l’Imprimerie Nationale après un Bac professionnel « Métiers de l’imprimerie », il s’engage très jeune au PCF puis à la CGT, où il s’occupe des activités Jeunes et devient rapidement permanent. Il quitte la confédération suite à des désaccords politiques, rejoint le journal Le Monde comme ouvrier du Livre et y monte une section du nouveau syndicat Info’Com CGT. En 2010, il en devient secrétaire, puis permanent. Son rôle central dans le lancement de la caisse semble faire appel aux dispositions entrepreneuriales héritées de son père et à celles, militantes, héritées de sa mère, le prédisposant à devenir un « entrepreneur de mobilisation118 ».

  • 119 Entretien du 22 janvier 2019.
  • 120 Michel Vakaloulis (dir.), Travail salarié et conflit social, Paris, PUF, 1999.

123Info’Com CGT et ses dirigeants se caractérisent également par certains particularismes professionnels. Il s’agit en effet du syndicat des métiers de l’information et de la communication : les qualifications professionnelles de ses membres en font donc une structure armée pour réussir des coups d’éclat médiatiques. Ce savoir-faire a été largement mis à contribution pour promouvoir la caisse : visuels pour les réseaux sociaux, remises de chèque géants, forte présence dans les médias… Enfin, l’histoire récente de ce syndicat s’insère dans un important moment de transition pour son secteur professionnel. Anciennement centré sur les ouvriers de la presse, Info’Com CGT a muté en même temps que l’environnement professionnel de ses membres. Le statut des ouvriers du Livre a évolué avec la transition vers le numérique, qui leur a permis d’obtenir le statut de journalistes. D’autre part, malgré des épisodes hautement conflictuels (le conflit du Parisien Libéré en 1975 avait duré 28 mois), le secteur de la presse se caractérise surtout par une forte pratique de cogestion et par une participation relativement faible aux mouvements de grève interprofessionnels. Pour Romain Altmann, c’est cette difficulté à mettre son propre secteur en grève reconductible qui explique le lancement de la caisse en 2016 : « Dans les médias et dans la com’,[…] il n’y a pas cette culture de la grève reconductible. C’est pas du tout comme les cheminots. […] Et donc, à un moment donné, je lance l’idée : “mais pourquoi on ferait pas une caisse de grève numérique ?”119 ». Malgré un décloisonnement inédit et une orientation encourageant la multiplication des grèves reconductibles, le lancement de cette caisse ne semble donc pas échapper au spectre de la « grève par procuration120 » : son initiative vient d’un secteur peu porté à la grève reconductible, au profit de secteurs qui en sont plus coutumiers.

L’expérience originelle : la « caisse des 5 centimes »

  • 121 Le fonds d’archives de la CSTP (II/7/S/49) est situé au local d’Info’Com CGT, 4 rue Guyton de Morve (...)

124La « Caisse Fédérative de Prévoyance, dite des 5 centimes » constitue la plus ancienne expérience de caisse de grève interprofessionnelle en France. Étonnamment, elle ne semble pas avoir fait jusqu’à présent l’objet d’une étude spécifique. Pour y remédier, nous nous appuierons sur des archives inédites, contenant notamment les procès-verbaux des 39 réunions tenues entre le 10 juillet 1867 et le 5 mai 1870 par l’une des composantes de la caisse, la Commission Typographique121.

Une caisse inter-corporative dédiée à la grève

  • 122 Archives de la CSTP, II/7/S/49, Appel aux ouvriers du 1er octobre 1869.

125La fondation de cette caisse a lieu en 1865, année riche en grèves. Elle vise à adapter les stratégies d’action face à l’accumulation de défaites, une manière de s’assurer que les grèves suivantes disposeraient des ressources nécessaires. C’est le raisonnement qu’exposent les dirigeants de la Caisse dans un appel imprimé : « Depuis la nouvelle loi sur les coalitions, les ouvriers de toutes professions […]ont tenté quantité de grèves plus ou moins heureuses. L’expérience a bientôt démontré aux travailleurs que la coalition était impuissante tant qu’elle n’était pas soutenue par une forte organisation et de suffisantes ressources pécuniaires. […] Il faut donc, pour obtenir gain de cause, que les ouvriers coalisés trouvent des ressources pour se soutenir122 ».

  • 123 Ibid., procès-verbal de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 1868.
  • 124 Ibid., Appel aux ouvriers du 1er octobre 1869.
  • 125 Ibid.
  • 126 Bernard Moss, Aux origines du mouvement ouvrier français, Le socialisme des ouvriers de métier 1830 (...)
  • 127 Archives de la CSTP, II/7/S/49, PV de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 18 (...)
  • 128 Ibid.

126Cette caisse repose sur des adhésions individuelles (entre 7 000 et 8 000 en 1868, selon ses responsables123) et « ne demande à chacun de ses adhérents que ce qu’un ouvrier peut toujours verser : UN SOU par semaine124 », c’est pourquoi on l’appelle également la « caisse du sou ». Les adhérents sont regroupés en plusieurs « commissions corporatives » par profession, chacune déléguant un membre pour siéger dans une « commission fédérale ». Elle représente donc une démarche de décloisonnement fondatrice, en regroupant, pour la première fois, différentes corporations dans une même structure dédiée à la solidarité financière. Comme l’explique encore l’appel, « des caisses de solidarité se sont déjà établies dans toutes les corporations prévoyantes. Mais cela ne suffit pas. Une corporation ne peut pas lutter seule avec certitude de succès, l’expérience nous le prouve. Il faut, sous peine de se voir écrasés et affamés, que les travailleurs opposent à la coalition des capitalistes une plus puissante coalition, celle des corporations ouvrières125 ». Les corporations participant à la Caisse sont constituées des « ouvriers de métier » chers à Bernard Moss126 : « Bijoutiers, Boucheurs à l’émeri, Bronziers, Chapeliers, Cordiers, Corroyeurs, Imprimeurs sur étoffe, Lithographes (imprimeurs), Nacriers, Passementiers, Relieurs, Tailleurs, Tisseurs et Typographes127 ». Mais l’influence de la Caisse dépasse encore ce périmètre : en 1868, elle avait déjà aidé 27 corporations en grève (y compris à Genève ou Bruxelles), pour un total de 47 000 francs128.

  • 129 Ibid., Règlement de la « Caisse Fédérative de Prévoyance, dite des cinq centimes ».
  • 130 Ibid., procès-verbal de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 1868.
  • 131 Ibid., Assemblée générale du 22 octobre 1869.
  • 132 Ibid., Appel aux ouvriers du 1er octobre 1869.

127Cette caisse se caractérise également par un second décloisonnement : l’ouverture aux non-adhérents. L’article premier de son règlement stipule en effet que, « bien que cette caisse ne soit instituée qu’en faveur de ceux qui y participeront, il pourra être fait des prêts aux corporations en grève non encore participantes129 ». L’extériorité de ces corporations est toutefois conçue comme temporaire : elles sont censées rejoindre la Caisse après en avoir bénéficié. C’est d’ailleurs ainsi que les responsables expliquent le ralliement de nouvelles corporations : « beaucoup d’entre elles sont nouvellement organisées et ne font partie de notre caisse que depuis qu’elles ont été aidées par elle130 ». Dans un contexte marqué par l’effervescence politique et les mobilisations ouvrières, ce double décloisonnement s’explique par l’ambition stratégique des dirigeants de la Caisse : « voir tous les ouvriers faire partie de la Caisse131 ». C’est pourquoi l’appel est adressé « aux travailleurs de toutes professions » et leur indique la marche à suivre : former partout des « sociétés corporatives » et les faire adhérer à la Caisse pour « qu’elles prélèvent sur leurs cotisations la part du feu, la part destinée à soutenir la lutte, et qu’elles constituent le fonds de solidarité générale qui doit assurer au travailleur le moyen de se défendre en attendant l’époque de son affranchissement complet132 ».

« La part du feu » : du prêt inter-corporatif à l’« affranchissement complet » des travailleurs

  • 133 Hebdomadaire républicain fondé par Henri Rochefort en 1869.
  • 134 Michèle Audin, Eugène Varlin, Ouvrier relieur 1839-1871, Paris, Libertalia, 2019, p. 283.
  • 135 Nicolas Delalande, op. cit., p. 72.
  • 136 Archives de la CSTP, II/7/S/49, procès-verbal de la Commission typographique, Assemblée générale du (...)
  • 137 Ibid.
  • 138 Ibid., séance du 6 novembre 1867.
  • 139 Ibid., séance 8 janvier 1868.

128Chaque corporation est donc appelée à consacrer une part de ses ressources à la solidarité avec les grèves : ces fonds doivent ensuite être mutualisés pour permettre un cycle de réciprocité, selon une perspective influencée par les théories de Proudhon. Comme Varlin tente d’en convaincre les lecteurs de La Marseillaise133, le prêt sans intérêt « établit entre diverses corporations la réciprocité de services qui garantit aux sociétés prêteuses qu’elles pourront emprunter à leur tour quand elles se trouveront dans le besoin134 ». Plusieurs procès-verbaux de la Commission Typographique illustrent de manière indiscutable ce « cycle ininterrompu, et en perpétuel redéploiement, de circulation des dettes et des créances »135. Parlant des nouvelles corporations, un délégué typographe explique ainsi que « les sommes qu’elles destinaient à être rendues en paiement de leurs obligations particulières, ont été prêtées, rendues, puis reprêtées à d’autres. Ainsi, un sou prêté par nous aux Bronziers a pu servir aux Chevriers, aux Boucheurs à l’émeri, aux Imprimeurs sur étoffe, etc. Ce sou, en certaines circonstances, a quintuplé136 ». Cette dernière formule éclaire la vertu presque mystique dont le jeune mouvement ouvrier pare le projet d’association : la solidarité ouvrière peut démultiplier l’argent. Mais il faut pour cela de la transparence, et l’article 5 du règlement impose donc à chaque corporation de dresser « au moins tous les trois mois, un état de caisse de sa situation financière137 ». Cet état de caisse sert notamment à resserrer les liens à l’intérieur de la corporation : « il est dressé une liste des maisons dont les receveurs n’ont pas effectué leur versement à la dernière recette, afin de leur faire parvenir un exemplaire de l’état de caisse138 ». D’abord limitée à l’état de caisse des typographes, cette démarche est ensuite élargie à l’état de caisse général, témoignant de l’importance accordée à la dimension inter-corporative139. L’état de caisse est donc utilisé comme matériel de propagande, en complément du règlement : il s’agit de donner confiance aux ouvriers dans la rigueur et l’ampleur de la Caisse, pour les convaincre d’y adhérer.

  • 140 Ibid., Assemblée de la Société de secours mutuels typographique parisienne, 8 aout 1867.
  • 141 Michel Dreyfus, Liberté, Egalité, Mutualité, Paris, Éditions de l’Atelier, 2001.
  • 142 Michel Cordillot, Eugène Varlin, chronique d’un espoir assassiné, Paris, Éditions de l’Atelier, 199 (...)

129Pour comprendre l’expérience de la « Caisse des cinq centimes », il faut également la resituer dans le projet politique de ses dirigeants. La première dimension de ce projet correspond à une évolution majeure du mouvement ouvrier survenue à la même époque : la transition des sociétés de secours mutuels vers les premières organisations syndicales, dans le contexte de multiplication des grèves permis par leur dépénalisation. C’est le chemin suivi par les typographes, parallèlement à leur participation à la Caisse : le 8 août 1867, la « Société de secours mutuels typographique parisienne » se transforme en « Chambre syndicale des ouvriers compositeurs typographes140 ». À Paris, la même transition touche par exemple les peintres et les menuisiers dès 1866, les tailleurs l’année suivante, les ouvriers du bâtiment en 1868141. Les dirigeants de la Caisse veulent ensuite regrouper ces chambres syndicales : en 1869, Varlin constitue ainsi une « Fédération des sociétés ouvrières », qui compte 20 chambres syndicales de divers métiers, et une cinquantaine dès l’année suivante. Enfin, Varlin veut surtout gagner les chambres syndicales à l’Internationale. Mais si la « Société des ouvriers relieurs parisiens » y adhère dès 1866 et les lithographes en 1869, les typographes et de nombreuses autres corporations s’y refusent. Ces trois dimensions se traduisent donc dans des organisations différentes, mais leur imbrication s’incarne à la fois dans un détail significatif (la Caisse, la Fédération et la section française de l’AIT partagent le même siège, Place de la Corderie142), et dans la personne d’Eugène Varlin.

Les acteurs centraux : Varlin et les typographes

  • 143 Michèle Audin, op. cit. On peut également renvoyer au récent ouvrage de Jacques Rougerie, Eugène Va (...)

130Si un personnage incarne l’expérience de la « Caisse des cinq centimes », c’est en effet Eugène Varlin, et un bref aperçu de son parcours de vie143 peut éclairer certaines des dispositions qui l’ont préparé à ce rôle. Né en 1839 dans une famille paysanne, il a pu aller à l’école avant de commencer à 13 ans son apprentissage de relieur. Une fois formé et embauché, il participe à la refondation de la « Société de secours mutuels des ouvriers relieurs ». À 22 ans, il commence à suivre les cours pour adulte de l’Association philotechnique, et y obtient des distinctions dans deux disciplines qui seront bientôt au centre de son engagement militant : la comptabilité et la langue française. Il s’installe en effet, à partir de la grève des relieurs de 1864, dans un double rôle de propagandiste et de trésorier militant. Et c’est dès l’année suivante qu’il prend l’initiative de créer la « Caisse des cinq centimes », sans doute en réaction à la défaite sévère de la deuxième grève des relieurs. C’est également en 1865, dans la foulée de ces expériences, qu’il adhère à l’Internationale et en devient rapidement l’un des acteurs centraux en France : il signe de nombreux textes et proclamations, représente la Section française lors de congrès internationaux, collecte des sommes importantes pour soutenir des grèves dans différents pays… Il joue enfin un rôle déterminant lors de la Commune de Paris : élu d’abord au Comité central de la garde nationale puis à la Commune, il y assure la même responsabilité, délégué aux Finances. Fusillé lors de la Semaine sanglante, il meurt en même temps que la Commune et que la « Caisse des cinq centimes ». Un fil rouge semble traverser sa vie tumultueuse, et expliquer en même temps son rôle dans la Caisse : une pratique militante de la trésorerie et des finances, au service du mouvement ouvrier.

  • 144 Madeleine Rebérioux, Les Ouvriers du Livre et leur fédération, Un centenaire, 1881-1981, Paris, Mes (...)
  • 145 Joseph Mairet, Les Carnets de Joseph Mairet, ouvrier typographe : Histoire de la Société typographi (...)

131Après Varlin le relieur, le rôle principal semble avoir été joué par les typographes, du fait de forts particularismes professionnels et d’une tradition militante déjà ancienne. Leur niveau élevé d’instruction et leur position dominée dans l’organisation du travail font d’eux des travailleurs intellectuels. Ils se situent de ce fait à l’intersection de plusieurs espaces sociaux, conduisant à des parcours d’ascension sociale (ouvriers devenus écrivains ou ingénieurs) ou de déclassement (anciens étudiants ou séminaristes). Si cette disposition intellectuelle est intimement liée à leur situation professionnelle, elle se retrouve également dans leur engagement militant : Madeleine Rebérioux attribue ainsi au typographe Joseph Mairet l’idée selon laquelle « les typos ont été les initiateurs du « travail intellectuel » à l’œuvre dans la France ouvrière à la fin de la monarchie de Juillet144 ». Parmi les différentes corporations qui participent à la Caisse, les typographes font en effet figure de vétérans de la lutte sociale : acteurs centraux de « Trois Glorieuses » de 1830, ils fondent en 1839 la « Société de secours mutuels typographique parisienne » et parviennent dès 1843 à obtenir un « tarif » commun pour toute la profession. C’est pour célébrer cette victoire qu’ils organisent pendant plusieurs années de grands banquets corporatifs où se multiplient les appels à fonder une « Sainte Alliance de tous les travailleurs145 ». Il faut enfin mentionner la double grève survenue en 1862 et durement réprimée : le retentissement du procès intenté aux dirigeants de la Société typographique est immense, et contribue au processus menant à l’abolition du délit de coalition en 1864. Le rôle décisif des typographes semble donc s’expliquer par la maturité militante d’un groupe qui a déjà fait l’expérience de la grève à plusieurs reprises, et qui a pu en tirer des leçons pratiques aussi bien que politiques sur la nécessité d’une organisation permanente et d’une solidarité inter-corporative.

« Tisser, dans la trame du présent, les fils de la tradition qui ont été perdus »146

  • 146 Michael Lowy, Walter Benjamin : Avertissement d’incendie. Une lecture des thèses « Sur le concept d (...)

132Les deux caisses se distinguent par une différence fondamentale : l’une est fondée sur le prêt réciproque, l’autre sur le don unilatéral. Si la réciprocité du prêt peut en effet s’établir dans une période de généralisation des grèves et des chambres syndicales, elle est en revanche difficilement pensable dans un contexte où la forte raréfaction des grèves rend très improbable pour les contributeurs d’en devenir un jour les bénéficiaires. Mais, malgré les 150 ans qui les séparent, ces deux expériences sont aussi reliées par plusieurs fils. Alors que les caisses de grève sont le plus souvent créées en vue (ou lors) d’une grève et dissoutes une fois celle-ci terminée, la « Caisse des cinq centimes » et celle d’Info’Com CGT ont toutes deux dépassé les quatre ans d’existence. C’est l’un des facteurs qui explique l’accumulation de documents permettant de les analyser. Elles partagent également la centralité accordée à la transparence financière : au-delà des dispositifs techniques qui la garantissent, cette dernière est mobilisée comme argument central pour attirer plus de participants. Enfin, elles se caractérisent surtout par un rare décloisonnement professionnel : cette dimension commune est d’autant plus surprenante qu’aucune expérience survenue dans l’intervalle ne semble la partager.

  • 147 Michèle Riot-Sarcey, op. cit., p. 296.

133Mais le facteur principal suggérant une continuité souterraine entre ces deux caisses est la découverte d’une hérédité organisationnelle. Et les conditions de cette découverte invitent à déplacer la focale, pour interroger non plus les conditions de mise en œuvre de la solidarité ouvrière mais plutôt les conditions de transmission d’une mémoire militante. Info’Com CGT manifeste en effet un attachement évident pour ses origines typographiques : c’est ce qui explique par exemple la transmission à Romain Altmann du souvenir de la caisse de soutien aux grévistes du Parisien Libéré en 1975. Mais l’oubli de la « Caisse des cinq centimes » témoigne pourtant d’une solution de continuité : le fil de la transmission a été rompu, et établir les circonstances de cette interruption nécessiterait une recherche spécifique. Les dirigeants actuels d’Info’Com CGT ont dû réinventer une pratique inaugurée par leurs ancêtres : c’est sans doute parce que, dans la période actuelle, « l’oubli est si bien installé que chaque renaissance d’une idée inachevée, d’un espoir inaccompli, commence par une réinvention147 ».

Gabriel Rosenman, historien

Sortir de l’entre soi. Résurgences utopiques

  • 148 Maurice Blanchot, Les Intellectuels en question, première parution dans Le Débat, mars 1984, n° 29, (...)

134Dans un article publié en 1984, après bien d’autres critiques, Maurice Blanchot repense la fonction intellectuelle. « On dit qu’il est passé de mode, parce qu’il continuerait de se soucier de l’universel ». À distance des réflexions de Michel Foucault, le signataire du Manifeste des 121 pendant la guerre d’Algérie, pour des raisons qui lui sont propres, revient sur l’origine du l’adresse des intellectuels, dont l’Affaire Dreyfus fut la cause collective. Ni spécialiste de « l’intelligence », ni « spécialiste de la non-spécialité », pas plus que membre d’une avant- garde quelconque, l’intellectuel, pourrait être « un simple citoyen ». Il « connaît ses limites, il accepte d’appartenir au royaume animal de l’esprit, mais il n’est pas crédule, il doute, il approuve quand il le faut, il n’acclame pas. C’est pourquoi, il n’est pas l’homme de l’engagement […], ce qui ne veut pas dire qu’il ne prenne pas parti ; au contraire ayant décidé selon la pensée qui lui semble avoir le plus d’importance, pensée des périls et pensée contre les périls, il est l’obstiné, l’endurant, car il n’est pas de plus fort courage que le courage de la pensée148 ».

  • 149 Ibid. p. 38

135Puis Blanchot ajoute : « Quelle est donc cette injonction extérieure à laquelle il doit répondre et qui l’oblige à se rétablir dans le Monde où il assume une responsabilité supplémentaire qui peut l’égarer149 ? »

136Je reprendrai à mon compte ces propos de Blanchot, en tant qu’historienne mais peut-être aussi en tant que femme, bien que l’association des deux qualités ne corresponde guère à ce qu’il est convenu d’appeler : un intellectuel. L’injonction actuelle, après la destruction des services publics dont les gouvernements successifs se sont rendus coupables, en période de pandémie et de paralysie de l’économie, tandis que nous percevons avec une extrême acuité ce qu’est l’action vitale des unes et des autres au service de tous, consiste à imaginer l’après- demain radicalement différent d’un aujourd’hui en suspens.

137Avec mon collègue et ami Maurizio Gribaudi, nous avons longtemps fréquenté le passé du xixe siècle pour affirmer, après bien d’autres, que les « prolétaires », ou le petit peuple, rarement est mis en capacité d’écrire sa propre histoire, le plus souvent ils et elles sont parlées par d’autres. Forts de cette connaissance, forts de cette expérience oserai-je dire, dès décembre 2018, nous avons jugé bon de saisir le mouvement des gilets jaunes – largement décrié alors –, dans sa démarche totalement inédite ou dans sa modernité créatrice, selon l’expression que j’employais dans le Procès de la liberté à propos des associations ouvrières de 1848. Ainsi avons-nous pris différentes initiatives pour faire entendre la voix des acteurs de l’histoire, en cessant, en tant que spécialistes d’une discipline académique, d’en interpréter les actions. Pour la première fois peut-être un mouvement populaire était en mesure d’écrire sa propre histoire, à condition qu’il en éprouve l’utilité. En simple citoyenne, mais aussi en tant qu’intellectuelle, au sens donné par Blanchot, consciente du devenir historique de collectifs minoritaires, je me suis efforcée d’en convaincre quelques-uns de s’atteler à la tâche. Et me suis fixée pour objectif de faire entendre l’expérience de gilets jaunes, en leur demandant d’écrire le récit de leurs initiatives, notamment leur apprentissage d’une démocratie réellement collective dont la presse traditionnelle ne parle pas. Afin que l’histoire à venir puisse s’écrire non sur la trace des analyses d’experts ou des articles de presse, encore moins à partir d’interprétations d’après coup, mais en se référant à l’expérience directe des intéressé.es. D’acteurs de l’histoire, ils/elles pouvaient devenir sujets de leur propre histoire.

138Forme de réel de l’utopie sur lequel je travaille depuis longtemps. C’est pourquoi, en cette période de pandémie, au moment où le devenir de l’humanité est totalement incertain, il me semble plus que jamais nécessaire de penser l’utopie dans son actualité revisitée.

139Quand tout échange direct est impossible, la voie de l’écriture est sans doute le moyen le plus adéquat pour faire entendre une réflexion que nous aimerions énoncer à haute voix auprès d’un public sensible à l’actualité de l’utopie.

140Mais qu’est-ce que l’utopie aujourd’hui ? Le mot, dévoyé, travesti, voué aux gémonies au cours des deux derniers siècles, fut même identifié au totalitarisme. Pourquoi tant d’hostilité ? Pourquoi tant de discours déployés à l’encontre de l’utopie ? Pourquoi sa mort proclamée en 1989 est-elle parvenue à reléguer l’utopie au rang des idées malfaisantes, sinon illusoires, dès la chute du mur de Berlin ? L’utopie, au sens réel du terme, avait déjà été évacuée de l’histoire il y a près d’un siècle par les tenants de l’ordre libéral, tout en étant exclue de toute temporalité par les idéologues du socialisme scientifique. Afin de rendre son appropriation encore plus chimérique et dangereuse, les autorités néolibérales choisirent ensuite de l’identifier au communisme totalitaire après que la pratique utopique a été écrasée par la hiérarchie d’un régime destructeur d’idéal dans les années 1920. L’URSS s’érigea, en effet, à l’encontre des expériences des premiers soviets dont l’auto-organisation permit d’esquisser une démocratie insurgeante, selon l’expression de Karl Marx. L’émancipation renaissait alors, pour un temps très court, après avoir été malmenée par les tenants de l’ordre libéral autant que par les avant-gardes auto-proclamées qui cherchèrent à incarner la conscience ouvrière en imposant une vision du monde à la mesure de leurs ambitions, mais en décalage complet avec le quotidien des femmes et des hommes contraints par les nécessités quotidiennes. L’idéologie se substituait à l’utopie, et l’idéal émancipateur était jeté dans les oubliettes de l’histoire. Les avant-gardes successives firent des ravages au cours du xxe siècle notamment pendant la guerre civile espagnole en 1936, où l’esprit utopique, réveillé par les associations autogérées qui étaient entrées en résistance, fut pourchassé systématiquement jusqu’à la mort.

141À rebours de la philosophie politique, Miguel Abensour a su retrouver les significations d’origines des mots utopie et émancipation. Défricheur de la pensée critique et diffuseur de la théorie critique à travers sa collection chez Payot, il constata qu’« une société sans utopie, privée d’utopie est très exactement une société totalitaire prise dans l’illusion de l’accomplissement du retour chez soi ou de l’utopie réalisée ». L’utopie n’est pas « un modèle », pas même une « solution parfaite » écrit-il, mais aux yeux de tous ceux et celles qui l’adoptent, elle est une nécessité, et donc un mode d’être pour tout individu en quête de pouvoir agir au présent afin d’anticiper sur le monde de demain. Or, ces deux derniers siècles, les autorités ont choisi de confondre le faire selon les directives de ceux qui savent avec l’agir pour soi selon l’utilité commune.

142Mais face aux offensives de ces deux derniers siècles les ennemis de l’utopie, les pourfendeurs d’idéaux ont amené nos contemporains à perdre le sens et la mémoire de la liberté réelle.

143Au xixe siècle – siècle de l’utopie, siècle d’insurrections – Liberté désignait le pouvoir d’agir dans tous les domaines, selon les vœux des acteurs/insurgés du temps et dont l’idée fut déployée dans les premières décennies du xixe siècle par un maître de l’utopie, Pierre Leroux. Utopie, socialisme voire communisme, s’entrelaçaient si bien que des penseurs de la liberté comme Heinrich Heine ont pu imaginer que la venue du communisme était inévitable et devait suivre l’installation de la « vraie » république. Balzac lui-même l’a craint dans les années 1840. Il fit partager, à ces lecteurs, sa peur d’un communisme qu’il voyait comme la suite logique de la Révolution de 1789.

144Utopie et émancipation se sont confondues en un temps où précisément « l’émancipation des femmes et du peuple » était à l’ordre du jour et en bonne place dans les colonnes des journaux et des manifestes des années 1830, avant que naisse l’idée concrète d’une république démocratique et sociale à laquelle aspirèrent les révolutionnaires de 1848. En 1871, cette république « vraie » démocratique et sociale fut même brièvement mise en œuvre pendant les quelques semaines que dura la Commune de Paris.

145Aujourd’hui l’idée d’émancipation ressurgit hors du cercle des élus à l’intérieur duquel sont confinés les tenants de l’ordre social et où dialoguent les représentants d’un monde révolu, l’utopie renaît dans sa signification d’origine, tout en étant concrètement mise en œuvre pas des associations et des collectifs contraints à la résistance permanente.

  • 150 Le Réel de l’utopie, Paris, Albin Michel, 1998.

146Les « prolétaires » des années 1819-1848, au Royaume-Uni comme en France, ont inventé l’utopie moderne ou plutôt une modernité créatrice qu’il faut opposer à la modernité destructrice, qu’engendrèrent les idéologues du progrès. Ces prolétaires surent interpréter les thèses des utopistes de Charles Fourier à Saint-Simon en France et de Robert Owen en Grande-Bretagne en les adaptant aux situations concrètes ; l’usage critique des doctrines émancipatrices était alors très empirique. Ils en transformèrent le contenu en l’actualisant. Ainsi donnaient-ils à comprendre une réalité sociale assez éloignée des idées que véhiculaient les théoriciens réformateurs en mettant au jour un dispositif de domination constitutif de nos sociétés. C’est pourquoi eux/elles tout comme leurs successeurs furent inlassablement combattus. L’utopie représentait l’espérance d’un devenir possible. Un avenir presque immédiat. En se projetant dans un monde idéal mais accessible, ils accédaient à un ailleurs parfaitement compatible avec l’idée de liberté et d’égalité dont les autorités libérales du temps se réclamaient et qu’elles confisquèrent. Ce moment d’auto-organisation, aussi éphémère soit-il, je l’ai nommé « le réel de l’utopie150 ».

147L’utopie est tendue vers un devenir concret, par rapport à une réalité dont la plupart des contemporains dénoncent les injustices et les insuffisances. À tenir fermement cette perspective, on mesure l’efficacité mobilisatrice du réel de l’utopie. Autrement dit, l’utopie, portée par un idéal, se glisse dans une faille d’une société d’ordre mise à nue par l’expérience collective d’acteurs qui la combattent en se projetant concrètement vers un ailleurs au devenir infini. Ce réel de l’utopie fut celui des quarante-huitards qui rêvèrent d’une République démocratique et sociale, dont on a perdu la signification.

148Aujourd’hui les pratiques associatives partout dans le monde, installées dans des lieux instables, tels des brèches, pour reprendre une expression de Miguel Abensour, n’en sont pas moins des espaces au sein desquels des expériences se déroulent et anticipent sur la société à venir en se réappropriant le pouvoir d’agir, synonyme de vraie liberté » (texte écrit à la demande des Colères au présent, festival d’Arras, mai 2020).

149Or, ce pouvoir d’agir s’est manifesté bruyamment dans nombre de pays ces derniers mois.

150Les luttes des gilets jaunes en France se sont conjuguées avec des insurrections, le plus souvent pacifiques, de l’Algérie au Chili. En septembre dernier avec un ami, Jean-Louis Laville, grand connaisseur du mouvement associatif à l’échelle mondiale, nous décidâmes d’écrire un petit livre que nous avons intitulé le Réveil de l’utopie, cet ouvrage relatait les différents mouvements insurrectionnels dans le monde. Vus comme autant de résurgence des espoirs passés ou des événements non advenus renaissaient sous d’autres formes, avec d’autres acteurs. Pour la Revue d’histoire du xixe siècle, j’ai donc sélectionné un extrait, sur la place des intellectuels, écrit avant l’épidémie de coronavirus. Le constat est identique aujourd’hui et plus que jamais, compte tenus des périls actuels, écologique, sociaux, dangers d’établissement de pouvoirs forts, répressifs… il nous incombe de repenser, avec l’ensemble des acteurs actifs au sein d’associations solidaires, l’organisation des sociétés sur la base des solidarités collectives : celles-ci ont vu le jour ces dernières semaines, en référence aux expériences passées toujours à l’œuvre aujourd’hui au sein de groupes auto-organisés dont l’histoire n’a guère retenu l’existence.

151L’heure n’est plus aux avant-gardes après le détournement des luttes de libération nationale, la confiscation de la liberté des peuples, l’ère de la corruption et des dictatures. La démocratie au service du néolibéralisme ne reçoit plus l’assentiment du plus grand nombre. Les acteurs du mouvement historique se veulent résolument sujets de leur propre histoire. Tout un monde s’éveille, hors des espaces classiques ou s’échangent et se transmettent les savoirs institués. C’est pourquoi, il nous semble utile de suivre le chemin parcouru par ces nouvelles figures de la contestation qui reprennent leur existence là où la liberté leur avait été confisquée.

152Le clivage entre « ceux qui commandent et ceux qui exécutent » ne peut s’opérer qu’en inscrivant l’action collective dans un espace politique jusqu’alors réservé aux gens de pouvoirs, représentants élus ou désignés mais dont la légitimité est rarement contestée. L’ensemble de la vie sociale restante est traditionnellement écartée du politique ; soit classée comme fait de société, soit traitée en question économique ou sociale. La partition est si bien établie que lorsqu’un soulèvement se prolonge, comme celui des Gilets jaunes en France, la préoccupation unanime des gens bien-pensants qu’ils soient représentants traditionnels, militants ou journalistes est de trouver un débouché politique, en termes clairs : une issue électorale. À l’évidence, la démarche politique doit se traduire, aux yeux d’une opinion habituée aux normes en vigueur, par la sélection des leaders et le processus électoral. Rarement l’action de tous et de chacun est jugée d’emblée comme une activité politique. Or, toute démarche critique visant à remettre en cause l’ordre existant, est un acte politique, notamment l’action sociale de l’auto-émancipation. Réclamer plus de justice participe d’une revendication politique tendant à poser les premiers jalons d’une démocratie réelle. Il ne peut plus être question aujourd’hui, au vu des débordements généralisés, de se satisfaire d’une expression limitée au cercle de la délégation. Si « l’émancipation est l’essence de la modernité » comme l’écrivait Pierre Leroux, tout acte émancipateur, dans les lieux ou le pouvoir s’exerce et la domination sévit, peut être considéré comme une action politique. L’accompagnement de ce mouvement supposerait donc d’emprunter les chemins de l’émancipation sur les pas des mouvements associatifs auto-organisés, car c’est en leur sein que se déploie, le plus souvent, l’apprentissage de la démocratie.

153En acceptant de nous interroger sur la non-domination, tout en réfléchissant sur les outils conceptuels nous permettant de renouveler la théorie critique, commençons par écouter ce qui se dit, ici et ailleurs, afin de dépasser les cadres de la raison existante en centrant notre réflexion sur la critique des pouvoirs.

  • 151 Jean-Louis Laville et Michèle Riot-Sarcey, Le Réveil de l’utopie, Paris, Éditions de l’Atelier, 202 (...)

154Si nous avons estimé pertinent de réveiller un passé lointain que l’on croyait dépassé, c’est que ce passé nous renvoie aux promesses qui jamais ne furent réalisées. Or, nous l’avons vu l’ensemble des idées libératrices qui autorisent une population à croire au bonheur commun – quelles que soient les formes répressives qui en ont annulé la portée – resurgissent différemment après avoir été réappropriées par d’autres acteurs, avec d’autres slogans, d’autres espoirs, sous d’autres formes de protestations. Comment se satisfaire aujourd’hui d’un monde guidé par les neurosciences ou la technologie quand une minorité, lasse de ne plus comprendre ce qui advient, se réfugie dans le mythe, l’ésotérisme ou les théories ou les théories du complot ? Les algorithmes de tous ordres se sont substitués à la pensée. Et, en dépit des recommandations de scientifiques réalistes, malgré la multiplication des alertes à l’encontre des politiques d’Etat, les autorités laissent entendre l’irréversibilité du processus néolibéral qui, de fait, mène à l’accélération des destructions. La jeune Greta Thunberg révèle l’incurie et le désarroi des dirigeants. Impossible désormais d’imaginer résoudre les disparités sociales et géographiques, en écartant le drame écologique. Il nous faut écouter celles et ceux qui, aujourd’hui, contribuent à mettre en œuvre des ouvertures sur l’avenir. En réinventant la tradition, elles et ils relient l’humain à la nature ou plutôt à l’espace ou vivent toutes les espèces, à la manière des consciences lucides des premières décennies du xixe siècle qui ne pouvaient concevoir de révolution industrielle dans l’irrespect du milieu naturel et l’exploitation de l’homme par l’homme. On ne les a pas entendues151 ».

155Aujourd’hui peut-être après l’adversité rencontrée, les solidarités à l’œuvre, les responsabilités nouvelles affrontées, la réalité mise à nue, ouvrira un horizon des possibles qui nous permettra d’organiser autrement une société à l’encontre d’un néolibéralisme qui, n’en doutons pas, se prépare à reprendre la main sur nous.

Michèle Riot-Sarcey, historienne

Royaume-Uni : universités en révolte

156Michael Sanders est senior lecturer en littérature du xixe siècle à l’université de Manchester. Il travaille sur la littérature radicale et, plus généralement, sur la culture et la littérature ouvrières. Il est notamment l’auteur de The Poetry of Chartism : Aesthetics, Politics, History (Cambridge, Cambridge University Press, 2009). Il revient ici sur la grève récente de l’enseignement supérieur britannique.

157Les membres du syndicat UCU (Universities & Colleges Union) ont récemment suspendu la grève la plus longue de l’enseignement supérieur au Royaume-Uni. Entre novembre 2019 et mars 2020, les membres du syndicat ont été sur les piquets de grève pendant 22 jours. Etant donné le caractère anti-syndical de la législation britannique, qui requiert un vote majoritaire avec une participation au scrutin d’au moins 50 % des syndiqués, cela est déjà remarquable. Signe de la crise de l’enseignement supérieur britannique : cette mobilisation fait suite à une autre grève inédite, de 14 jours en 2018.

158Le conflit en cours porte sur deux questions : « les quatre combats » et la « justice pour les retraites ».

159Les « quatre combats » sont : 1/ Contre la précarisation ; 2/ Contre la charge excessive de travail ; 3/ Pour mettre fin aux inégalités de salaire de genre et de race ; 4/ Pour de vraies augmentations de salaire.

160L’enseignement supérieur est un des secteurs les plus précaires de l’économie britannique. 46 % des établissements utilisent pour leurs enseignements des contrats « zéro heure » – où l’employeur ne mentionne aucune durée minimum du travail et où le salarié n’est rémunéré que pour les heures travaillées. 68 % des personnels de recherche ont des contrats à durée déterminée. Même les employeurs reconnaissent en privé que c’est problématique. Des fuites montrent que le « Russell Group » – un réseau regroupant 24 universités dominantes – est informé par un rapport de 2019 du « rôle des contrats courts comme principal facteur de déclin de la santé mentale des personnels ».

161L’augmentation de la précarité s’est accompagnée de celle de la charge de travail. UCU a publié en 2016 une étude qui révèle que la semaine moyenne de travail est de 50,9 heures pour les universitaires, et de 42,4 heures pour le personnel administratif. Pour le formuler autrement, l’universitaire britannique moyen fournit deux journées de travail non payées chaque semaine. La surcharge de travail est une cause majeure de tension et contribue à la crise de santé psychique qui grandit à travers les universités du pays.

162La lutte contre les inégalités de salaire est un autre objet de la mobilisation : les femmes et les personnels noirs ou appartenant à des minorités raciales sont en moyenne moins payés que leurs homologues hommes et blancs. En moyenne, les femmes gagnent 16 % de moins que les hommes ; en moyenne, les non-Blancs gagnent 14 % de moins que les Blancs. Enfin, une dernière revendication concerne de véritables augmentations. Les salaires réels ont baissé de 20 % en une décennie, et UCU demande une augmentation supérieure à l’inflation. La direction des universités britanniques plaide la pauvreté et explique qu’elle ne peut payer mieux les personnels. Les institutions ont cependant déclaré récemment un excédent budgétaire cumulé de 2,27 milliards de livres (2,5 milliards d’euros). Et elles possèdent 44,27 milliards de livres (48,81 milliards d’euros) de réserves.

163L’autre exigence, de « justice pour les retraites », fait référence à un conflit durable concernant le fond de pension des universités152. Ayant accepté avec réticence en 2016 de renoncer à remplacer le système des pensions par un autre moins généreux, les employeurs ont lancé une autre attaque en 2018. UCU a répondu par une grève qui fut levée après qu’un accord eut été trouvé pour mettre sur pied un panel d’experts, nommé à moitié par les employeurs et à moitié par UCU, pour examiner la question des pensions et faire des recommandations acceptables par les deux parties. Ce panel a produit un rapport unanime qui soutient grosso modo la position syndicale. Les employeurs se sont montrés réticents à suivre les conclusions du rapport et ils ont cherché à diminuer encore nos pensions. Les négociations se poursuivent.

164Cependant, le conflit en cours dépasse ces questions. On l’a décrit comme « une bataille pour le cœur et l’âme de l’université ». C’est certainement une grève animée par la colère contre les politiques néolibérales qui détruisent l’enseignement supérieur. Avec mes collègues, j’étais en grève contre une vision qui fait des universités de simples adjointes des entreprises, contre la marchandisation de l’éducation, et contre l’érosion du professionnalisme induite par les évaluations.

165Nous étions aussi en grève pour réaffirmer notre vision de l’université comme une communauté d’enseignants et de chercheurs. La créativité, la collégialité, la passion, la quête et l’engagement intellectuels, qui sont la marque d’une véritable université, ont été présents sur les piquets de grève et dans les enseignements. Les grèves sont suspendues, mais le combat continue !

Mike Sanders, Senior Lecturer en littérature du xixe siècle,
Traduction de l’anglais par Fabrice Bensimon

Haut de page

Notes

1 À la date du 11 février 2020, un mois après le début du mouvement, 125 revues ont rejoint le mouvement des revues en lutte. Elles sont recensées sur le site universiteouverte.org

2 Les rapports sont signés par trois groupes de travail et consacrés au « Financement de la recherche », à l’« Attractivité des emplois et carrières scientifiques » et à la « Recherche partenariale et innovation ».

3 Yves Gingras, Les Dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris, Raisons d’agir, 2014.

4 Voir notamment le blog de l’économiste Anaïs Henneguelle : https://blogs.mediapart.fr/anais-henneguelle/blog/161219/retraites-12-idees-recues-combattre-le-guide-dautodefense

5 Cf. Gilles Candar, Guy Dreux (dir.), Une loi pour les retraites. Débats socialistes et syndicalistes autour de la loi de 1910, Latresne, Le Bord de l’Eau éditions, 2010.

6 Plus largement, voir Georges Ribeill, Des faveurs patronales au privilège corporatif. Histoire du régime des retraites des cheminots des origines à nos jours (1580-2003), septembre 2003, chez l’auteur, 89 500 Dixmont, 160 p.

7 Sur le rôle de la Caisse des Dépôts vis-à-vis de la CNRV et son évolution, cf. Roger Priouret, La Caisse des Dépôts. 150 ans d’histoire financière, Paris, PUF, 1966, p. 133, 139.

8 Une loi ultérieure du 1er juin 1853 ramènera à 4,5 % le taux d’intérêt.

9 Enquête sur les moyens d’assurer la régularité et la sûreté de l’exploitation sur les chemins de fer, P., Imprimerie impériale, 1858, p. xxvi.

10 Georges Ribeill, La Révolution ferroviaire. La formation des compagnies de chemins de fer en France (1823-1870), Paris, Belin, 1993, p. 375-378.

11 Paul Soulier, Les Institutions de retraites des compagnies de chemins de fer, Paris, Guillaumin, 1900, p. VII.

12 Enquête…, op. cit., p. xlii.

13 Centre d’archives de la SNCF, Le Mans, Albert Jacqmin, Étude sur les conditions d’existence du personnel des chemins de fer, Manuscrit, 1880, T. 1, p. 85. Son père, François Jacqmin, dirige alors la Compagnie de l’Est.

14 Jean-Pierre Amalric, « Une institution patronale au xixe siècle : la participation des employés aux bénéfices dans la Société des Chemins de fer de Paris-Orléans (1838-1870) », Revue d’Histoire économique et sociale, n° 2, vol. 40, 1962, p. 238-264.

15 Jean-Baptiste Duroselle, Les Débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1951, p. 646-651.

16 Auguste Perdonnet, Notions générales sur les chemins de fer, Paris, Lacroix et Baudry, 1859, p. 172.

17 Ibid., 1859, p. 169.

18 Albert Jacqmin, Étude sur les conditions d’existence du personnel des chemins de fer, Manuscrit 1880, p. 444-447 (Centre d’archives de la SNCF).

19 Albert Jacqmin, Les Caisses de retraite dans les administrations de chemins de fer. Dieppe, Paul Leprêtre éd., 1881 (Conférence donnée le 20 mars 1881 à la Société d’Économie sociale).

20 Les Compagnies s’entendaient pour refuser d’embaucher leurs transfuges ou les agents révoqués.

21 Office du Travail, Les Caisses patronales de retraites des établissements industriels, Paris, Imprimerie nationale, 1898.

22 Léon Sénéchal, Des institutions patronales des grandes compagnies françaises de chemin de fer, thèse de droit, Université de Lille, 1904, p. 17, p. 149.

23 Ce texte émane d’une enquête plus vaste sur les premières générations de Parisiens vieillissant en hospice et en maison de retraite au xixe siècle, publiée en 2018 chez Champ Vallon sous le titre Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institution au xixe siècle.

Jean-Philippe Viriot Durandal, Le Pouvoir gris. Sociologie des groupes de pression de retraités, Paris, Presses universitaires de France, 2003 ; Jean-Philippe Viriot Durandal, « Empowerment et vieillissement ou l’âge et le pouvoir en question », in Monique Legrand (éd.), La Retraite : une révolution silencieuse, Paris, Eres, 2002, p. 325- 341.

24 Georg Simmel, Les Pauvres [1907], Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 48-49.

25 Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence [1968], Paris, Fayard, 1984, p. 233-250 ; Maurice Agulhon, La République au village, [1970], Paris, Le Seuil, 1979, p. 212-244 ; Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise [1963], Paris, Le Seuil, 2012.

26 Il y a au 1er janvier 1976 à Ivry 944 résidentes : cette petite société regroupe donc 8,5 % de la population féminine. Archives de l’Assistance publique (AAP), 3M26.

27 AAP, Bicêtre L24, Journal quotidien de la société de secours mutuels des administrés de l’hospice de Bicêtre, procès-verbaux (1897-1911).

28 AAP, Bicêtre 4M7, journal du trésorier de la société de secours mutuels des administrés de Bicêtre (1864-1911) ; Bicêtre L24 ; AAP, Bicêtre L25, Journal quotidien de la société de secours mutuels des administrés de l’hospice de Bicêtre, procès-verbaux (1911-1922).

29 AAP, Bicêtre 4M7.

30 William H. Sewell, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, [1980], Paris, Aubier, 1983, p. 223-256.

31 Yves Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise, Tome 2, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1977, p. 195-203.

32 Jacqueline Lalouette, Les Mouvements de Libre Pensée en France pendant la Troisième République (1870-1940), Thèse d’histoire, Université Paris I, 1994, p. 93-104.

33 Claire Barillé, Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens dans le second xixsiècle, Thèse d’histoire, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, 2007, p. 167.

34 AAP, 9L110.

35 Cette phrase est de Jules Coutant, dit Coutant d’Ivry, député socialiste (« révolutionnaire » puis « unifié ») de 1893 à 1913, Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés, 28 novembre 1908.

36 Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève. France, 1871-1890 [1974], Tome 3, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001, p. 635.

37 AAP, 9L 67.

38 AAP, 9L66.

39 Edmond Lepelletier, « Un philanthrope », Echo de Paris, 23 octobre 1900. Il n’est bien entendu pas permis de penser que cette assignation à la gauche républicaine soit autre chose justement qu’une assignation.

40 9L117.

41 Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés, 20 novembre 1908 ; Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés, 23 décembre 1908.

42 Qu’on songe au Jean Misère de Pottier (« Je fus bon ouvrier tailleur. / Vieux, que suis-je ? une loque immonde. / C’est l’histoire du travailleur / Depuis que notre monde est monde./ Ah ! mais… / Ça ne finira donc jamais ?… », 1880) ou au Chant des prolétaires d’Achille Le Roy (Les Parias, repoussés dans la fange / Ont à choisir l’hospice ou la prison : / Ainsi le veut la République étrange./ Dont les grands chefs sont au Palais-Bourbon », 1883), on retrouve le même misérabilisme qu’ailleurs.

43 Jacques Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au xixe siècle, Paris, Aubier, 1981, p. 306.

44 Ibid., p. 306-307.

45 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil 1991, p. 323-324.

46 Jean-Philippe Viriot Durandal, Le Pouvoir gris, op. cit.

47 « Mouvement social à l’hospice d’Ivry », Le Rappel, 5 octobre 1892.

48 Jean-Gabriel Contamin, Contribution à une sociologie des usages pluriels des formes de mobilisation : l’exemple de la pétition en France, Thèse de science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2001, p. 561-592.

49 Christine Fauré, « Doléances, déclarations et pétitions, trois formes de la parole publique des femmes sous la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, 2006, p. 5-25 ; Michèle Riot-Sarcey, « La lettre publique. Les pétitions de femmes sous les monarchies constitutionnelles », in Christine Planté (dir.), L’Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 221-232.

50 AAP, 2impr/150, rapport n° 136, in Rapports et documents du conseil municipal de Paris, Année 1906, Troisième partie, 1907.

51 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève : France, 1871-1890, Paris, Le Seuil, 1984.

52 Ce texte est la version sensiblement réduite d’une publication antérieure : François Jarrige, « L’invention des “soupes communistes” en France, 1880-1914 », in Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (dir.), La Gamelle et l’outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du xviiie siècle à nos jours, Nancy, L’arbre bleu, 2016, p. 159-176.

53 Stéphane Sirot, La Grève en France. Une histoire sociale (xixe-xxe siècles), Paris, Odile Jacob, 2002, p. 136 et s. ; Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève, France (1871-1890), Paris, La Haye Mouton, 2 vols., 1974.

54 Stéphane Sirot est celui qui s’est le plus intéressé à ce type de pratique, cf. « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 101, avril-juin 2007, p. 51-64, repris dans Stéphane Sirot, Le Syndicalisme, la politique et la grève. France et Europe (xixe-xxie siècles), Nancy, Éditions Arbre bleu, 2011, p. 171-188 ; Camille Baillargeon, « La soupe populaire a-t-elle un arrière-goût amer ? (2) Soupes communistes, soupes de grève », analyse n° 60, Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale, publié en ligne le 19/12/2009 : http://www.ihoes.be/PDF/C_Baillargeon-Soupe_populaire_2.pdf

55 Voir la brochure de l’un des promoteurs de cette pratique, ancien magistrat, administrateur de la caisse d’épargne et d’un bureau de bienfaisance à Paris : Pierre Klein, Notice sur les fourneaux économiques pour la vente de portions d’aliments à 5 centimes, Paris, chez l’auteur, 1856.

56 Leo Devillers, « Des fourneaux de l’Impératrice aux fourneaux de la Maréchale : deux décennies d’encadrement alimentaire des classes populaires parisiennes (1855-1875) », Master 1 d’histoire, Université de Bourgogne, 2013.

57 Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848, Paris, La Découverte, 2014, p. 339.

58 Émilien Constant, « Les conflits sociaux dans le département du Var sous le Second Empire », Actes du 83 congrès national des sociétés savantes, Aix-Marseille, 1958. Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, Imprimerie nationale, 1959, p. 561.

59 Le Temps du 8 mai 1880, cité par Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève, op. cit., t. II, p. 542.

60 Michelle Perrot, Les Ouvriers en Grève, op. cit., tome II, chap. 6

61 Stéphane Sirot, « La pauvreté comme une parenthèse », art. cité.

62 Stéphanie Vachez, La Grève de janvier-mai 1901 dans le bassin minier de Blanzy-Montceau les Mines, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Bourgogne, 2000, p. 56-62 ; Diana Cooper-Richet, Le Peuple de la nuit. Mines et mineurs en France (xixe-xxe siècles), Paris, Perrin, 2002, p. 235.

63 L’évolution des usages et significations du mot « communisme » mérite d’être approfondie, il y a un trou noir entre la période antérieure à 1848 et celle qui suit le congrès de Tours en 1920.

64 « Les marmites communistes », L’Humanité, mardi 15 août 1905.

65 Paul Lafargue, « Les profiteurs du crime », L’Humanité, n° 1511, 6 juin 1908.

66 Paul Lafargue, « La confédération du travail et le Parti Socialiste », L’Humanité, lundi 5 août 1907.

67 Georges Yvetot, « Solidarité », dans Sébastien Faure (dir.), Encyclopédie anarchiste, tome IV, [Paris, Œuvre internationale des éd. anarchistes, la Librairie internationale, 1934], p. 2625, cité par Camille Baillargeon : « La soupe populaire a-t-elle un arrière-goût amer ? (2) Soupes communistes, soupes de grève », art. cité.

68 Ernest Poisson, « Les repas communistes », L’Humanité, 6 janvier 1907.

69 « Des secours de grève », La Revue socialiste, n° 264, décembre 1906, p. 728-729

70 Stéphanie Vachez, La Grève de janvier-mai 1901, mémoire cité.

71 André Bourgeois, « Quatre jours à Montceau-les-Mines (Notes de voyage) », Pages libres, art. cité, p. 178.

72 Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux. Grèves dans le fer lorrain en 1905, Paris, Denoël, 1981, p. 214-224

73 Arch. nat., F7 13867. 1906-1911 : « Grève des mégissiers de Graulhet (Tarn), 6 décembre 1909-28 avril 1910 ».

74 La Petite République du 12 janvier 1907, article de l’envoyé spécial P. Demartre, cité par Claude Gueslin, « Provocations patronales et violences ouvrières : Fougères (1887-1907) », Le Mouvement social, n° 82 (jan. - mars 1973), p. 17-53.

75 Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux, op. cit.

76 L’Action syndicale. Journal hebdomadaire des travailleurs du Pas de Calais et du Nord, 31 mars 1907.

77 Joseph Pinard, « Syndicalistes, socialistes et catholiques sociaux à Besançon au début du xxe siècle », in Jean-Marie Mayeur (dir.), Le Sillon de Marc Sangnier et la démocratie sociale, Besançon, PUFC, 2007, p. 67-94.

78 « Nous sommes décidés à défendre nos drapeaux rouges, qui flottent à l’entrée de notre soupe communiste, a dit, ce matin, le secrétaire de la permanence du comité de grève et bien malins ceux qui viendront les enlever », La Presse, 7 mai 1909.

79 Cité par Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux, op. cit.

80 Stéphanie Vachez, La Grève de 1901, mémoire cité.

81 Jean Jacques Meusy (dir.), La Bellevilloise : une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français, Paris, Créaphis, 2001, p. 55.

82 Tyler Stovall, Paris and the Spirit of 1919: Consumer Struggles, Transnationalism, and Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 272-273.

83 La Bataille syndicaliste, 14 mai 1913, cité par M. Guibert, « La présence des femmes dans les professions et ses incidences sur l’action syndicale avant 1914 », Le Mouvement social, n° 63, avril-juin 1968, p. 125-141.

84 Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, 2012, p. 117.

85 Madeleine Guilbert, Les Femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Paris, CNRS, 1966, p. 240.

86 Le Libertaire, 17 février 1907, p. 3.

87 Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la “Belle époque”, Paris, L’Échappée, 2015.

88 La Presse, mercredi 21 septembre 1910.

89 Cité par Serge Bonnet et Roger Humbert, La Ligne rouge des hauts fourneaux, op. cit, p. 215.

90 Cité par Stéphanie Vachez, La Grève de janvier-mai 1901, mémoire cité.

91 Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, op. cit., p. 117.

92 Cité par John Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la “crise de la vie chère” de l’été 1919 au Havre », Le Mouvement social, n° 170, janvier-mars 1995, p. 61-84.

93 Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la patrie et la Révolution. Paris 1914-1919, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1995, p. 33-36, p. 294.

94 https://caissesdegreve.github.io/

95 Cité dans Jacques Rancière, Alain Faure, La Parole ouvrière, Paris, La Fabrique, 2011 [1976], p. 124.

96 Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du xixe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016, p. 332.

97 https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

98 Syndicat CGT des salariés de l’information et de la communication.

99 Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève. Tome 2 : France 1871-1890, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001.

100 Nicolas Delalande, La Lutte et l’entraide. L’âge des solidarités ouvrières, Paris, Seuil, 2019.

101 Stéphane Sirot, Le Syndicalisme, la politique et la grève, Nancy, Éditions Arbre bleu, 2011, p. 180.

102 Jacques Capdevielle, La Grève du Joint français, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1975.

103 On passe ainsi de 4054 Journées Individuelles Non Travaillées pour 1 000 salariés en 1976, à 69 en 2015. Source : DARES, Ministère du Travail.

104 https://www.cfdt.fr/portail/nous-connaitre/nos-services-aux-adherents-srv1_320811

105 Dirigeant historique de la CSTP et du mouvement socialiste français.

106 Voir le communiqué de presse d’Info’Com CGT du 16 mai 2019 : « Le doyen des syndicats empêché d’intervenir ».

107 Entretien avec Romain Altmann, secrétaire général d’Info’Com CGT, le 22 janvier 2019.

108 « Je ne le savais même pas. C’est intéressant ! […] Sans le savoir, on a renoué avec des traditions ancestrales », entretien du 22 janvier 2019.

109 Michèle Riot-Sarcey, op. cit., p. 302.

110 https://www.infocomcgt.fr/wp-content/uploads/2018/07/Caisse-de-solidarite_Charte-dutilisation-et-formulaire.pdf

111 https://www.caisse-solidarite.fr/

112 Entretien du 22 janvier 2019.

113 Il s’agit de la CGT Goodyear et de SUD Poste 92.

114 Entretien du 22 janvier 2019.

115 Regroupement de syndicats locaux et collectifs divers dénonçant l’inaction des confédérations syndicales.

116 https://www.notrecgt.fr/

117 Entretien du 22 janvier 2019.

118 Doug McAdam, John D. McCarthy et Mayer Zald, Comparative Perspectives on social Movements. Political Opportunities, Mobilizing Structures and Cultural Framing, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

119 Entretien du 22 janvier 2019.

120 Michel Vakaloulis (dir.), Travail salarié et conflit social, Paris, PUF, 1999.

121 Le fonds d’archives de la CSTP (II/7/S/49) est situé au local d’Info’Com CGT, 4 rue Guyton de Morveau, Paris.

122 Archives de la CSTP, II/7/S/49, Appel aux ouvriers du 1er octobre 1869.

123 Ibid., procès-verbal de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 1868.

124 Ibid., Appel aux ouvriers du 1er octobre 1869.

125 Ibid.

126 Bernard Moss, Aux origines du mouvement ouvrier français, Le socialisme des ouvriers de métier 1830-1914, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1985.

127 Archives de la CSTP, II/7/S/49, PV de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 1868.

128 Ibid.

129 Ibid., Règlement de la « Caisse Fédérative de Prévoyance, dite des cinq centimes ».

130 Ibid., procès-verbal de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 1868.

131 Ibid., Assemblée générale du 22 octobre 1869.

132 Ibid., Appel aux ouvriers du 1er octobre 1869.

133 Hebdomadaire républicain fondé par Henri Rochefort en 1869.

134 Michèle Audin, Eugène Varlin, Ouvrier relieur 1839-1871, Paris, Libertalia, 2019, p. 283.

135 Nicolas Delalande, op. cit., p. 72.

136 Archives de la CSTP, II/7/S/49, procès-verbal de la Commission typographique, Assemblée générale du 24 juin 1868.

137 Ibid.

138 Ibid., séance du 6 novembre 1867.

139 Ibid., séance 8 janvier 1868.

140 Ibid., Assemblée de la Société de secours mutuels typographique parisienne, 8 aout 1867.

141 Michel Dreyfus, Liberté, Egalité, Mutualité, Paris, Éditions de l’Atelier, 2001.

142 Michel Cordillot, Eugène Varlin, chronique d’un espoir assassiné, Paris, Éditions de l’Atelier, 1991, p. 130.

143 Michèle Audin, op. cit. On peut également renvoyer au récent ouvrage de Jacques Rougerie, Eugène Varlin. Aux origines du mouvement ouvrier, Paris, Éditions du Détour, 2019.

144 Madeleine Rebérioux, Les Ouvriers du Livre et leur fédération, Un centenaire, 1881-1981, Paris, Messidor / Temps Actuels, 1981, p. 73.

145 Joseph Mairet, Les Carnets de Joseph Mairet, ouvrier typographe : Histoire de la Société typographique parisienne et du Tarif, 1839-1851, Paris, FILPAC - CGT, 1995.

146 Michael Lowy, Walter Benjamin : Avertissement d’incendie. Une lecture des thèses « Sur le concept d’histoire », Paris, PUF, 2001, p. 104.

147 Michèle Riot-Sarcey, op. cit., p. 296.

148 Maurice Blanchot, Les Intellectuels en question, première parution dans Le Débat, mars 1984, n° 29, Paris, Fourbis, 1996, p. 13 et 14. Je remercie Gisèle Berkman de m’avoir mise sur la voie de ce texte à bien des égards remarquable.

149 Ibid. p. 38

150 Le Réel de l’utopie, Paris, Albin Michel, 1998.

151 Jean-Louis Laville et Michèle Riot-Sarcey, Le Réveil de l’utopie, Paris, Éditions de l’Atelier, 2020.

152 https://medium.com/ussbriefs

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rh19/docannexe/image/6828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Ribeill, Mathilde Rossigneux-Meheust, François Jarrige, Michèle Riot-Sarcey, Mike Sanders et Gabriel Rosenman, « « Revues en lutte » »Revue d'histoire du XIXe siècle, 60 | 2020, 9-72.

Référence électronique

Georges Ribeill, Mathilde Rossigneux-Meheust, François Jarrige, Michèle Riot-Sarcey, Mike Sanders et Gabriel Rosenman, « « Revues en lutte » »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 60 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6828

Haut de page

Auteurs

Georges Ribeill

Sociologue et historien

Mathilde Rossigneux-Meheust

Historienne

François Jarrige

Historien

Articles du même auteur

Michèle Riot-Sarcey

Historienne

Articles du même auteur

Mike Sanders

Senior Lecturer en littérature du xixe siècle

Gabriel Rosenman

Historien

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search