Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusSidonie VERHAEGHE, Vive Louise Mi...

Lectures
Comptes rendus

Sidonie VERHAEGHE, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste

Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Sociologie historique », 2021
Étienne Furrer
p. 218-220
Référence(s) :

Sidonie VERHAEGHE, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste. Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Sociologie historique », 2021, 374 p., 20 euros

Texte intégral

  • 1 Sidonie Verhaeghe, « De la Commune de Paris au Panthéon 1871-2013 : célébrité, postérité et mémoire (...)

1La politiste Sidonie Verhaeghe nous présente avec cet ouvrage une version abrégée de sa thèse1. On y trouvait déjà la même démonstration en deux temps, s’intéressant d’abord à la « mise en célébrité » de Louise Michel (1828-1905) de son vivant, puis à son « passage à la postérité » après sa mort. Elle en tire deux énigmes : comment une femme anarchiste a-t-elle pu devenir aussi populaire ? ; comment le discours républicain contemporain se l’est-il appropriée, jusqu’à la voir proposée au Panthéon ? En filigrane, c’est bien « la dynamique de la mémoire républicaine qui se trouve interrogée par la figure de Louise Michel » (p. 7). Ce décalage du regard, comparé à une biographie classique, passe par le concept de figure. « Louise Michel »” est un « signifiant », un « support immatériel d’idées qui lui sont associées » (p. 6) par des interprétations divergentes. Par conséquent, l’historicité de la figure Louise Michel dérive de conflits symboliques entre communautés interprétatives successives.

2La première partie situe l’émergence de cette figure dans le sillage de la Commune et du retour à l’ordre républicain. D’un côté, les socialistes considèrent Louise Michel comme une figure révolutionnaire pour trois raisons. Premièrement, sa participation et son soutien constant à la Commune en font son incarnation vivante. Deuxièmement, son dévouement intégral à la cause révolutionnaire est érigé en modèle à suivre pour les militants. Troisièmement, son opposition tenace à tout parlementarisme la conduit à défendre l’émancipation collective par les luttes sociales, c’est-à-dire par l’action du peuple lui-même. D’un autre côté, les partisans de l’ordre (républicains opportunistes ou antirépublicains) la perçoivent comme une figure repoussoir, selon quatre motifs. Elle serait : un monstre, du fait qu’elle fut communarde ; irrationnelle, à cause de son révolutionnarisme ; une hystérique, puisqu’une femme ne devrait s’engager de la sorte ; enfin, une déviante, car, en raison de sa laideur et de sa masculinité, elle ne pourrait avoir de mari, étant ainsi conduite à des frustrations sexuelles et conjugales. Cette « héroïsation négative » (p. 97) fait sens en regard du contexte politique. Louise Michel incarne en effet plusieurs événements et idées qui s’opposent à la légitimité et au mode de domination de la Troisième République : le communalisme ; l’internationalisme de l’AIT (Association internationale des travailleurs) ; l’anarchisme et son opposition à l’autorité religieuse ou civile ; l’agitation populaire des réunions publiques socialisantes. Dans la mesure où les opportunistes et les conservateurs redoutent l’ensemble de ces modes de conflictualité, Louise Michel symbolise, jusqu’à saturation, l’ultime contre-exemple de l’ordre retrouvé. Notons que cette première partie propose une véritable histoire matérielle de cette « mise en célébrité », à travers une profusion de sources, allant d’une riche iconographie (caricatures, dessins, etc.), aux articles de presse et interviews, en passant par la littérature de trottoir et les chansons populaires. Elle démontre la popularité de Louise Michel, véritable « figure politique du quotidien » (p. 90).

3Dans la seconde partie, Sidonie Verhaeghe distingue une première postérité, dite de commémoration (1905-1970), d’une seconde, dite de canonisation (1971-2021). Le centenaire de la Commune en est le point d’inflexion. Pendant la première phase, on assiste aux conflits mémoriels entre socialistes, communistes et anarchistes. Si les nécrologies s’accordent sur son dévouement révolutionnaire, l’enterrement marque le début des hostilités symboliques (1905). Bien que le cortège funéraire réunisse un large spectre de l’échiquier politique de gauche, un conflit violent éclate entre libertaires et blanquistes, certains de ces derniers ayant frayé avec le général Boulanger. Ces « blanquistes-boulangistes », porteurs d’un nationalisme doublé d’un antisémitisme que l’affaire Dreyfus va exulter, sont exécrés par les socialistes républicains ou libertaires, farouchement antiboulangistes et dreyfusards. Par la suite, l’évolution de cette lutte mémorielle s’observe autour du projet de statufication (1906-1920). Portés par des socialistes ou des ouvriers, les anarchistes s’y opposent, refusant toute idolâtrie. Analysant les commémorations de la mort de Louise Michel (entre 1921 et 1948), Sidonie Verhaeghe souligne que les communistes ne partagent pas ce refus d’héroïsation. Ces derniers s’approprient alors la figure de Louise Michel au détriment des premiers, qui leur reprochent en retour d’oblitérer son caractère foncièrement libertaire.

4Après avoir présenté ces « dispositifs et [ces] technologies de politisation d’une figure historique », la seconde phase met en lumière un « processus de déconflictualisation et de canonisation républicaine » (p. 213). Cette pacification mémorielle résulte d’un double mouvement : par un renouveau historiographique sur la Commune et un relatif refroidissement de l’événement ; par un discours républicain teinté de féminisme influencé par la deuxième vague. Yvette Roudy, ministre des Droits des femmes, joua un rôle important dans cette réinterprétation républicaine de Louise Michel, construite par la mise en avant de son engagement éducatif et par l’effacement de sa radicalité révolutionnaire. La prolifération des références à Louise Michel au sein des manuels scolaires ou dans la toponymie constitue un indicateur objectif de cette normalisation. Bien sûr, la gauche radicale en général et les milieux anarchistes en particulier se sont farouchement opposés à ce recadrage.

5Dans sa conclusion, Sidonie Verhaeghe dégage trois apports principaux de son étude. Premièrement, la proposition de panthéonisation ne peut être réduite à une simple pacification. L’extrême variété des communautés interprétatives interdit d’acter la neutralisation définitive du symbole. Constatant que Louise Michel reste une référence centrale de la gauche radicale, l’autrice propose de parler d’un « élargissement de ses appropriations » (p. 294), par le centre gauche républicain, trouvant même quelques échos à droite. Deuxièmement, elle montre avec quelle fécondité la sociologie historique du politique peut travailler à partir d’un cas symbolique pour éclairer des transformations sociales et politiques générales. C’est en particulier l’ambiguïté stratégique des anarchistes qu’elle met en avant. Leur refus de toute héroïsation les conduit à perdre le monopole mémoriel, et à construire leur propre mémoire contre toute récupération. Troisièmement, son étude réévalue l’influence du genre, considérée ici comme fondamentale, dans les processus de mémorialisation.

6En définitive, en dépit de l’ampleur de la documentation, la démonstration est admirablement ficelée, grâce à une construction théorique et méthodologique judicieuse, propre à la sociologie historique du politique. C’est ici par sa rigueur scientifique, permise par une prise de distance vis-à-vis de l’hagiographie militante et de l’historiographie républicaine, que l’ouvrage rend justice à la radicalité libertaire de Louise Michel.

Haut de page

Notes

1 Sidonie Verhaeghe, « De la Commune de Paris au Panthéon 1871-2013 : célébrité, postérité et mémoires de Louise Michel. Sociologie historique de la circulation d’une figure politique », thèse de science politique sous la direction de Michel Hastings, Université Lille II, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Furrer, « Sidonie VERHAEGHE, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 218-220.

Référence électronique

Étienne Furrer, « Sidonie VERHAEGHE, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8688

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search