Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65Dossier : Écrits et écritures pop...Tatouages de prostituées en Itali...

Dossier : Écrits et écritures populaires

Tatouages de prostituées en Italie (fin du xixe-début du xxe siècle) : lectures d’une écriture subalterne

Prostitutes’ Tattoos in Late-19th and Early-20th Century Italy: Readings of a Subaltern Writing Form
Alessio Petrizzo
Traduction de Vincent Jolivet
p. 127-146

Résumés

Dès la seconde moitié du xixe siècle, nombre de médecins et experts en criminologie s’intéressent au tatouage. Ils mobilisent cette forme d’écriture à même la peau comme signe d’identification et souvent comme trace de l’appartenance des individus tatoués à des milieux moralement et socialement suspects. C’est ainsi qu’ils se penchent sur la diffusion de cette pratique parmi les prostituées. Cet article propose deux exercices de lecture des rares et élusives écritures verbo-visuelles qu’ils découvrent sur la peau de ces femmes. La première partie suit de près la lecture que les auteurs italiens liés à l’école lombrosienne d’anthropologie criminelle donnent de ces tatouages, centrée sur les catégories de prostituée et de primitivisme. La seconde partie de l’article vise à lire ces mêmes écritures en dehors des catégories criminalistiques, pour les situer dans le cadre des expériences sociales, mais aussi des imaginaires des femmes qui les portaient et les avaient parfois réalisées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Le tatouage (im)possible : prostitution et primitivisme dans les écrits des criminologues
Lire (et écouter) les corps écrits au-delà de la criminologie

Aperçu du texte

De multiples disciplines se sont penchées au cours du xixe siècle sur la question du tatouage. Experts en médecines militaire et navale, médecine légale et sciences du crime s’y sont ainsi intéressés. Cette écriture à même la peau permettait de donner une identité à nombre d’inconnus : militaires tombés au front, cadavres, suspects, fugitifs, récidivistes, usurpateurs d’identité… Dans le même temps, le tatouage représentait aussi pour les individus un moyen de revendiquer une identité et une appartenance à une communauté. Les sciences criminelles ont exploité le tatouage dans cette perspective, en l’étudiant, aux côtés d’autres formes d’expression et d’écriture, comme un signe distinctif des classes dangereuses, et comme un argot propre aux contextes pénitentiaires et aux milieux sociaux marginaux. Alors qu’elles faisaient déjà l’objet d’un intérêt aussi vaste que multiforme, les prostituées constituent l’un des groupes sur lesquels surtout l’anthropologie criminelle italienne – l’u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessio Petrizzo, « Tatouages de prostituées en Italie (fin du xixe-début du xxe siècle) : lectures d’une écriture subalterne »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 127-146.

Référence électronique

Alessio Petrizzo, « Tatouages de prostituées en Italie (fin du xixe-début du xxe siècle) : lectures d’une écriture subalterne »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8569

Haut de page

Auteur

Alessio Petrizzo

Alessio Petrizzo est post-doctorant à l’Université de Bari et enseigne l’histoire contemporaine à l’Université de Padoue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search