Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle60DossierChez « l’ennemi » comme chez soi ...

Dossier

Chez « l’ennemi » comme chez soi : cantonnements allemands chez l’habitant pendant la guerre de 1870-1871

At home with the “enemy” - German billeting in French households during the War of 1870-1871
Beim „Feind“ zu Hause – Zum Verhältnis von deutschen Soldaten und französischen Zivilisten am Beispiel der Einquartierungen 1870/71
Oliver Stein
Traduction de Jean-Léon Muller
p. 123-143

Résumés

Durant la guerre franco-prussienne, beaucoup de soldats allemands étaient logés chez l’habitant. Ce contexte a fait émerger un quotidien nouveau, partagé par les soldats allemands et les civils français. Les sources textuelles et iconographiques renvoient à des réalités distinctes politiques, sociales, régionales et individuelles, mêlant ainsi les différentes perspectives. L’étude révèle que ces cantonnements pouvaient être à l’origine de violence ou, a contrario, d’entente mutuelle. Cette dernière est souvent oubliée. Pourtant, elle témoigne de l’importance de l’interconnexion des identités en dehors du cadre national. Enfin, l’article interroge la mémoire collective en France et en Allemagne pendant les décennies d’après-guerre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les Français dans l’attente des « barbares prussiens » et les premières rencontres
Réquisitions, violences et pillages
Cantonnement des militaires allemands chez l’habitant
Bonne entente et compréhension mutuelle
La mémoire des relations entre Français et Allemands après 1871

Aperçu du début du texte

En 1894, Anton von Werner peint son célèbre tableau Im Etappenquartier vor Paris (Cantonnement d’étape aux environs de Paris) figurant une scène s’étant déroulée le 24 octobre 1870 au château de Brunoy, dont le peintre avait lui-même réalisé une esquisse sur le vif. Des sous-officiers et soldats prussiens, chaussés de bottes crottées, se retrouvent dans un salon. Au centre de la scène, un militaire accompagne au piano un sous-officier en train de chanter un lied de Schubert, tandis qu’à l’arrière-plan une gouvernante française et son jeune fils les observent avec bienveillance. L’œuvre illustre l’image que l’Allemagne se fait d’elle-même, nation de culture aux racines terriennes, une image accentuée par le contraste entre les bottes maculées de boue et le décor où domine le mobilier de style Louis XV. Mais il s’agit ici surtout de répliquer aux accusations de barbarie formulées en France à l’endroit des Allemands.

Figure 1. Copie de l’œuvre d’Anton von Werner, Im Etappenquartier vor ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oliver Stein, « Chez « l’ennemi » comme chez soi : cantonnements allemands chez l’habitant pendant la guerre de 1870-1871 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 60 | 2020, 123-143.

Référence électronique

Oliver Stein, « Chez « l’ennemi » comme chez soi : cantonnements allemands chez l’habitant pendant la guerre de 1870-1871 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 60 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 19 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6876

Haut de page

Auteur

Oliver Stein

Oliver Stein est chercheur et conservateur au musée bavarois de l’Armée à Ingolstadt

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search