Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusIan HAYWOOD, The Rise of Victoria...

Lectures
Comptes rendus

Ian HAYWOOD, The Rise of Victorian Caricature

Londres, Palgrave, 2020
Fabrice Bensimon
p. 234-235
Référence(s) :

Ian HAYWOOD, The Rise of Victorian Caricature, Londres, Palgrave, 2020, 296 p., 80 livres.

Texte intégral

1Le roman social Mary Barton (1848) d’Elizabeth Gaskell prend pour héroïne une jeune ouvrière du coton, dans le nord-ouest de l’Angleterre en pleine industrialisation, sur fond de mobilisation ouvrière et d’agitation chartiste. Lors d’une rencontre entre fabricants et ouvriers, un des patrons cotonniers dessine une « caricature admirable » qui ridiculise les ouvriers, « ternes, en haillons, démoralisés et affamés ». Après avoir légendé l’image et l’avoir fait circuler parmi les fabricants, « qui sourient tous », il la jette dans l’âtre. Mais elle ne s’enflamme pas et est récupérée par un des ouvriers en lutte. Lors de la réunion syndicale qui suit, la caricature est scrutée avec colère : pour les ouvriers, cette forme de mépris graphique est plus qu’un affront, c’est une blessure qui réclame vengeance.

2Ian Haywood part de cet épisode, certes tiré d’un roman, pour discuter du pouvoir et des fonctions politiques de la caricature, dans les années 1830 et 1840, une période charnière dans l’histoire de l’image satirique. Jusqu’aux années 1820, les caricatures, un genre qui avait émergé au xviiie siècle, sont publiées en planches indépendantes et vendues dans les boutiques des éditeurs à un prix qui les réserve à un public bourgeois et aristocratique. Dans les années 1830 et 1840, à la faveur des développements de l’imprimerie, des journaux illustrés se constituent, publiant plusieurs planches chaque semaine, pour un prix modique. Le public des images satiriques s’élargit rapidement, et une multitude de périodiques spécialisés apparaît, certains éphémères et d’autres durables comme Punch (1841-1992), lui-même inspiré par Le Charivari parisien (1832-1937). Cette transition irréversible est aussi technique, avec l’essor de la gravure sur bois, et le remplacement des phylactères par des légendes.

3En Grande-Bretagne, ce changement de régime est en général associé à une transformation des codes graphiques, la grammaire même des images : la satire féroce, souvent vulgaire, truffée d’allusions sexuelles, voire scatologiques, de l’époque géorgienne (1760-1820), n’épargnant ni le souverain ni l’Église anglicane, aurait cédé la place à des dessins policés, respectueux de l’ordre établi et des convenances de l’époque victorienne (1837-1901). À l’époque, des lettrés se félicitent d’une civilisation des dessins. La caricature radicale est escamotée, et on peine désormais à trouver des images qui avilissent la monarchie et les puissants.

  • 1 Maurice Agulhon (éd.), Les Révolutions de 1848. L’Europe des images. Le printemps des peuples, Pari (...)

4C’est un des grands mérites du livre de Ian Haywood de montrer que les choses sont plus complexes. Dans les années 1830 et 1840, plusieurs périodiques aujourd’hui oubliés (Political Drama, Cleave’s Gazette, Penny Satirist, etc.) abritent des planches radicales, très critiques du pouvoir en place, en particulier des Whigs. Des dessinateurs comme Robert Seymour (1798-1836) et Charles Jameson Grant (actif entre 1830 et 1852) ciblent les hommes politiques, les ministres, les évêques, la jeune Reine Victoria et la liste civile, les violences de la police, l’armée, les exactions coloniales, les emprisonnements et les déportations pénitentiaires, l’économie politique, les libres-échangistes, les protectionnistes et les utilitaristes. Ils attaquent notamment la Nouvelle loi sur les pauvres qui, en 1834, les condamne aux workhouses, et qui rend les femmes seules responsables des enfants nés hors mariage. En 1830, certains dessins s’enthousiasment pour les émeutes agraires du sud de l’Angleterre, dites Swing Riots et pour les révolutions du continent. Il serait d’ailleurs intéressant de creuser les rapports entre les artistes radicaux britanniques et les dessinateurs européens, comme ceux de La Caricature et du Charivari, dans le prolongement de la réflexion sur l’Europe des images menée en 1998, lors du cent-cinquantenaire de 18481. Au tournant des années 1840, Grant embrasse la cause des chartistes, qui ont souvent été la cible des caricatures et ne semblent pas s’être emparés de ce médium pour leurs campagnes politiques. Il verse parfois dans le grand guignol : John Bull, qui représente dans ces dessins le peuple anglais, n’est pas seulement détroussé et bâillonné, il est soumis à la torture, fouetté, ébouillanté et écartelé, par les représentants des autorités.

5Ces dessins traduisent le fait que les dessinateurs ne se rangent pas à l’unisson derrière le pouvoir. À la fin des années 1840, les périodiques dans lesquels ils publient, souvent éphémères et sans doute peu connus, disparaissent. Seul Punch et ses imitations souvent aussi conservatrices survivent. Seymour se suicide, tandis que Grant s’efface, mourant peut-être dans la misère. Le livre de Ian Haywood les exhume et analyse tout un corpus pictural. Des dizaines d’images, trouvées dans diverses collections, sont reproduites. Non seulement l’ouvrage rend justice à des œuvres et des artistes oubliés, mais il aide également à comprendre une époque ancienne de la satire graphique.

Haut de page

Notes

1 Maurice Agulhon (éd.), Les Révolutions de 1848. L’Europe des images. Le printemps des peuples, Paris, Assemblée nationale, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Ian HAYWOOD, The Rise of Victorian Caricature »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 234-235.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Ian HAYWOOD, The Rise of Victorian Caricature »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8778 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8778

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search