Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusMarie-Hélène BAYLAC, La Peur du p...

Lectures
Comptes rendus

Marie-Hélène BAYLAC, La Peur du peuple. Histoire de la iie République

Paris, Perrin, 2022
Guillaume Le Quintrec
p. 237-239
Référence(s) :

Marie-Hélène BAYLAC, La Peur du peuple. Histoire de la iie République, Paris, Perrin, 2022, 429 p., 24 euros.

Texte intégral

1Cet ouvrage vient combler un vide de près d’un demi-siècle, puisqu’aucune synthèse n’a été consacrée à la iie République depuis celle de Maurice Agulhon en 1973 dans la collection « Points/Seuil » (1848 ou l’apprentissage de la République). Il existe certes des manuels récents qui traitent de ce régime, mais c’est dans un format beaucoup plus court (une centaine de pages), puisqu’ils embrassent une période plus large (Sylvie Aprile, La Révolution inachevée, 1815-1870, Paris, Belin, 2010 ; Quentin Deluermoz, Le Crépuscule des révolutions, 1848-1871, Paris, Le Seuil, 2012). Par ailleurs, notre connaissance de la révolution de 1848 et du mouvement clubiste a été enrichie par les travaux de Samuel Hayat (1848 : quand la République était révolutionnaire : citoyenneté et représentation, Paris, La Seuil, 2014) et de Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey (1848, la révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2009). Mais ce que propose Marie-Hélène Baylac, c’est une histoire à la fois générale et approfondie de la iie République. C’est l’un des plus courts régimes que la France ait connus et il est souvent analysé hâtivement comme une sorte d’antichambre du Second Empire, puisque le président de la République, Louis Napoléon Bonaparte, est devenu l’empereur Napoléon III. Ce livre a le grand mérite de nous replonger dans cette période très dense et qui fut un véritable laboratoire politique pour la France, avec le retour de la République, l’instauration définitive du suffrage universel masculin et les tensions violentes autour de la question sociale.

2Cette dernière joue un rôle majeur, comme le titre du livre le souligne. La guerre civile de juin 1848 marque la rupture définitive entre les rouges, partisans d’une république démocratique et sociale, et les bleus, pour qui la république doit préserver l’ordre libéral. 1849 aurait pu voir l’avènement d’une république modérée, dans un contexte qui semble annoncer celui des années 1870 : la « conjonction des centres » entre les républicains modérés garants de l’ordre (Cavaignac) et les orléanistes prêts à accepter une république conservatrice (Tocqueville, Odilon Barrot, Dufaure déjà ! le général Changarnier dans le rôle de Mac Mahon). Mais cette « impossible voie moyenne » (titre du chapitre 21) a été bloquée par Thiers, qui a préféré soutenir la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidentielle. On sait ensuite comment ce dernier a su redistribuer les cartes en sa faveur, en créant une nouvelle droite conciliant monarchie et suffrage universel.

3L’auteur utilise et cite à bon escient un large corpus de sources, notamment les histoires de la révolution de 1848 écrites à chaud (Garnier-Pagès, Lamartine, Daniel Stern, Louis Ménard…) et les mémoires des acteurs et témoins (Barrot, Rémusat, Tocqueville, Falloux, Montalembert, Hugo…). Le plan chronologique est très clair et la lecture est facilitée par un style alerte et un découpage efficace en courts chapitres. Parmi les hommes politiques qui participent à ce jeu politique complexe, Marie-Hélène Baylac met bien en valeur le rôle d’Odilon Barrot : chef de la « gauche dynastique » qui réclamait des réformes à Louis -Philippe, il devient Premier ministre du président Bonaparte et il aurait pu rester à la postérité en incarnant le ralliement des orléanistes à la République. Quand Odilon Barrot est remercié en octobre 1849, son frère Ferdinand, ancien avocat des conjurés de Strasbourg, est nommé ministre de l’Intérieur et y gagne le surnom de « Caïn Barrot » ! En tout cas, la possibilité d’une droite républicaine est apparue pour la première fois – fugitivement – sous la iie République.

4On aurait aimé une analyse plus poussée de la Constitution du 4 novembre 1848, « la pire des constitutions » selon Lord Normanby, ambassadeur britannique à Paris. Le chapitre 20 passe un peu vite sur cet objet constitutionnel non identifié, ni parlementaire, ni présidentiel, qui est l’une des causes de l’échec de la iie République. Mais on dispose désormais, grâce à Marie-Hélène Baylac, d’un ouvrage de référence sur la iie République, permettant aux étudiants et aux enseignants de faire le point sur les différents aspects de la période. Ce livre n’a pas d’autre ambition et c’est déjà beaucoup : un vrai manuel d’histoire, au sens classique et noble du terme, fondé sur un gros travail de documentation et de synthèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Le Quintrec, « Marie-Hélène BAYLAC, La Peur du peuple. Histoire de la iie République »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 237-239.

Référence électronique

Guillaume Le Quintrec, « Marie-Hélène BAYLAC, La Peur du peuple. Histoire de la iie République »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8798

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search