Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65Dossier : Écrits et écritures pop...Introduction. Vous avez dit « écr...

Dossier : Écrits et écritures populaires

Introduction. Vous avez dit « écritures populaires » ?

Alexandre Frondizi et Emmanuel Fureix
p. 9-22

Texte intégral

  • 1 Archives départementales de la Marne, 122 M 33, Conflans-sur-Seine. Dénombrement de la population, (...)
  • 2 Sur cette affaire : Emmanuel Fureix, « Faire parler et faire agir des objets en révolution : des ou (...)

1Au printemps 1848, au cours d’un chantier de terrassement à Conflans-sur-Seine, une centaine d’ouvriers découvrent fortuitement des restes archéologiques. Ils délèguent alors l’un des leurs, Savinien Huguier, probablement un manouvrier de 61 ans1, pour écrire au commissaire du gouvernement provisoire dans la Marne2. Ce porte-plume, qui s’autodésigne « écrivain rédacteur soussigné », rédige alors avec soin une longue missive dans laquelle il réclame pour les ouvriers du chantier la propriété des objets exhumés et une reconnaissance civique. Il justifie cette prise de plume collective par la révolution de Février, qui vient d’ériger les ouvriers « en quesq’sortes rois par l’arc du triomphe de leurs votes ». Dans un mélange d’obséquiosité et d’audace démocratique, il interpelle la nouvelle autorité républicaine du département en ces termes : « Permettez, s’il vous plait, aux ouvriers de Conflans sur Sne, de vous raconter monsieur le commissaire, l’importance de certaines choses naïvement catégorique, quils ont’écris en moment de récréation en leur chantier, en espèrants quil fêra assain de bruit ce dialogue, pour ne pas etre indigne deson origine. »

Fig. 1 : Extrait d’une adresse des ouvriers du chantier de terrassement de Conflans-sur-Seine au commissaire du gouvernement provisoire dans la Marne, 27 avril 1848.

Fig. 1 : Extrait d’une adresse des ouvriers du chantier de terrassement de Conflans-sur-Seine au commissaire du gouvernement provisoire dans la Marne, 27 avril 1848.

Archives départementales de la Marne, 30 M 16.

  • 3 Pierre Bourdieu, « Vous avez dit “populaire” ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.  (...)

2La langue du porte-parole entremêle fautes, approximations et sophistications extrêmes. Le scripteur s’efface au nom du collectif – « ils ont’écris » –, reconnaît habilement une indignité populaire à écrire autre chose que des naïvetés, mais aspire simultanément et orgueilleusement à faire du « bruit » et à parler la langue des dominants. Un peu plus loin, il en appelle à « l’esprit de la pitié secourable pour se sympathiser fraternellement aux secours mutuelles, pour l’employ d’abord des travailleurs ». Cette archive, singulière à bien des égards, introduit à l’esprit et aux intentions de ce numéro : rendre visible la présence diffuse des écrits populaires dans les mondes sociaux du xixe siècle ; exhumer les médiations, les formes de délégation et aussi de domination qui les traversent ; montrer l’historicité (ici révolutionnaire) de l’écriture populaire et les violentes luttes de légitimité qui la sous-tendent ; rentrer dans la boîte noire des écrits populaires, dans leur matérialité, leur langue, leurs ruses ; éviter enfin le piège de l’essentialisation que signalait en son temps Pierre Bourdieu à propos du langage3.

Le populaire dans tous ses états

  • 4 Howard Zinn, A People’s History of the United States, 1492-Present, New York, Harper and Collins, 1 (...)
  • 5 Michelle Zancarini-Fournel, Les Luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à (...)
  • 6 Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseill (...)
  • 7 Émilien Ruiz, « L’histoire populaire : label éditorial ou nouvelle forme d’écriture du social ? », (...)

3L’actualité de ces questions est multiple. Les « histoires populaires » ont ces dernières années le vent en poupe, bien après le succès pionnier du livre d’Howard Zinn, tardivement traduit en français4. Certaines, dans le sillage d’une histoire « par en bas » inspirée d’Edward P. Thompson, replacent les classes populaires et plus généralement les groupes subalternes – femmes, esclaves, immigrés – au cœur du récit, à travers leurs expériences sociales, leurs luttes et leurs imaginaires5. D’autres visent plutôt à raconter le processus même de domination qui constitue le peuple comme tel, à travers « l’ensemble des relations de pouvoir qui lient les hommes entre eux6 ». Or, le syntagme et la pratique éditoriale de l’« histoire populaire » ont une généalogie qui les relie organiquement au xixe siècle7 : jamais on n’a autant publié d’histoires populaires qu’en ce « siècle de l’histoire ». La vogue, qui naît dans le sillage de la révolution de 1830 et de la critique de sa capture orléaniste, atteint son âge d’or numérique dans la deuxième moitié du siècle. Mais, dès ses débuts, l’histoire populaire est traversée par de fortes tensions : une écriture avant tout à destination du peuple, accessible, « vulgarisatrice » mais pas nécessairement émancipatrice ; une tendance à faire du peuple une foule passive ou au contraire un sujet agissant ; une aspiration, à des degrés divers, à emprunter le point de vue des classes populaires, mais une difficulté à retrouver leurs voix, conduisant parfois à singer leur langage.

  • 8 Pour une réflexion sur la « réduction testimoniale » des écritures populaires : Carl Havelange, Gas (...)

4La question des écrits et des écritures populaires, incidemment évoquée ici ou là, est rarement prise à bras-le-corps par ces « histoires populaires » d’hier comme d’aujourd’hui. Au-delà de la question classique de la dissymétrie des sources écrites – et archivées – entre dominants et dominés, c’est le statut respectif de la « voix » et de la « plume » qui est aussi en cause. Les citations empruntées aux subalternes sont nombreuses dans certaines histoires populaires récentes : chansons, mémoires, pétitions, etc. Mais elles sont intégrées dans la narration comme des indices d’une « prise de parole » populaire plutôt que d’une « prise d’écriture ». Comme si certains événements d’écriture et, dans le cas de certains ouvriers-poètes du xixe siècle, parfois même de publication, étaient effacés du récit. Reste à imaginer ce que pourrait être, si toutefois elle était possible, une histoire populaire centrée sur les écrits et les écritures subalternes8.

  • 9 En écho à l’abandon du mythe d’une « moyennisation » des sociétés occidentales : Olivier Masclet, S (...)
  • 10 Pour une synthèse : Dominique Kalifa, « Les historiens français et “le populaire” », Hermès, La Rev (...)
  • 11 Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en soci (...)
  • 12 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires : archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981.

5L’adjectif « populaire », sans que soient pour autant complètement dénouées les difficultés inhérentes à son usage, revient en force dans le vocabulaire des sciences humaines et sociales9. Ce n’est évidemment pas le lieu de s’attarder sur un demi-siècle de controverses épistémologiques, autour de la « culture populaire » en particulier10. L’entretien publié dans ce numéro revient en partie sur ces discussions, et sur les réticences persistantes face à ce concept. Rappelons seulement les deux tentations soulignées en 1989 par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron11. D’un côté, le misérabilisme : saisir la culture du pauvre comme une culture pauvre, travaillée par le manque et indigne en regard des canons de la culture savante. Une culture, en somme, réduite à des rapports de force et de domination. Ce misérabilisme, qui reconduit involontairement le regard des élites capacitaires du xixe siècle, empêche de penser les écarts internes à l’écriture populaire, écarts qui tendent à faire sortir de leur condition des ouvriers qui écrivent et pensent un autre monde possible tout en restant bel et bien des ouvriers12. Lorsque, quelques jours après l’insurrection de juin 1848, des manuscrits sont saisis au domicile de Joseph Déjacque (1821-1865), colleur de papier peint réduit à pointer aux Ateliers nationaux, le juge d’instruction refuse même d’imaginer que l’auteur de tels écrits puisse être un ouvrier :

  • 13 Service historique de la Défense, 6J139/10189/J. Déjacque, Lettre du juge d’instruction au commissa (...)

La véritable question à éclaircir est celle de savoir qui est, réellement, Déjacque […], se disant colleur de papier, qui n’est pas un métier et paraissant un ouvrier uniquement pour se mêler à la classe ouvrière et avoir le droit de parler et d’écrire en son nom, de s’adresser à elle, de la corrompre, de la jeter dans les voies de l’insurrection sans l’y suivre. Ce n’est pas à cause de ses vers, mais c’est à cause de sa prose et de son écriture que je me refuse à croire que cet individu si jeune a fait lui-même son éducation dans les instants de loisir que lui laissait un travail nécessaire à sa subsistance13.

  • 14 Ibid., Lettre de Joseph Déjacque au rédacteur du Constitutionnel, 28 mai 1848. Une dizaine d’années (...)

6Le juge, comme les écrivains de métier dont parle Jacques Rancière dans l’entretien publié dans ce volume, reconnaît une aptitude scripturaire à l’ouvrier, mais ne peut ni ne veut croire qu’elle puisse déborder le gentil domaine de la versification « populaire » et s’élever au niveau de professionnels de l’écriture dont elle menace de surveiller la production « la plume ou le fusil au poing14 ».

  • 15 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, p. 91-92.
  • 16 Entretien avec Claude Grignon, Politix, n° 13, 1991/4, Le Populaire et le politique, vol. 1 : Les u (...)
  • 17 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980 ; Richard (...)
  • 18 Notamment : Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Par (...)

7L’autre tentation, symétrique, est celle du populisme, qui consiste à affirmer l’existence d’une culture populaire cohérente, unifiée, autonome et résistante. Elle risque de s’égarer dans une réhabilitation aveugle aux rapports sociaux de domination et de distinction. Pierre Bourdieu a eu des mots très durs à son encontre, parlant de « faux en écriture théorique » ou d’« inversion verbale […] du racisme de classe » pour désigner une approche d’apparence généreuse mais qui, en exaltant le peuple, « contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif15 ». Claude Grignon invitait pour sa part à une combinaison dialectique des deux approches : « C’est en étant aussi complètement réaliste et aussi complètement relativiste que possible qu’on peut éviter de tomber dans le misérabilisme et dans le populisme16. » Dans le sillage de l’œuvre majeure de Richard Hoggart, La Culture du pauvre, puis de l’enquête collective dirigée par Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, les travaux attentifs aux écarts, appropriations et détournements de la culture de masse permettent en partie de sortir de l’impasse du partage binaire entre « culture savante » et « culture populaire » et de penser ensemble la domination culturelle et l’agency de dominés pas nécessairement aliénés17. On pourrait en dire autant d’une histoire sociale des pratiques de lecture qui, à la suite de Roger Chartier, s’est montrée attentive à la matérialité, aux usages sociaux et aux manipulations diverses du livre et de l’imprimé18.

Repères historiographiques

  • 19 Martyn Lyons, « La culture littéraire des travailleurs : autobiographies ouvrières dans l’Europe du (...)
  • 20 Par exemple : Jean-Marie Déguignet, « Mémoires d’un paysan bas-breton », Revue de Paris, 1904/6, p. (...)
  • 21 Autobiographies encouragées et collectées par le mouvement abolitionniste au xixe siècle, puis réce (...)
  • 22 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, op. cit. ; Edmond Thomas, Voix d’en bas. La poésie ouvri (...)
  • 23 Dinah Ribard, « De l’écriture à l’événement. Acteurs et histoire de la poésie ouvrière autour de 18 (...)
  • 24 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté : une histoire souterraine du xixe siècle en France, P (...)
  • 25 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), (...)

8Tous ces enjeux à la fois théoriques et empiriques ont traversé l’historiographie des écritures populaires au xixe siècle. Pour le dire vite, trois approches ont modelé et enrichi ce champ d’étude. La première s’est prioritairement attachée à exhumer des écrits militants, produits par des membres souvent revendiqués des classes populaires ou subalternes, pour les constituer en témoignages voire en archives d’une histoire des « sans-voix » ou des « opprimés ». Autobiographies d’ouvriers qualifiés19, plus rarement de paysans20, mais aussi d’esclaves21, poésies d’ouvriers autodidactes ont ainsi été publiées, parfois mises en série, documentées, interrogées en tous sens22. Certains de ces écrits avaient, du vivant de leurs auteurs, accédé au monde de la publication, voire de la réputation littéraire23. D’autres, longtemps enfouis dans les « souterrains de l’histoire », ont été lus comme des discours subalternes, lieux de projection de futurs non advenus24. Alain Corbin, en s’interrogeant de manière un brin provocatrice sur « ce que les membres de cet être collectif qui ne cesse d’advenir au cours du siècle et que l’on baptise “peuple” pouvaient alors penser de ces témoignages militants25 » a, pour sa part, insisté sur l’exceptionnalité de telles pratiques scripturaires.

  • 26 Michel Foucault (dir.), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère : un cas de (...)
  • 27 Philippe Artières, Le Livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Al (...)
  • 28 Cesare Lombroso, Les Palimpsestes des prisons, Paris, Masson, 1894.
  • 29 Philippe Artières, « Quand l’histoire nous traverse », Entretien avec la rédaction de la Vie des id (...)
  • 30 Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, Éd (...)

9Un autre courant historiographique a braqué le projecteur sur des écrits de « marginaux » ou d’« anormaux », moins donc pour eux-mêmes que pour leur saisie par des dispositifs de savoir-pouvoir. On reconnaîtra ici une approche héritée de Michel Foucault, et incarnée notamment dans Moi, Pierre Rivière, enquête centrée sur le manuscrit exceptionnel d’un jeune paysan normand parricide, et sur son déchiffrement par le droit et la médecine aliéniste du xixe siècle26. La médecine et la criminologie naissante ont d’ailleurs encouragé les opérations d’écriture de criminels ou de délinquants pas toujours mais souvent issus de milieux populaires27, ou encore collecté des bribes d’écrits sur les corps des prisonniers et les murs de leurs cellules – ces « palimpsestes des prisons28 ». De fait, les institutions disciplinaires ont largement fonctionné comme des « pièges à écrit29 » qui ont permis à Philippe Artières de mettre au jour le fonctionnement d’une « clinique de l’écriture » déviante et souvent populaire30.

  • 31 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, op. cit.
  • 32 Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL-BPI Beaubourg, 1993.
  • 33 Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Maison des Sciences d (...)
  • 34 Roger Chartier, « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », Annales. Histoire, Sciences soci (...)
  • 35 Arlette Farge, « Les pauvres. Société nomade et précaire au xviiie siècle », Le Genre humain, n° 38 (...)
  • 36 Daniel Fabre, « Le berger des signes », in Id. (dir.), Par écrit, op. cit., p. 269-313.
  • 37 Nathalie Magnardi, Emmanuel Breteau, Roches confidentes : dessins et témoignages gravés de la Vallé (...)

10Une troisième approche historiographique, inspirée par la lecture critique du premier tome de l’Invention du quotidien de Michel de Certeau31, a consisté à déplacer le regard vers des écritures sans qualités, « ordinaires32 » ou « quotidiennes33 », innervant très largement le monde social dès l’époque moderne : livres de raison, registres de comptes, correspondances, listes, prières, placards et graffitis sur les murs, etc. Roger Chartier a souligné le paradoxe d’une « forte présence d’objets écrits, manuscrits ou imprimés, dans des sociétés encore largement analphabètes34 » où lecture et écriture pouvaient être parfaitement dissociées. Arlette Farge a montré que des vagabonds, des fuyards ou des suicidés « illettrés » portaient sur eux quantité de billets, d’adresses, de papiers identificatoires, de bribes de calcul, de commandes, de pense-bêtes : leur corps était « marqué par l’écrit », lequel fabriquait « un semblant d’ordre » dans des vies marginales35. Le grand partage entre le monde de l’écrit et la vie des humbles en sort profondément remis en cause : celle-ci est traversée par l’écrit, et produit aussi, plus ponctuellement, de l’écrit. Daniel Fabre a de son côté analysé le cas singulier des bergers, scripteurs occasionnels dans des mondes de rareté de l’écrit : maîtres des marques qu’ils apposent à leurs bêtes, mais aussi des calendriers et des signes du ciel, ils relèvent plus largement de la figure des « illettrés savants36 ». À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, ils gravent sur la roche, pendant l’estive, leurs noms, leurs sentiments, leurs réactions au temps qu’il fait, les pertes de bêtes37, etc.

Le xixe siècle ou l’entrée du peuple en écriture

  • 38 Le concept de littératie se « réfère à l’état des individus qui ont assimilé l’écrit dans leurs str (...)
  • 39 François Furet, Jacques Ozouf (dir.), Lire et écrire : l’alphabétisation des Français de Calvin à J (...)
  • 40 La coexistence du français et du « patois » ne relève pas du plurilinguisme, mais de la diglossie, (...)
  • 41 Carole Christen, « À l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1 (...)
  • 42 Sur tous ces points : Martyn Lyons, The Writing Culture of Ordinary People in Europe, c. 1860-1920, (...)
  • 43 Marc Smith, « Les modèles d’apprentissage de l’écriture en France depuis la Renaissance », in Patri (...)
  • 44 Pour une généalogie de cette écriture : Sonia Branca-Rosoff, Nathalie Schneider, L’Écriture des cit (...)
  • 45 Voir, dans ce volume, l’article de Juan Pedro Viqueira Albán.
  • 46 Norbert Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la Révolution, l’Algérie, la Répub (...)
  • 47 Lire le passionnant entretien avec Thierry Wendling, « La fréquentation des textes, une discussion (...)

11Le xixe siècle est un observatoire passionnant de l’ensemble de ces pratiques populaires de l’écrit, ordinaire ou non. D’abord parce que, malgré des niveaux d’alphabétisation très variables selon les métiers et les territoires, il est contemporain de l’accès croissant des classes populaires à l’écriture et à la « littératie38 ». Les chemins sinueux vers l’alphabétisation de masse dissimulent de fortes variations39, au sein même des classes populaires, dans le rapport à l’écriture mais aussi à la langue, en contexte de « diglossie40 ». Selon les modalités et les durées d’apprentissage par la scolarisation primaire, l’autodidaxie ou les cours du soir41, selon la fréquence et l’usage de l’écriture tout au long de la vie, les écrits populaires prennent des formes linguistiques bien diverses42. Les registres de langue, la syntaxe, les traces d’oralité ou de « parlé phonique », la présence de formes vernaculaires, les types de calligraphie – l’usage de la ronde ou de l’anglaise par exemple43, la qualité des pleins et des déliés – constituent autant de variables dans les pratiques populaires de l’écriture. Les écritures hybrides, celles des « peu-lettrés44 », se multiplient au xixe siècle, de même que se poursuivent les mécanismes de délégation d’écriture, en particulier pour des écrits à destination des autorités45. Les itinéraires buissonniers vers l’écriture sont encore fréquents : ainsi Norbert Truquin (1833-1887) « prolétaire » itinérant, non scolarisé, initié très jeune au livre et au journal par la lecture publique d’atelier, n’apprit à lire et à écrire que très tardivement, après avoir émigré en Argentine et au Paraguay, où il rédigea une puissante autobiographie militante46. Reste que, comme le souligne Daniel Fabre, dans la France de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle « le savoir lire et écrire est devenu une propriété et une valeur qui qualifie la personne. Dorénavant, lire et écrire relève de l’ensemble des capacités nécessaires pour vivre en société47 ».

  • 48 Martyn Lyons, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du xixe  (...)
  • 49 Jusqu’à l’avènement au xxe siècle d’une « identité-papier » : Claudine Dardy, « L’identité-papier » (...)
  • 50 Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Les Éditions de Minu (...)
  • 51 Nathalie Joly, « Écritures du travail et savoir paysans, Aperçu historique et lecture de pratiques. (...)
  • 52 Pour une perspective européenne sur le sujet : Martyn Lyons, The Writing Culture, op. cit.
  • 53 Quelques exemples mobilisés se trouvent dans : Alexandre Frondizi, « Paris au-delà de Paris. Urbani (...)
  • 54 Nelly Wolf, Le Peuple à l’écrit. De Flaubert à Virginie Despentes, Saint-Denis, Presses Universitai (...)

12Le xixe siècle voit non seulement la production d’imprimés atteindre des niveaux inédits48, et les écrits administratifs traverser de plus en plus la vie sociale49, mais aussi la « raison graphique50 » pénétrer les rapports de travail et la vie domestique. Au sein des foyers ouvriers se diffusent les carnets de comptes, certificats, listes diverses, reconnaissances de dette, agendas et journaux griffonnés, bribes de correspondances, requêtes et demandes d’aide, etc. Dans le monde paysan aussi, plus tard dans le siècle, apparaissent agendas et livres de comptes51. La plupart de ces écrits ordinaires n’ont le plus souvent pas traversé le temps, faute de travail de collecte, de conservation et de transmission au sein des familles populaires52. Au creux des archives pourtant, notamment dans les pièces saisies dans des dossiers d’instruction judiciaire, il est possible de restituer, pour qui veut bien les décrypter, les logiques sociales de ces écheveaux d’écrits populaires53. Elles se réfractent aussi dans la littérature, à mesure que des scripteurs populaires intègrent l’espace du roman54.

  • 55 Par exemple : Ariane Bruneton-Governatori, Jacques Staes, « Cher père et tendre mère » : lettres de (...)
  • 56 À ce propos, notamment : Gilles Souffi, Odile Roynette, Agnès Steickardt (dir.), La Langue sous le (...)

13L’intensification des mobilités spatiales et l’expérience de la séparation qu’elles induisent ont puissamment favorisé la pratique épistolaire au sein des classes populaires. Les guerres napoléoniennes au début du xixe siècle, puis les guerres lointaines et la conscription à la fin du siècle, l’exil politique, les migrations d’artisans, d’ouvriers ou de paysans, à de multiples échelles, du local au transatlantique, ont suscité une masse de lettres adressées aux proches restés dans les « petites patries55 ». Ces courriers, qui ont pu dans les familles, les villages et les quartiers circuler de mains en mains et être lus en public, apportaient non seulement des nouvelles personnelles, mais également des informations économiques et politiques parfois cruciales. Ils pouvaient être autographes, ou au contraire délégués à des scripteurs plus aguerris, familiers, notables ou professionnels de l’écriture. À la fin du xixe siècle, la baisse du coût du papier, l’accélération du courrier postal, la fréquence de sa distribution (plusieurs fois par jour dans les grandes villes) ont amplifié encore cette pratique épistolaire de masse qui révélera toute son amplitude durant la Grande Guerre56.

  • 57 Haïm Burstin, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, (...)
  • 58 Louis Hincker, Citoyens-combattants à Paris (1848-1851), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires (...)
  • 59 Par exemple : Rémi Gossez, « Presse parisienne à destination des ouvriers, 1848-1851 », Bibliothèqu (...)
  • 60 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté, op. cit.
  • 61 Pour un exemple d’exploitation d’un corpus d’interpellations aux autorités analysées comme la pours (...)
  • 62 Par exemple, le courrier adressé dans les années 1870-1880 à Benjamin Raspail, fils de François-Vin (...)

14La politisation populaire a également incité à la prise de plume, en nom collectif ou à titre individuel, avec ou sans médiation, parfois contre elle. Le « protagonisme révolutionnaire57 » a, depuis 1789, suscité son flot de demandes de reconnaissance civique, tout particulièrement en 1848, avec ses codes et ses stéréotypes58. En France, le surgissement révolutionnaire a, en 1830, 1848 ou 1871, non seulement provoqué la naissance et la multiplication d’une presse ouvrière souvent éphémère59, mais surtout vu surgir des écrits populaires d’intervention60, pétitionnaires ou non, modifiant le « partage du sensible » (Jacques Rancière). En dehors même des contextes révolutionnaires, la légitimité du geste individuel ou collectif d’écriture aux autorités s’est démocratisée et même banalisée au fil du siècle61. Certains courriers d’ouvriers, de veuves ou d’indigents à des notables ou représentants politiques entremêlaient alors, plus ou moins habilement, des énoncés proprement politiques et de simples demandes de service ou d’argent62.

  • 63 Écritures qui rendent possible « la lecture à plusieurs et à distance » : Armando Petrucci, Jeux de (...)
  • 64 Roxane Bonnardel-Mira, « Nouvelles pratiques de l’affichage commercial et recomposition de la cultu (...)
  • 65 Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Pa (...)

15Dans l’espace public des villes, les « écritures exposées63 » atteignent aussi une densité inédite au cours du xixe siècle, notamment avec « l’affichomanie » ambiante64. Elles se donnent à voir dans un double mouvement de prolifération des écrits imposés et des écrits de résistance. Ces derniers peuvent émaner d’une fraction des classes populaires. Les murs des villes se peuplent ainsi de graffitis à la craie ou au charbon, de placards manuscrits dont certains trahissent une maîtrise sommaire de la langue et/ou prétendent parler au nom du peuple, mais aussi et surtout des « arts de faire » populaires sur lesquels s’arrête, dans ce volume, l’article de Manuel Charpy. Symétriquement, une « police de l’écriture » institue dans la seconde moitié du siècle de nouveaux dispositifs de regard et de contrôle, et permet par là même de collecter et de conserver une masse d’écrits « sans importance » découverts dans la rue, devenus disponibles pour les historiens et historiennes65.

Matérialités et engagements scripturaires

16Le volume, qui résulte de la volonté de donner à voir la densité d’un champ de recherche en plein mouvement, propose une histoire interdisciplinaire, comparative et expérimentale des pratiques scripturaires populaires au xixe siècle. Il débute par un entretien collectif avec quatre chercheurs venus d’horizons disciplinaires divers et habités par des regards différents sur les écritures populaires, ouvrières, vernaculaires ou ordinaires : Béatrice Fraenkel, anthropologue de l’écriture, Martyn Lyons, historien des écrits ordinaires, Jacques Rancière, philosophe de la démocratie et du « partage du sensible », et Michèle Riot-Sarcey, historienne de l’utopie et de l’émancipation. Ils répondent successivement à trois interrogations centrales : celle des conditions de fabrique, intellectuelle et politique, des écrits populaires en objets de savoir (critique ou non) ; celle de l’articulation, toujours problématique, entre conformisme et émancipation au creux de ces écrits ; celle, enfin, de la délicate restitution des gestes, des pratiques et des matérialités scripturaires.

17Tout en rendant compte des renouvellements historiographiques sur l’écriture dans les univers ouvriers européens, le dossier élargit ensuite la focale en considérant d’autres espaces sociaux et en interrogeant la nature même de l’écrit populaire à partir de ses limites extrêmes : des initiales ou des signes sur la peau ; des placards et graffitis anonymes ; des pétitions totalement déléguées ; des traces mises en scène dans des publications sophistiquées ; des lettres de transfuges de classe, etc. Il met aussi à l’épreuve certaines conclusions d’une historiographie trop exclusivement franco-française en privilégiant des terrains d’étude qui nous font voyager du hameau tarnais de La Trincalarié jusqu’à Argyle dans le Minnesota, en passant par les bas-fonds du port de Gênes, les nouveaux quartiers de Montréal, les communes perchées du Chiapas, ou encore les villes et les plantations esclavagistes du Sud des États-Unis.

18D’une part, les contributions de Juan Pedro Viqueira Albán et de France Martineau interrogent les frontières de l’écriture populaire en analysant, d'un côté, la délégation d’écriture dans les pueblos très majoritairement analphabètes des montagnes Mayas du Chiapas et, de l'autre, les pratiques épistolaires de transfuges de classe québécois. Les Indiens du Chiapas qui, jusqu’en 1770, avaient pu rédiger leurs doléances dans leurs propres langues furent, sur un long xixe siècle, contraints de recourir à des porte-plume hispanophones. Dans le cas des transfuges de classe québécois, la mobilité socio-spatiale se traduit par des efforts de conformation aux normes du langage dominant qui sont aussi des signes d’« insécurité linguistique ». D’autre part, les articles de Michaël Roy et d’Alessio Petrizzo, en traquant les traces d’écrits populaires respectivement dans les récits d’esclaves africains-américains et dans les publications lombrosiennes sur les tatouages de prostituées italiennes, mettent au service d’une histoire des pratiques scripturaires des sources généralement étudiées sous l’angle des représentations ou des engagements socio-politiques. Dans le contexte états-unien, la fermeture croissante de l’accès à l’écrit pour les esclaves se traduit par toute une gamme de tactiques d’appropriation ou d’évitement, restituées dans des récits autobiographiques qui font des écrits des acteurs du récit. C’est, enfin, un geste similaire qui permet à Manuel Charpy de suggérer l’ancrage professionnel des auteurs anonymes d’inscriptions politiques sur les murs du Paris post-communard : il déplace l’analyse du terrain de la police de l’écriture vers celui des techniques et des matériaux d’écriture et d’affichage.

19Le dossier, placé dès le titre sous le signe d’une pluralité qui ne peut évidemment pas prétendre à l’exhaustivité, rend également compte des tensions au cœur de ces écritures populaires, solitaires ou collectives, autographes, anonymes ou déléguées, élaborées ou rudimentaires, conformistes ou contestataires, ordinaires, originales ou exceptionnelles. Il rend justice au caractère composite des classes populaires, en offrant la plume à des ouvriers et des artisans mais aussi à des esclaves, des migrants, des prostituées, des proxénètes et des pèlerines, ou encore à des paysans. Anaïs Albert présente ainsi, dans la rubrique « Document », l’agenda commercial d’un cultivateur du Tarn, par ailleurs son aïeul. Les articles soulignent aussi la mobilité ou la porosité des statuts de ces écritures populaires. Des écritures intimes et privées peuvent devenir publiques par une opération de savoir ou de pouvoir : il en est ainsi des tatouages de prostituées reproduits dans des traités médicaux ou criminologiques et transformés en signes primitifs des bas-fonds. Il s’agit alors pour l’historien de redonner, à rebours de ces lectures stigmatisantes, les significations intimes de ces inscriptions sur les corps, prises bien sûr dans des rapports de domination, mais manifestant aussi des relations d’amour et des sentiments familiaux.

  • 66 On pense, par exemple, au plancher du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes qui gardait jusqu’à (...)
  • 67 On pense au marquoir brodé par la mystérieuse petite chartiste Ann Dawson : Malcolm Chase, Le Chart (...)
  • 68 C’est effectivement sur une glace « criblée de noms, de dates, de vers estropiés, de pensées prodig (...)

20Le dossier s’attache également à montrer l’extrême diversité des supports propres aux écritures populaires : la pierre, le plâtre, la peau et, évidemment, les papiers de toutes natures – auxquels auraient pu être entre autres ajoutés le métal, le bois66, le tissu67, ou encore le verre si l’on pense à la glace graffitée dans la célèbre scène d’inceste de La Curée68. Cette matérialité est riche des pratiques sociales qui la traversent : types de colles, couleurs des crayons des placards séditieux renvoient à des mondes professionnels qui permettent de briser (partiellement) leur anonymat, comme le souligne Manuel Charpy. La rareté du papier vierge, au sein des classes populaires du xixe siècle, conduit aussi à nombre de détournements d’autres supports ou d’autres papiers déjà imprimés, publicitaires par exemple. Le support choisi, enfin, agit sur l’espace environnant et sur les regardeurs, ainsi pour les graffitis de vespasiennes ou de palissades de chantiers, ou encore pour les tatouages de prostituées placés sous l’œil de clients ou de médecins.

  • 69 Compte rendu des séances de l’Assemblée nationale. Exposés des motifs et projets de lois présentés (...)

21Les articles de ce dossier dessinent enfin de prometteuses pistes de recherche. En abordant d’une manière ou d’une autre le rôle de l’écriture dans des dynamiques individuelles et collectives de domination et/ou d’émancipation, ils invitent à penser l'écrit comme espace social à part entière ainsi qu'à creuser la question des effets de la prise de plume sur la subjectivation des scripteurs populaires, sur leur conscience sociale et politique. En insistant d’une manière plus ou moins longue et originale sur les outils, les matériaux et les techniques d’écriture, les auteurs suggèrent la nécessité d’inscrire les pratiques scripturaires populaires dans des évolutions technologiques, matérielles et économiques plus larges. L’une des contributions se clôt d’ailleurs en évoquant la réinvention de l’écriture de certaines langues qui étaient devenues strictement orales par les utilisateurs de WhatsApp et autres logiciels de messagerie en apparence gratuits. Or, comme le rappelle à l’été 1848 un rapport législatif souhaitant qu’en France aussi la « voie [postale] soit mise à la portée des plus humbles fortunes, des classes populaires » de plus en plus mobiles, la réduction du tarif des lettres avait déjà provoqué en Angleterre non seulement la multiplication des échanges épistolaires, mais aussi l’afflux vers des écoles « encombrées [où] on a même vu des mères de famille venir apprendre à écrire pour correspondre avec leurs enfants69 ». C’est en définitive la vieille – mais toujours actuelle – question des conditions, des enjeux et des fruits des passages réciproques entre l’oralité et l’écriture populaire, entre la prise de parole et la prise de plume, que semble reformuler ce dossier.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales de la Marne, 122 M 33, Conflans-sur-Seine. Dénombrement de la population, 1846.

2 Sur cette affaire : Emmanuel Fureix, « Faire parler et faire agir des objets en révolution : des ouvriers “archéologues” en 1848 », Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, n° 7, 2020/1, p. 32-40.

3 Pierre Bourdieu, « Vous avez dit “populaire” ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 46, mars 1983, p. 98-105.

4 Howard Zinn, A People’s History of the United States, 1492-Present, New York, Harper and Collins, 1980 ; Id., Une histoire populaire des États-Unis d’Amérique. De 1492 à nos jours, trad. Frédéric Cotton, Marseille, Agone, 2002.

5 Michelle Zancarini-Fournel, Les Luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, 2016 ; Id., « Écrire une histoire populaire de la France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 67, 2020/2, p. 47-62.

6 Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseille, Agone, 2018, p. 9 ; Id., « Le “populaire” comme relation de pouvoir », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 67, 2020/2, p. 63-77.

7 Émilien Ruiz, « L’histoire populaire : label éditorial ou nouvelle forme d’écriture du social ? », Le Mouvement Social, n° 269-270, 2019, p. 185-230.

8 Pour une réflexion sur la « réduction testimoniale » des écritures populaires : Carl Havelange, Gaspard. Une écriture ouvrière au xixe siècle, Dijon, Les Presses du réel, 2018.

9 En écho à l’abandon du mythe d’une « moyennisation » des sociétés occidentales : Olivier Masclet, Séverine Misset, La France d’en bas ? Idées reçues sur les classes populaires, Paris, Le Cavalier Bleu, 2019 ; « Haut, bas, fragile : sociologies du populaire. Entretien avec Annie Collovald et Olivier Schwartz », Vacarme, n° 37, 2006/4, p. 50-55.

10 Pour une synthèse : Dominique Kalifa, « Les historiens français et “le populaire” », Hermès, La Revue n° 42, 2005, p. 55-59 ; Dominique Pasquier, « La “culture populaire” à l’épreuve des débats sociologiques », Hermès, La Revue, n° 42, 2005, p. 60-69.

11 Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Le Seuil, 1989.

12 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires : archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981.

13 Service historique de la Défense, 6J139/10189/J. Déjacque, Lettre du juge d’instruction au commissaire du quartier Saint-Honoré, 21 août 1848, citée in Tatiana Fauconnet, Alexandre Frondizi, « Un poète-ouvrier socialiste au temps des révolutions », in Thomas Bouchet, Patrick Samzun (dir.), Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2019, p. 35-48.

14 Ibid., Lettre de Joseph Déjacque au rédacteur du Constitutionnel, 28 mai 1848. Une dizaine d’années plus tard, alors qu’il se définit comme un « infime prolétaire », Joseph Déjacque érige son écriture en « acte », voire en attentat utopique contre la civilisation : « Ce livre n’est point écrit avec de l’encre ; ses pages ne sont point des feuilles de papier. Ce livre, c’est de l’acier tourné en in-8° et chargé de fulminate d’idées. C’est un projectile autoricide que je jette à mille exemplaires sur le pavé des civilisés. […] Ce livre n’est point un écrit, c’est un acte », explique-t-il dans son avant-propos : Joseph Déjacque, Humanisphère. Utopie anarchique, Bruxelles, 1859.

15 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, p. 91-92.

16 Entretien avec Claude Grignon, Politix, n° 13, 1991/4, Le Populaire et le politique, vol. 1 : Les usages populaires du politique, p. 35-42.

17 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980 ; Richard Hoggart, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970. Sur la réception française de Richard Hoggart : Paul Pasquali, Olivier Schwartz, « La culture du pauvre : un classique revisité. Hoggart, les classes populaires et la mobilité sociale », Politix, n° 114, 2016/2, p. 21-45.

18 Notamment : Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996 ; pour le xixe siècle : Judith Lyon-Caen, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2005.

19 Martyn Lyons, « La culture littéraire des travailleurs : autobiographies ouvrières dans l’Europe du xixe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2001/4-5, p. 927-946. Les autobiographies ouvrières ont été richement étudiées en Grande-Bretagne où elles sont particulièrement nombreuses. À ce sujet : Fabrice Bensimon, Les Sentiers de l’ouvrier, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017, p. 11, et la synthèse historiographique présentée dans la rubrique» Le xixe siècle vu d'ailleurs » de ce volume.

20 Par exemple : Jean-Marie Déguignet, « Mémoires d’un paysan bas-breton », Revue de Paris, 1904/6, p. 153-184 ; Ibid., 1905/1, p. 153-184, 381-404, 605-651.

21 Autobiographies encouragées et collectées par le mouvement abolitionniste au xixe siècle, puis récemment rééditées et étudiées dans le sillage des Black Studies : Michael Roy, Textes fugitifs. Le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre, Lyon, ENS Éditions, 2018.

22 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, op. cit. ; Edmond Thomas, Voix d’en bas. La poésie ouvrière du xixe siècle, Paris, François Maspero, 1979.

23 Dinah Ribard, « De l’écriture à l’événement. Acteurs et histoire de la poésie ouvrière autour de 1840 », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 32, 2006/1, p. 79-91.

24 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté : une histoire souterraine du xixe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016.

25 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Champs Flammarion, 2002, p. 7-8.

26 Michel Foucault (dir.), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère : un cas de parricide au xixe siècle, Paris, Gallimard, 1976.

27 Philippe Artières, Le Livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Albin Michel, 2000.

28 Cesare Lombroso, Les Palimpsestes des prisons, Paris, Masson, 1894.

29 Philippe Artières, « Quand l’histoire nous traverse », Entretien avec la rédaction de la Vie des idées, 6 juin 2014, https://laviedesidees.fr/Quand-l-histoire-nous-traverse.html (consulté en novembre 2022).

30 Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, Éditions Synthélabo, 1998.

31 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, op. cit.

32 Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL-BPI Beaubourg, 1993.

33 Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1993. Voir aussi l’intéressante synthèse : Philippe Artières, Jean-François Laé, Archives personnelles. Histoire, anthropologie et sociologie, Paris, Armand Colin, 2011.

34 Roger Chartier, « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2001/4-5, p. 783-802.

35 Arlette Farge, « Les pauvres. Société nomade et précaire au xviiie siècle », Le Genre humain, n° 38-39, 2002/2, p. 51-59.

36 Daniel Fabre, « Le berger des signes », in Id. (dir.), Par écrit, op. cit., p. 269-313.

37 Nathalie Magnardi, Emmanuel Breteau, Roches confidentes : dessins et témoignages gravés de la Vallée des Merveilles du Moyen Âge à nos jours, Marseille, Images en manœuvre, 2005.

38 Le concept de littératie se « réfère à l’état des individus qui ont assimilé l’écrit dans leurs structures cognitives au point qu’il infiltre leurs processus de pensée et de communication et que l’ayant ainsi assimilé, ils ne puissent plus se définir sans lui » : Régine Pierre, « Entre alphabétisation et littératie : les enjeux didactiques », Revue française de linguistique appliquée, vol. 8, 2003/2, p. 121-137.

39 François Furet, Jacques Ozouf (dir.), Lire et écrire : l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977 ; Jean-Pierre Pélissier, Danièle Rébaudo, « Une approche de l’illettrisme en France. La signature des actes de mariage au xixe siècle dans l’enquête 3000 familles », Histoire & mesure, vol. 16, 2004/1-2, p. 161-202.

40 La coexistence du français et du « patois » ne relève pas du plurilinguisme, mais de la diglossie, qui impose une hiérarchie dans les usages des deux langues.

41 Carole Christen, « À l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870 »), Habilitation à diriger des recherches, Institut d’études politiques de Paris, 2021.

42 Sur tous ces points : Martyn Lyons, The Writing Culture of Ordinary People in Europe, c. 1860-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 2013 ; et, une fois encore : Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, op. cit.

43 Marc Smith, « Les modèles d’apprentissage de l’écriture en France depuis la Renaissance », in Patrick Pion, Nathan Schanger (dir.), Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, La Découverte, 2020, p. 167-179.

44 Pour une généalogie de cette écriture : Sonia Branca-Rosoff, Nathalie Schneider, L’Écriture des citoyens. Une analyse linguistique de l’écriture des peu lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Kincksieck, 1994.

45 Voir, dans ce volume, l’article de Juan Pedro Viqueira Albán.

46 Norbert Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la Révolution, l’Algérie, la République argentine et le Paraguay, Paris, Librairie des Deux Mondes, 1888.

47 Lire le passionnant entretien avec Thierry Wendling, « La fréquentation des textes, une discussion entre Roger Chartier et Daniel Fabre », Ethnographiques.org-Revue en ligne de sciences humaines et sociales, no 30, septembre 2015, https://www.ethnographiques.org/2015/Chartier-Fabre-Wendling (consulté en novembre 2022). Annie Ernaux fait ainsi observer à propos de son grand-père paternel, charretier dans une ferme du pays de Caux, né à l’extrême fin du xixe siècle : « Chaque fois qu’on m’a parlé de lui, cela commençait par “il ne savait ni lire ni écrire”, comme si sa vie et son caractère ne se comprenaient pas sans cette donnée initiale » : Annie Ernaux, La Place, Paris, Gallimard, 1983, p. 26.

48 Martyn Lyons, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions du cercle de la librairie, 1987 ; Jean-Yves Mollier, « La naissance de la culture médiatique à la Belle-Époque : mise en place des structures de diffusion de masse », Études littéraires, vol. 30, 1997/1, p. 15-26.

49 Jusqu’à l’avènement au xxe siècle d’une « identité-papier » : Claudine Dardy, « L’identité-papier », Cahiers de médiologie, vol. 4, 1997/2, p. 225-231.

50 Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

51 Nathalie Joly, « Écritures du travail et savoir paysans, Aperçu historique et lecture de pratiques. Les agendas des agriculteurs », Présentation de thèse en sciences de l’éducation, Université Paris-X Nanterre, 9 décembre 1997, Ruralia, n° 2, 1998, http://journals.openedition.org/ruralia/50 (consulté en novembre 2022). Voir aussi l’article d’Anaïs Albert dans ce volume.

52 Pour une perspective européenne sur le sujet : Martyn Lyons, The Writing Culture, op. cit.

53 Quelques exemples mobilisés se trouvent dans : Alexandre Frondizi, « Paris au-delà de Paris. Urbanisation et révolution dans l’outre-octroi populaire, 1789-1860 », Thèse d’histoire sous la direction de Florence Bourillon et Jean-François Chanet, Institut d’études politiques de Paris, soutenue le 17 novembre 2018.

54 Nelly Wolf, Le Peuple à l’écrit. De Flaubert à Virginie Despentes, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, p. 11-53.

55 Par exemple : Ariane Bruneton-Governatori, Jacques Staes, « Cher père et tendre mère » : lettres de Béarnais émigrés en Amérique du Sud, xixe siècle, Biarritz, J&D Éditions, 1995.

56 À ce propos, notamment : Gilles Souffi, Odile Roynette, Agnès Steickardt (dir.), La Langue sous le feu. Mots, textes, discours de la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

57 Haïm Burstin, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, 2013.

58 Louis Hincker, Citoyens-combattants à Paris (1848-1851), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008.

59 Par exemple : Rémi Gossez, « Presse parisienne à destination des ouvriers, 1848-1851 », Bibliothèque de la Révolution de 1848, t. 23, 1966, p. 123-190 ; ou encore quelques chapitres de : Thomas Bouchet et al. (dir.), Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860, Paris, La Découverte, 2015.

60 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté, op. cit.

61 Pour un exemple d’exploitation d’un corpus d’interpellations aux autorités analysées comme la poursuite scripturaire de conflits intra-populaires : Alexandre Frondizi, « Le scandale au quartier. Interactions, urbanités et identités populaires dans le Paris fin de siècle », Hypothèses, n° 16, 2013, p. 203-216.

62 Par exemple, le courrier adressé dans les années 1870-1880 à Benjamin Raspail, fils de François-Vincent, député de la Seine : Archives départementales du Val-de-Marne, 69 J 237-259.

63 Écritures qui rendent possible « la lecture à plusieurs et à distance » : Armando Petrucci, Jeux de Lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, xie-xxe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993, p. 10.

64 Roxane Bonnardel-Mira, « Nouvelles pratiques de l’affichage commercial et recomposition de la culture urbaine parisienne à la fin du xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 63, 2021/2, p. 181-204.

65 Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013.

66 On pense, par exemple, au plancher du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes qui gardait jusqu’à peu les secrets du menuisier Joachim Martin : Jacques-Olivier Boudon, Le Plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Paris, Belin, 2017.

67 On pense au marquoir brodé par la mystérieuse petite chartiste Ann Dawson : Malcolm Chase, Le Chartisme. Aux origines du mouvement ouvrier britannique (1838-1858), Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 338-345.

68 C’est effectivement sur une glace « criblée de noms, de dates, de vers estropiés, de pensées prodigieuses et d’aveux étonnants » que la bourgeoise Renée, dans la foulée de la consommation de l’inceste dans un cabinet de café-restaurant, découvre avec autant de mépris que de honte la déclaration amoureuse qu’une maîtresse de son beau-fils avait gravée « d’une grosse écriture abominable » qui signait aussi bien ses origines populaires que les conditions matérielles de l’inscription : Émile Zola, La Curée, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1960 [1871], p. 448-458.

69 Compte rendu des séances de l’Assemblée nationale. Exposés des motifs et projets de lois présentés par le gouvernement ; rapports de MM. les représentants, t. 3 : « Du 8 août au 13 septembre 1848 », Paris, Imprimerie de l’Assemblée nationale, 1850, p. 232.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Extrait d’une adresse des ouvriers du chantier de terrassement de Conflans-sur-Seine au commissaire du gouvernement provisoire dans la Marne, 27 avril 1848.
Crédits Archives départementales de la Marne, 30 M 16.
URL http://journals.openedition.org/rh19/docannexe/image/8513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Frondizi et Emmanuel Fureix, « Introduction. Vous avez dit « écritures populaires » ? »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 9-22.

Référence électronique

Alexandre Frondizi et Emmanuel Fureix, « Introduction. Vous avez dit « écritures populaires » ? »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8513 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8513

Haut de page

Auteurs

Alexandre Frondizi

Alexandre Frondizi est post-doctorant à l’Université de Neuchâtel et chercheur à l’INED (Institut national d’études démographiques).

Articles du même auteur

Emmanuel Fureix

Emmanuel Fureix est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil et chercheur au CRHEC (Centre de recherche en histoire européenne comparée).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search