Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle61DossierPasser de la lumière à l’ombre : ...

Dossier

Passer de la lumière à l’ombre : Marie-Thérèse et Émile Ollivier, un exil en famille (Italie, 1870-1873)

Passing from Light to Darkness: Marie-Thérèse and Émile Ollivier, a Family in Exile (Italy, 1870-1873)
Vom Licht in den Schatten: Marie-Thérèse und Émile Ollivier – Exil einer Familie (Italien 1870-1873)
Emmanuelle Berthiaud
p. 83-101

Résumés

La chute de son gouvernement et la guerre avec la Prusse contraignent Émile Ollivier à vivre en exil avec sa famille en Italie entre août 1870 et octobre 1873. Les écrits personnels de l’ancien ministre de Napoléon III et ceux de son épouse, Marie-Thérèse Ollivier, permettent de comprendre comment cet épisode a été vécu au quotidien. L’exil constitue, au moins dans ses débuts, une expérience difficile par le changement radical de lieu et de mode de vie, le déclassement social et l’isolement marqués qu’il induit. L’organisation rigoureuse des journées, l’adaptation des activités et le partage genré des tâches permettent néanmoins de surmonter ces difficultés au quotidien. Si l’exil ne conduit pas à reconfigurer les identités de genre ni à modifier les hiérarchies familiales, il permet cependant de resserrer les liens entre les membres de la famille et constitue finalement une expérience enrichissante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Vivre en exil, entre déracinement et enracinement
Une vie de retraite et de travail
Les conséquences de l’exil sur les identités et les relations familiales

Aperçu du début du texte

« Rentrer, en effet c’eût été courir ou à un massacre par la foule ou à un emprisonnement par le gouvernement. […] Mon voyage patriotique s’est donc converti en un véritable exil. Et quel exil ! […] Nous avons été obligés par économie de nous réfugier à la campagne, au milieu des neiges, dans une misérable maison où nous habitions tous à raison de 60 francs par mois et la plus grande partie de l’hiver sans feu. […] Quand tant d’êtres souffraient, il m’a plu que moi et les miens nous souffrions aussi. »
Émile Ollivier, lettre à Madame Jovinet, 4 octobre 1871.

Par ces quelques lignes, écrites en octobre 1871, Émile Ollivier (1825-1913) tente de répondre à ceux qui l’accusent de vivre une retraite bucolique dans le Piémont italien alors que les Français sont durement éprouvés par la guerre avec la Prusse et la Commune de Paris. Pour cet homme politique brillant, la chute est pourtant brutale. Républicain rallié à la politique de libéralisation de l’Empire et choisi par Napoléon III pour ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Berthiaud, « Passer de la lumière à l’ombre : Marie-Thérèse et Émile Ollivier, un exil en famille (Italie, 1870-1873) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 61 | 2020, 83-101.

Référence électronique

Emmanuelle Berthiaud, « Passer de la lumière à l’ombre : Marie-Thérèse et Émile Ollivier, un exil en famille (Italie, 1870-1873) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7106 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7106

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Berthiaud

Emmanuelle Berthiaud est professeure agrégée d’histoire à l’Université de Picardie Jules Verne et membre du CHSSC

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search