Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65DocumentLa raison graphique de Jean Carayol

Document

La raison graphique de Jean Carayol

The Graphical Reason of Jean Carayol
Anaïs Albert
p. 192-212

Résumés

Cet article analyse un agenda de l’année 1895 sur lequel Jean Carayol, un paysan du Tarn âgé de 28 ans, a noté quotidiennement les différentes tâches agricoles de sa famille ainsi que toutes les transactions économiques effectuées. Cette écriture populaire d’apparence ordinaire témoigne pourtant d’une importante rupture. Jean Carayol appartient en effet à la première génération alphabétisée, ce qui l’introduit dans le monde de la « raison graphique » théorisée par Jack Goody. L’agenda montre de multiples manières les effets de ce passage à l’écrit, notamment par la mémorisation du temps quotidien ou par la formalisation de transactions qui relevaient jusque-là de l’échange informel de services. Cette écriture populaire rend enfin visibles les tensions entre les générations et l’effacement du rôle économique des femmes au sein de la famille.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

De la relique à l’archive
Écrire en français : une double rupture
L’accès à l’écrit dans un milieu analphabète
Parler en occitan, écrire en français
La mémorisation du quotidien
Tenir chronique : un nouveau rapport au temps
La comptabilité domestique, un nouveau rapport aux autres
Un porte-parole ? Les hiérarchies familiales à l’épreuve de l’écriture
Du « nous » au « je » : les ambiguïtés de l’énonciation
La production féminine laissée dans l’ombre

Aperçu du texte

Page de l’agenda de Jean Carayol

Page de l’agenda de Jean Carayol

Jean Carayol a d’abord été, pour moi, un fantôme. Enfant, en vacances chez ma grand-mère dans un petit village du Tarn, la présence de cet arrière-arrière-grand-père se manifestait par un bénitier en buis qu’il avait sculpté de ses mains, accroché au mur d’une chambre et surtout par un livre mystérieux à l’aspect ancien, serré dans le bas d’une armoire. Nous avions, avec mes cousins et cousines, interdiction de le consulter de peur que nous l’abîmions. Ma grand-mère le sortait parfois pour nous lire un extrait aux accents pathétiques où cet aïeul racontait l’agonie et la mort de son fils de dix ans. Elle nous montrait plus rarement une mention qui évoquait son propre frère, décédé lui aussi deux générations plus tard dans des circonstances tragiques. Ces lectures édifiantes visaient à nous transmettre une mémoire familiale, éminemment traumatique, et à tenter de nous donner une inclinaison religieuse qui nous faisait défa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Albert, « La raison graphique de Jean Carayol »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 192-212.

Référence électronique

Anaïs Albert, « La raison graphique de Jean Carayol »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8651 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8651

Haut de page

Auteur

Anaïs Albert

Anaïs Albert est maîtresse de conférences à l’Université Paris-Cité et membre du laboratoire Identités, Cultures, Territoires (ICT)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search