Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle61Dossier« Un grand nombre d’étrangers s’y...

Dossier

« Un grand nombre d’étrangers s’y sont établis » : émigrés et exilés dans les ports d’Altona et de Hambourg au tournant du xixe siècle

“Largely Inhabited by Foreigners”: Émigrés and Exiles in the Ports of Altona and Hamburg at the Turn of the Nineteenth Century
„Überwiegend von Fremden bewohnt“: Auswanderer und Exilierte in den Häfen von Altona und Hamburg um 1800
Janet Polasky
Traduction de Emmanuel Roudaut
p. 27-49

Résumés

Avec leurs modes de vies souvent ostentatoires, les émigrés d’origine aristocratique qui voyageaient seuls ou accompagnés à destination de la ville-État allemande indépendante de Hambourg, et de la ville danoise voisine d’Altona, ne se sont pas mêlés aux marchands, érudits, artisans et travailleurs manuels qui peuplaient ces villes portuaires à la fin du xviiie siècle. Leur penchant pour le luxe et les divertissements somptueux a attiré l’attention des historiens qui négligent le flux constant de familles bourgeoises plus facilement assimilées dans ces villes tournées vers l’extérieur. Les épouses des sénateurs accueillaient les nouveaux venus lors de leurs dîners cosmopolites. Les nouveaux arrivants ont prospéré dans cette atmosphère propice à l’esprit d’entreprise et les familles se sont mariées entre elles. Le ralentissement économique à la fin de la décennie, aggravé par l’occupation napoléonienne, a menacé le confort de ce républicanisme civique confortable.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Deux havres de paix dans un continent en guerre
La « grande course au plaisir » des émigrés
Marchands et entrepreneurs : « le premier cercle »
« Le temps s’écoule aussi agréablement qu’on puisse l’espérer » : les marchands de passage
Le républicanisme civique ou « une plus étroite union entre les hommes »
L’occupation française : « pour nous, tout est perdu »

Aperçu du début du texte

Émigrée pendant la Révolution française, la comtesse de Flahaut (1761-1836) trouva refuge à Altona, ville danoise toute proche de Hambourg, mais située légèrement en aval sur l’Elbe. En prévision de son arrivée, au printemps de l’année 1795, elle pria Gouverneur Morris, diplomate américain en exil, de lui trouver « un petit endroit paisible, bien isolé », où elle pourrait vivre « retirée, aussi incognito que possible ». Elle voyageait avec Louis-Philippe, futur roi des Français. Courtisée par un Portugais, Monsieur de Souza, elle redoutait l’arrivée de son ancien amant, Talleyrand. Ce dernier s’installa bien à Altona, mais il préféra chercher la compagnie de Madame de Genlis, autre émigrée française qui recevait sa fille « adoptive » Pamela, épouse d’un révolutionnaire irlandais, Lord Edward Fitzgerald. Il se disait que les rebelles irlandais avaient table ouverte dans la maison que Madame de Genlis louait dans la ville portuaire de Hambourg.

Menant un train de vie souvent ostentatoi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janet Polasky, « « Un grand nombre d’étrangers s’y sont établis » : émigrés et exilés dans les ports d’Altona et de Hambourg au tournant du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 61 | 2020, 27-49.

Référence électronique

Janet Polasky, « « Un grand nombre d’étrangers s’y sont établis » : émigrés et exilés dans les ports d’Altona et de Hambourg au tournant du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7095

Haut de page

Auteur

Janet Polasky

Janet Polasky est professeure d’histoire à l’Université du New Hampshire

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search