Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle62Dossier AncêtresLa légitimité de l’« État-famille...

Dossier Ancêtres

La légitimité de l’« État-famille » ? Le culte des ancêtres et les fondements de la lignée unique à l’ère Meiji

The legitimacy of the «family-state» ? : the cult of ancestor and the foundations of the unique lineage in Meiji Era
Die Legitimität des „Familienstaates“? Der Ahnenkult und die Gründung der einzigartigen Abstammung in der Meiji-Ära
Yusuke Inenaga
p. 83-99

Résumés

Cette étude vise à analyser les assises théologico-politiques de l’État japonais à l’ère Meiji (1868-1912). Ce type de gouvernance a été construit, d’une part, par héritage mythologique de la sacralité ancestrale et, d’autre part, par importation d’institutions juridico-politiques inspirées de l’Occident. Si l’État Meiji est institutionnellement considéré comme l’un des modèles d’État laïc qui applique une technologie centralisatrice offrant la liberté de culte aux religions reconnues par la Constitution, en revanche, la fidélité de l’empereur à la déesse du soleil relativise son apparente rationalité. Cette gouvernance a été mobilisée pour établir le cadre national des croyances et des normes sociales : elle visait la dédifférenciation du politique, du religieux et du moral. Le recours aux mœurs ancestrales a participé de la légitimation de l’« État-famille », qui entrave la liberté de conscience individuelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les mœurs ancestrales et les études nationales
L’héritage matriarcal de l’empereur
Le modèle du fils du ciel
Le fils du ciel dans le système représentatif
L’héritage du premier empereur
La légitimation du souverain dans l’éducation publique à l’école primaire

Aperçu du début du texte

Lorsqu’en 1853 le Japon se vit contraint de concevoir de nouvelles institutions juridico-politiques, il fut obligé de les insérer dans une intrication entre un modèle exogène d’État dit moderne et un imaginaire communautaire proprement japonais, où survivaient les mœurs ancestrales et le respect de la sacralité du souverain. Le choc culturel que provoquèrent les institutions importées d’Occident obligea à faire retour sur la question des origines du pouvoir, qui plongeaient dans une cosmogonie originelle. Deux mythes, dont l’un est issu du récit de La Porte du rocher céleste (Amanoiwato no shinwa), et l’autre du Rescrit impérial sur la descente sur terre du petit-fils céleste (Tenson-kôrin no shôchoku), attribuèrent à l’empereur une sacralité fondée sur la relation matriarcale du fils du ciel. Ils maintinrent la généalogie du lien sacré au sein du régime impérial, pour légitimer de manière paradoxale un équilibre entre croyance matriarcale et respect de l’ordre patriarcal, dans les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yusuke Inenaga, « La légitimité de l’« État-famille » ? Le culte des ancêtres et les fondements de la lignée unique à l’ère Meiji », Revue d'histoire du XIXe siècle, 62 | 2021, 83-99.

Référence électronique

Yusuke Inenaga, « La légitimité de l’« État-famille » ? Le culte des ancêtres et les fondements de la lignée unique à l’ère Meiji », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7475

Haut de page

Auteur

Yusuke Inenaga

Yusuke Inenaga est chargé de recherche associé à l’Université des études étrangères de Tokyo et membre étranger du GSRL (EPHE-CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search