Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusCorinne MARACHE, Les Petites vill...

Lectures
Comptes rendus

Corinne MARACHE, Les Petites villes et le monde agricole, France, xixe siècle

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2021
Nadine Vivier
p. 226-228
Référence(s) :

Corinne MARACHE, Les Petites villes et le monde agricole, France, xixe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2021, 385 p., 26 euros.

Texte intégral

1Corinne Marache, aujourd’hui professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux, a soutenu en décembre 2016 une habilitation à diriger des recherches dont est issu le présent ouvrage. Elle y présente la synthèse de ses connaissances sur le monde rural, issues de ses recherches sur la France du Sud-Ouest et d’une large bibliographie. Le fil directeur est celui du rôle joué par les petites villes, interfaces avec le monde agricole. Dès 2006, elle voyait dans ces petites villes des pôles de dynamisme en milieu rural. L’idée est ici pleinement démontrée.

2La Société d’histoire des petites villes fut, avec Jean-Pierre Poussou et René Plessix, dynamique au cours des années 1990 surtout, puis la notion a souffert du développement parallèle de l’histoire rurale et de l’histoire urbaine, qui délaissaient ces interfaces où le rural et l’urbain se chevauchent. Depuis lors, elles n’ont bénéficié que de travaux dispersés, ce qui justifie le choix de Corinne Marache.

3L’introduction ne s’attarde pas sur une impossible définition des petites villes. C’est « une notion floue, subjective et variable » (p. 16) car le critère du nombre d’habitants ne suffit pas, il faut aussi considérer les fonctions administratives, commerciales, etc. ; et de plus tenir compte d’une constante évolution. Les petites villes étudiées ici sont celles de zones rurales, éloignées des zones industrielles et des métropoles. L’ouvrage adopte ensuite une structure classique en trois parties : la première est consacrée à la petite ville, lieu de vie et de rencontres majeures du processus de modernisation agricole, la deuxième aux organisations actives dans ce processus et la dernière à la petite ville lieu de commercialisation.

4Corinne Marache met d’abord en scène les personnages des petites villes qui jouent un rôle clé dans le secteur agricole. Son étude sur les artisans est bienvenue car ce sont les plus mal connus. Elle s’appuie sur des archives privées déposées, parmi lesquelles des livres de comptes. Dans la seconde moitié du xixe siècle, deux entreprises de forgerons d’une même famille, les Dudreuil, sont comparées : l’une à Mussidan (Dordogne) se spécialise dans les outils aratoires tandis que l’autre, dans un village voisin n’est pas spécialisée. Le livre de comptes de Ciret, forgeron d’un petit village, confirme cela en 1928 : il s’occupe surtout de ferrer les animaux et réparer toutes sortes d’outils, cumulant ainsi les activités de forgeron, maréchal-ferrant, charron, serrurier. La spécialisation est donc l’apanage de la petite ville. Le tableau s’anime ensuite des petits notables qui symbolisent la petite ville tout en restant en lien étroit avec le monde agricole : professions médicales, notaires, juges de paix, « propriétaires agromanes ». Regroupés en un même lieu où ils se rencontrent et échangent, ils accroissent leur réseau de relations et d’influences. Toutefois, le lecteur appâté aimerait en savoir encore plus : quel est vraiment leur poids démographique, financier et foncier ? Que possèdent ces propriétaires agromanes et comment font-ils cultiver leurs terres ? Convenons qu’il serait impossible de répondre à cette dernière question dans un cadre géographique large, tant les situations locales varient.

5Tous ces personnages sont déjà présents au sein des sociétés d’agriculture et des comices. Aussi la deuxième partie se centre-t-elle logiquement sur les institutions elles-mêmes, comices d’Aquitaine, syndicats agricoles, mutuelles, conférences des professeurs départementaux ainsi que sur les infrastructures nécessaires au mode rural (abattoirs, haras, magasins de tabac). Le développement est très bien documenté, mais c’est sans doute dans cette partie que le choix d’un tableau général pour le xixe siècle qui gomme l’évolution est le plus gênant car les transformations ont été profondes, ce qui est mentionné. Des cartes donnent certes la chronologie des créations de comices. Mais la composition professionnelle des membres de la Société d’agriculture de la Dordogne est donnée pour le xixe siècle alors que ses préoccupations ont évolué : le nombre d’articles publiés consacrés à l’agriculture diminue au cours du siècle comme dans bien des départements. Il faudrait que l’évolution soit mieux mise en valeur.

6Si la petite ville a vocation à accueillir ces sociétés puis les syndicats, elle n’a pas le monopole, reconnaît Corinne Marache, en particulier pour les caisses mutuelles et le crédit qui peuvent s’organiser dans les villages. La troisième partie considère la petite ville comme « lieu stratégique de commercialisation, consommation et transformation des productions agricoles » (p. 175). Routes et chemins de fer ont le plus souvent conforté la place centrale de la petite ville à laquelle sont attribués la foire et les marchés qui nécessitent des infrastructures (halles, auberges, étables). Les commerçants dynamisent, soutiennent et orientent l’agriculture ; ils constituent le rouage d’une chaîne de production liant les exploitations agricoles, les transformateurs locaux et les consommateurs. Le livre de comptes du boucher de Pontenx (Landes) permet de voir la multiplicité de ses approvisionnements : sur ses terres, celles de ses métayers, auprès des éleveurs locaux, ou plus lointains. Il met aussi en lumière la survie du troc avec des pauvres, sans qu’il faille trop insister sur ces pratiques. C’est aussi la petite ville qui souvent transforme les produits locaux, conserveries de fruits en Lot-et-Garonne, de truffes et pâtés truffés en Dordogne. Ces produits prisés sont expédiés vers Bordeaux et Paris.

7L’objectif de cet ouvrage est « de revenir sur les poncifs qui ont souvent considéré la ville et les sociétés urbaines comme des espaces de décision, de domination à l’origine des changements survenus dans le monde rural et son économie » (p. 304). La démonstration étayée par les exemples aquitains et de larges comparaisons avec d’autres régions montre bien que les relations que tisse la petite ville avec sa région fonctionnent dans les deux sens. Si la petite ville ne décide pas, elle oriente les transformations agricoles. La conclusion souligne l’augmentation quantitative et qualitative des relations tissées entre le monde agricole et les petites villes tout au long du siècle, bien qu’elles s’urbanisent progressivement dans leur bâti et leur profil sociologique.

8L’ouvrage de Corinne Marache donne vie à ces petites villes en zone rurale, avec leur foisonnement d’activités, d’échanges matériels et culturels, à l’interface des réalités agricoles et de la demande urbaine. Ce tableau, appuyé sur une grande variété de sources, est d’autant plus convaincant qu’il est nuancé ; en écartant la vision monolithique de ruraux passifs, l’autrice souligne l’émulation réciproque entre paysans et habitants de petites villes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Vivier, « Corinne MARACHE, Les Petites villes et le monde agricole, France, xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 226-228.

Référence électronique

Nadine Vivier, « Corinne MARACHE, Les Petites villes et le monde agricole, France, xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8743

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search