Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle61DossierDésordres et trahisons : la famil...

Dossier

Désordres et trahisons : la famille en exil

Disorder and Betrayal: the Family in Exile
Störungen und Verrat: Familien im Exil
Sylvie Aprile
p. 51-64

Résumés

Le monde de l’exil n’est pas un monde d’hommes seuls et bien des femmes ont suivi leur mari, leur père lors de leur bannissement. Les modalités et les lieux d’action mêlent alors plus étroitement le couple et la famille au combat politique. Dans des communautés souvent divisées, marquées par des rumeurs et des polémiques, l’intimité et l’intime deviennent souvent des enjeux de pouvoir. Le public et le privé n’ont plus de frontières précises. C’est au travers de deux situations particulières, celles des couples adultères et des ruptures entre parents et enfants, que nous tenterons de mieux comprendre la part des émotions, de l’éloignement mais aussi du souci de maintenir un ethos bourgeois qui animent les exilés. L’exemple central est celui du couple Herzen et de ses relations avec ses enfants. Cas exceptionnel ou observatoire d’un rapport exacerbé par la vie en exil ? La violence privée dans les mots mais aussi dans les gestes nous permet-elle de déplacer le regard et de faire naître une nouvelle lecture des divisions et inquiétudes que portent en eux une partie des exilés ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

De l’infidélité à l’affaire politique
L’adultère comme observatoire et révélateur ?
Malaises dans la filiation

Aperçu du début du texte

Les conséquences de l’exil sur les couples et les familles sont aujourd’hui bien documentées grâce aux récits de migrants, aux romans et aux nombreux rapports médicaux et psychiatriques. Ces études montrent comment l’exil ne bouleverse pas seulement les communautés et réseaux politiques mais distend aussi les relations intimes, par l’éloignement qu’il crée, ou au contraire peut les renforcer en regroupant la famille qui devient alors un îlot protégé et protecteur, favorisé par un isolement linguistique et affectif. La situation des proscrits et bannis européens après l’échec des révolutions de 1848 et du coup d’État de 1851 en France n’échappe pas à cette problématique. L’exil a parfois, et pour longtemps, séparé les couples, les parents de leurs enfants. La majorité d’entre eux ont cependant choisi quand ils en avaient les moyens – même réduits – de faire venir auprès d’eux leurs proches et de recomposer une vie privée dans un univers nouveau. La plupart des biographies et des réci...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Aprile, « Désordres et trahisons : la famille en exil », Revue d'histoire du XIXe siècle, 61 | 2020, 51-64.

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Désordres et trahisons : la famille en exil », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7101 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7101

Haut de page

Auteur

Sylvie Aprile

Sylvie Aprile est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris Nanterre et membre de l’Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search