Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Le XIXe siècle vu d’ailleursMalcolm Chase (1957-2020), ou la ...

Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Malcolm Chase (1957-2020), ou la passion de l’histoire ouvrière

Fabrice Bensimon
p. 195-198

Texte intégral

1L’historien britannique Malcolm Chase est décédé le 29 février 2020. C’était un artisan brillant de l’histoire sociale britannique. Il avait étudié aux universités de York et du Sussex, à la fin des années 1970 et au début des années 1980. L’université de Sussex, où il fit sa thèse sous la direction de John Fletcher Clews Harrison de 1979 à 1984, était alors un des foyers de l’histoire sociale anglaise « par en bas » (history from below) dans ce qu’elle avait de meilleur, sous l’influence d’Edward et Dorothy Thompson, d’Eric Hobsbawm, de Raphael Samuel et de quelques autres. Malcolm s’était investi dans l’atelier de l’histoire (history workshop), cet effort de démocratisation de la pratique historienne, engagé à Oxford par Raphael Samuel (1934-1996) depuis le milieu des années 1960 et qui s’est diffusé ensuite. Malcolm était d’une autre génération, et assura en quelque sorte, avec d’autres, une transition vers l’histoire sociale, l’histoire ouvrière notamment, telle qu’elle se pratique aujourd’hui, conjurant les prédictions formulées il y a quelques années d’un irrémédiable déclin. Cette histoire des ouvriers et des radicaux ne donnait pas aisément accès à des emplois académiques. À l’université de Leeds, avant d’obtenir un poste en histoire, Malcolm Chase travailla longtemps – entre 1982 et 2005 – au département de l’enseignement pour adultes, comme Edward Thompson avant lui.

  • 1 Malcolm Chase, The People’s Farm: English Radical Agrarianism, 1775-1840, Oxford, Oxford University (...)
  • 2 Voir par exemple : Malcolm Chase, The Life and Literary Pursuits of Allen Davenport, Londres, Routl (...)
  • 3 Malcolm Chase, Early Trade Unionism: Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashga (...)

2Son premier ouvrage, issu de sa thèse, était consacré au radical Thomas Spence (1750-1814) et à ses disciples. Ce révolutionnaire avait développé un projet d’achat et d’expropriation des terres privées, pour qu’elles soient administrées en commun par les ouvriers devenus cultivateurs au sein de paroisses démocratiques. Son radicalisme agraire fut vivace jusqu’au milieu du siècle et se prolongea au sein du mouvement ouvrier jusqu’au début du xxe siècle1. L’influence de Spence n’a cessé d’intéresser Malcolm Chase2. Quasiment toute son œuvre a ensuite porté sur la Grande-Bretagne du xixe siècle, en particulier sur le premier xixe siècle qu’il connaissait si bien et qu’il savait rendre intelligible et vivant, à travers l’épaisseur du temps. Sa seconde monographie fut consacrée aux tout débuts du trade-unionisme (1780-1860), en amont de l’histoire ultérieure des syndicats, mieux balisée3. L’ouvrage mettait en évidence toute une histoire non-institutionnelle, de pratiques militantes plus ou moins structurées.

  • 4 Malcolm Chase, Chartism: A New History, Manchester, Manchester University Press, 2007 ; trad. franç (...)

3L’autre mouvement dont Malcolm était un grand spécialiste était le chartisme, sur lequel il écrivit son livre sans doute le plus abouti4. L’ouvrage, qui venait enrichir une bibliographie déjà consistante sur le plus grand mouvement ouvrier du xixe siècle, mariait plusieurs qualités. Il s’appuyait sur l’ensemble des archives et des imprimés disponibles et sur quelques trouvailles. Il adoptait un point de vue inédit, au ras du sol, au niveau des militants, des chartistes de la base. Structuré en séquences de quelques mois – un parti pris iconoclaste – l’ouvrage donnait au mouvement tout son dynamisme et rétablissait l’incertitude sur l’avenir qu’éprouvent forcément les acteurs et que le surplomb de l’histoire peut conduire à négliger. Enfin, le chartisme de Malcolm Chase se distinguait par la part accordée aux biographies, non pas tant celle des grandes figures du mouvement, que celle d’inconnus, dont les trajectoires illustrent les différentes dimensions du mouvement. À travers les récits de vie d’Ann Dawson, une enfant totalement inconnue dont la broderie chartiste nous est parvenue, de William Cuffay, un tailleur révolutionnaire d’origine caribéenne, déporté en Tasmanie, ou encore de la militante Elizabeth Neesom, Malcolm Chase soulignait le caractère souvent familial de l’engagement, y compris des épouses et des enfants.

  • 5 Malcolm Chase, « Le tournant biographique de l’histoire ouvrière », Matériaux pour l’histoire de no (...)
  • 6 Malcolm Chase, Le Chartisme, op. cit., p. 345.
  • 7 Malcolm Chase, « Le tournant biographique de l’histoire ouvrière », art. cit., p. 29.
  • 8 Dr Robert Saunders, review of Malcolm Chase, Chartism: A New History, Reviews in History, n° 699, o (...)
  • 9 Edward Palmer Thompson, “The Historical Logic”, in id., The Poverty of Theory and other Essays, New (...)

4Cet intérêt pour la biographie fit de lui un contributeur prolifique du Dictionary of Labour Biography et de l’Oxford Dictionary of National Biography, pour lequel il rédigea une vingtaine de notices, parfois consacrées à des figures qu’il sortit de l’anonymat et de la fameuse « condescendance de la postérité ». Dans un article discuté, il avait revendiqué la part que le biographe doit accorder aux sacrifices individuels et familiaux, et même au personnel et à l’intime des acteurs et des actrices5. Il écrivait que l’historien observe « comme à travers un verre sombre6 ». Il plaidait pour l’apport de « l’imagination et des spéculations dans l’écriture de biographies ouvrières7 ». En même temps, sa rigueur historique ne fut jamais mise en défaut ; au contraire, il était des plus exigeants pour ce qui était des sources et de leur croisement. En même temps, il savait synthétiser, mettre en perspective, renouveler des interprétations établies. Il lui fut parfois reproché ne pas s’emparer des débats historiographiques, particulièrement importants concernant le chartisme8. En fait tous ses écrits, tous ses récits de vie en particulier, s’appuyaient sur une réflexion approfondie des enjeux épistémologiques de la discipline. À travers telle ou telle biographie, il tâchait d’appréhender des problèmes plus larges, politiques, sociaux ou culturels. Dans son rapport au passé, ses propres valeurs transpiraient. Son approche de l’histoire faisait penser à celle d’Edward Thompson, qui soulignait tout à la fois que l’historien devait tenir ses propres valeurs à distance, et qu’en même temps, « le passé a toujours été, entre autres choses, le résultat d’une discussion sur des valeurs9 ».

  • 10 Malcolm Chase, 1820: Disorder and Stability in the United Kingdom, Manchester, Manchester Universit (...)

5Dans sa dernière monographie, consacrée à l’année 1820, Malcolm Chase avait renouvelé l’histoire des multiples crises du Royaume-Uni d’après Peterloo10. Son ouvrage intégrait toutes les dimensions de cette année de contestation, qu’il jugeait représenter l’apogée d’une crise révolutionnaire : radicalisme populaire en Grande-Bretagne ; conspiration à Londres ; nationalisme en Irlande ; soutien massif à la reine Caroline dans un mouvement pétitionnaire inédit, contre la procédure de divorce engagée par le nouveau roi George IV. Son dernier projet, une biographie du radical Francis Burdett (1770-1844), est resté inabouti.

6Comme Edward et Dorothy Thompson, Malcolm Chase écrivait une histoire surtout britannique. Il avait cette connaissance intime des lieux et de leur passé de luttes ouvrières et radicales. Il n’a pas fondé d’école, même s’il a inspiré des pratiques. Il n’avait pas de disciples, simplement de nombreux amis et étudiants. Ne comptant pas son temps pour s’adresser à un public non-universitaire, co-organisant chaque année des Chartism Days où il sollicitait toujours les interventions d’historiens locaux ou familiaux, de militants, dans la tradition de l’« atelier de l’histoire », Malcolm Chase concevait l’histoire comme une pratique tout à la fois scientifique et démocratique.

7Homme généreux et modeste, à l’érudition chaleureuse, il laisse derrière lui son épouse Shirley, leur fille Sarah, et leur petite-fille Sophie.

Haut de page

Notes

1 Malcolm Chase, The People’s Farm: English Radical Agrarianism, 1775-1840, Oxford, Oxford University Press, 1988.

2 Voir par exemple : Malcolm Chase, The Life and Literary Pursuits of Allen Davenport, Londres, Routledge, 1994.

3 Malcolm Chase, Early Trade Unionism: Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashgate, 2000.

4 Malcolm Chase, Chartism: A New History, Manchester, Manchester University Press, 2007 ; trad. française de Laurent Bury : Malcolm Chase, Le Chartisme (1838-1858). Aux origines du mouvement ouvrier britannique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013. On consultera aussi avec profit le recueil d’articles et de chapitres : Malcolm Chase, The Chartists. Perspectives and Legacies, Londres, Merlin, 2015.

5 Malcolm Chase, « Le tournant biographique de l’histoire ouvrière », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 104-105, 2011/4, p. 26-31.

6 Malcolm Chase, Le Chartisme, op. cit., p. 345.

7 Malcolm Chase, « Le tournant biographique de l’histoire ouvrière », art. cit., p. 29.

8 Dr Robert Saunders, review of Malcolm Chase, Chartism: A New History, Reviews in History, n° 699, octobre 2008, en ligne [https://reviews.history.ac.uk/review/699] (consulté en avril 2020).

9 Edward Palmer Thompson, “The Historical Logic”, in id., The Poverty of Theory and other Essays, New York, Monthly Press Review, 1978 ; reproduit in Dorothy Thompson (ed.), The Essential E. P. Thompson, New York, The New Press, 2001, p. 450.

10 Malcolm Chase, 1820: Disorder and Stability in the United Kingdom, Manchester, Manchester University Press, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Malcolm Chase (1957-2020), ou la passion de l’histoire ouvrière »Revue d'histoire du XIXe siècle, 60 | 2020, 195-198.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Malcolm Chase (1957-2020), ou la passion de l’histoire ouvrière »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 60 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/6917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.6917

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search