Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusDelphine DIAZ, Sylvie APRILE (dir...

Lectures
Comptes rendus

Delphine DIAZ, Sylvie APRILE (dir.), Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du xixe siècle

Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021
Ignacio García de Paso
p. 239-241
Référence(s) :

Delphine DIAZ, Sylvie APRILE (dir.), Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du xixe siècle, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, 388 p., 19 euros.

Texte intégral

1L’exil occupe une place centrale dans les dynamiques politiques et sociales de l’Europe des xixe-xxe siècles. Il n’est donc pas étonnant que cette question ait reçu autant d’attention d’une partie de la recherche historique. Il constitue aujourd’hui un domaine d’étude dans lequel l’historiographie dix-neuvièmiste française s’est particulièrement distinguée.

  • 1 Delphine Diaz, Sylvie Aprile (dir.), Banished. Traveling the Roads of Exile in Nineteenth-Century E (...)

2Le livre Les Réprouvés vient rassembler les résultats de cette large littérature sur les exilés sous la forme d’une synthèse suggestive et utile. Il s’agit d’un volume collectif, dirigé par Delphine Diaz et Sylvie Aprile, deux des principales représentantes de ce champ de recherche. L’objectif de l’ouvrage est « d’étudier le départ, le voyage et l’accueil de ces réprouvés dans l’Europe du xixe siècle » (p. 13). Des chercheurs et chercheuses de onze universités et centres de recherche ont pris part au volume, la plupart provenant de France. Il s’agit dans chacun des cas d’auteurs et autrices de référence dans le champ, et dont les recherches ont marqué l’étude de l’exil au xixe siècle pendant les deux dernières décennies. Cet ouvrage résulte d’un travail collectif autour du projet « AsileuropeXIX » financé par l’Agence nationale de la recherche et accueilli par l’Université de Reims-Champagne-Ardenne. Étant donné sa portée internationale, il n’est pas surprenant que le livre ait été traduit et publié en anglais d’une manière pratiquement simultanée1.

3Le livre parcourt un « court xixe siècle », du congrès de Vienne en 1815, de la contestation duquel « allaient naître la plupart des circulations d’exilés du premier xixe siècle » (p. 22), jusqu’aux grandes migrations de la fin du siècle. L’espace d’analyse de l’ouvrage est clairement transnational et européen, avec une prédominance des espaces francophone, ibérique et italien. Pourtant, l’étude se centre, selon les mots des directrices du volume, « sur les Européens et non sur l’Europe » (p. 350), une échelle d’analyse qui permet de faire fréquemment référence à l’espace américain sans sortir du fil conducteur principal, ce qui représente un des succès du livre. L’ouvrage est divisé en huit chapitres, la plupart desquels proposent une thématique transversale présentée de telle sorte qu’approches synchronique et diachronique se combinent pour fournir une vue d’ensemble nuancée.

4Le premier chapitre du livre est dédié aux diverses vagues d’exilés qui suivent le congrès de Vienne, évoquant aussi bien ceux des révolutions (et contre-révolutions) qui prennent place sur le continent, que les émigrés provenant des dynasties royales « proscrites ». Ensuite, le second chapitre, avec le titre « Accueillir et expulser », entre pleinement dans la question de l’accueil ou de l’expulsion des exilés, pas seulement au niveau administratif par les États, mais aussi par la société civile. Le troisième chapitre est centré sur la mobilité, et plus concrètement, sur le moment qui sépare le départ et l’arrivée dans l’exil, qui est défini ici comme ce « monde de l’entre-deux » de traversées et de transits (p. 138). Le quatrième chapitre se concentre ensuite logiquement sur l’installation et l’intégration sur place, toujours avec la question de fond des ruptures et continuités, et en adoptant une diversité d’approches depuis l’histoire des émotions jusqu’à l’étude de l’espace urbain.

5Les chapitres suivants se concentrent davantage sur l’exil une fois « en place ». Le cinquième chapitre parle du rôle des exilés au niveau politique. Ce chapitre analyse les transferts et circulations de pratiques politiques (y compris insurrectionnelles), en mettant l’accent sur le concept d’« exopolitie » de Stéphane Dufoix, c’est-à-dire, l’exil comme laboratoire politique transnational. Le sixième chapitre se concentre sur la dimension du genre, avec une attention spéciale à la figure de la femme exilée, un sujet historique qui a été systématiquement invisibilisé et dont la participation active et l’importance dans l’exopolitie sont soulignées dans le texte.

6Le septième chapitre du livre change d’échelle pour considérer l’exil européen outre-Atlantique, et spécialement aux États-Unis. Ce chapitre remarque le rôle de l’exil comme moteur de la mondialisation, un processus dans lequel, au fil du siècle, la différence entre migration économique et déportation politique devient de moins en moins claire.

7Si le troisième chapitre faisait référence au départ, le huitième et dernier chapitre de l’étude est consacré au retour et à la mémoire de l’exil. Le livre se clôt sur une brève conclusion dans laquelle les directrices ouvrent la voie à une étude plus approfondie des exils non européens, dans une perspective d’histoire globale particulièrement suggestive et convaincante. À titre de commentaire, la conclusion aurait sûrement gagné à développer davantage une synthèse des grandes idées de l’ouvrage afin de montrer plus explicitement ses apports et sa cohérence.

8Les Réprouvés est donc un livre de synthèse, qui réalise avec succès et d’une manière très claire un état de l’art des avancées des dernières décennies dans le champ de l’étude de l’exil au xixe siècle. Il ne s’agit pas cependant uniquement d’un résumé de l’historiographie existante (de langues française, anglaise, italienne et espagnole), mais d’un ouvrage qui propose également des perspectives de recherche pour l’avenir, en signalant des lacunes et surtout en présentant un panorama complexe, nuancé et plein de contrastes, qui problématise l’objet d’étude et évite les généralisations hâtives. Il s’agit donc d’un instrument de travail d’une grande utilité, point de départ pour de nouvelles interprétations, grâce en partie à son édition pratique et bien structurée. Un autre aspect positif du livre réside dans l’importance accordée à l’échelle des individus. À cet égard, Les Réprouvés accorde une attention spéciale à des questions qui restent invisibles dans des approches plus quantitatives : Qu’est-ce que les exilés emportaient dans leurs valises ? Quelles écoles fréquentaient leurs fils et filles dans les pays d’accueil ? Était-il plus pratique de partir en train ou à cheval ? Le livre ne parle donc pas de communautés impersonnelles mais des gens reconnaissables, et porte une attention spéciale aux personnes traditionnellement invisibilisées par l’historiographie. Le fait de commencer chaque chapitre avec le parcours d’un personnage spécifique renforce cette dimension, qu’on pourrait qualifier d’humaine, de l’analyse.

9Les Réprouvés nous invite non seulement à repenser le passé de l’exil, mais aussi à prendre conscience de l’historicité de questions qui marquent encore le présent. Il s’agit d’un ouvrage qui sera utile aux spécialistes du xixe siècle européen et aux étudiants et étudiantes, constituant un point de départ pour de futures recherches sur l’exil en Europe. Mais par son style très accessible, il s’adresse également à un public de non spécialistes.

Haut de page

Notes

1 Delphine Diaz, Sylvie Aprile (dir.), Banished. Traveling the Roads of Exile in Nineteenth-Century Europe, Berlin, De Gruyer Oldenbourg, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ignacio García de Paso, « Delphine DIAZ, Sylvie APRILE (dir.), Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 239-241.

Référence électronique

Ignacio García de Paso, « Delphine DIAZ, Sylvie APRILE (dir.), Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8809 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8809

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search