Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle61DossierLa vie quotidienne d’une famille ...

Dossier

La vie quotidienne d’une famille exilée sous le Second Empire : les Raspail en Belgique

The Daily Life of a Family in Exile under the Second Empire. The Raspails in Belgium
Der Alltag einer während des Second Empire exilierten Familie. Die Raspail in Belgien
Jonathan Barbier
p. 51-64

Résumés

Dans l’imaginaire collectif, l’exilé républicain, sous le Second Empire, est souvent vu comme un être esseulé et vivant perpétuellement dans la souffrance. Pourtant de récents travaux, comme ceux de Sylvie Aprile, ont redonné une place dans la société des exilés aux proscrites républicaines ainsi qu’aux épouses et filles d’opposants républicains restant en France ou accompagnant leurs proches à l’étranger. Cet article souhaite poursuivre ces réflexions en analysant le phénomène de l’exil politique au-delà de la sphère du couple, c’est-à-dire au sein du contexte familial. L’approche consistant à décentrer le regard de l’historien depuis le proscrit célèbre vers sa famille permet-elle alors d’appréhender l’exil dans une temporalité longue ne se réduisant pas à l’existence extraordinaire d’un homme mais incluant plusieurs générations d’individus marqués, à des âges différents, par l’expérience quotidienne d’une vie familiale hors de France ? Pour le savoir, nous étudierons une dynastie républicaine, la famille Raspail, dont certains de ses membres ont connu des exils successifs en Belgique, du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte jusqu’à l’amnistie des communards. Nous verrons que l’exil a reconfiguré la répartition des rôles de chacun des membres dans la famille, a contribué à renforcer un républicanisme de combat à l’intérieur de ce clan et a été aussi l’objet d’une mémoire transmise au fil des générations qui réinterroge les temporalités de la proscription. Par ailleurs, la famille Raspail en exil permet de révéler une pluralité des familles républicaines en exil et que cette famille s’insère dans des logiques collectives qui font écho à d’autres formes de migrations contemporaines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Entre prison et exil : une vie familiale exposée au grand jour dans les années 1850
L’exil en Belgique : la répartition des rôles au sein de la famille Raspail
Après 1864 : une famille marquée par le souvenir de l’exil

Aperçu du début du texte

In patria carcer lauro in exilio (« dans la patrie la prison, les lauriers dans l’exil »), c’est la devise que l’on peut lire encore aujourd’hui sur la façade de la maison de l’ingénieur Émile Raspail, à Arcueil, en référence aux années de proscription de son père, François-Vincent Raspail en Belgique. Le souvenir de l’exil bruxellois est ainsi marqué dans la pierre, preuve de l’importance de cette période de vie pour la famille Raspail. Toutefois, pourquoi s’intéresser à un cas particulier, celui des Raspail en exil ? Tout d’abord, étudier une famille en exil permet de déconstruire les stéréotypes entourant la figure du proscrit français au xixe siècle : l’exilé n’est pas toujours isolé et victime de souffrances perpétuelles. La compagnie de ses proches égaye quotidiennement sa vie loin de sa patrie. Ensuite, il n’existe pas un type de famille française en exil sous le règne de Napoléon III mais une multiplicité : le couple, les frères et sœurs, la famille réunie dans son intégrali...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Barbier, « La vie quotidienne d’une famille exilée sous le Second Empire : les Raspail en Belgique », Revue d'histoire du XIXe siècle, 61 | 2020, 51-64.

Référence électronique

Jonathan Barbier, « La vie quotidienne d’une famille exilée sous le Second Empire : les Raspail en Belgique », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7102

Haut de page

Auteur

Jonathan Barbier

Jonathan Barbier est docteur en histoire contemporaine, chercheur associé à la BnF et membre du LaSSP (EA 4175)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search