Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle61Le XIXe siècle vu d’ailleursGrande-Bretagne : faut-il déboulo...

Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Grande-Bretagne : faut-il déboulonner des statues ?

Keith McClelland
Traduction de Emmanuel Roudaut
p. 265-268

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La Grande-Bretagne compte des centaines de statues, peut-être des milliers. Ces représentations de figures allégoriques, d’animaux, ou plus fréquemment de « personnages éminents », généralement coulées dans le métal ou taillées dans la pierre, sont pour beaucoup des morceaux figés d’histoire. C’est ainsi qu’à Chester, dans le nord-ouest de l’Angleterre, on peut voir la figure de Stapleton Cotton, 1er vicomte Combermere (1773-1865), officier, homme politique et propriétaire d’esclaves. On en trouve d’autres, auxquelles on prête rarement attention, sur les places et devant les édifices publics. Elles rendent hommage à des hommes, parfois des femmes, dont on estime qu’ils ont joué un rôle de premier plan dans la vie locale ou nationale en tant que figures politiques ou militaires, parfois sportives et artistiques. Elles sont là pour nous dire que ces « grandes figures » ont façonné ce que nous sommes. Aux dires de certains, elles constituent un mode de commémoration immuable qu’il ne s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keith McClelland, « Grande-Bretagne : faut-il déboulonner des statues ? », Revue d'histoire du XIXe siècle, 61 | 2020, 265-268.

Référence électronique

Keith McClelland, « Grande-Bretagne : faut-il déboulonner des statues ? », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7227

Haut de page

Auteur

Keith McClelland

Keith McClelland est membre du Centre for the Study of the Legacies of British Slave-ownership à l’University College London

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search