Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle61DossierL’exil des Alsaciens-Lorrains. Op...

Dossier

L’exil des Alsaciens-Lorrains. Option et famille dans les années 1870

The Exile of the Alsatian-Lorrainers. Option and Family in the 1870s
Das Exil der Elsass-Lothringer. Option und Familie in den 1870er Jahren
Benoît Vaillot
p. 103-122

Résumés

Par le traité de Francfort du 10 mai 1871, les habitants des territoires annexés par l’Empire allemand se voient accorder une clause d’« option de nationalité » qui les contraint à des choix difficiles. S’ils souhaitent conserver la nationalité française, les Alsaciens-Lorrains doivent quitter leur terre natale dans un court délai. Cette disposition juridique est appliquée de façon fort différente non seulement selon les autorités devant lesquelles est faite la déclaration d’option, mais aussi en fonction de la composition familiale, du sexe et de l’âge des déclarants. Plus de 130 000 personnes quittent alors l’Alsace-Lorraine pour s’installer principalement en France, mais la plupart ne s’éloignent pas de la frontière qui les sépare désormais de leur « petite patrie ». Accueillis comme des « réfugiés », ils bénéficient d’une importante aide juridique et matérielle de la part de sociétés de secours, et sont soutenus par les municipalités où ils s’installent, le plus souvent en famille. Les enfants d’Alsace-Lorraine font l’objet d’une attention toute particulière, si bien que des sociétés en exfiltrent vers la France avec la complicité du clergé local, afin de contourner les autorités allemandes qui n’autorisent pas les mineurs à opter pour la nationalité française.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’option, une « fabrique à exilés »
Les Alsaciens-Lorrains face à l’option
Ceux qui s’en vont et ceux qui restent
Les enfants de la nation

Aperçu du début du texte

L’Alsacien, où qu’il soit, est toujours, depuis la guerre, un exilé. S’il vit en France, il y est en exil de sa petite patrie ; s’il vit en Alsace, il y est en exil de la grande patrie ; nous sommes toujours des exilés.

Paul Acker, Les Exilés, Paris, Plon-Nourrit, 1911, p. 106.

C’est en éternels exilés que l’écrivain Paul Acker définit les Alsaciens après la guerre de 1870. Le traité de Francfort du 10 mai 1871 consacre en effet l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Empire allemand, mais aussi celle de tous ceux qui en sont originaires, car toute cession de territoire est aussi une cession des ressortissants qui l’habitent – un aspect souvent minoré des études portant sur les changements de frontière. Cependant, une clause d’option introduite dans le traité permet aux Alsaciens-Lorrains de conserver la nationalité française, à condition toutefois de « transporter leur domicile » hors des territoires cédés. Cette option conventionnelle de nationalité est un droit consacré par un traité...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vaillot, « L’exil des Alsaciens-Lorrains. Option et famille dans les années 1870 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 61 | 2020, 103-122.

Référence électronique

Benoît Vaillot, « L’exil des Alsaciens-Lorrains. Option et famille dans les années 1870 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7115

Haut de page

Auteur

Benoît Vaillot

Benoît Vaillot est doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg / Institut Universitaire Européen (Florence)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search