Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusStéphane HABER, Découvrir Victor ...

Lectures
Comptes rendus

Stéphane HABER, Découvrir Victor Hugo

Paris, Les Éditions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2022
Jordi Brahamcha-Marin
p. 224-226
Référence(s) :

Stéphane HABER, Découvrir Victor Hugo, Paris, Les Éditions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2022, 180 p., 10 euros.

Texte intégral

1Les Éditions sociales ont publié au début de cette année, dans leur collection « Les propédeutiques », un petit livre de 180 pages, intitulé Découvrir Victor Hugo, par Stéphane Haber, professeur de philosophie à l’Université Paris-Nanterre. Commençons par saluer ce choix éditorial. Inaugurée en 2020, la collection s’était principalement donné pour mission, jusqu’à présent, de vulgariser de grands auteurs de la tradition marxiste, ou plus généralement de la pensée critique : on trouve au catalogue un Découvrir Marx, un Découvrir Engels, un Découvrir Bourdieu, un Découvrir Luxemburg… Ce Découvrir Victor Hugo est le premier ouvrage de la série consacré à un écrivain – car le Découvrir Beauvoir réalisé par Alexandre Feron en 2021 ne s’intéressait qu’à l’œuvre philosophique de l’autrice du Deuxième Sexe. En considérant qu’une œuvre littéraire finement et précisément commentée peut contribuer à la formation intellectuelle et politique de leurs lecteurs, et notamment d’un lectorat militant mais aussi d’un public étudiant, « Les éditions sociales » (avec l’article) renouent avec des pratiques qui étaient jadis celles des « Éditions sociales » (sans l’article), liées au Parti communiste, et qui ne considéraient pas que les questions culturelles au sens large leur fussent étrangères. Il n’est pas si surprenant, du reste, que ce soit Hugo qui bénéficie le premier de cette démarche : on sait combien il fut l’objet d’une longue et riche tradition critique marxiste ou marxisante, produite notamment par des intellectuels membres ou proches du PCF, de Pierre Albouy à Jacques Seebacher en passant par Anne Ubersfeld, sans omettre, naturellement, Louis Aragon. Il s’agit aussi là, pour les « E.S. », de renouer avec leur propre histoire. Conformément aux principes de la collection, l’ouvrage se présente comme une anthologie commentée de treize textes de Hugo, qui se propose d’introduire à sa pensée philosophique et politique ; il est complété d’une introduction de l’auteur et d’indications bibliographiques. Les textes ne sont pas présentés chronologiquement mais selon un ordre thématique, philosophiquement significatif, qui nous mène de la « Corruption », titre du premier chapitre, à l’« Espérance », titre du dernier, c’est-à-dire de l’« obscurité » à la « lumière » (p. 20). C’est une manière de rejouer au sein de l’ouvrage le parcours des Châtiments, qui s’ouvre sur le poème « Nox » et s’achève avec le poème « Lux ». Stéphane Haber ne cherche pas à couvrir équitablement toutes les périodes de la vie du poète : il accorde une attention particulière au Hugo de la maturité (et en particulier aux Misérables, représentés par quatre textes), retenant seulement deux textes antérieurs à l’exil de Hugo, à savoir un extrait de Ruy Blas (1838) et un extrait du « Discours sur la misère » de 1849. Ce choix frustrera peut-être un peu les hugoliens, tant il est vrai qu’il y a beaucoup à dire sur la politique, la philosophie, la pensée sociale du Hugo des années trente et quarante (on connaît, par exemple, les plaidoyers en faveur de l’adoucissement pénal que sont Le Dernier Jour d’un condamné ou Claude Gueux ; on connaît parfois un peu moins les conceptions géopolitiques proposées dans Le Rhin, etc.). Mais le format de la collection imposait de faire des choix ; ceux de l’auteur sont absolument légitimes ; et, du reste, le livre ne s’adresse pas tant aux hugoliens qu’à ceux qui veulent « découvrir Victor Hugo ».

2Les commentaires proposés sur les textes sont toujours extrêmement intéressants. Parfois Stéphane Haber propose des remises en perspective générale : dans le premier chapitre, « Corruption », Ruy Blas est replacé dans l’histoire longue du théâtre ; dans le quatrième, « Oubli », Les Misérables sont mis en parallèle avec les romans de Balzac et d’Eugène Sue ; dans le neuvième, « Destin », Napoléon-le-Petit est lu à la lumière de Marx. Parfois, il s’agit plutôt de micro-lectures très fines : le commentaire d’« À celle qui est restée en France » (Les Contemplations), dans le treizième et dernier chapitre, « Espérance », est remarquable. Insistons sur deux qualités par lesquelles le livre se signale. Tout d’abord, contrairement à ce que l’on aurait pu craindre d’un livre « propédeutique » et pédagogique, Stéphane Haber se montre toujours sensible aux achoppements, aux contradictions, aux ambiguïtés de la pensée de Hugo : loin d’aplanir et de simplifier, il met le doigt sur les moments où l’écrivain hésite, vacille, se met à penser et à écrire contre lui-même. Ainsi, l’auteur montre comment un passage de L’Homme qui rit met sourdement en question l’effectivité de la parole politique, même quand celle-ci est « juste et vraie » (p. 73, chapitre 5, « Mépris ») ; il signale également comment le mouvement de l’écriture, dans une page des Misérables, vient considérablement nuancer la condamnation explicite de l’émeute qui s’y trouve à lire (chap. 11, « Révolte »). Ensuite, Stéphane Haber mobilise plusieurs fois des catégories critiques qui ne sont pas si courantes que cela dans les études hugoliennes, et qui se révèlent très efficaces à l’usage : il en va ainsi, en particulier, de cette « éthique du courage », subtilement définie, à la lumière de laquelle il lit un poème de L’Année terrible (« Loi de formation du progrès ») dans le chapitre 6 (« Résistance »), et, plus allusivement, le chapitre « Une tempête sous un crâne » des Misérables (dans le chap. 7, « Devoir »). Les remarques sur la notion d’« Espérance », dans le chapitre qui portent ce titre (à propos d’« À celle qui est restée en France »), sont également dignes d’être signalées.

3En résumé, ce petit livre est excellent, et sera lu avec profit aussi bien par ceux qui voudraient simplement « découvrir Victor Hugo » que par ceux qui, le connaissant déjà, aimeraient avoir sur son œuvre des aperçus nouveaux et stimulants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordi Brahamcha-Marin, « Stéphane HABER, Découvrir Victor Hugo »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 224-226.

Référence électronique

Jordi Brahamcha-Marin, « Stéphane HABER, Découvrir Victor Hugo »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8731

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search