Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle62Varia« My friends, Thomas Paine, thoug...

Varia

« My friends, Thomas Paine, though dead, yet speaketh. » Résurgences et réincarnations de la pensée déiste dans le mouvement spiritualiste américain (1848-1889)

« My friend, Thomas Paine, though dead, yet speaketh ». Resurgences and reincarnations of deist thought in the American Spiritualist Movement (1848-1889)
„My friend, Thomas Paine, though dead, yet speaketh“. Wiederauferstehungen und Reinkarnationen deistischen Denkens in der amerikanischen spiritistischen Bewegung (1848-1889)
Auréliane Narvaez
p. 173-187

Résumés

Le postulat central du spiritualisme américain, tel qu’il se développe au cours de la seconde moitié du xixe siècle, consiste à affirmer l’immortalité de l’âme humaine et la possibilité donnée à un certain nombre d’individus doués de qualités médiumniques d’entrer en contact avec les morts et de dialoguer avec eux. Outre qu’il remet en cause l’autorité des religions positives dont il réfute la plupart des dogmes et doctrines, le spiritualisme revêt également une dimension consolatoire en donnant voix à l’au-delà et en ravivant le souvenir de défunts inconnus ou illustres. Les déistes sont, à cet égard, des figures particulièrement prisées des spiritualistes et apparaissent de manière récurrente dans le récit des communications entre médiums et esprits. Dans le discours et la littérature spiritualistes, la présence de personnalités associées au déisme tels Benjamin Franklin, Thomas Paine ou Frances Wright témoigne d’une résilience mais aussi d’une reconfiguration de la tradition déiste au travers d’une perpétuation de sa mémoire. En défendant la possibilité d’une spiritualité non théologique, fondée sur la raison et la démonstration empirique, hors du champ des religions instituées, le spiritualisme repense ainsi les cadres mêmes de l’expérience religieuse et revitalise tout en la remaniant la libre pensée déiste héritée de la fin du xviiisiècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Repenser l’expérience spirituelle hors du champ des religions positives : le spiritualisme, un déisme consolatoire entre science et croyance
Faire parler les morts, faire entendre les vivants : le spiritualisme comme support et vecteur mémoriel de la libre-pensée déiste

Aperçu du début du texte

La thèse de l’effacement du déisme américain au tournant des xviiie et xixe siècles apparaît sous la plume d’auteurs hostiles au courant déiste dès le milieu des années 1790. L’ouvrage Christianity, the Only True Theology (1794) prédit ainsi la disparition imminente d’une tradition jugée moribonde et présente Thomas Paine, l’auteur du manifeste déiste The Age of Reason (1794) comme un médiocre plagiaire n’ayant guère que « remué les dernières braises » d’un courant de pensée largement décrié et déjà déclinant. Affirmer ainsi que le déisme serait en voie d’extinction dès 1794 a surtout pour objectif de contrer l’essor d’un mouvement dont la popularité inquiète, en particulier dans les colleges de la Nouvelle-Angleterre que sont Harvard, Dartmouth, Yale ou Princeton, dont les étudiants font l’objet d’une surveillance attentive de la part d’autorités académiques préoccupées de l’attrait du scepticisme religieux parmi eux. Le déisme s’est-il pour autant véritablement délité au point de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Auréliane Narvaez, « « My friends, Thomas Paine, though dead, yet speaketh. » Résurgences et réincarnations de la pensée déiste dans le mouvement spiritualiste américain (1848-1889) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 62 | 2021, 173-187.

Référence électronique

Auréliane Narvaez, « « My friends, Thomas Paine, though dead, yet speaketh. » Résurgences et réincarnations de la pensée déiste dans le mouvement spiritualiste américain (1848-1889) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/7568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.7568

Haut de page

Auteur

Auréliane Narvaez

Auréliane Narvaez est PRAG à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search