Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusPierre-Marie DELPU, Arthur HÉRISS...

Lectures
Comptes rendus

Pierre-Marie DELPU, Arthur HÉRISSON, Vincent ROBERT (dir.), Médias, politique et révolution en 1867. Les échos européens de la bataille de Mentana

Paris, Classiques Garnier, coll. « Les Méditerranées », 2021
Simon Sarlin
p. 228-231
Référence(s) :

Pierre-Marie DELPU, Arthur HÉRISSON, Vincent ROBERT (dir.), Médias, politique et révolution en 1867. Les échos européens de la bataille de Mentana, Paris, Classiques Garnier, coll. « Les Méditerranées », 2021, 243 p., 25 euros.

Texte intégral

1La modestie de la portée militaire et politique du combat de Mentana (3 novembre 1867) contraste avec la place que cet épisode du Risorgimento a longtemps occupée dans les mémoires collectives, en Italie et en dehors de la péninsule. Sur le plan militaire, cet affrontement ne fut guère qu’une escarmouche, soldée en quelques heures par la défaite cuisante, face à l’armée pontificale renforcée par des troupes françaises, des quelque 9 000 volontaires menés par Giuseppe Garibaldi. À Mentana, petite ville située à une vingtaine de kilomètres de Rome, se joua ainsi l’épilogue d’une expédition armée destinée à provoquer l’insurrection de Rome et du Latium contre le gouvernement papal, dont Giuseppe Monsagrati démontre qu’elle avait, dès la fin octobre, tous les traits d’un « échec annoncé ». La défaite militaire et politique de novembre 1867 mit également la pierre sur le tombeau du nationalisme insurrectionnel italien. À l’échelle européenne, les remous provoqués par l’événement n’altérèrent pas la donne de la « question romaine », et le compromis instauré par la convention de septembre 1864 afin de prolonger l’intégrité des derniers restes du temporel pontifical perdura jusqu’à la fin de la décennie.

2Pourtant, dès les lendemains de l’événement, ainsi que le rappellent dans leur introduction les trois directeurs de l’ouvrage, « la mémoire collective italienne a fait de la bataille de Mentana un événement décisif dans l’achèvement de la construction territoriale du pays » (p. 14). Fulvio Conti établit ainsi qu’à la différence de la tentative garibaldienne de 1862 dont la mémoire resta confinée dans la sphère privée et militante des milieux démocrates avec une tonalité clairement antimonarchique, le souvenir de la « défaite glorieuse » de 1867 « s’intégra à l’inverse presque immédiatement dans la mémoire collective, sortant des cercles étroits des associations de vétérans et des formations politiques de la gauche républicaine et radicale pour gagner un espace et une visibilité accrus au sein des célébrations officielles de la nation », à travers la célébration littéraire et monumentale des « martyrs » de Mentana (p. 37). Hors d’Italie, notamment en France et en Angleterre, le même processus de transformation de la défaite garibaldienne en mythe identitaire du mouvement démocrate européen fut à l’œuvre, notamment grâce aux compositions poétiques de grandes plumes républicaines telles que Victor Hugo ou Algernon Swinburne dont la mobilisation est étudiée par Laura Fournier-Finocchiaro. L’écho des événements italiens de novembre 1867 constitua un moment d’évolution personnelle pour des militants engagés dans le combat républicain et anticlérical, à l’instar des quatre personnalités russes dont les parcours personnels sont présentés par Daria Ermolaeva Siani – les journalistes German Lopatine et Arthur Benni, la philosophe Elena Blavatskaya et l’écrivaine Alexandra Toliverova-Jacobi – pour lesquels l’expédition garibaldienne provoqua une sorte de révélation. Dans l’autre camp, conservateur et catholique, comme le rappelle Bruno Dumons, le nom de Mentana a été « l’un de ceux qui ont longtemps résonné dans la culture […] intransigeante ». « Une littérature hagiographique composée de livres souvenirs, d’albums photographiques et de journaux intimes » (p. 137) construisit ainsi une mémoire capable de se perpétuer en France pendant plusieurs décennies.

3Ce décalage entre « la surenchère mémorielle » et l’événement qui en fut l’objet invite, selon les auteurs du volume, à en interroger « la fabrication à la fois politique et médiatique » (p. 15), dans une perspective qui dépasse largement le cadre péninsulaire et les seuls enjeux de l’unification nationale italienne. De fait, l’écho considérable que celui-ci rencontra auprès de « larges portions des sociétés civiles » en fit « un événement médiatique aux dimensions européennes » (p. 16). C’est donc « aux dimensions internationales de la bataille » que le volume entend principalement se consacrer, dans les sillons d’une histoire attentive « à la médiatisation transnationale de causes politiques locales, autour d’arguments soit humanitaires, soit idéologiques » (p. 17). Parmi les supports de cette médiatisation, une grande place est accordée à la presse, au nom du double rôle de support de diffusion de l’information et d’outils de la mobilisation politique joué par les journaux, ainsi qu’aux compositions littéraires et aux débats politiques, tandis que peu d’attention est accordée à l’image, malgré l’ouverture de l’introduction sur une caricature du journal La Rue (une des rares illustrations iconographiques de l’ouvrage). Le lecteur trouvera sous la plume de Vincent Robert quelques pages stimulantes sur les conditions dans lesquelles l’information au sujet de Mentana circulait (vers la France). La lenteur de la diffusion des nouvelles – les lignes télégraphiques étant coupées, les nouvelles arrivaient par les lettres confiées à la poste par des témoins français ou italiens, et par les journaux de la péninsule – et le filtre de la censure administrative constituèrent ainsi des facteurs pesant sur la réception de l’événement et sur le débat public. La mobilisation des sociétés civiles autour de l’événement est largement traitée au fil de l’ouvrage, que ce soit autour d’une analyse des débats publics appuyée sur l’étude de la presse et des discussions parlementaires – à l’instar des sessions houleuses du Corps législatif à la fin du mois de novembre, marquées par les premières applications du nouveau droit d’interpellation – ou celle des mobilisations matérielles. Celles-ci se déploient notamment dans le monde catholique, à travers les dons au Denier de Saint-Pierre et l’afflux de recrues chez les Zouaves pontificaux, dont l’ampleur est mesurée par Arthur Hérisson à partir du terrain français, ou dans les rangs de la Légion d’Antibes, dont Alessandro Capone rappelle la nature ambiguë.

4L’intensité de la mobilisation autour de Mentana peut être rapportée à une double origine : d’une part aux émotions que suscite l’événement – d’un côté l’indignation vis-à-vis du massacre des volontaires ou de la froideur du commentaire du général de Failly sur « les Chassepots [qui] ont fait merveille » ; de l’autre l’inquiétude puis le soulagement face à la menace pesant sur la personne du pape et de ses défenseurs – et d’autre part à la polarisation idéologique qu’inspirent partout les « questions » italienne et romaine. Depuis plus d’une décennie, en effet, celles-ci opposent les conservateurs et les catholiques intransigeants aux progressistes et aux radicaux, et servent à tisser des liens transnationaux au sein de chaque camp. Les réactions au combat de Mentana activaient ainsi des réseaux internationaux de solidarité idéologique, ceux du mouvement catholique qui avait pris son essor en 1860 – et dont il entraîna la remobilisation –, ceux des milieux pacifistes, démocrates et anticléricaux qui venaient de tenir leur congrès à Genève en septembre 1867 où Garibaldi avait fait une apparition remarquée, ou ceux de l’extrême gauche ouvrière qui, selon Vincent Robert (p. 76), nourrit en France des velléités de protestation publique. Sans surprise, cette mobilisation transnationale se superposait à des enjeux et des combats nationaux qui permettent d’en renforcer le sens. C’est le cas en France, où l’hécatombe des Chemises rouges sous les balles des Chassepots français ne fut pas sans rappeler l’« ouragan de feu et de plomb » qui s’était abattu en décembre 1851 contre les opposants au coup d’État, ou réactiva le souvenir plus lointain du massacre de la rue Transnonain (Vincent Robert). Ce fut aussi le cas en Suisse (Sarah Scholl) où, comme en Allemagne, « les conflits italiens et la question des États de l’Église répercutent les divisions majeures […] politiques et confessionnelles » (p. 171) et débouchent au cours de la décennie suivante sur les épisodes de Kulturkampf. De même, en Hongrie, les revendications indépendantistes, au lendemain de la réforme constitutionnelle qui a donné naissance à l’Empire austro-hongrois, résonnaient avec les objectifs du patriotisme italien (Pete László). Au sein de l’Église catholique enfin, l’épreuve de 1867 n’a fait que renforcer les positions intransigeantes déjà proclamées par la papauté avec Quanta Cura et le Syllabus de 1864, et précipiter la décision de réunir un concile destiné à les faire approuver par l’épiscopat, dont le projet était déjà en germe. À cet égard, la mobilisation de 1867 autour de Mentana s’inscrit assurément dans le cycle conflictuel et le moment global des années 1860-1870, à la lumière duquel elle prend tout son sens.

5Issu de journées d’études tenues en 2017, à l’occasion des 150 ans de l’événement, l’ouvrage en tire une structure en actes de colloque qui offre le flanc à quelques critiques. Si la division en trois parties offre un parcours clair et équilibré, le choix de mettre en avant des aires culturelles et des éclairages par pays (l’Italie, la France puis une Europe plus large) répond habilement au défi de répartir et structurer des contributions, mais sacrifie quelque peu la continuité ou la profondeur des pistes de réflexion soulevées autour des processus transnationaux de mobilisation et de construction des identités collectives, auxquelles une publication aurait pu donner plus de poids. L’attention privilégiée pour le cas français ne se justifie que partiellement par la vivacité et l’ampleur de la mobilisation que Mentana y a suscitée, tout en offrant de très intéressants terrains d’analyse, tandis que les projections de l’événement par-delà l’Atlantique auraient assurément mérité plus que des allusions. L’ouvrage dirigé par Pierre-Marie Delpu, Arthur Hérisson et Vincent Robert parvient cependant à convaincre de l’intérêt qu’offre une histoire de la bataille de Mentana et de ses échos internationaux, et des illustrations nombreuses que cette dernière peut apporter à l’étude des mobilisations transnationales au xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Sarlin, « Pierre-Marie DELPU, Arthur HÉRISSON, Vincent ROBERT (dir.), Médias, politique et révolution en 1867. Les échos européens de la bataille de Mentana »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 228-231.

Référence électronique

Simon Sarlin, « Pierre-Marie DELPU, Arthur HÉRISSON, Vincent ROBERT (dir.), Médias, politique et révolution en 1867. Les échos européens de la bataille de Mentana »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8754

Haut de page

Auteur

Simon Sarlin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search