Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64LecturesComptes rendusNicolas HATZFELD (dir.), Les Frèr...

Lectures
Comptes rendus

Nicolas HATZFELD (dir.), Les Frères Bonneff, reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914

Paris, Classiques Garnier, coll. « Archives du travail », 2021
François Jarrige
p. 217-219
Référence(s) :

Nicolas HATZFELD (dir.), Les Frères Bonneff, reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914, Paris, Classiques Garnier, coll. « Archives du travail », 2021, 415 p., 32 euros.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue le premier volume d’une nouvelle collection consacrée aux « Archives du travail », dirigée par Paul Boulland, Nicolas Hatzfeld et Michel Pigenet aux Éditions Classiques Garnier. Son objectif est d’exhumer et diffuser les sources de l’histoire du travail et des travailleurs. L’initiative est bienvenue tant l’histoire du travail est en plein renouvellement aujourd’hui, dynamisée par l’actualité et les débats incessants sur l’avenir et les crises du travail, et par la création de réseaux d’historiens comme l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) qui a vu le jour en 2013. La question sur l’histoire du travail en Europe (des années 1830 aux années 1930) mise aux concours du Capes et de l’agrégation en 2020, a également témoigné de cet intérêt. Dans la foulée de cette dynamique, la collection « Archives du travail » propose d’ouvrir à un large public l’accès à cette histoire en plein renouvellement en publiant des choix de documents oubliés ou inédits portant sur des situations singulières ou exemplaires, sur des trajectoires de vie ou des sources originales. Chaque volume est confié à un spécialiste qui se charge d’éclairer les enjeux, d’éditer le texte et de le mettre en perspective.

2Commencer la série par les frères Léon et Maurice Bonneff est une excellente idée tant le regard de ces auteurs est riche sur le travail à l’époque de ses mutations décisives à la veille de la Grande Guerre. Les frères Bonneff sont connus. Michelle Perrot avait déjà préfacé la réédition de leur ouvrage classique sur La Vie tragique des travailleurs en 1984, mais la réunion d’une sélection de leurs articles parus dans les premières années du journal de Jean Jaurès L’Humanité ouvre d’autres perspectives. La biographie des deux frères demeure assez obscure : nés dans les années 1880, Léon et Maurice grandissent à Belfort dans un milieu de la petite bourgeoisie négociante qui traverse des difficultés. Monté à Paris en 1898, Léon se fait embaucher dans l’édition et commence à fréquenter le monde de la presse et des gens de lettres, comme les milieux syndicaux et socialistes. Les deux frères se tournent rapidement vers l’enquête sociale qui connaît alors une grande vogue dans les milieux syndicaux, ils publient en 1905 leur premier ouvrage sur Les Métiers qui tuent dans lequel ils révèlent les ravages des maladies professionnelles. Repérés par le journal L’Humanité, fondé en 1904, ils deviennent journalistes et reporters pigistes au service de la cause des travailleurs, développant une approche précise et compréhensive, signant systématiquement leurs articles de leurs deux noms. Entre 1908 et 1914 – ils meurent tragiquement dès le début du conflit – les deux frères ont publié au total 269 articles dans le quotidien socialiste parmi lesquels Nicolas Hatzfeld a retenu 100 textes jugés les plus significatifs de leur vision du travail et des travailleurs.

3Historien des ouvriers de l’automobile, de la santé au travail comme des représentations des travailleurs, Nicolas Hatzfeld propose une riche postface qui met en perspective la pratique d’enquête des frères Bonneff, leur style singulier. Il éclaire leurs choix narratifs et contextualise leur analyse du monde du travail de l’époque. Les deux frères s’intéressent prioritairement aux petites entreprises et laissent de côté les secteurs majeurs comme les mines, le textile ou la métallurgie, pris en charge par d’autres au sein de la rédaction du journal. Leur plume lyrique et sensible, leur grande attention aux situations concrètes de travail, les distinguent des approches surplombantes ou économistes qui commencent à voir le jour pour penser le travail. Les deux reporters décrivent en détail les salaires et les modes de rémunération, les gestes productifs, l’ambiance et l’environnement dans lesquels se déroule l’activité productive, parfois très rudimentaire et à mille lieues des logiques de rationalisation que commencent à vanter les ingénieurs. Ils s’attaquent aux diverses formes d’exploitation dont est victime la main-d’œuvre sur les chantiers, à domicile ou dans les petits ateliers, à commencer par le travail à la tâche et la présence des intermédiaires et des sous-entrepreneurs. Ils accordent une attention particulière aux dégâts du travail, aux souffrances qu’il provoque, sous forme de fatigue, d’accidents ou de maladies. Leurs textes sont en effet d’abord des outils de combat alors que les grèves atteignent une grande intensité dans le pays : il s’agit à la fois de témoigner et de rendre compte des conflits sociaux, de leur dureté, tout en appelant à la solidarité.

4Il est difficile de rendre compte de l’ampleur et de la richesse de ce volume tant les situations décrites sont variables et la définition des ouvriers ouverte et large. Classés par secteurs et par thèmes, on suit aussi bien les ouvriers de l’alimentation, commis et cuisiniers, que ceux du bâtiment, de la confection, les nombreux travailleurs à domicile du sweating system. Les travailleurs les plus invisibilisés sont largement évoqués et décrits, qu’il s’agisse des travailleurs du bâtiment, des femmes exploitées à domicile, des nombreux enfants ou des travailleurs immigrés, chinois ou marocains qui accompagnent l’essor industriel. En 1913, ils décrivent par exemple les 300 « ouvrières pétrolières » des raffineries du port du Havre en grève pour exiger une augmentation de leurs rémunérations. Alors que démarre la pétrolisation des sociétés, les femmes nettoyeuses, éprouveuses, emplisseuses et porteuses se chargent de la manutention de l’essence dans des conditions souvent difficiles. Lire ces textes aujourd’hui nous replonge dans la richesse et les difficultés des mondes du travail de ce temps, oublié, rendu invisible, ou simplifié à l’extrême par les regards sur la classe. Les frères Bonneff donnent largement la parole aux travailleurs, ils reproduisent leurs mots et donnent accès à leurs pensées, à cet égard les plaisirs de lectures sont innombrables et, en lisant leur reportage sur les chantiers et dans les ateliers des premières années du xxe siècle, on est frappé par l’étrangeté qu’ont acquis aujourd’hui ces mondes du travail passés.

5Parmi les très nombreux enjeux et débats abordés par ces reportages sur le travail, et qui peuvent apparaître comme un des fils rouges du volume, évoquons la question du machinisme qui s’étend à la veille de la Grande Guerre en provoquant d’intenses débats parmi les ouvriers et les syndicats. Les frères Bonneff, comme la plupart des réformateurs sociaux de l’époque, identifient le progrès à l’expansion des forces productives, perçue comme un mouvement inéluctable et nécessaire. Tout en pointant comment les machines peuvent dégrader les emplois et créer de nouvelles nuisances – à l’image de ces « machines à mutiler » qui coupent les doigts et les bras – ils militent d’abord pour qu’elles soient mises au service de la main-d’œuvre. Si quelques groupes dénoncent les effets des machines, rappellent-ils, beaucoup cherchent d’abord à se les approprier pour augmenter leurs salaires et réduire la durée du travail. L’analyse que les ouvriers font de la mécanisation est souvent fine et subtile, à l’image des ouvriers boulangers qui se rient des prétentions des patrons à briser les grèves au moyen des pétrins mécaniques alors que ces appareils d’un emploi délicat nécessitent des ouvriers qualifiés (p. 37). On découvre dans ces récits les négociations au quotidien autour des rémunérations, de l’organisation du travail, ou de l’équipement et son usage. Citons encore les nombreux ouvriers du bâtiment qui commencent à voir surgir des mécaniques sur les chantiers : les deux frères concluent que « les travailleurs du bâtiment – pas plus que leurs camarades des autres corporations – ne sont les ennemis de la machine. Ils la tiennent pour un instrument de progrès qui diminuera la rudesse de l’effort, à condition qu’elle détermine de nouvelles conditions de travail. Des machines sur le chantier ? se proposent-ils de dire à leurs employeurs. Introduisez-en autant qu’il vous plaira. Mais nous ferons des journées plus courtes. Et ainsi nous éviterons le chômage » (p. 84).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jarrige, « Nicolas HATZFELD (dir.), Les Frères Bonneff, reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914 »Revue d'histoire du XIXe siècle, 64 | 2022, 217-219.

Référence électronique

François Jarrige, « Nicolas HATZFELD (dir.), Les Frères Bonneff, reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914 »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 64 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8360

Haut de page

Auteur

François Jarrige

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search