Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65LecturesComptes rendusNicole EDELMAN, L’Avènement de la...

Lectures
Comptes rendus

Nicole EDELMAN, L’Avènement de la psychanalyse

Paris, Stilus, 2022
Florent Serina
p. 243-244
Référence(s) :

Nicole EDELMAN, L’Avènement de la psychanalyse, Paris, Stilus, 2022, 300 p., 25 euros.

Texte intégral

1Alors que la psychanalyse, en tant que méthode de traitement des désordres névrotiques, semble subir un déclin inexorable, l’œuvre et la personnalité de Sigmund Freud continuent manifestement, en ce début de xxie siècle, d’être la source d’une abondante production historiographique. À contre-courant de la déferlante neuroscientifique et cognitiviste qui tend à montrer l’« inefficacité » thérapeutique des pratiques psychanalytiques, Nicole Edelman mobilise à son tour son savoir-faire d’historienne pour donner à comprendre la portée et la signification de la « révolution conceptuelle » freudienne. Pour ce faire, l’autrice s’emploie tout particulièrement à contextualiser les travaux du célèbre neurologue viennois en vue de mettre en valeur l’originalité qui fonde sa démarche et la manière dont il s’est habilement démarqué de ses prédécesseurs et contemporains. Le recours constant au contexte permet notamment à Nicole Edelman de façonner une histoire de l’élaboration de la psychanalyse et des conditions ayant accompagné cette production qui évite les écueils d’une historiographie purement internaliste.

2L’Avènement de la psychanalyse ne peut sans doute pas être apprécié indépendamment des précédentes publications de l’autrice, en particulier celles ayant trait au mesmérisme, au magnétisme animal, à l’hypnose et à la suggestion – que l’on appelle aujourd’hui les états modifiés de conscience –, ainsi qu’à l’hystérie. C’est ici qu’il faut discuter du choix du terme « avènement », qui n’a de toute évidence rien de neutre. Tout en se gardant de la moindre perspective téléologique, Edelman semble en effet dire par l’emploi de ce vocable qu’elle conçoit la psychanalyse comme l’arrivée d’une doctrine de très grande envergure, si ce n’est une sorte d’apothéose, de triomphe ou d’acmé dans l’histoire des sciences du psychisme. D’après elle, Freud est parvenu à résoudre « l’énigme posée par l’hypnose (et donc la médiumnité) et la suggestion en mettant au jour l’inconscient psychanalytique » (p. 221). L’autrice paraît même avoir adopté un parti pris ouvertement pro-freudien, voire militant, non seulement susceptible de rebuter bien des « sceptiques », mais également d’indisposer celles et ceux qui tout en étant convaincu de l’importance des idées de Freud peuvent par ailleurs nourrir quelques doutes quant à la validité de certaines de ses hypothèses et théories. Nous pensons notamment au crédit accordé à la supposée universalité du complexe d’Œdipe, de même qu’au mythe de la « horde primitive », remis en cause, et de longue date, par une multitude d’anthropologues, ou bien encore à la notion de « pulsion », objet de bien des critiques au sein même du freudisme contemporain (voir, entre autres, les travaux de Daniel Widlöcher).

3L’ouvrage comporte quatre parties, pour un total de neuf chapitres construits de manière à la fois thématique et chronologique. Tout au long de ses 254 pages, l’autrice insiste pour dire que si Freud a élaboré sa doctrine avec tout un ensemble de traditions et nombre d’intellectuels et savants de son temps et des décennies passées, il a aussi souvent pensé contre ses contemporains, que ce soit en opposition à « la rigidité des exigences scientistes » de son époque, en quête de lois relevant des seules perspectives physiologiques et anatomiques, que contre les tenants des recherches psychiques (que l’on appellerait aujourd’hui parapsychologie). L’historienne s’emploie en particulier à montrer comment Freud s’est appuyé sur quantité de savoirs anciens tout en les déstabilisant, mais s’est également ancré dans sa pratique clinique afin de mettre au point ses propres thèses.

4L’autrice expose ainsi comment Freud, dans une Europe gangrenée par l’antisémitisme, a questionné sa judéité tout en en scrutant les effets sur ses raisonnements, comment il s’est opposé au déterminisme racial d’un Gustave Le Bon, comment il s’est démarqué à la fois de la psychologie expérimentale, de la plupart des doctrines et pratiques psychothérapiques alors en usage – nommément la suggestion d’Hippolyte Bernheim et le traitement moral de Dubois de Berne –, de même que de la théorie de la dégénérescence qui imprégnait les conceptions de la plupart des aliénistes d’avant 1914. Nicole Edelman rend aussi compte de la façon dont Freud s’est nourri et différencié des méthodes des sciences humaines de son temps : histoire, sociologie et anthropologie, et recherches psychiques. La troisième partie consacrée aux « métamorphoses de la sexualité » s’intéresse à la manière dont Freud a mis en exergue, en distinguant la génitalité de la sexualité, la reconnaissance de l’existence d’un désir et d’une jouissance sexuelle. L’autrice pointe ensuite combien il s’est appliqué à mettre au jour l’existence d’une sexualité infantile, avant de s’attacher à expliquer la nature de l’homosexualité en évitant de porter sur elle un jugement moral, mais non sans la considérer comme un danger pour la famille patriarcale et la civilisation occidentale. La quatrième et dernière partie concerne l’émergence de l’inconscient dans son acception moderne et illustre en quoi la recherche freudienne s’inscrit dans une généalogie, notamment philosophique (von Schubert, Schelling, Heinroth, Carus, Hartmann, Schopenhauer), tout en se singularisant de diverses traditions. En conclusion, l’autrice entend surtout convaincre de l’actualité du freudisme et de son importance dans le monde contemporain. En contradiction avec les récents travaux de Bernard Lahire et d’Hervé Mazurel, l’historienne dénie à l’œuvre freudienne le moindre caractère anhistorique, arguant que celle-ci s’ancre tout au contraire dans l’histoire intime et familiale des individus, de même que dans l’histoire sociale, culturelle et politique.

5Certains lecteurs regretteront éventuellement une certaine partialité à l’égard de son objet d’étude – il y est en effet question de la « grandeur de Freud » (p. 66), ou bien encore de « l’extraordinaire puissance » de sa pensée (p. 242). Mais l’ouvrage n’a vraisemblablement pas été rédigé en vue de rallier à la « cause » celles et ceux qui identifient la psychanalyse à une « pseudo-science » ou à un ensemble de savoirs sujets à caution. Toutes celles et tous ceux qui se passionnent déjà pour l’exploration des limites de la conscience y trouveront sans doute maints arguments pour étayer la solidité de la démarche du savant viennois. Et sans être une « introduction » à l’œuvre freudienne, cet ouvrage fort bien écrit parviendra sans nul doute à capter la curiosité et l’intérêt de maints néophytes en la matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Serina, « Nicole EDELMAN, L’Avènement de la psychanalyse »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 243-244.

Référence électronique

Florent Serina, « Nicole EDELMAN, L’Avènement de la psychanalyse »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8833

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search