Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusIsaac MASON, Isaac Mason : Une vi...

Lectures
Comptes rendus

Isaac MASON, Isaac Mason : Une vie d’esclave

Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2021
Ewenn Chauou
p. 216-218
Référence(s) :

Isaac MASON, Isaac Mason : Une vie d’esclave. Traduction, introduction et notes de Claire Bourhis-Mariotti, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2021, 212 p., 24 euros.

Texte intégral

  • 1 Consulter notamment Michaël Roy, Textes fugitifs. Le récit d’esclave au prisme de l’histoire du liv (...)

1Avec la publication du récit d’Isaac Mason, la collection « Récits d’esclaves » (créée par Anne Wicke et dirigée par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol) se dote d’une nouvelle entrée quatre ans après la dernière en date (Récit de la vie et des aventures de Henry Bibb, esclave américain, écrit par lui-même, 2018). Après avoir proposé pour la première fois des traductions en français de récits connus tels que ceux de Bibb, mais aussi William Wells Brown ou Sojourner Truth, la collection publiée aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre s’aventure cette fois-ci davantage du côté des marges d’un genre trop souvent résumé à ses plus grandes figures de proue (Solomon Northup, Frederick Douglass), sans que l’on ne prenne en compte la diversité d’un canon pourtant bien moins homogène qu’il ne pourrait y paraître1.

  • 2 On pense ainsi tout particulièrement aux cartes choisies, toutes pertinentes et de surcroît imprimé (...)

2Frappante par sa brièveté, notamment lorsqu’on la compare aux récits ci-dessus mentionnés de Douglass ou encore Brown, l’histoire de Mason, né Bill Thompson dans l’État esclavagiste du Maryland en 1822, intéressera les spécialistes du fait de sa place assez unique dans le corpus dont nous disposons actuellement. Alors que la plupart des récits dont nous avons actuellement connaissance ont été publiés à l’époque où l’esclavage était encore bien en vigueur, Mason a attendu 1893, soit 46 ans après la fuite de sa ferme située dans le comté de Kent, pour publier Life of Isaac Mason as a Slave. Écrire sur l’esclavage presque 30 ans après son abolition n’était bien sûr pas la même chose que de le faire alors que cette institution, si particulière, était à son apogée. Cela a permis à Mason de prendre certaines initiatives pour le moins intéressantes : les noms des personnes qu’il a fréquentées, y compris certains maîtres particulièrement cruels, sont ainsi complètement explicités, là où une Harriet Jacobs n’avait pu, par exemple, évoquer directement l’identité de son propriétaire dans son propre récit. Ce souci d’être transparent vis-à-vis des noms de lieux et de personnages évoqués présente un intérêt scientifique évident : selon Claire Bourhis-Mariotti, il rend en effet vérifiables beaucoup des éléments avancés par Mason, ce qui amène la chercheuse à conclure que le récit est dans son ensemble « tout à fait fiable » (p. 46). Cela a constitué une bonne base pour déployer l’appareil critique particulièrement riche qui l’accompagne : d’une belle densité tant argumentative qu’iconographique2, il se distingue par son souci constant d’expliciter le périple de Mason tout en montrant ce qui en fait la singularité.

3Les lecteurs de l’ouvrage auront ainsi affaire à un récit différent par rapport à ceux d’autres esclaves ayant fui le Maryland (on peut ainsi penser à Frederick Douglass ou encore Harriet Tubman). Certes, on y retrouve beaucoup d’éléments communs à bien des textes du genre (une violence omniprésente, un préambule rédigé par un riche protecteur blanc qui, soit dit en passant, ne s’est même pas donné la peine de parcourir l’ouvrage qu’il préface) ; néanmoins, Mason se distingue en cela qu’il raconte davantage une histoire centrée sur la liberté d’un ancien esclave que sur sa période de captivité. Comme Claire Bourhis-Mariotti le souligne fort justement, la liberté dont a pu profiter Mason à la suite de sa fuite occupe en effet plus d’un tiers du récit, là où la plupart des publications d’avant 1850 omettaient précisément cette partie-ci de la vie des anciens esclaves. Alors que beaucoup de militants abolitionnistes ne soutinrent pas les Noirs dans leur combat pour davantage de justice sociale une fois le Treizième amendement ratifié, Mason fait partie de ces auteurs (au même titre que Frederick Douglass, dont le pamphlet The Reason Why est paru au même moment que le récit de Mason) pour qui la lutte pour l’égalité s’avérait tout aussi importante que l’interdiction de l’esclavage. C’est ainsi que Mason en vient à conclure son récit en se posant comme un défenseur de la cause noire libre suite à un séjour à Haïti : voyant sur place que l’ensemble des émigrés noirs vivant sur l’île étaient accueillis dans des conditions particulièrement défavorables, il se promit de dénoncer auprès des siens ce qu’il considérait être un projet « mensonger et diabolique » (p. 187), les incitant à ne pas céder aux chimères d’une existence lointaine pour mieux se concentrer sur ce qu’il y avait à faire en terre américaine.

  • 3 On peut notamment penser aux récits de Moses Roper (1815-1891), Josiah Henson (1789-1883), Job Ben (...)
  • 4 James Olney, “ ‘I Was Born’ : Slave Narratives, Their Status as Autobiography and as Literature”, n (...)

4Alors que d’autres histoires doivent prochainement enrichir la collection et continuer à présenter le récit d’esclave dans toute sa diversité3, « Récits d’esclaves » s’est en attendant doté d’une entrée marquant un vrai virage dans sa politique éditoriale : les prochaines parutions, si l’ordre annoncé est bien respecté, se devront ainsi de continuer à élargir les représentations que l’on a tendance à se faire des témoignages d’esclaves, et montrer que l’idée selon laquelle tous ces récits obéissent à une formule bien précise n’est qu’illusoire4. Il ne reste plus qu’à espérer que les prochaines sorties bénéficieront d’un appareil critique aussi fourni que celui accompagnant ce récit.

Haut de page

Notes

1 Consulter notamment Michaël Roy, Textes fugitifs. Le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre, Lyon, ENS Éditions, 2017, p. 199.

2 On pense ainsi tout particulièrement aux cartes choisies, toutes pertinentes et de surcroît imprimées en couleur dans l’ouvrage.

3 On peut notamment penser aux récits de Moses Roper (1815-1891), Josiah Henson (1789-1883), Job Ben Solomon (1701-1773) et d’Ellen et William Craft (1826-1891 et 1824-1900) qui, selon Marie-Jeanne Rossignol, doivent bientôt succéder au texte de Mason ; Marie-Jeanne Rossignol, « Un chantier inattendu : la collection “Récits d’esclaves” », Revue française d’études américaines, n° 151, 2017, p. 51.

4 James Olney, “ ‘I Was Born’ : Slave Narratives, Their Status as Autobiography and as Literature”, n° 20, Callaloo, p. 46-73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ewenn Chauou, « Isaac MASON, Isaac Mason : Une vie d’esclave »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 216-218.

Référence électronique

Ewenn Chauou, « Isaac MASON, Isaac Mason : Une vie d’esclave »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8674

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search