Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusJulia LAITE, The Disappearance of...

Lectures
Comptes rendus

Julia LAITE, The Disappearance of Lydia Harvey. A True Story of Sex, Crime and the Meaning of Justice

Londres, Profile Editions, 2021
Fabrice Bensimon
p. 236-237
Référence(s) :

Julia LAITE, The Disappearance of Lydia Harvey. A True Story of Sex, Crime and the Meaning of Justice, Londres, Profile Editions, 2021, 432 p., 21 euros.

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), (...)

1En 1998, Alain Corbin publiait Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876)1. Cette biographie d’un sabotier du Perche, qui ne savait ni lire ni écrire, choisi au hasard par l’historien, était un peu une gageure : peut-on raconter la vie des anonymes, pas seulement collectivement (les ouvriers, les paysans, les femmes…), mais dans leur individualité ? Un quart de siècle après, le défi n’a été qu’en partie relevé. Forte des outils modernes maintenant à notre disposition, avec la numérisation des journaux, de l’état civil, des recensements, et d’un nombre croissant de sources, l’historienne Julia Laite s’essaye ici à ce qu’Alain Corbin lui-même, dans ses travaux reconnus sur la prostitution, n’avait pas tenté : raconter la vie d’une prostituée anonyme, en l’occurrence Lydia Harvey (1893-1919).

2À vrai dire, la démarche n’est pas tout à fait identique. Lydia Harvey n’est pas choisie au hasard, mais à partir d’un dossier d’archives. Elle a laissé plus de traces que Pinagot, en partie parce qu’elle est née près d’un siècle après lui, alors que les États ont mis en place de nombreux outils de contrôle administratif sur les populations, et en partie parce qu’elle s’est retrouvée au centre d’une affaire criminelle. Mais Lydia Harvey n’a laissé ni archives privées, ni lettres, ni journal, ni même un portrait. Julia Laite, spécialiste de l’histoire de la prostitution, l’a d’abord croisée dans un dossier d’archives de police, où la jeune femme figure après avoir été arrêtée sur un trottoir de Londres en 1910. L’historienne entreprend de retracer sa vie et celle de quelques autres protagonistes de cette sombre affaire, au travers de chapitres qui leur sont respectivement consacrés (le journaliste, le détective, le proxénète, etc.), même si Lydia Harvey reste le fil conducteur de l’ouvrage.

3Elle naît en 1893 en Nouvelle-Zélande, fille d’une professeure de piano. Quand, en 1909, son père meurt, elle doit quitter l’école. Elle devient domestique à Wellington, un travail éreintant, qu’elle quitte pour devenir l’apprentie d’un photographe. C’est alors qu’elle rencontre Antonio Carvelli, un proxénète italien, et son épouse Veronique White, une prostituée, qui la convainquent de partir pour Buenos Aires. Lydia y est prostituée et attrape une maladie vénérienne, avant de partir pour Londres, où elle se prostitue de nouveau à Soho. C’est là qu’elle est arrêtée, avant de témoigner dans le procès de ses proxénètes.

4Depuis 1904, un accord international a été adopté contre la « traite des blanches », qui mobilise police, justice et journaux de différents pays. Les services de police commencent à collaborer d’un pays à l’autre et sont techniquement de mieux en mieux équipés avec, à Londres, des téléphones et des appareils photo Kodak. La presse suit ces affaires, elle construit en quelque sorte la « traite des blanches », en insistant sur les seules victimes blanches, dont les proxénètes sont souvent juifs ou non-blancs. Le livre met en lumière des protagonistes secondaires de l’affaire, comme Guy Scholefield, un Néo-Zélandais qui vit à Londres, où il assiste ses compatriotes, et qui fait connaître l’affaire dans le journal Nouvelle-Zélande dont il est le correspondant, ou comme l’association d’aide aux filles perdues qui s’occupe de Lydia et se charge de la rapatrier, avec l’aide du gouvernement. Lors du procès, Lydia ne dit pas tout, loin de là, mais elle accuse le proxénète.

5L’ouvrage évoque aussi sa vie à lui et celle de sa femme. Carvelli est né en 1878, et est sans doute devenu proxénète vers 1900 quand il était officier dans l’armée, avant de s’enfuir d’Italie pour échapper à la justice. Après sa condamnation à Londres en 1910, il retourne en Australie, et se réinvente en professeur de tango en Tasmanie, jusqu’à ce qu’il soit reconnu et déporté en 1925 vers l’Italie, où sa trace se perd. Sa femme Veronique White, australienne, avait commencé à se prostituer après l’avoir rencontré en 1906. Julia Laite analyse ce qui pouvait pousser une femme à vendre son corps : non seulement les mensonges, les menaces – voire la contrainte physique – exercés par les proxénètes, mais aussi l’envie d’échapper à la vie ouvrière, avec l’argent qui permet de s’acheter une robe ou un repas, une place au cinéma, à l’époque où une passe était payée deux jours de salaire ouvrier, et où les jeunes femmes des classes populaires étaient férocement exploitées. Avec la prostitution, Carvelli et sa femme connaissent une forme d’ascension sociale vers une vie bourgeoise, et ils mènent même grand train, quand la police et la justice leur en laissent le loisir. White meurt à Melbourne en 1964, à 80 ans. Quant à Lydia Harvey, elle rentre à Wellington après le procès de Londres, et on n’en dira pas plus ici sur le reste de son existence.

  • 2 Voir par exemple : Seth Koven, The Match Girl and the Heiress, Princeton, Princeton University Pres (...)

6Ce livre original s’appuie sur une excellente connaissance de l’histoire de la prostitution. Sa dimension transnationale est stimulante, et il emmène ses lecteurs de Wellington à Buenos Aires, de Londres à Paris, de Hobart à Melbourne. Bien que nous sachions peu de chose de Lydia Harvey elle-même, et qu’aucune photo d’elle ne nous soit parvenue (nous l’avons dit plus haut), l’écriture de sa vie permet d’entrer dans celle de nombreux protagonistes de la prostitution internationale, à l’époque de la mondialisation. L’ouvrage a l’apparence des journaux spécialisés dans les faits divers, avec son titre accrocheur et ses nombreuses images. Mais il ne verse pas dans le voyeurisme et demeure scrupuleux à tous égards. À l’instar de quelques autres livres parus ces dernières années, il nous invite aussi à réfléchir sur les potentialités de l’écriture biographique, comme forme narrative au plus près des acteurs et comme stratégie discursive élargissant le public de l’histoire, sur les innombrables Pinagot et les Lydia Harvey, dont les « vies obscures » n’attendent que d’être mises en lumière2.

Haut de page

Notes

1 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998.

2 Voir par exemple : Seth Koven, The Match Girl and the Heiress, Princeton, Princeton University Press, 2014 ; Arlette Farge, La Révolte de Mme Montjean. L’histoire d’un couple d’artisans au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2016 ; Laurence Giordano, Marie Bryck et ses frères. Une histoire de survie et de destin dans la France du choléra, Paris, Payot, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Julia LAITE, The Disappearance of Lydia Harvey. A True Story of Sex, Crime and the Meaning of Justice »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 236-237.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Julia LAITE, The Disappearance of Lydia Harvey. A True Story of Sex, Crime and the Meaning of Justice »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8788

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search